Pays de Caux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pays de Caux
Subdivision administrative Haute-Normandie
Subdivision administrative Seine-Maritime
Ville(s) principale(s) Le Havre, Dieppe
Bolbec, Fécamp, Yvetot
Coordonnées 49° 40′ N 0° 30′ E / 49.66666667, 0.5 ()49° 40′ Nord 0° 30′ Est / 49.66666667, 0.5 ()  
Superficie approximative 3 000 km2
Géologie Bassin parisien
plateau de craie
du Crétacé
Relief 100-180 mètres
Production(s) polyculture, lin,
élevage bovin
Région(s) naturelle(s)
voisine(s)
Pays de Bray, Vexin

Image illustrative de l'article Pays de Caux
Localisation

Le pays de Caux est une région naturelle de Normandie appartenant au Bassin parisien. Il s’agit d’un plateau situé en Haute-Normandie, délimité au sud par la Seine, à l’ouest et au nord par les falaises de la Côte d'Albâtre, à l’est par les hauteurs dominant les vallées de la Varenne et de l’Austreberthe. Son territoire occupe toute la partie occidentale du département de la Seine-Maritime.

Le nom du pays de Caux provient d’une tribu celte, les Calètes qui ont peuplé le territoire dès l'âge du fer. Il est conquis militairement en 56 av. J.-C. par les légions de Jules César avant d’être intégré à la Gaule lyonnaise par l’empereur Auguste. À la chute de Rome au Ve siècle, les éléments Francs qui s’y installent engendrent quelques bouleversements d'ordre culturel, un certain retour au paganisme — vite jugulé par le développement du monachisme voulu par les rois francs : abbaye de Saint-Wandrille (649), de Jumièges, de Fécamp (709) — et substituent le pagus à la civitas romaine, avant l'intégration de la région à l’Empire carolingien. Au IXe siècle, des Vikings pillent la région, puis s’y implantent en fondant le duché de Normandie en 911 qui va dès lors s'ouvrir aux influences nordiques. Intégré en même temps que le duché au royaume de France en 1204, le pays de Caux est particulièrement frappé par les effets de la Guerre de Cent Ans et des guerres de religion, les Cauchois comme les autres Normands s’étant convertis au protestantisme en grand nombre. Au XXe siècle, après le débarquement allié en Normandie, un bombardement massif ravage la ville du Havre en septembre 1944.

Le pays de Caux est une région économiquement dynamique du fait d'une industrie pétrochimique très implantée et diversifiée, d'une agriculture intensive compétitive et de l’important ensemble portuaire havrais. La proximité de Paris, une forte identité, la présence de nombreux châteaux et manoirs, d’une architecture rurale particulière (clos-masures, colombiers) font de la région une destination touristiquement attractive. Les habitants du pays de Caux sont appelés Cauchois ; le cauchois étant un dialecte important de la langue normande. Les villes principales sont Le Havre, Fécamp, Saint-Valery-en-Caux et Dieppe sur le littoral, Bolbec et Yvetot à l’intérieur des terres.

Géographiemodifier | modifier le code

Le pays de Caux se distingue du reste de la Normandie par ses caractéristiques géographiques et géologiques. Ces paysages, uniques en France, ont été façonnés par l’eau et les activités humaines.

Situation et limitesmodifier | modifier le code

Carte de situation du pays de Caux (en jaune).

Le pays de Caux forme grossièrement un triangle à l’ouest du département de la Seine-Maritime, en Haute-Normandie. Il est bordé au nord et à l’ouest par la Manche. Mais à l’est, les limites sont plus floues et dépendent des auteurs. On admet généralement que le pays de Caux se termine à l’ouest de la forêt d'Eawy et de la forêt Verte ou sur l’interfluve entre la Varenne et la Scie1. La boutonnière du pays de Bray, par ses altitudes plus élevées et par la nature de ses terrains, se différencie nettement du pays de Caux2. On désigne par l’expression « Petit Caux » la région littorale située entre Dieppe et Le Tréport.

La ville la plus au nord est Dieppe ; l’extrémité sud-ouest est occupée par l’agglomération havraise. Ces deux cités sont des sous-préfectures. Enfin, la vallée de la Seine marque la limite méridionale du pays de Caux.

Les hautes falaises de craie, qui constituent l’essentiel du littoral, et la Seine ont, par le passé, représenté des obstacles naturels aux transports et aux communications, si bien que le territoire cauchois est longtemps resté relativement enclavé (voir le paragraphe sur les transports).

Géomorphologiemodifier | modifier le code

Étretat, la falaise d’aval et la célèbre aiguille creuse.

Le pays de Caux est un vaste plateau sédimentaire à la surface légèrement ondulée. Il s’élève doucement vers l’est, passant de 100 à 180 mètres d’altitude3,1. Il se termine par le plus bel ensemble de hautes falaises en France, qui atteignent les 110 mètres de hauteur au Cap Fagnet, à Fécamp. Ce sont de véritables murs verticaux de craie et de silex.

Le plateau cauchois appartient à l’ensemble géologique du bassin parisien, formé à l’ère secondaire. Le sous-sol est constitué d’une grande épaisseur de craie, pouvant mesurer jusqu’à 200 mètres de profondeur3. Il est couvert d’une couche d’argile à silex et d’un limon fertile2. Dans quelques secteurs, on peut trouver des placages datant de l’époque éocène, notamment entre Saint-Valery-en-Caux et Dieppe (sables, grès, argiles inhabituels pour la région4). Il faut signaler la présence de quelques accidents tectoniques : anticlinal de Villequier et de Yerville, faille de Fécamp, qui sont somme toute peu visibles aujourd’hui.

Le plateau du pays de Caux est entaillé par des vallées et des vallons tapissés d’alluvions et de sédiments : les vallées humides, désignées ainsi car elles sont parcourues par un fleuve ou une rivière, possèdent un fond plat et large de quelques centaines de mètres. Elles s’ouvrent sur la Manche au nord ou sur la Seine au sud. Elles sont plus nombreuses et plus longues au nord (vallées de Scie, de la Saâne, du Dun, de la Durdent, de la Valmont, etc.). Les versants exposés au sud ont une pente plus raide5 et sont en général plus boisés.

Les vallées sèches et les valleuses coupent également le plateau de craie : on les trouve à Yport, Étretat, Saint-Valery-en-Caux… Elles n’ont pas d’écoulement en surface1 et sont peu peuplées, sauf à leur embouchure. Les versants sont boisés car la craie affleure à cause de l’érosion : il est donc impossible de pratiquer l’agriculture. Certaines valleuses sont « suspendues » à cause du lent recul de la falaise : elles ne permettent pas d’accéder directement à la plage. Les hommes y ont parfois aménagé des escaliers ou des échelles pour descendre (valleuse d’Életot par exemple).

Histoire géologiquemodifier | modifier le code

Les falaises du pays de Caux se sont formées au secondaire par une lente accumulation de couches sédimentaires.

C’est au cours de l’ère primaire que le socle du pays de Caux s’est constitué, à la suite du rapprochement des blocs ardennais et armoricain6. Le socle résulte de la déformation, puis de l’érosion de la montagne née de cette collision. Des forages effectués dans le secteur d’Étretat-Fécamp-Lillebonne ont montré la présence de sable du primaire sous les couches de l’ère secondaire7. D’autres sondages profonds ont mis en évidence des gneiss et des roches schisteuses très déformées8.

Le socle primaire a été ensuite submergé par la mer au Jurassique et au Crétacé. Le niveau de cette mer chaude a fortement évolué au cours de cette période, ce qui a donné lieu à la formation de couches d’argiles, de marnes, puis de craie. L’analyse de ces couches révèle la présence de fossiles d’ammonites, d’oursins ainsi que des dents de requins9. Pendant plusieurs millions d’années, les strates se sont empilées pour constituer au total 500 à 1 000 mètres de terrains sédimentaires, dont plus de 200 mètres de craie, divisés par les géologues en plusieurs étages (cénomanien, turonien, coniacien, santonien, campanien)10. Lorsque l’apport en silice était suffisant, des bancs de silex se sont créés au milieu des couches calcaires.

À la fin du crétacé, le soulèvement général du bassin parisien provoque le retrait de la mer et des déformations tectoniques (fractures, failles). L’ère tertiaire est marquée par l’altération de la craie des surfaces émergées et la formation d’argile à silex. La mer envahit de nouveau plusieurs secteurs du pays de Caux, ce qui entraîne des dépôts de sables, d’argiles et de calcaires, visibles dans le synclinal d’Ailly. Il y a 4 millions d’années environ, la mer quitte définitivement la région11. Une première phase de refroidissement se produit, il y a quelque 2,6 millions d’années12. Le quaternaire (-1,8 million d’années) voit se succéder plusieurs périodes glaciaires, au cours desquelles la Seine se creuse, forme des méandres et des couches d’alluvions. L’alternance de périodes froides et de périodes interglaciaires, mais aussi la poursuite du soulèvement du bassin parisien expliquent la migration des méandres de la Seine, l’encaissement rapide des vallées et les falaises mortes situées au sud du plateau13.

C’est aussi pendant le quaternaire que les lœss se déposent, formant des épaisseurs allant jusqu’à 10 mètres14,15. Ces particules sont arrachées aux vasières et aux alluvions par les vents violents. Depuis 10 000 ans environ, avec le réchauffement du climat, les vallées ont tendance à se combler et les milieux à évoluer.

Climatmodifier | modifier le code

Graphique climatique du Havre.

Le pays de Caux se trouve en climat tempéré océanique : les précipitations sont relativement importantes, comprises entre 700 mm sur la côte et 1 200 mm par an autour de Goderville, à l’intérieur des terres16. La Manche joue un rôle de régulateur thermique, si bien que les hivers sont généralement plus doux et les étés plus frais qu’à l’intérieur du continent. Ces conditions climatiques sont favorables aux activités agricoles.

Quelques données climatiques :
Station Temp. moy.
de janvier (°C)
Temp. moy.
de juillet (°C)
Précipitations annuelles
moy. (mm)
Nb. moy. de jours
de gel /an
Nb. moy. de jours
de brouillard /an
Insolation
moy. /an (h)
record abs.
des vents (km/h)
La Hève17 4,6 17 708,6 24,9 52,8 1787,9 180
Dieppe 4,4 16,1 798,8 35,8 37,5 nd 155
Rouen 3,3 17,1 785,2 55,3 97 1687,2 137
Paris 4,1 19,5 641,6 28,9 13,4 1798 122
Source : site d’Infoclimat.


Les précipitations se répartissent tout au long de l’année, avec un maximum en automne et en hiver. Les mois de juin et juillet sont marqués par quelques orages18 qui peuvent produire des crues catastrophiques dans les vallées. L’un des traits caractéristiques du pays de Caux est la grande variabilité du temps, même au cours d’une journée19. Les vents dominants soufflent du sud et du sud-ouest ; les tempêtes arrivent en hiver, surtout en janvier18. Le record absolu pour le pays de Caux a été enregistré le au Cap de la Hève : 180 km/h16. Enfin, il existe des microclimats liés à une situation particulière ; la côte nord (autour de Dieppe) est plus froide et humide que le reste du littoral20. L’intérieur du plateau de Caux possède une nuance flamande.

Données climatiques pour Le Havre :
Mois Jan Fev Mar Avr Mai Jui Jui Aou Sep Oct Nov Dec Année
Températures moyennes (°C) 4,6 4,9 6,8 8,8 12,1 14,8 17 17,2 15,7 12,6 8,2 5,6 10,7
Précipitations moyennes (mm) 62,6 49 54,3 42,9 52,7 52,6 50,2 48,5 64,5 74,1 88,1 69,4 708,6
Insolation moyenne (h) 62,9 87,7 136,2 179,5 214,6 224,4 237,8 218,5 168,3 124,5 74,7 56,7 1787,9
Source : « Cap de la Hève, Seine-Maritime (76), 100m - [1961-1990] », site d’Infoclimat.
Atlas du pays de Caux
Situation
Quelques altitudes
Précipitations
Densités
Grands axes routiers

Des milieux et des paysages fragilesmodifier | modifier le code

Les paysages sont d’aspect tabulaire et marqués par l’openfield (champs ouverts) nécessité par la mécanisation agricole. La spécificité du pays de Caux est le clos-masure qui est un espace entouré de haies vives servant de rideau brise-vent. Les arbres sont plantés sur un talus (appelé « fossé » en cauchois, comme partout dans l'ouest21) d’environ un mètre de hauteur22. On utilise des hêtres, des chênes ou, de nos jours, le peuplier en raison de sa croissance rapide, mais aussi à cause de la disparition de l'orme décimé par un parasite. Traditionnellement, il y a le plus souvent une double rangée d’arbres sur le même talus.

Abritée par cette haie qui crée un microclimat se trouve une cour complantée de pommiers pour la production du cidre ou de poiriers (présence d’un pressoir). La haie protège en outre le jeune bétail et la basse-cour. On trouve aussi une mare et des bâtiments d’exploitation et d’habitation (ferme). L’accès à la cour se fait par deux ou quatre portails qui correspondent le plus souvent aux points cardinaux21. L’évolution des modes de vie conduit à un arrachage ou un manque d’entretien des haies, ce qui accélère l’érosion des sols. Ayant un rôle de brise-vent, les talus plantés également freinent en effet l’écoulement des eaux de pluie. Avec la croissance démographique du XVIIIe siècle, les clos-masures ont fini par former des hameaux, eux-mêmes entourés de haies. Le paysage du pays de Caux ne doit pas être confondu avec le bocage du pays de Bray voisin.

Le littoral est constitué de falaises de craie plus ou moins hautes dont les plus célèbres sont celles d’Étretat. Leur couleur blanche explique la désignation « Côte d'Albâtre » pour cette partie de la Normandie. Cette falaise recule plus ou moins rapidement en fonction de l’érosion marine, ainsi le littoral de la Seine-Maritime recule de vingt centimètres par an en moyenne23. Les plages sont tapissées de galets, détachés de la falaise et polis par la mer. Ces galets ont néanmoins tendance à migrer et le sable peut affleurer à certains endroits.

Milieu naturelmodifier | modifier le code

L'estuaire de la Seine.

Le milieu naturel du pays de Caux est composé principalement de prairies humides, de tourbières, de roselières, de mares, de rivières, de coteaux crayeux et de forêts. Le développement naturel du pays de Caux s'est principalement installé dans ces milieux, créant une nature riche et abondante24.

Parc des Boucles de Seinemodifier | modifier le code

Le Parc naturel régional des Boucles de la Seine normande a été créé le pour entretenir la coupure verte entre les deux espaces urbains et industriels de Rouen et du Havre. Il s'étend sur les régions du pays de Caux, du Val de Seine, du Roumois, du Marais Vernier et de la basse vallée de la Risle, le long de 180 kilomètres de Seine25. Le parc dispose de neuf grandes missions en matière d'agriculture, d'architecture, de culture, d'eau, d'économie, d'éducation, d'environnement, de paysage et de tourisme26. À l'intérieur du parc, il existe quatre sites remarquables, à savoir la Réserve naturelle du Vallon du Vivier, la Réserve naturelle des Mannevilles, les Marais de Saint-Sulpice, la Réserve naturelle des Courtils à Bouquelon27.

La faunemodifier | modifier le code

Le relief rocheux allié à la présence importante d'algues favorise la diversité animale du pays de Caux. Ces deux facteurs sont observés principalement dans le secteur Antifer-Senneville et profitent pour de nombreuses espèces sessiles et vagiles28.

Les autres secteurs profitent aussi de leur caractéristique pour le développement de certaines espèces de mollusques bivalves et de vers endogés qui apprécient particulièrement la roche tendre des estrans de Veulettes ou de Veules-les-Roses29.

Parmi les espèces caractéristiques du pays de Caux, on peut citer de nombreuses espèces parmi lesquelles les spongiaires, cnidaires, planaires, annélides, crustacés, pycnogonides, insectes, mollusques, bryozoaires, échinodermes, urochordés, poissons30.

La déforestation et la pollution ont mis en péril certains animaux notamment : l'anguille, la chouette chevêche, la cigogne, le damier de la succise et le triton crêté31.

L'animal caractéristique du pays de Caux est la vache normande32.

La floremodifier | modifier le code

La flore du pays de Caux se compose en grande partie de thallophytes ; la zone de balancement des marées du littoral du pays de Caux est particulièrement diversifiée du fait de la nature rocheuse de l'estran33.

Cependant certains secteurs possèdent une flore plus ou moins diversifiée en raison de l'influence des nombreux facteurs auxquels les algues sont soumises (exposition au vent et à la houle, qualité de l'eau, degré d'ensoleillement, hétérogénéité du platier, degré d'ensablement…)34.

La zone biologiquement la plus riche débute au nord du port pétrolier d'Antifer et va jusqu'à Senneville-sur-Fécamp35.

Le Parc naturel régional des Boucles de la Seine normande, qui couvre 80 000 hectares36, possède environ 70 espèces d'arbres37 et contribue à la préservation d'espèces végétales comme la rossolis à feuilles rondes, l'osmonde royale, l’ache rampante et l’orchis singe. On compte aussi un certain nombre de forêts dans le pays de Caux : forêt de Brotonne (qui est rattachée au Parc des boucles de Seine) et forêt d'Eu38.

Le chêne d'Allouville, situé au sud du pays de Caux, est considéré comme le plus vieux chêne de France, on estime qu'il aurait entre 800 et 1 200 ans39.

Histoiremodifier | modifier le code

Article détaillé : Histoire du pays de Caux.

L'histoire humaine du pays de Caux a été marquée par le peuple des Calètes dans l'Antiquité, par des apports Francs au Haut Moyen Âge et par la colonisation Viking et Anglo-Scandinave au Moyen Âge. Elle s'inscrit dans l'histoire de la Normandie tout en gardant une certaine originalité, liée à son ouverture maritime et à ses caractéristiques géologiques.

Préhistoiremodifier | modifier le code

Les premiers habitants du pays de Caux ont pu habiter dans les nombreuses grottes des vallées et de la côte, sans qu’on puisse évaluer leur nombre de façon certaine40. Les sites les plus anciens datent du Paléolithique inférieur et ont révélé des outils taillés en pierre de types clactonien et acheuléen (Havre, Sassetot-le-Mauconduit40 par exemple).

Pendant le Mésolithique, les cultures préhistoriques qui occupent le pays de Caux se rattachent à celles du bassin parisien avec des influences belges. La population se sédentarise au cours du Néolithique et fabrique des outils en bronze et des céramiques.

Gaule indépendantemodifier | modifier le code

Article détaillé : Calètes.
Atlas historique du pays de Caux

Dans l’Antiquité, le pays de Caux est peuplé par les Calètes ou Caleti, une tribu celtique Belge qui s'est installée en Normandie à partir du IVe siècle av. J.-C.41. Le nom « Calète » vient sans doute du gaulois *calet- ou caleto- signifiant « dur »42. Ils vivent groupés dans les oppida (Étretat, Camp de Canada à Fécamp43) ou des villages agraires à enclos. Malgré une lutte acharnée contre les troupes de Jules César, les Calètes sont vaincus par les Romains au milieu du Ier siècle av. J.-C.

La paix romainemodifier | modifier le code

Apollon en bronze, retrouvé à Lillebonne, musée du Louvre.

En 27 av. J.-C., l’empereur Auguste réorganise le territoire gaulois. Il crée la civitas caletorum (« cité des Calètes ») qui est incorporée à la province de Gaule lyonnaise. Avec la paix romaine, les populations délaissent les oppida pour habiter dans les vallées. On accentue le défrichement dans les campagnes qui gagnent sur la forêt, les cultures et l’élevage continuent de se développer et l’artisanat fournit les exportations vers la Bretagne44. De nombreuses villas gallo-romaines sont construites, comme celle de Sainte-Marguerite-sur-Mer. Elles utilisent les matériaux locaux : silex, craie, calcaire, brique, torchis. La technique du colombage évolue à cette époque à partir de traditions indigènes (les longs poteaux des « huttes » celtiques) et de savoir-faire issus du monde romain (l'opus craticium). La romanisation du pays de Caux, comme ailleurs en Occident, passe par l’urbanisation et la construction de routes : Juliobona (l’actuelle Lillebonne) et Caracotinum (Harfleur) sont alors les principales villes de la civitas caletorum.

Les premières incursions germaniques surviennent au IIIe siècle : la côte d'Albâtre subit les incursions saxonnes et l’Empereur romain ordonne la construction du litus Saxonicum pour défendre le plateau et le pays est intégré au commandement du Dux tractus Armoricanus et Nervicanus45. Les attaques s’intensifient au Ve siècle et sont en partie responsables du déclin des villes, de la crise des campagnes et d'un certain retour de la forêt.

Moyen Âgemodifier | modifier le code

À la fin du Ve siècle, le pays de Caux passe sous domination franque et fait partie de la Neustrie mérovingienne. Il est divisé en deux pagi46, le Caux et le Talou45, dirigés chacun par un comte qui représente l’autorité royale. Les toponymes en « -court » et les plus anciens en « -ville » datent de cette époque franque. Au VIIe siècle, le comte de Caux, Waning, fonde le premier monastère de Fécamp47. Les rois mérovingiens favorisent la christianisation des campagnes et la fondation d’abbayes : Fontenelle, Jumièges, Pavilly et Montivilliers sont créées au VIIe siècle. Elles adoptent rapidement la règle de saint Benoît et constituent de grands domaines fonciers.

En 751, le royaume mérovingien passe aux mains de la dynastie carolingienne et le centre politique s’éloigne vers les rives du Rhin. Les raids vikings sur la côte normande commencent au IXe siècle. En 841, les Scandinaves remontent la Seine sur leurs esnèques, pillent et dévastent les monastères et les villes de la région. Les habitants et les moines, livrés à eux-mêmes, ne trouvent de salut que dans la fuite. En 911, le roi Charles le Simple décide de donner la Basse-Seine au chef viking Rollon : le Traité de Saint-Clair-sur-Epte marque la fondation du comté de Rouen, futur duché de Normandie. Le pays de Caux connaît un peuplement anglo-scandinave dense48, comme le montre la toponymie : parmi les appellatifs les plus fréquents, citons bec de l'ancien scandinave bekkr « cours d'eau » (Caudebec-en-Caux, Bolbec), dal[le] de l'ancien scandinave dalr « vallée » (Dieppedalle, Oudalle), –fleu[r] encore de l'ancien scandinave floi / floð ou du vieil anglais fleot « cours d'eau » (Harfleur, Vittefleur) et tot de l'ancien scandinave topt « emplacement, ferme » (Yvetot, Criquetot-l'Esneval), -tuit de l'ancien scandinave þveit « essart » (Autuit à Harcanville, Vautuit), -lon, -ron, londe de l'ancien scandinave lundr « bois, forêt » (Iclon, Yébleron, Faguillonde), etc. Les Anglo-Danois laissent également une empreinte durable dans les coutumes, l’architecture, le dialecte et le type ethnique cauchois.

Le donjon dit de Guillaume le Conquérant à Lillebonne.

Au Xe siècle, les premiers ducs de Normandie résident souvent dans leurs palais de Fécamp et de Lillebonne, jusqu’à l'invasion de l’Angleterre en 1066 par Guillaume le Conquérant, qui devient roi d’Angleterre. Plus tard, Henri II met en place le bailliage du pays de Caux, qui est repris par le roi de France au XIIIe siècle. Après les invasions vikings, les ducs s’emploient à rétablir la vie monastique en Normandie : vers 960, le réformateur Gérard de Brogne ressuscite Saint-Wandrille. Richard Ier fait reconstruire l’église abbattiale à Fécamp. Richard II fait venir Guillaume de Volpiano pour ranimer la vie de l’abbaye, selon la règle bénédictine.

La condition des paysans cauchois est alors relativement meilleure qu’ailleurs en France49 : les esclaves exploitent la réserve seigneuriale et les communautés rurales sont influentes. Les innovations agricoles (collier d'épaule, assolement triennal) arrivent très tôt en Normandie et entraînent une augmentation des récoltes49. L’industrie textile se développe en liaison avec la culture des plantes tinctoriales ainsi qu'avec l’élevage ovin. La population du plateau de Caux augmente et les bourgs se développent, grâce à la draperie. Les habitants de Montivilliers, Harfleur et Fécamp achètent à Jean Sans Terre leur charte communale en 1202 et les bourgeois acquièrent des privilèges. Les échanges commerciaux se développent avec les régions voisines et avec l’Angleterre. Les marchands pêcheurs de Fécamp organisent une ghilde qui les protège et réglemente leurs activités49. Les foires régionales se multiplient, celle d’Harfleur est alors l’une des plus réputées du pays de Caux49.

En 1204, la Normandie est intégrée au domaine royal français. Le XIIIe siècle est une période de prospérité pour le pays de Caux. Le Grand Coutumier de Normandie est rédigé au milieu du XIIIe siècle. La Charte aux Normands est octroyée le , par le roi de France Louis le Hutin, qui fait écho à la Grande Charte des Anglais. Cette charte, ainsi que la seconde de 1339, est considérée jusqu’en 1789 comme le symbole du particularisme normand.

Au début du XIVe siècle, le pays de Caux est touché, comme le reste de l’Occident, par des vagues de famines et d’épidémies. La peste, qui fait son apparition en 1348, tue jusqu’aux ¾ des habitants dans certains villages50. Puis la région est dévastée par les chevauchées, les pillages et les batailles de la guerre de Cent Ans. La démographie s’effondre et de nombreux villages sont abandonnés. Le commerce est ralenti et l’activité économique perturbée.

Au début du XVe siècle, les Anglais razzient les campagnes du pays de Caux51. En 1415, le roi d’Angleterre Henri V débarque au Chef-de-Caux (l’actuelle Sainte-Adresse)52, puis assiège la ville d’Harfleur qui finit par tomber au bout d’un mois52. La Normandie est occupée par les Anglais jusqu’en 1450.

L’essor et les guerres du XVIe sièclemodifier | modifier le code

Le château d'Ételan.
L'église flamboyante de Caudebec-en-Caux.

En dépit des incursions de Charles le Téméraire en 1472, les campagnes cauchoises retrouvent un climat de paix pendant environ un siècle. La construction ou les transformations de nombreux édifices religieux témoignent du retour de la prospérité : les églises d’Harfleur, de Caudebec-en-Caux, Saint-Jacques de Dieppe sont bâties en style gothique flamboyant. De nombreux manoirs et châteaux sont influencés par l’architecture de la Renaissance à la fin du XVe siècle : manoir de Jean Ango, château d’Angerville-Bailleul, d’Ételan, etc. Le commerce reprend et les ports se développent : sous le règne de François Ier, l’armateur dieppois Jehan Ango envoie ses navires vers l'Amérique. Dieppe est aussi le siège d'une école de cartographie et d’hydrographie. Les pêcheurs de la côte d’Albâtre vont jusqu’à Terre-Neuve, d’où ils ramènent la morue. Le port du Havre est fondé en 1517 à la pointe du pays de Caux, à la suite de l’ensablement du port d’Harfleur. Cependant, Rouen reste la métropole économique de la région.

C’est aussi au XVIe siècle qu’est rédigée la Coutume générale de Normandie : le pays de Caux garde cependant sa propre coutume, qui fixe notamment les conditions de l’héritage : le fils aîné reçoit la majeure partie de l’héritage, ce qui a contribué au maintien de la grande propriété dans la région. La charte aux Normands est confirmée en 1587.

Le XVIe siècle est également marqué par le succès du protestantisme (Dieppe, Luneray, Le Havre, Bolbec, etc.) et les guerres de religion. Ces dernières ravagent le pays de Caux et de nombreuses abbayes et églises sont mutilées. La révocation de l'édit de Nantes en 1685 provoque l'exil de centaines de huguenots cauchois vers les pays protestants d’Europe et l’Amérique du Nord ; ces exilés étaient souvent des entrepreneurs et des négociants et leur départ représente une perte pour l'économie de la région.

XVIIe et XVIIIe siècles : vers une économie modernemodifier | modifier le code

L’agriculture progresse aux XVIIe et XVIIIe siècles : la culture du blé est le fait de grandes exploitations sur lesquelles est pratiqué l’assolement triennal. La jachère est remplacée progressivement par le trèfle, ce qui améliore la productivité. Le pays de Caux occupe alors, avec le Vexin, la première place en Normandie pour la céréaliculture53. Sur les côtes se développe la culture du lin. Au nord, on commence à cultiver du colza. Les récoltes servent surtout à approvisionner la ville de Rouen. Les paysans cauchois sont propriétaires d’une part importante du territoire54.

Le port de Dieppe sous l'Ancien Régime.

L’artisanat est dominé par la production textile dans les foyers paysans et les villes. À la fin du XVIIIe siècle, 20 % de la population active cauchoise travaille dans le tissage55 et la filature du coton commence son essor56. Le marché de Gonneville-la-Mallet est créé en 1633. On y vend des draps, du blé et des fils pour la dentelle. L’économie de Bolbec repose sur l’industrie du drap de laine55. Les principaux centres de production de la dentelle sont Le Havre, Dieppe, Montivilliers, Saint-Valery-en-Caux, Fécamp et Caudebec-en-Caux57. La petite activité manufacturière se diffuse dans tout le pays de Caux : travail de l’ivoire à Dieppe, chantiers navals du Havre, de Saint-Vaast-Dieppedalle et de Villequier, etc. Le niveau de vie des Cauchois les plus aisés augmente avec l’achat de meubles et d’habits nouveaux55,58.

Cependant, à la veille de la Révolution française, les mécontentements se sont accumulés chez les Cauchois : les mauvaises récoltes, les conséquences du traité de commerce signé avec l’Angleterre et le chômage frappent la population. En 1789, quatre districts sont créés sur le pays de Caux : Cany, Caudebec-en-Caux, Dieppe et Montivilliers. Le plateau n’est pas affecté par la Grande Peur. Dans la nuit du 4 août 1789, les privilèges sont abolis : c’est la fin du droit seigneurial de pigeonnier et du droit d'aînesse59. Les guerres révolutionnaires affectent l’activité économique qui subit le contrecoup du blocus maritime et des disettes. Pendant la Terreur, la guillotine fonctionne à Dieppe60. Sous le Premier Empire, le pays de Caux connaît quelques révoltes à cause de la mauvaise situation économique.

XIXe siècle : révolution industrielle et développement du tourismemodifier | modifier le code

Claude Monet, Jardin à Sainte-Adresse, 1866, Metropolitan Museum of Art (New York).

Dès la Restauration, l’introduction du machinisme dans l’industrie textile provoque de violentes réactions des ouvriers. La modernisation de l’agriculture favorise l’exode rural. Le chemin de fer arrive au Havre et à Dieppe au milieu du XIXe siècle. Sous le Second Empire, Dieppe devient un lieu de villégiature. D’autres stations balnéaires connaissent un relatif succès : Étretat, Veules-les-Roses, Sainte-Adresse se couvrent de villas. On y aménage des casinos et des établissements de bain. La spéculation foncière va bon train sur le littoral mais aussi dans la campagne cauchoise, qui reçoit des investissements rouennais et parisiens61. Les impressionnistes séjournent sur le littoral et peignent les plages de la côte d’Albâtre. En 1870, le pays de Caux est envahi par les Prussiens : Bolbec et Dieppe sont occupées.

XXe sièclemodifier | modifier le code

Socles du radar allemand Mammut à Fécamp.

Pendant la Première Guerre mondiale, le pays de Caux sert de base arrière pour le front situé plus au nord. Le gouvernement belge s’installe à Sainte-Adresse. En 1918, la part des soldats cauchois morts au combat est plus importante que la moyenne nationale62 : les villes et les bourgs érigent des monuments aux morts. Dans l’entre-deux-guerres, le développement industriel de la Basse-Seine accentue l’exode rural.

Avec l’occupation allemande en 1940, la population est réquisitionnée pour construire le mur de l’Atlantique dont il reste de nombreux vestiges sur la côte (stations de Sainte-Adresse, de Fécamp et de Dieppe). Le pays de Caux est soumis aux bombardements aériens alliés et à une forte répression nazie.

Les Trente Glorieuses sont marquées par des mutations économiques et sociales : dans l’agriculture, la mécanisation progresse et l’élevage se renforce63, ce qui introduit des mutations dans les paysages ruraux. L’arrivée des textiles artificiels achève le déclin des filatures traditionnelles. La concurrence étrangère affecte la construction navale.

Patrimoine culturel et traditionsmodifier | modifier le code

Architecturemodifier | modifier le code

Matériauxmodifier | modifier le code

Briques et silex, deux matériaux utilisés dans les campagnes cauchoises.

Les constructions utilisent les matériaux régionaux, principalement le bois de chêne et/ou de hêtre pour les poutres qui servent également à réaliser les meubles, le chaume qui sert à couvrir les toits mais qui devient de plus en plus rare, et l'argile qui sert à la fabrication des briques et des tuiles64.

Le grès était une des principales pierres de construction avec le calcaire, qui était l'un des matériaux de construction des édifices religieux dans le canton de Fécamp. On trouve aussi le silex et le galet qui entrent dans la construction des maisons, des églises mais aussi des épis, des digues et d'autres aménagements littoraux65. Les gisements de galets ont été surexploités entre 1885 et 1985, date de l’arrêt officiel du ramassage66. Les galets étaient également utilisés dans les machines à broyer.

Architecture privéemodifier | modifier le code

Masure à Saint-Léonard par Georges Diéterle, Musée de Fécamp.

La construction traditionnelle du pays de Caux qui illustre le mieux l'utilisation de matériaux régionaux est le clos-masure. Il s'agit d'une habitation, le plus souvent une ferme, entourée d'une ou de deux allées d'arbres plantés sur un talus (ces plantations ont pour but de protéger des vents importants qui soufflent dans la région)67.

Le pays de Caux compte un nombre important de manoirs. Un manoir est la demeure d’un seigneur, en principe non fortifiée. Après la guerre de Cent Ans, les maisons seigneuriales n’ont plus besoin de remparts et de tours. Les progrès de l’artillerie rendent caducs les ouvrages de fortification. La paix et la prospérité retrouvées après 1450 donnent la possibilité de reconstruire des manoirs qui utilisent les matériaux locaux (silex, calcaire) et se laissent influencer par la Renaissance. Les propriétés sont en général entourées par un talus (sur le modèle du clos-masure) ou par un mur. L'accès se fait par une entrée encadrée par deux piliers polychromes et ouvragés, ou encore par des piliers de barrière68.

Manoir de Rouelles, le colombier.

La plupart des manoirs normands disposent dans leur cour d’un colombier. D’après l’analyse des historiens locaux, on recense 635 colombiers dans les arrondissements de Dieppe, du Havre et de Rouen. La majorité sont circulaires et en dur. Les plus rares sont polygonaux et à colombages. Les pigeons étaient élevés pour leur chair et pour la colombine qui servait d'engrais. Cet édifice était surtout un attribut de la noblesse : les armoiries du seigneur pouvaient ainsi orner la porte du colombier. Le droit de pigeonnier est aboli dans la nuit du 4 août 1789.

On trouve aussi un nombre important de maisons de maître. Bâties au XIXe siècle en briques dans le bourg ou le chef-lieu de canton, ces dernières prennent la forme d'un pavillon à la façade symétrique. Le toit à forte pente est en ardoise, qui arrive en même temps que le chemin de fer, dans la deuxième moitié du XIXe siècle. La porte d'entrée, vitrée et protégée par une grille ouvragée, est surmontée d'une marquise.

Les autres habitations sont des maisons modestes pouvant être réparties en trois catégories :

  • Les longères sont des maisons de plan longitudinal dont la chaumière est l'exemple le plus connu. Elles comportent souvent un escalier extérieur, possèdent un toit à forte pente, traditionnellement en chaume et chaque pièce s'ouvre directement sur l'extérieur par une porte69.
  • Les maisons de pêcheurs tournent le dos à la mer ou sont perpendiculaires à la route. Les murs sont en silex taillé, en galet ou en brique, la cour possède un puits à marée. Dotées d'un toit de chaume puis d'ardoises, les maisons de pêcheurs mitoyennes peuvent former de véritables corons maritimes, comme à Fécamp.
  • Les villas balnéaires : construites au XIXe siècle et au début du XXe siècle, elles font face au rivage et suivent la mode de l'éclectisme.

Architecture religieusemodifier | modifier le code

Abbaye de Fécamp, un exemple de la mixité architecturale des édifices religieux.

Le pays de Caux est une région de grande religiosité, cette particularité ayant peut-être pour origine la présence de nombreuses abbayes qui possédaient jusqu'à la Révolution française la majorité des terres de la contrée. Mais la tradition catholique a persisté, sauvegardée par les habitants des campagnes et les marins qui sont restés très pratiquants. De cette tradition, il subsiste de nombreux édifices religieux particuliers à la région comme des églises paroissiales, des chapelles, des croix, des léproseries et des sanctuaires70.

Structures et bâtiments publicsmodifier | modifier le code

Le village cauchois est situé au carrefour de plusieurs routes ou le long d'une voie (il s'agit alors d'un village-rue comme Yport, Saint-Aubin-Routot, Bec-de-Mortagne, etc). Le centre du village est occupé par une place appelée « carreau », en raison de sa forme carrée ou rectangulaire. C'est en ce lieu que se sont implantés la halle aux grains, le café, que se déroulent le marché hebdomadaire et les foires (Gonneville-la-Mallet par exemple). La mairie, qui faisait également office d'école communale, peut se trouver sur une autre place, de même que l'église71.

Bâtiments économiquesmodifier | modifier le code

Le style d'architecture cauchois a été adapté au bâtiment de travail que l'on peut trouver aussi dans les autres régions tel que les fours à pain, les charreteries, les écuries, les étables, les bergeries, les porcheries, les celliers, les courtils et les granges à battière70.

Traditions, folklore et événementsmodifier | modifier le code

Étable cauchoise, architecture traditionnelle avec utilisation de la brique, du silex, de la pierre calcaire et du chaume.

Dans le cadre du folklore local, sont organisées de nombreuses fêtes de la mer, mettant en valeur l'histoire du pays de Caux fortement lié au grand large et particulièrement à Terre-neuve, où les grands morutiers ont fait la richesse de certaines villes comme Fécamp72. Pour ces fêtes on trouve alors beaucoup de dégustation et d'explication des techniques de fumage. On peut également trouver aussi des processions durant lesquelles se déroulent des bénédictions de la mer comme au 15 août à Yport73. Les corsos fleuris sont aussi très importants dans les villages à forte tradition horticole, notamment à Doudeville74, Gonneville-la-Mallet ou au Havre. La fête de la Saint-Jean est célébrée par les Cauchois qui érigent des bûchers dans grand nombre de villages le 24 juin75.

La grande tradition agricole de l'intérieur des terres a vu s'organiser de plus en plus de fêtes des moissons durant lesquelles sont exposées des vieilles machines alors que des passionnés font revivre des métiers disparus76. Tous les deux ans, une manifestation internationale de cerfs-volants est organisée à Dieppe. Durant cette dernière, des ateliers de confection de cerfs-volants sont accessibles aux adultes et aux enfants qui ont l'occasion de pouvoir assister à des combats de cerfs-volants ainsi qu'à des matchs pour le championnat de France de la spécialité77.

Spécialités culinairesmodifier | modifier le code

Le palais de la Bénédictine à Fécamp.
Article détaillé : Cuisine normande.

Les spécialités culinaires cauchoises concernent principalement la pomme et la poire mais également le fromage et la viande de porc. Les plus célèbres de ces spécialités sont le douillon, le boudin de Saint-Romain, le cidre, le calvados, la bénédictine et le poiré. Une partie de ces spécialités est commune à toute la Normandie mais les variantes locales sont nombreuses.

Le cauchoismodifier | modifier le code

Les Histouères de Thanase Pèqueu, publié à Rouen en 1933.

Le pays de Caux est l'un des derniers bastions de la langue normande, sous la forme du cauchois, en dehors du Cotentin. Le nombre de locuteurs est statistiquement très variable: entre 0,3 %78 et 19,1 %79 des habitants de la Seine-Maritime interrogés s'identifient eux-mêmes comme parlant le cauchois. Parmi les traits distinctifs du cauchois on trouve :

  • l'absence d'aspiration du h
  • la perte de l'intervocalique / r /
  • une plus forte tendance à la métathèse que dans les dialectes occidentaux, par exemple, Ej au lieu de , eud au lieu de , euq au lieu de qué, eul au lieu de .

Il existe des auteurs écrivant en cauchois tels que Gabriel Benoist (auteur de Les Histouères de Thanase Péqueu), Ernest Morel, Gaston Demongé, Maurice Le Sieutre et Marceau Rieul. Jehan Le Povremoyne (pseudonyme d'Ernest Coquin) a écrit des histoires du genre mixte de dialogue, comme l'a fait Raymond Mensire.

Économiemodifier | modifier le code

Agriculturemodifier | modifier le code

Champ de lin dans le pays de Caux, en juillet.

Le pays de Caux est une région agricole prospère grâce au climat océanique et aux sols limoneux. Il est cependant parfois nécessaire de rajouter de la marne sur certaines parcelles. Les engrais chimiques et les pesticides viennent polluer la nappe phréatique et les cours d'eau. L'espace rural est grignoté par la rurbanisation essentiellement autour des agglomérations havraise et dieppoise. Aujourd'hui, les agriculteurs cauchois pratiquent la polyculture ; le blé, le maïs, le lin, la pomme de terre, la luzerne, la betterave à sucre, le colza sont les principales cultures. Le pays de Caux demeure la première région productrice de lin en France80. Cette plante textile est déjà réputée au Moyen Âge et est travaillée dans des ateliers domestiques avant l'âge des filatures industrielles. Actuellement, le principal importateur de lin cauchois est la Chine81. La betterave à sucre est la principale culture industrielle. L’élevage bovin pour le lait est également important, alors que l'élevage ovin, autrefois très développé82, est actuellement assez réduit.

Industriesmodifier | modifier le code

Les industries se localisent essentiellement dans les vallées et plus particulièrement dans celle de Seine mais on trouve aussi à l'intérieur des terres des industries agroalimentaires dont des sucreries, des distilleries et des laiteries (Senoble à Gruchet-le-Valasse).

Vue panoramique du port d'Antifer.

L'industrie commence à s'installer dans la région à partir du XVIIIe siècle et le XIXe siècle voit le développement des filatures de coton et de la métallurgie, grâce à des capitaux extérieurs. C'est à partir du XXe siècle que la région de la Basse-Seine voit son industrie se développer réellement lorsqu'elle accueille des entreprises chimiques, des raffineries et des usines automobiles. L'industrie se développe alors le long des berges de la Seine de manière quasi continue du Havre à Lillebonne. Le premier employeur industriel (6 000 salariés en 2003) de la région havraise est le groupe Renault sur la commune de Sandouville. Tout autour du Havre se concentre plus du tiers de la capacité française de raffinage, le pétrole brut étant importé par les ports du Havre et d'Antifer83. L'industrie pétrochimique assure environ 50 % de la production de plastiques de base et 80 % des additifs et des huiles. Plus de 3 500 chercheurs travaillent dans des laboratoires privés et publics, faisant du pays de Caux une région d'excellence, spécialisé dans le pétrole, la chimie, les industries pharmaceutiques, la parachimie, les fibres synthétiques, l'industrie du verre, la papeterie, l'automobile, le matériel électrique et l'électronique. Les grandes firmes transnationales de l'industrie chimique sont présentes en Basse-seine84. Dans l'agglomération havraise, elles se situent essentiellement sur la commune de Gonfreville-l'Orcher : ExxonMobil, Total, Hoechst, Chevron Corporation, mais aussi à Sandouville tel Goodyear Chemicals Europe. Avec la crise des années 1970 et les délocalisations, l'industrie a perdu des emplois dans le pays de Caux, en particulier dans la construction navale (fermeture des ACH en 1999) et dans le textile (usine Desgenétais de Bolbec)85. La centrale nucléaire de Paluel, située sur le littoral cauchois, à 40 km de Dieppe et à 70 km du Havre, est une des plus puissantes de France86.

Tourismemodifier | modifier le code

Dessertemodifier | modifier le code

Le pays de Caux possède de nombreux atouts touristiques : littoral pittoresque et sauvage (stations balnéaires réputées d'Étretat, de Fécamp, d'Yport, de Veules-les-Roses et de Dieppe), patrimoine culturel et architectural, activités sportives, etc. La région est par ailleurs bien reliée au nord de la France et de l’Europe grâce à l’autoroute A 29 mais aussi à la région parisienne. De nombreuses résidences secondaires y sont établies depuis le XIXe siècle et beaucoup appartiennent à des Franciliens.

Le littoral : la Côte d'Albâtremodifier | modifier le code

Articles détaillés : Saint-Valery-en-Caux, Étretat et Fécamp.

Le tourisme dans le pays de Caux a souvent correspondu à la Cote d'albatre et principalement chez les artistes:

« Description du pays de Caux », texte extrait de : François des Rues, Brève description, contenant les antiquités, fondations & singularités des plus célèbres Villes, châteaux & places remarquables de notre Royaume, Jean le Cartel Imprimeur, 1603, avec privilège du roi (Henri IV) par lettres patentes du  :

« Ce païs est celuy que Cesar apelle Caletes, & est de belle estenduë & plus en long que en large…87 »

Guy de Maupassant, Le saut du berger ; texte publié dans Gil Blas du  :

« De Dieppe au Havre la côte présente une falaise ininterrompue… »

Guy de Maupassant, Pierre et Jean, chap. 6 :

« L’air tiède, où se mêlait à l’odeur des côtes, des ajoncs, des trèfles et des herbes… »

Transportsmodifier | modifier le code

Le Pont de Normandie.

Le réseau autoroutier et routiermodifier | modifier le code

Même si l'autoroute A 13, reliant Paris à Caen par Rouen, évite le pays de Caux en empruntant la rive sud de la Seine88, la région possède plus d'une centaine de kilomètres de réseau autoroutier. L'autoroute A 29 qui joint Beuzeville à Saint-Quentin passe par Le Havre, Yvetot et Amiens89. De plus l'autoroute A 131, de Bourneville à Harfleur, relie Le Havre au pont de Tancarville et permet de retrouver l'autoroute A 13.

Le pays de Caux avait conservé trois routes nationales jusqu'au décret du . La plus importante était la route nationale 15 reliant Le Havre à Rouen et à Paris en suivant plus ou moins la voie ferrée Paris-Le Havre ; la Route nationale 27 joignant Dieppe à Maromme et la route nationale 29 partant d'Yvetot en direction de l'est et rejoignant La Capelle dans le département de l'Aisne. Seule la RN 27 est restée dans le réseau national.

Le réseau ferroviairemodifier | modifier le code

Ligne Le Havre-Paris.

Le pays de Caux est traversé par la grande ligne Paris - Rouen - Le Havre qui dessert les gares d'Yvetot, de Foucart-Alvimare, de Bolbec-Nointot, de Bréauté-Beuzeville, de Virville-Manneville, d'Étainhus-Saint-Romain, de Saint-Laurent-Gainneville, d'Harfleur, du Havre-Graville et du Havre90.

Plusieurs lignes régionales existent, pour relier des villes d'importance moyenne, entre Rouen et Dieppe, entre Bréauté-Beuzeville et Fécamp ou encore entre Le Havre et Rolleville.

Ancien tramway funiculaire de la côte Sainte-Marie au Havre.

En plus de ces lignes ouvertes au trafic des voyageurs, certaines sont dédiées exclusivement au fret ou bien fermées à toute circulation, ainsi la ligne Le Havre - Fécamp - Dieppe par le littoral. On peut également mentionner l'existence du train touristique, Étretat-pays de Caux91 et d'un ancien réseau de tramway au Havre92 (Le Havre devrait retrouver ce mode de locomotion en 2012 avec la construction d'une ligne en forme de Y d'une longueur totale de 12,7 km93).

Le transport maritimemodifier | modifier le code

Article détaillé : Port du Havre.
Port du Havre, terminal à conteneurs, près de l'écluse François Ier en 2004.

Le pays de Caux possède un très grand port, celui du Havre qui se place au deuxième rang derrière celui de Marseille pour le volume total de marchandises (74,145 millions de tonnes d'avril 2005 à mars 200694), mais à la première place en termes de valeur des marchandises traitées95. En ce qui concerne le trafic de conteneurs, Le Havre est le premier port français et le 7e port européen avec 2 158 000 evp en 200496 (2 130 000 evp en 200695) loin devant Marseille (17e), Rouen (40e), Nantes-Saint-Nazaire (44e). Le port a également accueilli 265 000 passagers en 200697.

À cet ensemble s'ajoute le port de Dieppe, premier port de pêche français pour la coquille Saint-Jacques, port de plaisance le plus proche de Paris et port de commerce toutefois victime d'une sérieuse baisse de trafic. Pourtant, Dieppe est jusqu’à la fin des années 1970 le premier port bananier de France. Depuis que le transport de la banane se fait à l'aide des conteneurs, et donc dans de ports équipés pour ce type de transport, Dieppe a perdu son rang et le trafic trans-Manche constitue l'essentiel de son activité maritime98.

Le port de Fécamp, quant à lui, a été jusque dans les années 1980 le premier port de pèche à la morue et au hareng de France. Aujourd'hui, c'est surtout un port de plaisance même s'il réalise encore des importations non négligeables de bois99.

Les ports de Dieppe et du Havre assurent des liaisons trans-Manche avec le Royaume-Uni avec un trafic respectif de 0,274 million et de 0,265 million de passagers100.

Le transport fluvialmodifier | modifier le code

La Normandie représente 10 % du trafic fluvial français. Treize millions de tonnes de marchandises transitent chaque année sur la Seine entre Le Havre et la région parisienne101. Entre la Porte Océane et le pont de Tancarville, les embarcations fluviales, qui ne peuvent emprunter l'estuaire, doivent utiliser le canal de Tancarville offrant un gabarit généreux -180 mètres sur 23 avec un mouillage de 3m50102.

Le transport aérienmodifier | modifier le code

Le Havre possède un aéroport international, l'aéroport du Havre-Octeville qui a réalisé un trafic de 65 027 passagers commerciaux en 2007 avec des vols européens et transcontinentaux par l'intermédiaire des plates-formes de Lyon et d'Amsterdam103. En plus de celui-ci, il existe de petits aérodromes à Saint-Valery-en-Caux, à Yvetot et à Dieppe-Saint-Aubin qui voit transiter 6 000 passagers commerciaux chaque année104.

Le pays de Caux dans les artsmodifier | modifier le code

Littératuremodifier | modifier le code

Gustave Courbet, Plage de Normandie, National Gallery of Art, Washington D.C.

Guy de Maupassant décrit admirablement l’ambiance rurale du pays de Caux dans ses romans et nouvelles.

Un exemple : extrait de Miss Harriet. Texte publié dans Le Gaulois du 9 juillet 1883, sous le titre Miss Hastings, puis publié dans le recueil Miss Harriet ; Maupassant décrit un voyage en diligence entre Étretat et Tancarville :

« C’était l’automne. Des deux côtés du chemin les champs dénudés s’étendaient, jaunis par le pied court des avoines et des blés fauchés qui couvraient le sol comme une barbe mal rasée. La terre embrumée semblait fumer. Des alouettes chantaient en l’air, d’autres oiseaux pépiaient dans les buissons. Le soleil enfin se leva devant nous, tout rouge au bord de l’horizon … »

Le pays de Caux est le cadre de nombreuses œuvres littéraires notamment dans les nouvelles de Maupassant dont l'action se déroule au Havre (Pierre et Jean) ou dans la région de Fécamp (Le petit fût). Maupassant donne une image froide et dure des Cauchois considérés comme des pingres et, ainsi, rendus particulièrement antipathiques105. Maurice Leblanc fait lui aussi du pays de Caux le cadre d'un de ses romans, L'Aiguille creuse, dont l'action se déroule à Étretat106. C'est d'ailleurs dans sa maison d'Étretat qu'il a écrit la majorité de ces livres. Annie Ernaux raconte, quant à elle, son enfance dans le livre La Place, dont l'histoire se situe à Yvetot107. Gustave Flaubert, grand ami de Maupassant, à lui aussi, utilisé le pays de Caux dans ces romans108, ainsi que Jehan Le Povremoyne dans Les Noces diaboliques109. En 1990, Bernard Alexandre, abbé de Vattetot-sous-Beaumont, décrit dans son livre, le Horsain Vivre ou survivre en pays de Caux, la vie dans un pays de Caux en plein bouleversement dû au déclin de l'Église et des traditions. Il explique la particularité de la personnalité des Cauchois et de leur tradition ainsi que les tentatives de préservation de celle-ci110,111.

Peinturemodifier | modifier le code

Avec le début des séjours balnéaires, le pays de Caux devient au XIXe siècle un des espaces où vont apparaître de grands courants de l’histoire de l’art112. La région est située entre Paris et l’Angleterre, faisant d'elle un territoire facile d'accès et possédant beaucoup d'atouts : une géologie littorale particulière, des cieux changeants, des rives de Seine convoitées par les artistes, ces paysages naturels étant en contraste avec l'art urbain qui sera lui aussi un objet d'études de la part des plus grands peintres de l'époque. Les impressionnistes, dont Claude Monet à Giverny ou Eugène Boudin dans les campagnes sont les plus prestigieux exemples de cette période, et sont nombreux à fréquenter la région et à en peindre les paysages113.

Les paysagistes et les villégiaturistes anglais lancent très tôt en Normandie la mode du désir du rivage, suscitent le goût du pittoresque et du patrimoine ; certains des passagers des « trains de plaisir », écrivains et musiciens, viennent y trouver les motifs de leur inspiration : Charles Baudelaire dialogue avec Eugène Boudin à Honfleur, Maupassant avec Monet à Étretat. Le pays de Caux figure désormais sur l’itinéraire des grands maîtres avec Barbizon, l’Estaque et Collioure114.

Cinémamodifier | modifier le code

La proximité du pays de Caux de Paris en fait un lieu privilégié pour les tournages en campagne. Serge Pénard y réalise en 1981, Le Chêne d'Allouville115, un film racontant le combat des habitants d'Allouville-Bellefosse contre la construction d'une autoroute qui entraînerait l'abattage du chêne du village considéré comme le plus vieux de France.

La personnalité des Cauchois a été aussi exploitée par la réalisatrice Ariane Doublet qui réalise en 1999, Les Terriens116 puis Les Sucriers de Colleville117 en 2004. Le premier montre comment l'éclipse solaire du 11 août 1999 a modifié la vie des paysans cauchois, le second montre, quant à lui, une usine sucrière sur le point de fermer et la vie des ouvriers sans possibilité de retrouver un emploi.

Le cadre de la campagne cauchoise est également utilisé dans l'adaptation à la télévision des Nouvelles de Maupassant118, le succès de ces adaptations en 2007 a conduit au tournage d'une deuxième saison en 2008.

Avec près de 70 films, Le Havre est l'une des villes de province les plus représentées au cinéma119. Plusieurs réalisateurs ont choisi les installations portuaires pour cadre de leur film : L'Atalante de Jean Vigo (1934), Le Quai des brumes de Marcel Carné (1938) ou encore Ce qu'ils imaginent d'Anne Théron (2004). Un homme marche dans la ville de Marcello Pagliero se déroule dans le port et le quartier Saint-François de l'après Seconde Guerre mondiale119. La cité a également accueilli le tournage de plusieurs comédies comme Le Cerveau de Gérard Oury (1968), La Beuze de François Desagnat et de Thomas Sorriaux (2002) ou encore de Disco de Fabien Onteniente (2008). Le film de Sophie Marceau, La Disparue de Deauville sorti en 2007, comporte plusieurs scènes tournées sur le port du Havre, au centre commercial René Coty et dans les rues du centre-ville.

Personnalités cauchoisesmodifier | modifier le code

Bibliographiemodifier | modifier le code

  • Pierre Auger, Gérard Granier, Le guide du pays de Caux, éditions La Manufacture, Lyon, 4e édition, 1993, (ISBN 2737702801)
  • Pierre Jamme et Jean-François Dupont-Danican, Gentilhommes et gentilhommières en pays de Caux, Éditions de la Morande, 1996
  • Michel Lécureur, Manoirs du pays de Caux, éditions Charles Corlet, Condé-sur-Noireau, 1992, (ISBN 2854803574)
  • Albert Hennetier et Michel Lécureur (préf. Michel Saudreau), Chapelles et églises rurales en pays de Caux, Bertout,‎ 1997, 224 p. (ISBN 2867432995)
  • Jacques Ragot, Monique Ragot, Guide de la nature en pays de Caux, éditions des falaises, Fécamp, 2005, (ISBN 284811035X)
  • Marie-Hélène Desjardins, Des peintres au pays des falaises, éditions des falaises, 2004
  • Patrick Lebourgeois, Pays de Caux. Vie et patrimoine, éd. des Falaises, 2003
  • Alain Leménorel (dir.), Nouvelle histoire de la Normandie, Entre terre et mer, Privat, Toulouse, 2004, (ISBN 2708947788)
  • Michel Barberousse, La Normandie, ses traditions, sa cuisine, son art de vivre, Hachette, Paris, 1974, (ISBN 2010010957)
  • L’État des régions françaises 2004, La Découverte, Paris, 2004.

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. a, b et c (fr) « Paysages », Cybernat, université du Havre (consulté en 03-11-2007).
  2. a et b Jacques Ragot et Monique Ragot, Guide de la nature en pays de Caux, éd. des Falaises, Fécamp, 2005 (ISBN 284811035X), p. 6.
  3. a et b Pierre Auger et Gérard Granier, Le Guide du pays de Caux, La Manufacture, Lyon, 1993 (ISBN 2737702801), p. 132.
  4. P. Auger, G. Granier, Le guide du pays de Caux, 1993, p. 35.
  5. P. Auger, G. Granier, Le Guide du pays de Caux, 1993, p. 39.
  6. J. Ragot, M. Ragot, Guide de la nature en pays de Caux, 2005, p. 11.
  7. J. Ragot, M. Ragot, Guide de la nature en pays de Caux, 2005, p. 12.
  8. (fr) « Le socle et le Permo-Trias en forages profonds », Cybernat, université du Havre (consulté en 03-11-2007).
  9. J. Ragot, M. Ragot, Guide de la nature en pays de Caux, 2005, p. 14-15.
  10. J. Ragot, M. Ragot, Guide de la nature en pays de Caux, 2005, p. 18-20.
  11. J. Ragot, M. Ragot, Guide de la nature en pays de Caux, 2005, p. 21.
  12. J. Ragot, M. Ragot, Guide de la nature en pays de Caux, 2005, p. 24.
  13. P. Lebourgeois, Pays de Caux. Vie et patrimoine, 2007, p. 9.
  14. P. Auger, G. Granier, Le guide du pays de Caux, 1993, p.37.
  15. J. Ragot, M. Ragot, Guide de la nature en pays de Caux, 2005, p. 26.
  16. a et b (fr) « Météo en Seine-Maritime », Météo France (consulté en 03-11-2007).
  17. Station située à 100 mètres d’altitude, à Sainte-Adresse, dans l’agglomération havraise.
  18. a et b (fr) « Cap de la Hève, Seine-Maritime (76), 100m - [1961-1990 »], Infoclimat (consulté en 03-11-2007).
  19. P. Auger, G. Granier, Le Guide du pays de Caux, 1993, p. 42.
  20. P. Auger, G. Granier, Le Guide du pays de Caux, 1993, p. 43.
  21. a et b Patrick Lebourgeois, Pays de Caux. Vie et patrimoine, 2007, p. 27.
  22. Patrick Lebourgeois, Pays de Caux. Vie et patrimoine, 2007, p. 29.
  23. Christiane Galus, « L’érosion touche plus du quart du littoral français », dans Le Monde du 12-08-2007, lire en ligne.
  24. Site du Parc des boucles de seine.
  25. Site du Parc des boucles de Seine.
  26. Site du Parc des boucles de Seine.
  27. Site du Parc des boucles de Seine.
  28. Jacques Ragot, Guide de la nature en pays de Caux : flore, faune, géologie, p. 70.
  29. Jacques Ragot, Guide de la nature en pays de Caux : flore, faune, géologie, p. 74.
  30. Jacques Ragot, Guide de la nature en pays de Caux : flore, faune, géologie, p. 264.
  31. Site du Parc des boucles de Seine.
  32. Fiche espèce.
  33. Jacques Ragot, Guide de la nature en pays de Caux : flore, faune, géologie, p. 144.
  34. Jacques Ragot, Guide de la nature en pays de Caux : flore, faune, géologie, p. 164.
  35. cybernat.
  36. Site officiel du parc.
  37. Jacques Ragot, Guide de la nature en pays de Caux : flore, faune, géologie, Éditions des Falaises, novembre 2005 (ISBN 978-2-84811-035-6), p. 185.
  38. Jérôme Chaïb et Jean-Paul Thorez, Vallée de la Seine, entre naissance et renaissance, AREHN, Rouen, 2001, p. 23.
  39. Jacques Ragot, Guide de la nature en pays de Caux : flore, faune, géologie, Éditions des Falaises, novembre 2005 (ISBN 978-2-84811-035-6), p. 166.
  40. a et b P. Auger, G. Granier, Le Guide du pays de Caux, 1993, p. 13.
  41. M. de Boüard, Histoire de la Normandie, 2001, p. 43.
  42. P.-ê. de calet-, caleto-, thème de nom celtique « dur » (Georges Dottin, La Langue gauloise. Grammaire, textes et glossaire, Paris, Klincksieck, 1918, p. 239). Voir également Caleti (or -es), καλετοι (Joshua Whatmough, The Dialects of Ancient Gaul, Harvard university Press, Harvard, p. 599-600, (ISBN 0-674-20280-5)) ou « « cal » en français rappelle la dureté des Calètes » (Maurice Begouën Demeaux, Noms de lieux dans le pays de Caux, d’Artrey, Paris, 1977, p. 111).
  43. Stephan Fichtl, Les Peuples gaulois, IIIe ‑ Ie siècles av. J.-C., éditions Errance, Paris, 2004 (ISBN 2-87772-290-2), p. 170.
  44. Nom de l’actuelle Angleterre.
  45. a et b P. Auger, G. Granier, Le Guide du pays de Caux, 1993, p. 14.
  46. pagus au singulier, est un nom latin donnera le mot « pays ».
  47. Michel de Boüard, Histoire de la Normandie, 2001, p. 81.
  48. Michel de Boüard, Histoire de la Normandie, 2001, p. 104.
  49. a, b, c et d P. Auger, G. Granier, Le guide du pays de Caux, 1993, p. 20.
  50. P. Auger, G. Granier, Le guide du pays de Caux, 1993, p. 21.
  51. Michel de Boüard, Histoire de la Normandie, 2001, p. 227.
  52. a et b Michel de Boüard, Histoire de la Normandie, 2001, p. 228.
  53. M. de Boüard, Histoire de la Normandie, 2001, p. 301.
  54. Michel de Boüard, Histoire de la Normandie, 2001, p. 339.
  55. a, b et c P. Auger, G. Granier, Le guide du pays de Caux, 1993, p. 23.
  56. Michel de Boüard, Histoire de la Normandie, 2001, p. 307.
  57. Michel de Boüard, Histoire de la Normandie, 2001, p. 306.
  58. Michel de Boüard, Histoire de la Normandie, 2001, p. 342.
  59. Michel de Boüard, Histoire de la Normandie, 2001, p. 422.
  60. P. Auger, G. Granier, Le guide du pays de Caux, 1993, p. 25.
  61. Michel de Boüard, Histoire de la Normandie, 2001, p. 444.
  62. P. Auger, G. Granier, Le Guide du pays de Caux, 1993, p. 28.
  63. Michel de Boüard, Histoire de la Normandie, 2001, p. 501.
  64. Henri Defrance, L'Habitation normande, Masson, Paris, 1926.
  65. Marie-Noëlle Tournoux, Deauville : les styles normands, Paris, ADAGP, 1999 (ISBN 2908621207).
  66. P. Lebourgeois, Pays de Caux. Vie et patrimoine, 2007, p. 21.
  67. Marcel Anfray, L'Architecture normande, son influence dans le nord de la France aux XIe et XIIe siècles, Picard, Paris, 1939.
  68. P. Lebourgeois, Pays de Caux. Vie et patrimoine, 2007, p. 30.
  69. P. Lebourgeois, Pays de Caux. Vie et patrimoine, 2007, p. 61.
  70. a et b Martin Meade, Werner Szambien, L'architecture normande en Europe : identités et échanges du XIe siècle à nos jours, Parenthèses, Marseille, 2002.
  71. Victor Ruprich-Robert, L'architecture normande aux XIe et XIIe siècles en Normandie et en Angleterre, Imprimeries réunies, Paris, 1889.
  72. Les estivoiles sur le site de la ville de Fécamp.
  73. La fête de la mer à Yport sur le site officiel de la ville.
  74. Le lin dans le pays de Caux sur doudeville-capitale-du-lin.com.
  75. Site de l'association Artichaud.
  76. Exemple de la fête de la moisson à Mentheville sur tourisme-yport.info.
  77. « Festival du cerf-volant » (consulté le 17 octobre 2007).
  78. Données INSEE/INED, 1999.
  79. La Langue vivante, Thierry Bulot, 2006, (ISBN 2296018823).
  80. P. Lebourgeois, Pays de Caux. Vie et patrimoine, 2007, p. 60.
  81. P. Lebourgeois, Pays de Caux. Vie et patrimoine, 2007, p. 63.
  82. P. Lebourgeois, Pays de Caux. Vie et patrimoine, 2007, p. 40.
  83. L’état des régions françaises 2004, p. 186.
  84. L’état des régions françaises 2004, p. 187.
  85. L’état des régions françaises 2004, p. 189.
  86. L’état des régions françaises 2004, p. 190.
  87. Traduction du texte en language contemporain : « Ce pays est celui que César appelle Caletes, et est de belle étendue et plus en long qu’en large, ayant le terroir d’Abbeville à l’est : au sud le Beauvaisis ; au nord l’océan, et à l’ouest la rivière de Seine, avec partie du Rouennais. Les villes les plus fameuses de ce pays sont Gisors, Saint-Clerc-sur-Epte, Pontoise, Gournay, Aumale, maintenant duché, appartenant à l’illustre maison de Guise, Neuchâtel siège royal, Eu comté appartenant aux héritiers des ducs de Nevers, Arques, et le fameux port de Dieppe, l’une des plus fortes places de la côte Belgique, ayant son nom d’une petite rivière laquelle y passe. Le long de cette cote du nord de la Normandie, est la place de Saint-Valéry située sur la mer. »
  88. L'autoroute A 13 sur fr.structurae.de.
  89. L'autoroute A 29 sur fr.structurae.de.
  90. Les Chemins de fer de l'Ouest, tome I, La Normandie, Coll. En ce temps là… ..la vapeur!.., éditions Rimage, Paris, 1980.
  91. Le train touristique d'Étretat sur lafrancevuedurail.fr.
  92. Jacques Chapuis, « Les tramways du Havre », p. 86.
  93. Le projet sur site de la Communauté d'agglomération ou CODAH. Vidéo de présentation du projet à télécharger sur le site.
  94. Conjoncture en Seine-Maritime, no 43, p. 3 Lire en ligne.
  95. a et b « Le port aujourd'hui », Port autonome du Havre,‎ 2006 (consulté en 23-07-2007).
  96. [PDF] (en) « Container Cargo in Européean Ports (per country) in 2004 », Europea Sea Ports Organisation (consulté en 23-07-2007).
  97. « Statistiques portuaires », Port autonome du Havre,‎ 2006 (consulté en 23-07-2007).
  98. Site du port de Dieppe.
  99. Site du port de Fécamp.
  100. INSEE, Les transports en Haute-Normandie en 2006 Lire en ligne.
  101. Jean Aubert, La vie des bords de Seine, éditions Horvath, Le Coteau (Loire), 1986, (ISBN 2-7171-0414-3).
  102. Le canal de Tancarville sur le dictionnaire des rivières et canaux de France.
  103. Site officiel de l'aéroport du Havre.
  104. L'aérodrome de Dieppe- Saint-Aubin sur dieppe.cci.fr.
  105. J.-P. Blin, Paysage réel, paysage mental: lecture psychocritique de Pierre et Jean de Maupassant in "Le Langage et l'Homme", vol. XXVI, no 1 (mars 1991), pp. 13-21.
  106. André-François Ruaud, Les Nombreuses vies d'Arsène Lupin, collection Bibliothèque rouge, volume 1, Les moutons électriques, 2005 (ISBN 978-2-915793-10-9).
  107. Lyn Thomas, Annie Ernaux, à la première personne, Paris, Stock, 2005 (ISBN 2234057450).
  108. Albert Thibaudet: Gustave Flaubert (1935), Gallimard, coll. Tel, 1982.
  109. Ma grand'mère paysanne, avec une bio-bibliographie de l’auteur, Luneray, Bertout, 1991 (ISBN 2867431247).
  110. Bernard Alexandre, Le Horsain, Vivre et survivre en pays de Caux, Pocket, 1990 (ISBN 2266037870).
  111. Bernard Alexandre, Le Horsain, Vivre et survivre en pays de Caux, Plon; Collection Terre Humaine,1988(ISBN 2-259-01880-7).
  112. Plaquette du musée André Malraux, Le Havre, p. 2.
  113. Plaquette du musée André Malraux, Le Havre, p. 3.
  114. Plaquette du musée André Malraux, Le Havre, p. 4.
  115. Le Chêne d'Allouville sur The Internet Movie Database.
  116. Les Terriens sur The Internet Movie Database.
  117. Les sucriers de Colleville sur The Internet Movie Database.
  118. Chez Maupassant sur The Internet Movie Database.
  119. a et b « Les tournages au Havre », Ville du Havre (consulté en 01-04-2008).

Voir aussimodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesmodifier | modifier le code

Liens externesmodifier | modifier le code

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 23 juin 2008 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.







Creative Commons License