Pascale Boistard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pascale Boistard
Image illustrative de l'article Pascale Boistard
Fonctions
Secrétaire de la Commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale
En fonction depuis le 2012
Députée de la 1re circonscription de la Somme
En fonction depuis le
Élection
Prédécesseur Siège vacant
Maxime Gremetz avant le 17 mai 2011
Biographie
Date de naissance (43 ans)
Lieu de naissance Mont-de-Marsan (Landes)
Nationalité Française
Parti politique PS
Diplômé de D.E.A. de sciences politiques - Université Paris VIII

Pascale Boistard, née le 4 janvier 1971 à Mont-de-Marsan est une femme politique française, élue députée de la Somme en 2012.

Biographiemodifier | modifier le code

Après l'obtention de son baccalauréat A1 (mathématiques et philosophie), elle fait ses études à l'université Paris VIII. Elle est titulaire d'un DEA en sciences politiques spécialisé sur les institutions européennes ; elle écrit deux mémoires sur le sujet: « le principe de subsidiarité dans la construction politique européenne » et « L'Europe sécuritaire ». Elle adhère au parti socialiste en 1997.

Engagement politiquemodifier | modifier le code

Elle a été la collaboratrice de Gaëtan Gorce, (député PS de la Nièvre, rapporteur des deux lois sur les 35 heures) et attachée parlementaire de Jean-Luc Mélenchon lorsqu'il était ministre de l'enseignement professionnel[réf. nécessaire]. Elle participe en 2003 à la création de l'association Les Temps nouveaux . En 2004, elle est candidate sur la liste des européennes du parti socialiste de la circonscription Île-de-France.

Lors du congrès du Mans en 2005, elle est l'auteur d'une contribution thématique intitulée: « l'éducation populaire pour une citoyenneté éclairée ». Membre du bureau national du parti socialiste depuis novembre 2005 et secrétaire nationale adjointe aux élections depuis septembre 2007, elle obtient en 2006 la suspension du parti de Georges Frêche pour deux années1, à la suite de ses propos sur les harkis2. En janvier 2010 concernant les propos de M. Frêche à l'égard de Laurent Fabius elle déclare : « Les propos de Georges Frêche sur un homme d'État de la dimension de Laurent Fabius rappellent les heures les plus sombres de notre Histoire »3.

Auprès de Laurent Fabius, elle est chargée du suivi des questions électorales en lien avec Claude Bartolone et Guillaume Bachelay. Elle écrit quelques éditoriaux sur le site internet de l'association « La république pour tous ».

En décembre 2008 lors du congrès de Reims, elle est nommée par Martine Aubry secrétaire nationale à l'organisation et aux adhésions du parti socialiste. En septembre 2010, elle met en place la direction collégiale qu'elle préside4 dans la fédération du parti socialiste de l'Hérault : « Mon rôle est de pacifier cette fédération » 5,6.

Une élue parisiennemodifier | modifier le code

Depuis les élections municipales de mars 2008, elle est élue dans le 11e arrondissement de Paris et adjointe au maire de Paris chargée de l'intégration et des étrangers non communautaires. En 2010, elle met en place la nouvelle assemblée des citoyens parisiens extracommunautaires7.

Elle quitte son mandat et ses fonctions après son élection à la députation.

Députée du département de la Sommemodifier | modifier le code

Elle est investie par le Parti Socialiste aux élections législatives de juin 2012 dans la première circonscription de la Somme (Amiens nord-Abbeville). Dans cette circonscription très marquée à gauche, elle arrive largement en tête du premier tour devant le candidat UMP, Stéphane Decayeux avec 32,83 % des suffrages exprimés. Elle l'emporte au second tour le 17 juin 2012, avec 59,14 % des voix. Elle succède, dans une circonscription découpée différemment, à Maxime Gremetz qui ne se représentait pas, et dont le siège était vacant depuis sa démission le 17 mai 2011.

Au Palais Bourbon, elle siège à la commission des Affaires étrangères dont elle est élue secrétaire.

Elle a été élue secrétaire fédérale du PS de la Somme le 16 novembre 2012, avec 60 % du vote des militants.

Référencesmodifier | modifier le code

Liens externesmodifier | modifier le code








Creative Commons License