Occupation de l'Autriche après la Seconde Guerre mondiale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'occupation de l'Autriche après la Seconde Guerre mondiale commença dès avril 1945, juste avant la capitulation du Troisième Reich, et ne se termina officiellement qu'avec le traité d'État autrichien (1955).

Occupationmodifier | modifier le code

Après l'intégration de l'Autriche au Troisième Reich en 1938, la déclaration de Moscou proclamait en 1943 que l'Anschluss était nul et non avenu. Elle affirmait le rétablissement d'un État autrichien indépendant après la guerre comme étant le but commun des Alliés.

En avril 1945, peu avant la capitulation de l'Allemagne, Karl Renner forma un gouvernement provisoire qui proclama la séparation de l'Autriche du reste du Reich hitlérien. Ce gouvernement fut très rapidement reconnu, mais l'Autriche fut quand même divisée en quatre zones d'occupation alliées et Vienne, incluse dans la zone soviétique, était tout comme Berlin, elle-même divisée en quatre secteurs d'occupation, avec une « zone internationale » supplémentaire en son centre.

Cette situation perdura jusqu'à la signature du traité d'État autrichien en 1955.

La division et l'occupation de Vienne en quatre zones est relatée dans le film Le Troisième homme, tourné dans le Vienne de la fin des années quarante.

Historiquemodifier | modifier le code

Après la prise de Vienne le , suite à l'offensive soviétique sur la ville, les forces Alliées occidentales pénètrent en Autriche environ deux semaines plus tard. Le - presque deux semaines avant la reddition nazie du 8 mai - le gouvernement provisoire autrichien proclama l'indépendance de l'Autriche vis-à-vis du IIIe Reich et instaura la Deuxième République autrichienne.

Après la capitulation, l'Autriche et Vienne sont divisées en 4 zones d'occupation, d'après les termes de la conférence de Potsdam.

Les zones d'occupationmodifier | modifier le code

Les quatre zones d'occupation alliées de Autriche entre 1945 et 1955.

Le passage des lignes de démarcation entre les zones d'occupation, nécessitait la détention d'une carte d'identité alliée qui était traduite dans quatre langues (allemand, anglais, russe, français) et portait des avis de confirmation de chacune des quatre forces d'occupation (soit en tout onze cachets). Cependant, les forces occidentales, libéralisèrent très rapidement les procédures : ainsi, le fait de dépasser la ligne de démarcation à destination de la zone russe ou en provenance de celle-ci s'apparentait alors à un voyage à l'étranger. Les Soviétiques supprimèrent ces contrôles seulement en juin 1954.

Occupation de Viennemodifier | modifier le code

Comme Berlin, Vienne fut occupée uniquement dans un premier temps par les soldats soviétiques. En application de la convention de Potsdam, les autres Alliés installèrent leurs troupes dans la capitale autrichienne à partir d'août 1945. La répartition des secteurs d'occupation se fit par districts, dans les limites administratives que la ville connaissait avant 1937.

  • Un régime administration commune aux quatre forces d'occupation était appliqué pour le 1er district (Innere Stadtsoit "la ville intérieure") : la gestion de la zone était ainsi confiée tous les mois par roulement à chacune des forces occupantes :
  • Secteur américain constitué par les : 7e, 8e, 9e, 17e, 18e et 19e districts ;
  • Secteur britannique constitué par les : 3e, 5e, 11e, 12e et 13e districts ;
  • Secteur français constitué par les : 6e, 14e, 15e et 16e districts ;
  • Secteur soviétique constitué par les  : 2e, 4e, 10e, 20e, 21e et 22e districts.

Les districts viennois créés postérieurement à 1938 (à partir du 23e district) se trouvaient donc en dehors des limites de la ville et dépendaient ainsi de la zone d'occupation soviétique.

Les quatre secteurs d'occupation à Vienne. Les zones en rouge clair, bleu clair et vert clair désignent les secteurs annexés à Vienne depuis 1954, mais placés à l'époque respectivement sous occupation soviétique, américaine et britannique.

Les quartiers généraux de chacune de ces forces étaient :

Administration alliéemodifier | modifier le code

Le se constituait le Conseil allié composé des quatre commandants en chef qui, plus tard, devinrent haut-commissaires. Les premiers membres de ce conseil furent :

  • le général de corps d'armée américain Clark,
  • le maréchal soviétique Koniev,
  • le lieutenant-général britannique McCreery,
  • le général de corps d'armée français Béthouart.

Toutes les lois votées par le Parlement autrichien et présentées par le gouvernement fédéral au conseil allié nécessitaient l'aval de celui-ci pour leurs publications. Si le consentement n'était pas donné, la loi ne pouvait entrer en vigueur. Ainsi, en 1946, il arriva par exemple qu'une loi sur le changement des limites administratives de Vienne au profit de la Basse-Autriche (en fait, un retour à la situation antérieure à 1938) ne fut pas appliquée, par le simple refus des représentants soviétiques qui usèrent de leur véto sur ce sujet jusqu'en 1954.

Ainsi, le véto apposé par un seul des quatre représentants suffisait au début pour bloquer l'application d'une loi. Plus tard, le véto devint collectif : l'ensemble des représentants alliés devaient tous se mettre d'accord pour bloquer la procédure. En conséquence, les objections alliées devinrent alors très rares.

Le Conseil allié fut également chargé de la dénazification. Toutefois, dès 1946 les priorités se modifièrent, celle-ci étant transférée au gouvernement autrichien en février 19461, le Counter Intelligence Corps (CIC) américain ne conservant qu'un rôle général de supervision, qui s'acheva en mai 19471. Le 430e détachement du CIC américain, auparavant consacré à la dénazification, mit au rang de priorité la surveillance des organisations communistes1. Celui-ci devait employer, à cette fin, le SS flamand Robert Jan Verbelen1.

Fin de l'occupationmodifier | modifier le code

Le traité d'État autrichien est signé le au palais du Belvédère à Vienne, en Autriche, entre les forces occupantes alliées - les États-Unis, l'URSS, la France et la Grande-Bretagne — et le gouvernement autrichien, et est entré en vigueur le 27 juillet 1955. Les forces d'occupation quittent l'Autriche le 25 octobre 1955. Le 26 octobre, le conseil national de l'Autriche signe la Neutralité autrichienne, faisant du pays un État indépendant.

Notes et référencesmodifier | modifier le code

Articles connexesmodifier | modifier le code








Creative Commons License