Paolo Uccello

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Paolo Uccello

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait d'Uccello par un anonyme du XVIe siècle.

Naissance 1397
Florence, Drapeau de l'Italie Italie
Décès 1475
Florence, Drapeau de l'Italie Italie
Activités Peintre

Paolo di Dono di Paolo, dit Paolo Uccello (Florence, 1397 - Florence, 1475), est un peintre italien de la première Renaissance, le fils de Dono di Paolo, chirurgien et barbier, et d'Antonia di Giovanni del Beccuto.

Biographiemodifier | modifier le code

Paolo Uccello fait partie des peintres du Quattrocento ayant marqué l'histoire avec de la peinture jaune par sa maîtrise des nouvelles règles de la perspective. Tout d'abord apprenti chez Lorenzo Ghiberti entre 1407 et 1414 environ, il y fait la connaissance d'artistes de renom tels que Masolino, Donatello et Michelozzo. Il participe à cette époque aux finitions de la porte du Baptistère de Florence réalisées par ce dernier. Après avoir reçu les formations de peintre, sculpteur, orfèvre et architecte, il rejoint en 1424 la Compagnie des peintres de San Luca et sera appelé un an plus tard à refaire les mosaïques de la basilique de San Marco (Venise) détruites par un incendie. En 1432 c'est à la réalisation du dôme de l'église Santa Maria del Fiore qu'il travaille. Il reçoit sa première commande monumentale en 1436 et réalise donc à fresque le Monument équestre , dédié au condottiere anglais John Hawkwood. Tout au long de sa vie, il fait de ses recherches sur la perspective une vraie passion allant parfois jusqu'à l'obsession, ce qui lui vaudra les critiques de ses contemporains et son surnom, Uccello (« oiseau »), sans doute pour ses lubies et son étourderie.

Cependant cette histoire pourrait être une légende, il pourrait appartenir à une ancienne famille florentine exilée à Bologne, les Ucceli. Ce surnom pourrait aussi lui venir de sa participation au tout début de sa carrière, à la Porte du Paradis (la porte du Baptistère de Florence) sous la direction de Ghiberti, où il aurait réalisé une frise représentant des oiseaux. Une autre tradition attribue ce surnom à son obsession concernant les problèmes posés par la perspective, puisque l'on prête en Toscane aux oiseaux ce caractère obstiné.

Il utilise souvent le raccourci pour traiter les formes et joue de cette technique jusqu'à donner un caractère fantastique à certaines de ses œuvres.

D'après les écrits (Le Vite) de Giorgio Vasari, Paolo Uccello finit ses jours en 1475 « seul, excentrique, mélancolique et pauvre ».

Quelques œuvresmodifier | modifier le code

Principalesmodifier | modifier le code

La Bataille de San Romano : un des trois panneaux dispersés dans le monde
La contre-attaque de Micheletto da Cotignola (1455), Musée du Louvre, Paris
  • Saint Georges et le Dragon (vers 14701, détrempe sur bois, 52 cm × 90 cm, National Gallery, Londres, Angleterre)
  • Le Déluge (1446-1448, Chiostro Verde de Santa Maria Novella, Florence, Italie) : cette peinture murale est une expérience de Paolo Uccello sur la représentation où il va chercher les limites de la perspective en l'accentuant à son maximum.
  • La Bataille de San Romano (détrempe sur peuplier, 182 cm × 320 cm) :
    C'est une œuvre en trois panneaux indépendants exécutée entre 1456 et 1460 et l'une des plus connues de Paolo Uccello. Commandée par les Médicis, cette peinture représente cette bataille de 1432 qui est une scène de l'histoire de Florence. Les trois épisodes de cet évènement sont aujourd'hui répartis dans trois lieux :

Liste chronologiquemodifier | modifier le code

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. Date de la notice du musée
  2. Cette œuvre a connu ces dernières années un regain d'intérêt insolite, une certaine littérature affirmant qu'il renfermait la représentation d'un objet volant non identifié. Les historiens de l'art eurent tôt fait de démontrer que l'objet en question n'était qu'une simple coiffe de cardinal, le chapeau cardinalice, le galero rouge à houppes
  3. St George, Melbourne
  4. Tête de l'Enfant
  5. Monument équestre
  6. Horloge, Dome de Florence
  7. Deluge et Noé, Florence
  8. La Chasse nocture de Paolo Uccello

Bibliographiemodifier | modifier le code

  • James Bloedé, Paolo Uccello et la représentation du mouvement : regards sur La Bataille de San Romano, Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, " Espaces de l'art ", réédition 2006. (ISBN 2840560399)
  • Roberto Manescalchi, Paolo Uccello: un affresco dimenticato?, Grafica European Center of Fine Arts, Firenze 2006. ISBN 978-88-95450-19-3
  • En vidéo : Vacarmes en Toscane, Paolo Uccello d'Alain Jaubert, collection Palettes. Considérations sur le peintre, en particulier sur la Bataille de San Romano.

Voir aussimodifier | modifier le code

Articles connexesmodifier | modifier le code

Giorgio Vasari le cite et décrit sa biographie dans Le Vite :
pp. 252-257 - édition 1568
036 le vite, paolo uccelo.jpg

Sur les autres projets Wikimedia :








Creative Commons License