Narthex

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Narthex (partie grisée) et autres parties d'une église.

Le narthex (du grec narthêx, « férule » puis cassette faite avec les tiges de férule, puis, par analogie, portique), appelé parfois antéglise ou avant-nef, est un portique interne ménagé à l'entrée de certaines églises paléochrétiennes ou médiévales. C'est un espace intermédiaire avant d'accéder à la nef proprement dite. Ce vestibule transversal peut être au-devant du portail, ou entre le portail et la nef (Vézelay), ou faire partie intégrante de la nef. Contrairement au porche, il est généralement ouvert sur la nef mais clos sur l'extérieur par des portes et fenêtres.

Par extension, le terme grec moderne narthekas désigne l'entrée des églises actuelles qui sont formées par un porche fermé voire ouvert.

Évolution historiquemodifier | modifier le code

Le terme apparaît après l'époque paléochrétienne, dans l'Empire byzantin, et définit une pièce placée à l'entrée d'une église, à l'instar du pronaos grec ou de l'atrium romain. Cette dernière avait plusieurs fonctions, notamment y pratiquer les baptêmes (d'où la présence fréquente des fonds baptismaux avec parfois en vis-à-vis le confessionnal) ou recevoir les énergumènes (les possédés), les pénitents interdits d'église1.

Contrairement à une idée répandue, elle n'avait pas pour fonction d'accueillir les catéchumènes qui n'auraient pas eu le droit d'assister à l'office religieux avant leur baptême. François Heber-Suffrin précise que selon des sources antiques, les catéchumènes assistaient à l'office dans l'église même, mais se retiraient lors du sacrement de l'Eucharistie2.

Dans l’architecture byzantine, certains églises ont un narthex en deux parties divisées nettement : le narthex intérieur ou esonarthex et le narthex extérieur ou exonarthex précédant l'atrium. Saint-Sauveur-in-Chora ou l'église de la Vierge Marie d'Éphèse ont ce type de hall d'entrée1.

À l'époque romane, les narthex sont fréquents et peuvent être suffisamment grands (notamment en Bourgogne) pour former une sorte de petite église, des autels étant élevés en leur sein ainsi que dans les tribunes qui les surmontent. Dans l'architecture gothique qui cherche à supprimer ce qui peut encombrer l'édifice, ils sont plus réduits en taille, s'ouvrent plus fortement vers l'intérieur de l'église. Leur fonction liturgique s'efface, ils ont tendance à disparaître ou devenir une simple avant-nef3.

Exemples de narthexmodifier | modifier le code

En France :

En Arménie : La grande majorité des monastères arméniens possèdent un narthex (en arménien : Gavit), bien particulier et mis en valeur.

Référencesmodifier | modifier le code

  1. a et b (it) Richard Krautheimer, Architettura paleocristiana e bizantina, Einaudi,‎ 1986, 618 p. (ISBN 88-06-59261-0)
  2. François Heber-Suffrin, « Architecture paléo chrétienne, ecclesia et martyrium », Cours Publics 2006-2007 de la Cité de l'architecture et du patrimoine, sur Dailymotion (consulté le 7 janvier 2013)
  3. Narthex

Voir aussimodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographiemodifier | modifier le code

  • André Billy, Le narthex, Flammarion,‎ 1950, 315 p.

Articles connexesmodifier | modifier le code








Creative Commons License