Oremus et pro perfidis Judaeis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le thème de l’« aveuglement » du peuple juif1 contenu dans la prière est illustré par la statue de la Synagogue, cathédrale de Strasbourg, portail sud, milieu du XIIIe siècle.

L’expression latine Oremus et pro perfidis Judaeis était l’exorde d’une oraison prononcée dans la liturgie catholique lors de la prière du Vendredi saint. Introduite au VIIe siècle, elle signifiait originellement « Prions aussi pour les Juifs incroyants »2 ou « Prions aussi pour les Juifs infidèles », au sens où ces derniers n'adhéraient pas à la foi chrétienneN 1,N 2. Cependant, avec l’évolution de la liturgie et les traductions dans les langues communes, notamment le français (« Prions aussi pour les Juifs perfides afin que Dieu Notre Seigneur enlève le voile qui couvre leurs cœurs et qu’eux aussi reconnaissent Jésus, le Christ, Notre-Seigneur »), l’expression a rapidement changé de sens. Elle est devenue très vite, dans un contexte d’antijudaïsme, synonyme de « déloyauté », « fourberie »3, puis gravement offensante et chargée de relents d’antisémitisme4.

Cette terminologie a suscité des controverses depuis le début du XIXe siècle aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur de l’Église catholique. Les discussions officielles au sein de la hiérarchie catholique pour l'abolir ou la réformer commencèrent dans les années 1920. En 1959, le pape Jean XXIII fit supprimer les termes contestés (perfidis, ainsi que perfidiam, qui figurait dans l’oraison).

Lors de la réforme liturgique qui suit le concile Vatican II, ces termes ne réapparaissent pas, et de plus, les allusions à la conversion des juifs, qui étaient présentes dans l'oraison, sont supprimées. Depuis le missel de Paul VI, promulgué en 1970, la formulation est devenue : « Prions pour les Juifs à qui Dieu a parlé en premier : qu’ils progressent dans l’amour de son Nom et la fidélité de son Alliance5. »

Le motu proprio Summorum Pontificum de Benoît XVI, paru en 2007 et facilitant l'utilisation, dans la liturgie, du missel de 1962, a suscité quelques inquiétudes. La prière pour les Juifs a donc été modifiée dans cette édition, les propos concernant l'« aveuglement » étant supprimés6, mais l’intention demeurant, selon l’ancienne tradition, la conversion des Juifs au christianisme.

L'ancienne formulemodifier | modifier le code

Le texte et les adjectifs perfidus et perfidiamodifier | modifier le code

Dans le Missale Romanum, le texte était le suivant depuis 1570 :

« Oremus et pro perfidis Judaeis : Ut Deus et Dominus noster auferat velamen de cordibus eorum ut et ipsi agnoscent Jesum Christum Dominum nostrum. (Non respondetur Amen, nec dicitur Oremus aut Flectamus genua, aut Levate, sed statim dicitur :) Omnipotens sempiterne Deus qui etiam judaicam perfidiam a tua misericordia non repellis; exaudi preces nostras quas pro illius populi obcaecatione deferimus, ut agnita veritatis tuae luce quae Christus est, a suis tenebris eruantur. Per eumdem Dominum nostrum Jesum Christum Filium tuum, qui tecum vivit et regnat in unitate Spiritus Sancti Deus, per omnia saecula saeculorum. Amen. »

En latin classique, l’adjectif perfidus a le sens de « qui manque à sa parole ou à son serment, traître, perfide, faux7 » ou « sans foi8 ». Toutefois, selon l’acception du bas latin ou « latin d’église » utilisé lors de l’instauration de cette prière, au VIIe siècle, perfidus peut être le simple antonyme de fidelis et donc signifier « non fidèle9 », « sans foi, infidèle, incrédule, incroyant, païen10 ».

Bernard Blumenkranz, dans Perfidia11, fait une étude sur le sens de « perfidia » et « perfidius » chez des auteurs chrétiens latins du Ve au XIe siècle. Selon lui, la signification de ces termes varie d'un auteur à l'autre, mais a, le plus souvent, le sens religieux : « incroyance », « incroyant ». Le sens de Perfidia est dans certains cas plus défini et devient « incroyance malveillante » ou « incroyance persécutrice ». « Perfidia » peut aussi signifier, selon les auteurs, « rupture de foi », « fausse croyance », « croyance erronée », « refus de croire » ou « manque de confiance »12.

Place dans la liturgie catholiquemodifier | modifier le code

L’exorde est incluse dans la prière du Vendredi saint, oraison prononcée dans la liturgie catholique lors de la semaine pascale.

Cette prière comprend plusieurs intentions, pour le pape, pour l'Église, pour les juifs, pour les païens, etc. Après chaque intention, les fidèles sont invités à s'agenouiller et à prier en silence.

Au VIIIe siècle, l'agenouillement et la prière silencieuse furent supprimés à la fin de l'exorde pour les juifs2, et rétablis en 1955.

Les traductionsmodifier | modifier le code

Seul le latin était utilisé pour la liturgie. D’un missel à l’autre, le texte latin était identique. En revanche, surtout depuis le XVIIIe siècle, il existait des éditions bilingues du missel pour faciliter la compréhension des fidèles pendant l’office13. La traduction des textes liturgiques en langues communes variait selon les éditeurs alors même que ceux-ci avaient reçu l’approbation de l’Église catholique. Il existait donc, en même temps, dans une même langue, plusieurs traductions autorisées.

« Prions aussi pour les perfides Juifs » traduction du Nouveau Paroissien romain (français-latin), éd. Brepols (1905)

Selon Bernhard Blumenkranz, la plupart14 des missels français rendaient perfidis par perfides. Par exemple, le Nouveau Paroissien romain de 1905 publié par Brepols traduisait « perfidis Judaeis » par « perfides Juifs » et, dans l’oraison, « judaicam perfidiam » par « Juifs perfides ». Toutefois, un ouvrage fort répandu dans la première moitié du XXe siècle, le Missel quotidien et vespéral de dom Lefebvre (1920)15, vendu à 100 000 exemplaires dès sa première année et réédité plus de 80 fois, traduisait ainsi l’exorde : « Prions aussi pour les Juifs parjures, afin que Dieu notre Seigneur ôte le voile de leurs cœurs et leur donne de connaître, eux aussi, Jésus-Christ notre Seigneur. » Au début des années 1950, une traduction anglophone de « perfidis Judaeis » était « faithless Jews ».

Toujours selon les termes du missel de dom Lefebvre, on enjoignait ensuite aux fidèles de ne pas s’agenouiller (« On ne répond pas : « Amen » et on ne dit pas « prions », ni « mettons-nous à genoux », ni « levez-vous », mais on poursuit aussitôt »). Enfin, venait l’oraison : « Dieu éternel et tout-puissant, qui n’écartez point de votre miséricorde même les Juifs parjures, écoutez les prières que nous vous adressons pour ce peuple aveuglé : donnez-leur de connaître la lumière de votre vérité, qui est le Christ, afin qu’ils soient arrachés à leurs ténèbres. Par le même Jésus-Christ, notre Seigneur qui vit et règne avec vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu pour les siècles des siècles. Amen16. »

Origine et évolutionmodifier | modifier le code

La liturgiemodifier | modifier le code

Dès l’époque de la rupture avec le judaïsme, à partir du IIe siècle, de grandes figures du christianisme ancien comme Méliton de Sardes ou Jean Chrysostome ont développé des arguments violemment hostiles aux Juifs. L’expression « pro perfidis Judaeis » s’est inscrite plus tard, dans la liturgie du Vendredi saint au VIIe siècle. Puis, à la fin du VIIIe siècle, l’agenouillement et la prière silencieuse, qui précédaient les autres demandes de la prière universelle, furent abolis dans le cas de cette oraison.

Missel romain, éd. Mame, Tours, 1889

Bernhard Blumenkranz établit une corrélation entre la suppression de cet agenouillement et une forme de mépris. Il écrit : « La prière elle-même ne comporte aucune pointe antijuive. Mais, la pointe elle-même lui fut ajoutée – intentionnellement ou par simple erreur – à partir du VIIIe siècle. C’est alors que nous rencontrons la première fois l’instruction, dans un ordo romain de la messe, de s’abstenir de la génuflexion lors de la prière pour les Juifs2. »

Autant l’abolition de la génuflexion paraît symptomatique à Bernhard Blumenkranz, autant le choix des mots, du moins à l’origine, ne lui semble pas suspect. Il traduit ainsi la première phrase : « Prions aussi pour les Juifs incroyants, pour que notre Dieu et Seigneur enlève le voile de leurs cœurs et pour qu’eux aussi reconnaissent Jésus-Christ, notre Seigneur2. » Il souligne : « Nous traduisons perfidia et perfidus par « incroyance » respectivement « incroyant ». » Il se réfère à son étude « Perfidia17 » ainsi qu’aux travaux de John Maria Oesterreicher et de Jules Isaac18. Il note que « d’une manière générale, les morceaux liturgiques à caractère antijuif prononcé resteront toujours rares » dans l’histoire de l’Église, tout en relevant néanmoins des « exceptions » telles que « l’exhortation contre les Juifs par Roclen, évêque de Mâcon ». Mais cette oraison pour laquelle les fidèles ne s’agenouillaient plus est, quant à elle, devenue depuis le VIIIe siècle, « fortement chargée d’une note d’hostilité qui en altérait profondément le sens et l’intention ».

Dans Genèse de l’antisémitisme, Jules Isaac réserve un chapitre entier19 à « Oremus et pro perfidis Judaeis ». Il indique trois sources principales à sa réflexion20. Comme Bernhard Blumenkranz, il accorde une importance primordiale à la suppression de la génuflexion lors de la prière pour les Juifs et y voit un « caractère offensant, méprisant ». L'intention « miséricordieuse » du début a selon ses propres termes « dégénéré dès le premier millénaire en une double offense » : d'une part « l'offense verbale », c'est-à-dire l'interprétation péjorative des mots perfidis et perfidiam, et d'autre part « l'offense du geste », autrement dit « l’abandon de la génuflexion » un siècle après l’instauration de la prière, c’est-à-dire à l'époque de Charlemagne. À ses yeux, cette « offense du geste » est la plus « grave » des deux19.

Pour lui, on ne saurait parler d’antisémitisme populaire à cette époque et cette « brutale modification liturgique » a donc toutes chances d’avoir été imposée par l’Église « comme un moyen de faire pression sur le peuple, de lui inculquer jusque dans la prière la forte dose nécessaire d’antijudaïsme ». En cela, son analyse diffère de celles d’Erik Peterson et de John Maria Oesterreicher, tous deux considérant que « le changement est originaire non de Rome mais de Gaule21 ». Même s’il a connu des applications variables22, ce changement, selon Jules Isaac, « a été adopté, consacré et finalement partout imposé par Rome », se situant « dans la ligne, tracée par les Pères de l’Église, de l’enseignement du mépris ». La confirmation en est apportée, pour Jules Isaac comme pour Erik Peterson, par une innovation à peu près contemporaine de l'abolition de la génuflexion : l'introduction des Impropères dans la liturgie, texte qui accuse ouvertement les Juifs de déicide et avec lequel « l'enseignement du mépris a trouvé […] son plus puissant renfort19 ».

La notion de « mépris » est l’une des lignes directrices de l’analyse de Michel Remaud23, qui observe : « Ces termes n’avaient pas en latin le sens de perfides et de perfidie, qu’ils ont acquis en français et dans les langues issues du latin. Ils signifiaient seulement que les juifs étaient infidèles, c’est-à-dire qu’ils n’adhéraient pas à la foi chrétienne24. » Il ajoute néanmoins que cette signification « ne pouvait pas empêcher une interprétation malveillante et antijuive de ces mots, que l’enseignement chrétien courant, largement teinté d’antijudaïsme, portait à comprendre spontanément dans le sens des langues modernes ».

Selon Michel Remaud, cet antijudaïsme de l’Église romaine est cependant à mettre en rapport avec celui des Églises d’Orient. Citant le frère Yohanan Elihai25, il écrit : « Les mots perfidis et perfidiam – dont il faut se réjouir qu’ils aient disparu de la liturgie catholique – étaient sans commune mesure avec les formules que l’on trouve dans certaines liturgies orientales, byzantine, syrienne ou autres, sur la “race adultère et infidèle des juifs”, la “synagogue qui est condamnée”, “l’essaim des déicides, la race impie des juifs”, “le peuple maudit des juifs”, et autres amabilités26. »

Le thème de la double offense, celle du geste aggravant celle des mots, est confirmé notamment par Pierre Mamie : « Ce glissement fut aggravé, à partir du VIIIe siècle, par le fait que cette oraison, contrairement aux autres intentions qui forment cette prière universelle, ne fut plus précédée ni d’un agenouillement, ni d’une intercession silencieuse27. »

Le concile de Trentemodifier | modifier le code

Clôture du concile de Trente, attr. à Paolo Farinati

La formulation fut conservée dans le missel romain introduit par Pie V, après le concile de Trente, selon sa bulle Quo Primum du 28. Cela revenait à lui conférer une plus grande valeur, puisqu'à partir de ce moment son utilisation devint obligatoire pour tous les catholiques29. Le catéchisme du concile de Trente, examinant le rôle du genre humain dans la Passion, précise que les péchés de l’humanité tout entière sont responsables de la crucifixion30, la faute et la responsabilité des chrétiens étant plus grandes, car ils sont plus conscients de la gravité de leurs actes31,32,33. Contrairement à Meliton de Sardes et à d'autres théologiens, le concile de Trente ne porte pas d'accusation de déicide spécifique contre le peuple juif.

Révision de la prière du Vendredi saintmodifier | modifier le code

L'année 1808 en Toscanemodifier | modifier le code

Selon le professeur Sergio Luzzatto, des travaux de Mgr Giuseppe Croce indiquent qu'après l'annexion de la Toscane à la France en 1808, Napoléon aurait imposé deux exigences à propos du Vendredi saint : d'une part, les paroissiens devaient prier pour lui en tant qu'« empereur très chrétien », et d'autre part les termes perfidis et perfidiam, jugés trop « injurieux » à l'égard des Juifs, devaient être traduits respectivement par « aveugles » et « cécité »34. L'ensemble des évêques de Toscane se déclarèrent d'accord sur ces deux points. Ainsi les évêques de Chiusi et Pienza, de Pescia, de Pistoia et Prato, de Fiesole et de Livourne, le vicaire général de Florence et l'archevêque de Pise envoyèrent-ils des circulaires dans leurs diocèses pour demander la bénédiction de l'empereur des Français et le changement de la formule concernant les Juifs. Cependant, le pape Pie VII s'y opposa : autant il donna son autorisation pour la bénédiction de Napoléon, autant il refusa la modification liturgique au motif que « un tel changement, aujourd'hui, signifierait que l'Église s'est trompée jusqu'ici »34. Cette réforme fut donc abandonnée, même si par la suite, au XIXe siècle, plusieurs évêques et prêtres de Toscane s'abstinrent officieusement de prononcer les mots perfidis et perfidiam.

Les années 1920 et la tentative de réforme des Amici Israelmodifier | modifier le code

Article détaillé : Opus sacerdotale Amici Israel.

La révision de l’oraison du Vendredi saint fut à l’ordre du jour pendant l’entre-deux-guerres, en particulier après la création à Rome, le 24 février 1926, de l’Opus sacerdotale Amici Israel, destinée à donner à la politique du Saint-Siège une orientation plus favorable au peuple juif. Il était question notamment de « propager les idéaux du sionisme parmi les catholiques35 » tout en les encourageant à un « apostolat fondé sur l'amour et la charité36 ». Cela impliquait la conversion des Juifs, selon la tradition catholique et conformément à la prière Oremus, mais dans une optique différente, définie par le pape Pie XI lors de l'Année sainte 192537.

Pie XI

Les Amici Israel étaient uniquement des membres du clergé38, et dès sa deuxième année d’existence, l'association réunissait 19 cardinaux, 300 évêques et environ 3 000 prêtres39.

La première mission que se donna l’association consistait à faire supprimer le mot perfidis dans la prière du Vendredi saint. Le pape Pie XI, qui entretenait des rapport cordiaux avec Alessandro Da Fano40, le grand-rabbin de Milan41 - dont il avait reçu des cours d'hébreu au séminaire et qu'il reçut plusieurs fois en audience42 - demanda à la Congrégation des rites d’élaborer une réforme en ce sens. Il chargea l'abbé bénédictin Ildefonso Schuster, spécialiste de l'histoire de la liturgie d'examiner la question43. Celui-ci s'avéra favorable à la réforme et sa correspondance montre qu'il considéra l'oraison comme une coutume superstitieuse44. La congrégation des Rites émit alors un avis positif, et demanda l'aval du Saint-Office45. La Curie lui opposa cependant une fin de non-recevoir, assortie d’un refus du cardinal Merry del Val, préfet du Saint-Office, au motif qu’il s’agissait de transformer une prière « inspirée et sanctifiée » par les siècles46 et exprimant « la répugnance pour la rébellion et la trahison du peuple élu, perfide et déicide »47. Ildefonso Schuster sera, quant à lui, contraint de confesser son erreur devant le Saint-Office48.

Le cardinal Merry del Val

Parallèlement, l'Opus sacerdotale poursuivait ses campagnes en liaison avec les représentants du mouvement sioniste européen, dont Albert Cohen[réf. nécessaire]. À l'inverse, sur la question de la création d'un État juif en Palestine, Pie XI préconisait une attitude « réservée »49. Selon Philippe Chenaux, une partie des laïcs de l'association en serait venue à souhaiter la création d'une nouvelle religion, une « Église chrétienne juive », ce que le Vatican ne pouvait tolérer50. À partir de cette relative « hébraïsation de l'Église » était visée la conversion totale du peuple juif51.

Ces diverses raisons firent que l'Opus sacerdotale Amici Israel fut aboli le 25 mars 1928 par un décret du Saint-Office39. La proposition, mal perçue par le Saint-Office, de changer la prière du Vendredi saint, et la doctrine de l'association, trop différente sur plusieurs points de la théologie encore dominante de l'Eglise sur le judaïsme, ont entraîné cette suppression de l'Opus sacerdotale52. Les partisans de la modification liturgique, parmi lesquels l'abbé Schuster, furent obligés de se rétracter. Toutefois, Pie XI exigea que cette dissolution fût assortie d'une condamnation de la haine envers les Juifs : « Comme il réprouve toutes les haines et les animosités entre les peuples, le Saint-Siège condamne résolument la haine contre un peuple déjà élu par Dieu, haine qu'aujourd'hui on désigne vulgairement sous le nom d'antisémitisme53. » Quant à l'abbé Schuster, Pie XI le créa cardinal et archevêque de Milan l'année suivante, en juillet-août 1929.

Après la Shoah : réforme progressive de la prièremodifier | modifier le code

Article détaillé : Conférence de Seelisberg.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la communauté internationale réagit à la découverte officielle des camps de concentration. Plusieurs personnalités intervinrent alors à titre privé afin d’infléchir l’attitude de l’Église à propos des juifs54,55. Par exemple, « le 12 juillet 1946, Maritain écrit à monseigneur Montini une longue lettre en forme de “supplique”56» suite au refus du Cardinal Hlond et de l'épiscopat polonais de condamner les pogroms, comme celui de Kielce, qui continuaient encore en Pologne. Il était alors ambassadeur de France près le Saint-Siège et agissait en accord avec Charles Journet et d'autres catholiques connusN 3.

La même année, en 1946, Jules Isaac publia un ouvrage fondamental sur les relations entre juifs et chrétiens : Jésus et Israël. Il y formulait dix-huit propositions pour l'apaisement de ces relations.

En juillet-août 1947, eut lieu la conférence de Seelisberg pour étudier les causes de l’antisémitisme et la responsabilité des chrétiens dans la Shoah. Parmi les participants juifs et chrétiens, se trouvaient Jules Isaac, le grand-rabbin Jacob Kaplan, le grand-rabbin Alexandre Safran, Charles Journet, Jean de Menasce et Paul Démann. Le texte de la déclaration publiée à l’issue de la conférence (les « dix points de Seelisberg ») doit beaucoup aux dix-huit propositions indiquées par Jules Isaac dans son Jésus et Israël57,56.

Dans Genèse de l’antisémitisme, Jules Isaac commente l’évolution de l’Église après la conférence de Seelisberg : « Des auteurs catholiques, tels qu’Erik Peterson (qui invoque l’autorité du cardinal Schuster) et surtout J. M. Oesterreicher, se sont appliqués à démontrer que, dans le latin d’église, perfidus ne signifie ni “perfide”, ni “parjure”, ni “déloyal”, ni “traître”, mais “incroyant” ou “infidèle”. » Il ajoute que cette « argumentation », qui n’est « pas pleinement convaincante » à ses yeux, a néanmoins « conduit à un résultat positif qui n’est pas négligeable ». De fait, la Congrégation des rites a émis en 1948 un avis selon lequel « le sens exact de cette expression latine » a été rendu « dans diverses traductions » par « des expressions qui ont paru blessantes à l’égard de ce peuple ». La Congrégation déclare ensuite ne pas désapprouver des traductions telles que « infidélité, infidèles en matière de religion58 »59. Cette déclaration, « d’une extrême prudence », toujours selon Jules Isaac, marque « un changement d’attitude, méritoire, puisqu’elle implique l’intention de réparer le mal commis par un usage plus que millénaire — et d’ailleurs loin d’être complètement abandonné»59.

En 1948, fut créée la Commission pour la réforme liturgique, en marge de la Congrégation des rites. Elle comprenait huit membres sous la présidence du cardinal Clemente Micara, puis du cardinal Gaetano Cicognani. Son secrétaire était Annibale Bugnini, nommé par Pie XII. Cette commission eut à traiter la réforme du rituel du Vendredi saint (1951) puis de la Semaine sainte (1955)60.

À la suite de ses travaux, la liturgie connut une première transformation en 1955. Le nouvel Ordo Hebdomadae Sanctae reprit les trois termes qui apparaissaient dans les autres prières du Vendredi saint : « Oremus », « Flectamus genua », « Levate », tandis que le reste du texte était inchangé. Cette réforme consistait donc en un retour au VIIIe siècle, avec la génuflexion et la prière silencieuse. Elle attribuait des titres aux différentes intentions de prière, celle pour les juifs étant intitulée « Pro conversione Judaeorum »61. Elle fut prescrite par le décret Maxima Redemptoris nostrae mysteria62, en date du et appliquée pour la première fois lors du Vendredi saint de 1956. Toutefois, certains missels avaient déjà intégré cette modification de manière informelle. Avec ce rétablissement de la génuflexion, comme pour « tous les autres Oremus », Jules Isaac constate : « Voilà donc supprimée l’offense du geste. » Il remarque à ce propos : « Au cours d’une audience pontificale, nous avions attiré sur ce point la bienveillante attention du Souverain Pontife. »63,N 4.

En 1959, Jean XXIII supprima les termes incriminés, perfidis et perfidiam, à l’occasion du premier Vendredi saint qui suivit son élection au pontificat. Il officialisa cette décision par une circulaire du vicariat de Rome en date du 4,62. Cette mesure fut étendue à l'Eglise universelle par un décret du 5 juillet 1959 de la Congrégation des rites62. Le missel romain de 1962 utilisa cette nouvelle versionN 5.

Vatican II et Nostra Ætatemodifier | modifier le code

Le pape Paul VI en 1967
Article détaillé : Nostra Ætate.

Le concile Vatican II a réexaminé en profondeur les relations du christianisme avec le judaïsme. Le pape Paul VI a fait une mise au point au sujet des relations avec les autres religions dans la déclaration Nostra Ætate du . Cette déclaration fut largement inspirée par John Maria Oesterreicher, tout comme les « dix points de Seelisberg » l’avaient été par Jules Isaac.

Les réformes de Paul VI portèrent également sur la prière du Vendredi saint. En effet, « même après la suppression par Jean XXIII de l’adjectif “perfidis”, l’oraison continuait à employer des formules que l’on pouvait considérer comme blessantes pour les juifs64 ». C’est pourquoi, en 1966, avec le nouveau missel, Paul VI a promulgué une nouvelle prière. Celle-ci fut à nouveau modifiée en 1969 et entra en vigueur à partir de 1970 :

« Prions pour les Juifs à qui Dieu a parlé, en premier : qu’ils progressent dans l’amour de son Nom et la fidélité de son Alliance. (Tous prient en silence. Puis le prêtre dit :) Dieu éternel et tout-puissant, toi qui as choisi Abraham et sa descendance pour en faire les fils de ta promesse, conduis à la plénitude de la rédemption le premier peuple de l’Alliance, comme ton Église t’en supplie. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. (Le peuple répond :) “Amen”. »

Cette version est toujours employée aujourd'hui dans la forme ordinaire du rite romain6. Elle est ainsi reprise dans la dernière édition typique - l'édition qui fait référence, produite par l'imprimerie vaticane - du missel romain, approuvée en 2000 par Jean-Paul II, et publiée en 2002.

Révision de Benoît XVI en 2008modifier | modifier le code

Modification dans le missel de 1962modifier | modifier le code

Le missel romain de 1969, réédité en 2002, est la référence en matière de liturgie dans l'église catholique. S'il se substitue au missel de 1962, ce dernier n'est pas pour autant abrogé. Les pratiquants qui désirent utiliser l'édition de 1962, comme les traditionalistes, en ont la possibilité, sous certaines conditions. Il reste donc en usage pour les célébrations de rite tridentin65,66.

Le , Benoît XVI, par le motu proprio intitulé Summorum Pontificum facilite l'emploi du missel de 1962 pour ceux qui en font la demande. Le pape approuve en fait l'usage légitime, dans le rite romain, de deux éditions du missel romain65,67,68 :

  • L'édition typique de 2002, qui, dans la lignée de la réforme liturgique de 1969, est la forme ordinaire du rite romain, c'est-à-dire la forme normale, de référence, celle qui est la plus communément utilisée dans l'Eglise.
  • L'édition typique de 1962, qui devient la forme extraordinaire du rite romain, et peut être utilisée selon les dispositions du motu proprio Summorum Pontificum. Le terme extraordinaire n'indique pas une supériorité. Il signifie simplement qu'il ne s'agit pas de la forme normalement employée69,67.

Concernant la prière du vendredi saint pour les Juifs :

  • La prière reste inchangée dans l'édition typique de 2002, couramment employée dans la liturgie. La version en vigueur est toujours celle de Paul VI, utilisée depuis 1970.
  • Dans l'édition typique de 1962, les mots perfidis et perfidiam étaient déjà supprimés dans la prière du vendredi saint70, le début du texte indiquant simplement : « Prions aussi pour les Juifs71.

Cette initiative de Benoît XVI a toutefois soulevé de vives inquiétudes dans les milieux juifs72, mais également des réserves parmi des catholiques73lesquels considèrent l'utilisation de cette prière de 1962, dans la forme extraordinaire du missel romain, comme un retour en arrière par rapport à la déclaration Nostra Ætate74,72. C’est pourquoi Benoît XVI a donné, en , une nouvelle version de cette prière aux fidèles utilisant le missel de 19626.

Formulation de 2008 (après correction par Benoît XVI), de la prière dans le missel édité en 196275 :

« Prions aussi pour les juifs. Que notre Dieu et Seigneur illumine leurs cœurs, pour qu'ils reconnaissent Jésus Christ comme sauveur de tous les hommes. - Prions. - Fléchissons les genoux. - Levez-vous. -Dieu éternel et tout-puissant, qui veux que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité, accorde, dans ta bonté, que, la plénitude des nations étant entrée dans ton Église, tout Israël soit sauvé. Par le Christ notre Seigneur. Amen».

Cette version fut diversement accueillie dans les milieux traditionalistes ou intégristes.

Interprétation de la prière de 2008modifier | modifier le code

Pour plusieurs commentateurs, l’intention de la prière demeure, selon l’ancienne tradition, la conversion des Juifs au christianisme. Selon le père John T. Pawlikowski (en) « cela crée une situation dans laquelle l’Église semble tenir deux discours (celui de la prière de 1970 et celui de la ‘nouvelle’ prière) qui ne sont pas facilement compatibles. Lequel représente la théologie catholique authentique concernant le peuple juif ? »73.

Adaptations de la prière dans les confessions prochesmodifier | modifier le code

Communion anglicanemodifier | modifier le code

Thomas Cranmer (1489–1556) par Gerlach Flicke (1545), National Portrait Gallery (Royaume-Uni)

L'Église d'Angleterre, indépendante de la papauté depuis le XVIe siècle et dont est issue la Communion anglicane, a conservé pour le Vendredi saint la liturgie du catholicisme dans sa forme originelle, mais elle réunit les neuf suppliques d'intercession dans trois prières (nommées en anglais collects), que la communauté tout entière prononce sans s'agenouiller. La troisième prière comprend les suppliques traditionnelles pour les Juifs, les païens (ici : les « Turcs », c'est-à-dire les musulmans), les incroyants et les hérétiques. Thomas Cranmer, archevêque de Cantorbéry, l'a formulée en 154976,77. Cette version a été incluse dans le Book of Common Prayer de 166278.

Lors de la fondation de l'Église épiscopale qui a suivi l'indépendance des États-Unis, celle-ci a incorporé cette formulation dans son livre de prières (1789)79. Depuis environ 1918 certains groupes dans l'Église ont critiqué la phrase concernant les Juifs, les Turcs, les infidèles et les hérétiques, et ils l'ont modifiée. En 1925, par exemple, le diocèse du Massachusetts appartenant à l'Église épiscopale l'a remplacée par cette formulation : « Aie pitié de tous ceux qui ne te connaissent pas80 ». Lors de la révision du livre de prière, en 1928, l'ensemble de l'Église épiscopale a vu dans cette critique une occasion de remplacer la phrase par : « Prends pitié de ceux qui ne te connaissent pas tel que tu as été révélé dans l'Évangile de ton Fils81 ».

Dans le livre de prières de l'Église épiscopale de 1979 se reflète une nouvelle fois le mouvement de réforme liturgique du XXe siècle et il inclut, entre autres, une révision importante de toute la liturgie du Vendredi saint. Non seulement la Collecte proprement dite a été fortement abrégée, mais après le sermon on a introduit toute une suite de prières plus importantes sous le nom de « The Solemn Collects ». Ces prières, dans la lignée de celles qui étaient déjà apparues en 1928, ne mentionnent ni les Juifs, ni les Turcs, mais demandent de prier de façon générale (soit toujours à genoux, soit debout, selon ce qui aura été décidé)82.

L'Église d'Angleterre, il est vrai, n'a pas abandonné le livre de prières officiel de 1662, mais elle a publié en 1980, l'Alternative Service Book, où se trouve de façon atténuée la troisième supplication du Vendredi saint. Jusqu'en 2000 il a été en usage à côté du livre de prière ordinaire de 1662 et a depuis été remplacé par le livre intitulé Common Worship où la prière d'intercession concernant les Juifs ne figure plus83. D'autres communautés relevant de la Communion anglicane ont chacune leur propre version du livre de prière, avec des règles différentes à cet égard.

Église Vieille-catholiquemodifier | modifier le code

L'Église Vieille-catholique continue la tradition liturgique du rite romain, mais du fait de sa constitution épiscopalo-synodale elle a procédé à des réformes liturgiques dès sa création dans les années 187084. Adolf Thürling, un expert en liturgie, a adapté les textes traditionnels dans une langue plus moderne. Le missel d'autel en allemand qu'il a élaboré en 1888 ne contenait plus de prière d'intercession concernant les Juifs : dans la sixième et dernière supplique d'intercession du Vendredi saint on priait pour l'humanité tout entière afin que «les cœurs aveugles et endurcis s'éveillassent à une vie nouvelle85. »

En 1959 a paru un nouveau missel d'autel, pour lequel Kurt Pursch a traduit la plupart des textes du Missale Romanum en s'efforçant d'être le plus littéral possible. C'est pourquoi on y trouve encore la prière d'intercession concernant les Juifs86 ,87. Dans le diocèse allemand ce missel était à peine utilisé, même s'il était resté en vigueur officiellement. C'est qu'après la réforme de la liturgie catholique romaine qui avait suivi le concile le rituel vieux-catholique de la messe apparaissait comme dépassé. Pour cette raison, les autorités épiscopales toléraient l'usage du misel d'autel de 1888 et du livre de messe de l'Église catholique de 1970-1975.

En 1995 un nouveau missel a été publié sous le titre Eucharistiebuch et, en 2006 il a été refondu et muni de rubriques. Dans les deux éditions manque la cinquième des huit suppliques « pour ceux qui ne croient pas au Christ », c'est-à-dire une prière d'intercession distincte réservée aux Juifs88.

Dans l'Église vieille-catholique d'Autriche est en vigueur le missel de 1930 auquel avaient été ajoutées en 1952 des expressions antijuives ; celles-ci ont cependant été supprimées par Bernhard Heitz, évêque de 1994 à 200789.

L'Église catholique-chrétienne de la Suisse avait une prière d'intercession concernant les juifs, mais la formulation en était critiquée et elle était souvent omise. Depuis 2008 le nouveau recueil de prières et de cantiques contient dans son deuxième volume une version modifiée90,91.

Notes et référencesmodifier | modifier le code

Notesmodifier | modifier le code

  1. Selon Michel Remaud, « ces termes n’avaient pas en latin le sens de “perfides” et de “perfidie”, qu’ils ont acquis en français et dans les langues issues du latin. Ils signifiaient seulement que les juifs étaient “infidèles”, c’est-à-dire qu’ils n’adhéraient pas à la foi chrétienne ». Site de Notre-Dame de Sion, article « Dans la liturgie ».
  2. Dans Genèse de l'antisémitisme, p. 291, Jules Isaac parle de « l'intention première, sincèrement miséricordieuse » de cette oraison.
  3. De même, le 26 avril 1948, Maritain écrivit, à la demande du président du Comitato ricerche deportati ebrei, au Cardinal Montini (futur Paul VI), une note bibliographique sur la question de la prière « pro perfidis judaeis ». Il y faisait référence au terme « perfidus » et à l'omission de la génuflexion lors de la prière. Le 3 juin de la même année, Mgr Montini lui confia que la réflexion sur cette prière était en cours et que dans la prochaine édition du missel, le mot « Perfidis » serait sans doute modifié. Cf. Yves Chevalier, « Le combat de Jacques Maritain contre l’antisémitisme ».
  4. Jules Isaac, reçu le 16 octobre 1949, en audience privée par Pie XII avait attiré son attention sur l'omission de l'agenouillement dans la prière du vendredi saint pour les Juifs. Les Eglises devant le judaïsme, documents officiels 1948-1978, Textes rassemblés, traduits et annotés par Marie-Thérèse Hoch et Bernard Dupuy, éd. Cerf, 1980, ch. 58, p. 351
  5. Formulation de 1959 (après correction par Jean XXIII) : Prions aussi pour les juifs. Que notre Dieu et Seigneur retire le voile de leurs cœurs, pour qu'eux aussi reconnaissent Jésus Christ notre Seigneur. Prions. Fléchissons les genoux. Levez-vous. Dieu éternel et tout-puissant, qui n'écartes pas même les juifs de ta miséricorde, exauce nos prières, que nous te présentons pour ce peuple aveuglé (littéralement : pour l'aveuglement de ce peuple), afin que, ayant reconnu la vérité de ta lumière, qui est le Christ, ils soient arrachés à leurs ténèbres. Par ce même Jésus-Christ notre Seigneur. Amen. De la prière pour le peuple juif le vendredi saint : repères historiques, Michel Remaud, sur sion.org

Référencesmodifier | modifier le code

  1. Dans son Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, Viollet-le-Duc remarque : « La synagogue de la cathédrale […] a les yeux bandés ; son étendard se brise dans sa main ; son bras gauche, pendant, laisse tomber les tables. »
  2. a, b, c et d Bernhard Blumenkranz, Juifs et chrétiens dans le monde occidental, 430-1096, éd. Mouton et Cie, Paris et La Haye, 1960 ; rééd Peeters, Paris-Louvain, 2006 p. 91-92 extraits en ligne.
  3. « Sans doute le terme latin de “perfidia” signifie-t-il étymologiquement “infidélité”, “manque de foi” ou “incrédulité”, mais dans la tradition française – comme en d’autres langues – le mot a pu être perçu, dans un contexte d’antijudaïsme, comme synonyme de “déloyauté”, de “fourberie”. Comme on sait l’influence du texte des prières sur la foi des croyants, l’emploi de ce vocable s’est avéré particulièrement péjoratif à l’égard du peuple juif, voire franchement pernicieux. In Une mémoire pour l’avenir : cinquante ans de dialogue entre juifs et chrétiens, les grands textes : réunis à l’occasion du cinquantenaire de la conférence de Seelisberg (30 juillet - 5 août 1947), éd. du Zèbre, Lausanne, 1997, p. 44 ; article de Mgr Pierre Mamie dans Judaïsme, anti-judaïsme et christianisme : colloque de l’Université de Fribourg, 16-20 mars 1998, par Alexandre Safran et al., faculté de théologie de l’université de Fribourg, éditions Saint-Augustin, 2000, (ISBN 2880111536 et 9782880111533) présentation en ligne, p. 27-28 lire en ligne sur books.google.fr (page consultée le 30 mai 2009)]
  4. a et b Site de Notre-Dame de Sion.
  5. La traduction en latin est la suivante : Oremus et pro Iudæis, ut, ad quos prius locutus est Dominus Deus noster, eis tribuat in sui nominis amore et in sui fœderis fidelitate proficere. (Oratio in silentio. Deinde sacerdos :) Omnipotens sempiterne Deus, qui promissiones tuas Abrahæ eiusque semini contulisti, Ecclesiæ tuæ preces clementer exaudi, ut populus acquisitionis prioris ad redemptionis mereatur plenitudinem pervenire. Per Christum Dominum nostrum. Amen.
  6. a, b et c La-croix.com avec AFP et Imédia, « Le pape modifie une prière "pour la conversion des juifs" du Vendredi saint », sur la-croix.com, La Croix,‎ 06/02/2008 (consulté le 28 sept. 2010)
  7. Dictionnaire latin-français en ligne
  8. Le Gaffiot indique pour le latin classique : « perfide, sans foi [en parl. de pers.] ; […] [fig. en parl. de choses] perfide, trompeur. »
  9. K. P. Harrington, Mediaeval Latin (1925). L’ouvrage de Harrington précise p. 181, note 5, à propos du mot perfidorum : « Perfidus and perfidia are used by Bede and other LL writers as opposites of fides and fidelis (cf. Plummer 2.10). Thus perfidorum principum mandata are mandates of the unbelieving rulers. » C’est-à-dire : « Perfidus et perfidia sont employés par Bède et d’autres auteurs latins comme antonymes de fides et de fidelis (cf. Plummer 2.10). Les perfidorum principum mandata sont donc les mandats des princes incroyants. »
  10. Albert Blaise, Dictionnaire latin-français des Pères de l’Église.
  11. Bernhard Blumenkranz, « Perfidia », Archivium Latinitatis medii Aevi, Bulletin du Cange, 1952, t. XXII, p. 157-170, en ligne.
  12. Bernhard Blumenkranz, Perfidia, Archivium Latinitatis medii Aevi, Bulletin du Cange, 1952, t. XXII, p. 169-170, en ligne.
  13. Histoire des missels.
  14. « La plupart des missels modernes traduisent en français : perfide » (Bernhard Blumenkranz, « Perfidia », Archivium Latinitatis medii Aevi, Bulletin du Cange, 1952, t. XXII, p. 158, en ligne.
  15. Première édition en 1920 ; rééd. Bruges, Paris, 1951, p. 702-703. « Le missel de dom Gaspar Lefèbvre de l’abbaye Saint-André de Bruges en 1920, et celui de dom Gérard de Clairvaux en 1937 se répandirent par millions. » Marie-Élisabeth Jeannin, La liturgie : pour comprendre et participer, juin 2002, article en ligne.
  16. Missel quotidien et vespéral [PDF]
  17. « Dans ALMA (Bulletin du Cange), 22, 1952, 157 sqq. »
  18. « La dernière étude de cette oraison, après le travail de J. M. Oesterreicher, « Pro perfidis Judaeis », dans Cahiers sioniens, 1947, 85/101, est donnée par J. Isaac, Genèse de l’antisémitisme, Paris, 1956, 296/305. »
  19. a, b et c Éd. Pocket, coll. « Agora », p. 289 sqq.
  20. Jules Isaac cite l’article d’Erik Peterson, Perfidia Judaica, Ephemerides liturgicae, 1936, t. 50 ; Mgr John Maria Oesterreicher, Pro perfidis Judaeis, 1947, Cahiers Sioniens ; Bernhard Blumenkranz, Archivium Latinitatis medii Aevi, Bulletin du Cange, 1952, t. XXII.
  21. Formule extraite de l’article de John Maria Oesterreicher, Pro perfidis Judaeis, cité par Jules Isaac.
  22. Jules Isaac cite l’étude de Robert Fawtier dans John Ryland’s Library, bull. 5, p. 381, selon laquelle la génuflexion « se serait maintenue à York jusqu’au XIIe siècle ».
  23. Son ouvrage L’Église au pied du mur porte comme sous-titre : « Juifs et chrétiens, du mépris à la reconnaissance ».
  24. Site de Notre-Dame de Sion, article de Michel Remaud, « Dans la liturgie ».
  25. Yohanan Elihai, Juifs et chrétiens d’hier à demain, Cerf, Paris, 1990, p. 22-23.
  26. Un écho d’Israël, Site de Notre-Dame de Sion.
  27. Une mémoire pour l’avenir : cinquante ans de dialogue entre juifs et chrétiens, les grands textes : réunis à l’occasion du cinquantenaire de la conférence de Seelisberg (30 juillet - 5 août 1947), éd. du Zèbre, Lausanne, 1997, p. 44 ; article de Mgr Pierre Mamie dans Judaïsme, anti-judaïsme et christianisme : colloque de l’Université de Fribourg, 16-20 mars 1998, par Alexandre Safran et al., faculté de théologie de l’université de Fribourg, éditions Saint-Augustin, 2000, (ISBN 2880111536 et 9782880111533) présentation en ligne, p. 27-28 lire en ligne sur books.google.fr (page consultée le 30 mai 2009)]
  28. Oraison pour la conversion des Juifs [PDF], sur le site lacriseintegriste.typepad.fr.
  29. A.G. Martimort, L'Église en prière: introduction à la liturgie, éd. Desclée, 1965, p. 46 ; cité par Knud Ottosen, The Responsories and Versicles of the Latin Office of the Dead, éd. Books on Demand, 2008, p. 4, extrait en ligne
  30. Catéchisme Romain, 1, 5, 11
  31. Catéchisme de l'Eglise Catholique, Paris, 1998, n° 598. (Commentaire du Catéchisme Romain 1, 5, 11)
  32. « Puisque ce sont nos crimes qui ont fait subir à Notre-Seigneur Jésus-Christ le supplice de la Croix, à coup sûr, ceux qui se plongent dans les désordres et dans le mal crucifient de nouveau dans leur cœur, autant qu’il est en eux, le Fils de Dieu par leurs péchés, et Le couvrent de confusion. Et il faut le reconnaître, notre crime à nous dans ce cas est plus grand que celui des Juifs. Car eux, au témoignage de l’Apôtre, s’ils avaient connu le Roi de gloire, ils ne L’auraient jamais crucifié. Nous, au contraire, nous faisons profession de Le connaître. Et lorsque nous Le renions par nos actes, nous portons en quelque sorte sur Lui nos mains déicides » ; catéchisme du Concile de Trente, première partie, chapitre V, § 3, cf. Fabrice Hadjadj, Et les violents s'en emparent : Coups de grâce, éd. l'[Âge d'Homme, p. 41, extrait en ligne
  33. (la) « Hac culpa omnes teneri iudicandum est qui in peccata saepius prolabuntur. Nam, cum peccata nostra Christum Dominum impulerint ut crucis supplicium subiret, profecto qui in flagitiis et sceleribus volutantur, rursus, quod in ipsis est, crucifigunt in semetipsis Filium Dei, et ostentui habent. Quod quidem scelus eo gravius in nobis videri potest, quam fuerit in Iudaeis, quod illi, eodem Apostolo teste, si cognovissent, numquam Dominum gloriae crucifixissent (1 Cor 2,8); nos autem et nosse Eum profitemur, et tamen factis negantes, quodammodo violentas Ei manus videmur inferre » (Catéchisme romain, 1, 5
  34. a et b Sergio Luzzatto, « Pio VII, quel sì a Napoleone e il no agli ebrei : Nel 1808 vietò di eliminare l'espressione «perfidi giudei» », Corriere della sera,‎ 19 août 2007 (lire en ligne)
    Luzzatto se réfère à l'ouvrage : Mgr Giuseppe M. Croce, Pio VII papa benedettino nel bicentenario della sua elezione : Atti del Congresso storico internazionale Cesena, Venezia, 15-19 settembre 2000, Badia di Santa Maria del Monte,‎ 2003, « Pio VII, il cardinal Consalvi e gli ebrei (1800-1823) »
  35. Philippe Chenaux, Entre Maurras et Maritain, Cerf, 1999, p. 175.
  36. Philippe Chenaux, ibid., p. 174.
  37. Dans le Bulletin catholique international n° 9, 1er février 1926, Jacques Maritain cite l'intention spéciale de la prière pour Israël recommandée par Pie XI pour l'Année sainte : Regardez enfin avec miséricorde les enfants de ce peuple qui fut, jadis, votre préféré ; que sur eux aussi descende, mais aujourd'hui en baptême de vie et de rédemption, le Sang qu'autrefois ils appelaient sur leurs têtes. Cité par Philippe Chenaux, ibid. p. 174.
  38. Hubert Wolf, Le pape et le diable, CNRS éditions,‎ 2009, p. 91
  39. a et b Menahem Macina, « Essai d’élucidation des causes et circonstances de l’abolition, par le Saint-Office, de l’Opus sacerdotale Amici Israel (1926-1928) », in Juifs et chrétiens, entre ignorance, hostilité et rapprochement (1898-1998), Travaux Recherches de l’Université, Lille, 2003, p. 87-110, lire en ligne sur le site Riv Tsion
  40. Mort en 1935 à l'âge de 88 ans, il avait été rabbin de Corfou puis grand rabbin de Reggio avant de devenir grand rabbin de Milan ; cf. (it) Laura Moneta Nascita, crescita e vicissitudini attuali della scuola ebraica di Milano, thèse de lettres modernes, université de Milan, 2002, édition en ligne sur le site Mosharà ; (en) Richard Gottheil et M. Caimi, article Corfu in Jewish Encyclopedia, article en ligne
  41. Yves Chiron, Pie XI (1857-1939), Perrin, 2004.
  42. (it) Yves Chiron, Pio XI. Il papa dei patti lateranensi e dell'opposizione ai totalitarismi, éd. San Paolo, 2006, pp. 92 et 455 ; cité par Giuseppe Perri, Il caso Lichtner: gli ebrei stranieri, il fascismo e la guerra, éd. Editoriale Jaca Book, 2010, p. 161, extrait en ligne. Voir aussi Emma Fattorini, Pio XI, Hitler e Mussolini. La solitudine di un un papa, éd. Einaudi, 2007, recension en ligne
  43. Hubert Wolf, Le pape et le diable, CNRS éditions,‎ 2009, p. 97
  44. Lettre du 20 janvier 1928 au Secrétaire de la Congrégation des Rites, cité par Hubert Wolff, Pope and Devil : The Vatican's Archives and the Third Reich, éd. Harvard University Press, 2010, pp. 91-92 extrait en ligne
  45. Hubert Wolf, Le pape et le diable, CNRS éditions,‎ 2009, p. 103
  46. Hubert Wolf, « Pro perfidis Judaeis“, Die „Amici Israel“ und ihr Antrag auf eine Reform der Karfreitagsfürbitte für die Juden (1928). Oder: Bemerkungen zum Thema katholische Kirche und Antisemitismus », in Historische Zeitschrift, CCLXXIX (2004), p. 612-658, cité par Emma Fattorini, Pio XI, Hitler e Mussolini. La solitudine di un papa, Einaudi 2007, p. 116-117.
  47. Hubert Wolf, Le pape et le diable, CNRS éditions,‎ 2009, p. 111
  48. Hubert Wolff, Pope and Devil : The Vatican's Archives and the Third Reich, éd. Harvard University Press, 2010, p. 92 extrait en ligne et 114 extrait en ligne
  49. Philippe Chenaux, ibid., p. 176 sqq.
  50. Philippe Chenaux, ibid., p. 184.
  51. Article d'Olivier Rota.
  52. Laurence Deffayet, Amici Israel : Les raisons d'un échec des éléments nouveaux apportés par l'ouverture des archives du saint-office, in Ecole française de Rome, Rome, 2005, vol. 117, no2 (Mélanges de l'Ecole française de Rome. Italie et Méditerranée), ISSN 1123-9891 Recension en ligne
  53. Acta Apostolicae Sedis, 1928.
  54. Jean Dujardin, L'Eglise catholique et le peuple juif, éd. Calmann-Lévy, 2003, ch. III, Pie XII et les juifs, p. 176
  55. Georges Bensoussan, éditorial de la Revue d'Histoire de la Shoah, « Catholiques et protestants français après la Shoah », n° 192, janvier-juin 2010, p. 14.
  56. a et b Yves Chevalier, « Le combat de Jacques Maritain contre l’antisémitisme »
  57. Chronologie du dialogue judéo-chrétien, site Akadem.
  58. Acta Apostolicae Sedis, vol. IX, no 8, 16 août 1948. Lire en ligne : « DÉCLARATION DE LA S. CONGRÉGATION DES RITES SUR LE SENS SUSCEPTIBLE D'ÊTRE DONNÉ AUX EXPRESSIONS " PERFIDI JUDAEI " ET " JUDAICA PERFIDIA " » (consulté le 2 octobre 2010)
  59. a et b Jules Isaac, Genèse de l’antisémitisme, éd. Calmann-Lévy, 1956, rééd. Press Pocket, 1985; coll. Agora, p. 292
  60. L’histoire de la réforme liturgique à travers le témoignage de Mgr Bugnini par Mgr Martimort, sur le site Sacrosanctum Concilium.
  61. Hubert Wolf, Le pape et le diable, CNRS éditions,‎ 2009, p. 128
  62. a, b et c Les Eglises devant le judaïsme, documents officiels 1948-1978, Textes rassemblés, traduits et annotés par Marie-Thérèse Hoch et Bernard Dupuy, éd. Cerf, 1980, ch. 58, p. 351
  63. Jules Isaac, Genèse de l’antisémitisme, éd. Calmann-Lévy, 1956, rééd. Press Pocket, 1985; coll. Agora, p. 298
  64. Michel Remaud, Dialogue et profession de foi Site de Notre-Dame de Sion.
  65. a et b Théo, l'Encyclopédie catholique pour tous, éd. Mame, Paris, 2009, p.1296
  66. Quelques définitions : missel, motu proprio, indult… La-croix.com, 02/11/ 2006
  67. a et b Forme extraordinaire, La-croix.com, 06/07/2008
  68. La réforme, La-croix.com, 13/09/2007
  69. Le Pape Benoît XVI précise dans la lettre accompagnant le motu proprio : « il faut dire avant tout que le Missel, publié par Paul VI et réédité ensuite à deux reprises par Jean-Paul II, est et demeure évidemment la Forme normale — la Forma ordinaria — de la liturgie Eucharistique. » Voir la lettre du pape aux évêques en ligne
  70. Isabelle de GAULMYN, « Le Saint-Siège confirme la publication du motu proprio », sur la-croix.com, La Croix,‎ 28/06/2007 (consulté le 28 sept. 2010)
  71. Missale Romanum editio typica, A.D. 1962
  72. a et b Pierre Savy, « Benoît XVI et la 'prière pour les Juifs', Retour sur une polémique judéo-chrétienne récente », La vie des idées, 28 avril 2008, Article de Pierre Savy [PDF]
  73. a et b La révision de la prière du Vendredi saint et le dialogue entre Juifs et chrétiens par Jean Duhaime, ex-président du Dialogue judéo-chrétien de Montréal
  74. « La prière pour la conversion des Juifs réapparaîtra-t-elle ? », sur le site jcrelations.net
  75. De la prière pour le peuple juif le vendredi saint : repères historiques, Michel Remaud, sur sion.org
  76. C. Frederick Barbee, Paul F.M. Zahl: The Collects of Thomas Cranmer. Wm. B. Eerdmans Publishing Company, London 2006, ISBN 0-8028-1759-9
  77. « Dieu miséricordieux, qui as fait tous les hommes, et ne hais rien de ce que tu as fait, et qui ne souhaites pas la mort du pécheur, mais qu'il se convertisse et qu'il vive, aie pitié de tous les Juifs, les Turcs, les infidèles et les hérétiques, et retire d'eux tout ce qui est ignorance, dureté de cœur, et mépris de ta parole, et ramène-les chez toi, ô Seigneur béni, dans ton troupeau, afin qu'ils puissent être sauvés parmi les restes des vrais Israélites, et former un seul troupeau sous un seul pasteur, Jésus-Christ notre Seigneur, qui vit et qui règne avec toi et le Saint-Esprit, maintenant et pour toujours. Amen. »
  78. O MERCIFUL God, who hast made all men, and hatest nothing that thou hast made, nor wouldest the death of a sinner, but rather that he should be converted and live; Have mercy upon all Jews, Turks, Infidels, and Hereticks, and take from them all ignorance, hardness of heart, and contempt of thy Word; and so fetch them home, blessed Lord, to thy flock, that they may be saved among the remnant of the true Israelites, and be made one fold under one shepherd, Jesus Christ our Lord, who liveth and reigneth with thee and the Holy Spirit, one God, world without end. Amen.
  79. http://justus.anglican.org/resources/bcp/1789/Readings1789&1892B.htm#Good%20Friday
  80. Time, New Orleans, 5 octobre 1925
  81. BCP 1928 (hier S. 35), sowie Lawrence A. Hoffman, David Arnow: My People's Passover Haggadah Band 1, S. 35
  82. « Pour ceux-là qui n'ont jamais entendu prononcer la parole de salut, pour ceux qui ont perdu leur foi, pour ceux qui se sont endurcis dans le péché ou l'indifférence, pour ceux qui vivent dans le dédain et le mépris, pour ceux qui sont les ennemis de la croix du Christ et qui persécutent ses disciples, pour ceux qui en persécutent d'autres au nom du Christ, que Dieu veuille ouvrir leurs cœurs à la vérité, et les conduise à la foi et à l'obéissance. Dieu bienveillant, créateur de tous les peuples de la terre et qui aime leurs âmes : aie pitié de tous ceux qui ne te connaissent pas de la façon dont tu t'es révélé en ton Fils Jésus-Christ ; que ton Évangile soit prêché avec grâce et avec force à ceux qui ne l'ont pas entendu ; tourne les cœurs de ceux qui lui résistent, et ramène à ton troupeau ceux qui se sont égarés, de sorte qu'il n'existe qu'un troupeau sous un seul pasteur, Jésus-Christ notre Seigneur. »Cf. BCP 1979, S. 279 et 280
  83. Roger Tomes (Center for Jewish Studies): Jewish and Christian Liturgical Collaboration?
  84. Altkatholiken.de: Haben die Alt-Katholiken auch eine eigene Liturgie? Definieren sie sich von ihrem Gottesdienst her? Was ist für sie „Gottesdienst"?
  85. Das heilige Amt auf die Feste und Zeiten des Jahres, Selbstverlag der Synodal-Repräsentanz, Bonn 1888; zitiert nach Gebet- und Gesangbuch für die Angehörigen der alt-katholischen Kirche des deutschen Reiches, Verlag der Bischöflichen Kanzlei, Bonn 1909, S. 225
  86. Altarbuch für die Feier der heiligen Eucharistie im Katholischen Bistum der Alt-Katholiken in Deutschland, hrsg. im Auftrag des Bischofs von der Liturgischen Kommission, Bonn 1959, S. 81
  87. « Prions aussi pour les Juifs, qui se sont fermés à la foi ; que le Seigneur Dieu ôte le voile de leur cœur afin qu'ils reconnaissent eux aussi Notre Seigneur Jésus-Christ. Prions! »
    Diacre : « Agenouillons-nous ! » (Prière silencieuse)
    Sous-diacre: « Levez-vous! »
    « Dieu tout-puissant et éternel, n'exclus pas de ta miséricorde les juifs qui refusent de croire en toi. Entends notre prière afin que nous exécutons en face de vous. Fais connaître aux juifs la lumière de ta vérité, fais-leur connaître le Christ et arrache-les à leurs ténèbres. Par Lui, notre Seigneur Jésus-Christ, ton Fils… »
    [Assistance] : « Amen. »
  88. Die Feier der Eucharistie im Katholischen Bistum der Alt-Katholiken. Für den gottesdienstlichen Gebrauch erarbeitet durch die Liturgische Kommission und herausgegeben durch Bischof und Synodalvertretung. Alt-Katholischer Bistumsverlag, Bonn 2006, ISBN 3-934610-30-7, S. 71
  89. Skript der altkatholischen Kirchengemeinde Klagenfurt
  90. Gebet- und Gesangbuch der Christkatholischen Kirche der Schweiz. Band II: Heilige Woche: Palmsonntag bis Ostern. Hrsg. v. Bischof und Synodalrat der Christkatholischen Kirche der Schweiz, Christkatholischer Medienverlag, Allschwil 2008, S. 95
  91. :Diacre: « Prions pour les Juifs, que dans sa fidélité éternelle Dieu les protège et qu'il les maintienne dans l'amour de son nom. »
    Communauté : « Entends nos prières, ô Seigneur Dieu. »
    Prêtre : « Dieu tout-puissant et éternel, tu as choisi Abraham et ses descendants, et tu leur as promis le salut. Écoute les prières de ton Église pour le peuple de l'alliance ancienne, et fais le parvenir à la plénitude de la rédemption ».

Annexesmodifier | modifier le code

Bibliographiemodifier | modifier le code

Articles connexesmodifier | modifier le code








Creative Commons License