Nola (Italie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nola
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Campania.svg Campanie 
Province Provincia di Napoli-Stemma.svg Naples 
Code postal 80035 (Nola et Polvica), 80037 (Piazzolla)
Code ISTAT 063050
Code cadastral F924
Préfixe tel. 081
Démographie
Gentilé nolani
Population 32 761 hab. (31-12-20101)
Densité 840 hab./km2
Géographie
Coordonnées 40° 56′ 00″ N 14° 32′ 00″ E / 40.93333, 14.53333 ()40° 56′ 00″ Nord 14° 32′ 00″ Est / 40.93333, 14.53333 ()  
Altitude Min. 34 m – Max. 34 m
Superficie 3 900 ha = 39 km2
Divers
Saint patron San Felice
Fête patronale 15 novembre
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Campanie

Voir sur la carte administrative de Campanie
City locator 14.svg
Nola

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Nola

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Nola
Liens
Site web http://www.comune.nola.na.it/

Nola est une ville de la province de Naples en Campanie (Italie).

Toponymiemodifier | modifier le code

Nom francisé : Nole

Géographiemodifier | modifier le code

Nola est le « chef lieu » de l'Agro nolain, un territoire historique partagé entre les actuelles provinces de Naples et d'Avellino.

Histoiremodifier | modifier le code

Appelée Nuvlana sur les monnaies les plus anciennes, ce fut l'une des premières villes de Campanie, et les Anciens2 attribuaient sa fondation au peuple indigène des Ausones. Il est en tout cas certains que ce peuple tenait la ville de Nole vers 560 av. JC. En 328 av. JC, les Osques de Nole se liguèrent aux Samnites de Naples pour faire face à l’invasion romaine ; la ville tomba sous les coups des envahisseurs commandés par le consul Petilius lors des Guerres samnites, en 314 av. JC. Assiégée par Hannibal dans la deuxième guerre punique, elle fut vaillamment défendue par le consul Marcellus, qui battit par trois fois le général carthaginois sous les murs de la ville (-216, -215 et -214).

Lors de la Guerre sociale, elle fut livrée par un traître aux Samnites, qui parvinrent à la défendre jusqu'à ce que Marius, leur allié, fût vaincu par Sylla. Ce dernier soumit la ville et tout le Samnium en 80 av. JC. Sept ans plus tard, Spartacus et ses hommes devaient à leur tour dévaster le pays, ce qui détermina par la suite les empereurs Auguste et Vespasien à y fonder des colonies romaines.

Nole, malgré la perte de rayonnement qui s'ensuivit, n'en garda pas moins le statut de municipe, ainsi que ses institutions locales et l’usage de la langue osque. L'empereur Auguste, qui en avait fait une colonie romaine, y mourut en l’an 14 de notre ère. Avec l'arrivée du sénateur chrétien Paulin, qui en fut le premier évêque, la ville devint un lieu de pèlerinage et de cure.

Nole était desservie par la Via Popilia reliant Capoue à la province de Nocera Inferiore et au sud de la péninsule, et un embranchement la reliait à Abella et Avellino. Mommsen 3 affirme d'ailleurs que d'autres routes devaient la relier à Neapolis et Pompéi, mais la carte de Kiepert annexée à l'ouvrage n'en fait pas mention.

Au IVe siècle, un bordelais, Paulin de Nole, y fut évêque : il y développa le culte de son prédécesseur sur le siège épiscopal, le martyr saint Félix de Nole, en rédigeant ses Vie et Passion et en bâtissant un complexe religieux autour de sa tombe.

C'est saint Paulin qui aurait pour la première fois fait installer des cloches auprès des églises, d'où leur nom latin campanae (et le mot « campanile »), du nom de la région où se trouve Nole, la Campanie.

Personnalitésmodifier | modifier le code

Personnalités natives de Nolamodifier | modifier le code

Autresmodifier | modifier le code

  • Paulin de Nole (353-431), évêque de Nole à partir de 409 et poète latin
  • Octave , ( 63 av. J.-C.-14 ap. J.-C.) est mort à Nola, est le premier empereur romain et le fils adoptif de Jules César.


Administrationmodifier | modifier le code

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
14 juin 2004 en cours Felice Napolitano Forza Italia  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameauxmodifier | modifier le code

Piazzolla, Polvica

Communes limitrophesmodifier | modifier le code

Acerra, Camposano, Casamarciano, Cicciano, Cimitile, Liveri, Marigliano, Ottaviano, Palma Campania, Roccarainola, San Felice a Cancello, San Gennaro Vesuviano, San Paolo Bel Sito, San Vitaliano, Saviano, Scisciano, Somma Vesuviana, Visciano

Évolution démographiquemodifier | modifier le code

Habitants recensés


Voir aussimodifier | modifier le code

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Cf. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique.
  3. Cf. Mommsen, Corp. inscr. Lat. X. 142

Liens externesmodifier | modifier le code








Creative Commons License