Mythologie lettonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La mythologie lettonne est la mythologie du peuple letton. Elle contient un panthéon composé de dieux, déesses, démons, mais aussi de « mères ». Les deux divinités principales sont Dievs et Laima. La mythologie lettone est abondamment évoquée par les chansons traditionnelles, les dainas.

Saisons et fêtes principalesmodifier | modifier le code

Les Lettons divisaient leurs années en huit saisons. Le passage d'une saison à la suivante était marqué par une fête.


Calendrier mythologique letton
Saison moderne Équivalent letton Fêtes : de début - de fin
Hiver Temps de la froidure (« Ziemas laiks ») ZiemassvētkiMeteņi
Hiver Temps de la glace (« Sērsnu laiks ») MeteņiLieldienas
Printemps Temps du renouveau (« Pavasara laiks ») LieldienasJurģi
Printemps Temps des semailles (« Sējas laiks ») JurģiJāņi
Été Temps du battage (« Siena laiks ») JāņiMāras
Été Temps de l'automne (« Rudens laiks ») MārasMiķeļi
Automne Temps des esprits (« Veļu laiks ») MiķeļiMārtiņi
Automne Temps des frimas (« Ledus laiks ») MārtiņiZiemassvētki

Autres fêtes mineuresmodifier | modifier le code

  1. "Barbes Diena" ou "Barbanas Diena" - 1er décembre : Célébration de la fertilité des agneaux et des brebis. L'usage d'aiguilles ou d'autres objets pointus était interdit ce jour-là.Working with needles or other sharp objects was forbidden. On mangeait des boulettes. Différents rituels visaient à garantir la santé et la fertilité des moutons.
  2. "Zvaigznes diena" (Jour de l'étoile) ou "Pagānu Svētdiena" (Dimanche païen)- 6 janvier
  3. "Teņa diena"(Jour des messieurs) ou "Zirgu Diena" (Jour des chevaux ) - célébré le 17 janvier1 encore nommé : "Tuņņa diena" ou "Tanis diena" ou "Tenīša diena" ou "Cūkaušu diena" ou "Kunga diena" était un jour sacré, en l'honneur des cochons. Le christianisme a récupéré cette fête sous couvert de le Saint-Antoine. Une tête de cochon était placée sur un rocher pour protéger les hommes du tonnerre et de la foudre. Au déjeuner, on mangeait de la tête et des pieds de cochon ; les restes étaient brûlés à l'endroit où les cochons seraient élevés l'année suivante. Pendant la journée, les citadins chantaient la fertilité du cochon. Semer et se livrer aux travaux d'aiguille était interdit, ainsi que boire chez soi. un jour brumeux était réputé annoncer des inondations, alors qu'un jour ensoleillé annonçait de bonnes moissons et qu'un jour sec annonçait la sécheresse, etc.
  4. "Vēja diena" (Jour du vent) dit aussi selon les régions "Sveču diena"2, "Svecaine", "Grabenīca", "Groninica", "Govju diena", "Murkšķu diena", "Ziemas Māras diena"- 2 février : aucune festivité n'était prévue, mais les rituels étaient destinés à calmer les ardeurs du vent lors de l'été à venir. Il est déconseillé aux femmes de se peigner les cheveux, de faire cuire du chou et de manipuler les aiguilles. Celui qui veut passer une année heureuse doit manger beaucoup et beaucoup rire3.
  5. "Biezputras Diena" (Jour du gruau) - 4 février : Célébré le dimanche avant Meteni. Le gruau non consommé était amené dans les collines pour nourrir les bergers pendant tout l'été. Le gruau est en fait remplacé par de l'eau. Un nouveau berger est initié en transportant la jarre d'eau dans les collines, puis il est trempé dans l'eau.
  6. "Agatas diena" (Jour d'Agathe) - 5 février. On ne devait pas travailler de ses mains. On bénissait le pain, l'eau et le sel. On accrochait sous le toit un sac de sel béni pour protéger la maison de l'incendie. On croyait qu'avec du pain béni le jour d'Agathe on pouvait étendre l’incendie, en faisant trois fois le tour de la maison et en jetant le morceau de pain dans les flammes4.
  7. "Pelnu diena" ou "pelnu trešdiena" (Jour de cendres) - (entre le 4 février et le 10 mars) septième mercredi avant les Pâques. Ce jour est lié aux déménagements. Quand le jeune couple part s'installer ailleurs, ils emportent avec eux les cendres de la cheminée de chez leurs parents. Dans le sens plus prosaïque, on saupoudrait de cendres les animaux de la ferme pour éloigner les parasites.
  8. "Jurģu Diena" (Jour de Grégoire), fête mineure célébrée le 12 mars, équivalente au Jour de la marmotte. Si un renard émergeait de son terrier, cela indiquait le début du printemps, sinon il fallait attendre deux semaines de plus.
  9. "Kustoņu diena" (Jour des alouettes) était célébré le 17 mars. Afin de se préserver des insectes et des reptiles, cette journée devait être exempte d'activités liées aux plantations. Le moulin à farine devait tourner neuf fois dans la matinée, pendant que les alouettes étaient amenées depuis les maisons afin de se prémunir contre les insectes pendant l'été. Étendre les toiles était interdit car cela était censé attirer les loups. Broder ou coudre était interdit, car sinon les vers pouvaient infester les moissons et les taupes pouvaient creuser leurs trous. Cette célébration portait d'autres noms, dont tardivement "Ģertrūdes diena" (Jour de Gertrude).
  10. "Bindus Diena" (Jour des créatures), fête mineure célébrée le 18 mars, Elle fut ultérieurement renommée "Binduļa diena", en l'honneur de saint Benoît de Nursie. Cette fête fut d'abord associée aux insectes, dans le prolongement du "Kustoņu diena" (Jour des alouettes) célébré la veille. Puis elle se singularisa : Tout le monde devait être éveillé avant le lever du soleil; l'eau ne devait pas être versée dans les granges. Le dos des vaches et les caves devaient être lavés. Les ours sont censés se réveiller ce jour-là puis se rendor entrer le bois ce jour-là amène les serpents dans la maison. Les averses, les brindilles et la paille attireront aussi les serpents. Les pommes de terre et les choux ne doivent pas être plantées ce jour-là. Les autres noms de cette fête sont Binduļa diena, Benedikta diena, Bimbuļu diena.
  11. "Pavasara māra" - 25 mars
  12. "Urbanas diena" était une fête qui se tenait le 25 mai, le jour le plus propice pour semer l'avoine, l'orge, le lin et les concombres. Les pommes de terre, cependant, n'étaient pas plantées ce jour-là. Un jour ensoleillé signifiait une récolte saine, selon la croyance locale.
  1. "Septiņu gulētāju diena" (Jour des sept dormeurs) - 27 juin S'il pleut, il pleuvra encore sept jours d'affilée. Si sept jours plus tard il n'arrête pas de pleuvoir, la pluie va s'enchaîner sur sept semaines encore5.
  2. "Pētera diena" ou "Lapu diena", "Pērkona diena", "Zibens diena" - 29 juin S'il pleut, il va pleuvoir jusqu'au jour de Anna 26 juillet. Mais si le coucou arrête de chanter avant ce jour, l'automne sera ensoleillé.
  3. "Septiņu brāļu diena" (Jour des Sept frères) - 10 juillet. S'il pleut, il pleuvra sept semaines d'affilée6.
  4. "Labrenča diena" (?), le 10 août.

Notes et référencesmodifier | modifier le code

Annexesmodifier | modifier le code

Articles connexesmodifier | modifier le code

Lien externemodifier | modifier le code

Bibliographiemodifier | modifier le code

  • Michel Jonval, Les chansons mythologiques lettones, Riga, 1929.
  • Philippe Jouet, Religion et mythologie des Baltes, Paris, 1989.









Creative Commons License