Philhellénisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le philhellénisme (du grec φίλ|ος [phíl|os], « ami, qui aime » + ἑλληνισμός [hellēnismós], « civilisation grecque ») signifie Amour de la Grèce. Il désigne plus particulièrement l'engagement de personnalités non grecques, le plus souvent libérales pour la cause de la Grèce contre l'Empire ottoman lors de la guerre d'indépendance grecque (1821-1832), soit au sein des comités philhellènes, soit par une implication armée directe en Grèce.
Cette définition est parfois considérée comme restrictive. Tout au long de l'histoire, nombreux furent ceux qui ressentirent un amour de la Grèce, depuis l'empereur romain Hadrien, jusqu'à Jacques Lacarrière par exemple.

Le philhellénisme a aussi son contraire avec le mishellénisme.

Lord Byron, en costume albanais.

Le philhellénisme avant le XVIIIe sièclemodifier | modifier le code

La Grèce vue d'Occidentmodifier | modifier le code

Le siège de Constantinople. Miniature attribuée à Philippe de Mazerolles, extraite d'un manuscrit de la Chronique du règne de Charles VII de Jean Chartier, BNF Fr.2091.

La culture grecque avait dominé le monde antique, grâce à sa science, sa littérature ou sa philosophie. Les conquêtes d'Alexandre le Grand avaient étendu la civilisation grecque à l'ensemble de la Méditerranée orientale. L'empire romain l'avait portée jusqu'aux rives de l'Atlantique, sous sa forme gréco-romaine. Cependant, elle disparut d'Occident lors des invasions barbares. Dès le Ve siècle, la connaissance du grec ancien était perdue en Occident1. Méconnaissance et préjugés se développèrent alors.

Au Moyen Âge et à la Renaissance, les Grecs étaient regardés avec suspicion, mépris voire dégoût2. Selon Paul Tannery, cette suspicion est un héritage culturel du Schisme de 1054 entre Rome et Constantinople : toute l’histoire romaine et celle du christianisme ont, depuis, été récrites de manière à présenter l’église de Rome comme seule héritière légitime de l’église primitive, à occulter le fait que c’est elle qui, en quittant la Pentarchie, s’en est éloignée théologiquement et canoniquement au fil des 14 conciles qui lui sont propres, et à rejeter la responsabilité du schisme que les quatre autres patriarches (Constantinople, Antioche, Alexandrie et Jérusalem). Même l’appellation d’« Empire byzantin » (qui apparaît seulement en 1557, sous la plume d’un historien allemand, Hieronymus Wolf) a pour but de séparer l’histoire de l’Empire d'orient, présenté de manière péjorative, de celle de l’Empire d'occident, revendiqué comme « matrice de l'Europe occidentale »3, en dépit du fait que les citoyens de l’Empire d’Orient nommaient leur État Basileía tôn Rhômaíôn (« empire des Romains »)4, et ne se sont jamais désignés comme « Byzantins » mais se considéraient comme des Romains (Rhomaioi, terme repris par les Perses, les Arabes et les Turcs qui les appellent « Roum »). Cette vision péjorative rendit moralement acceptable le pillage de Constantinople par la Quatrième croisade, qui élargit encore le fossé sur les plans religieux et politique, et affaiblit définitivement l’Empire grec face aux Arabes et aux Turcs. L’Occident considéra que la prise de Constantinople par les Croisés en 1204 et le partage de l’Empire byzantin ôtaient aux Grecs toute possibilité de jouer un rôle politique de premier plan. Elle provoqua un effacement durable de la puissance byzantine face à un Occident latin qui s’empara alors de l’hégémonie mondiale. Même si d’un point de vue local, dès 1261-1262 les Grecs avaient reconquis leur capitale et recréé leur Empire, la puissance et le rayonnement byzantin avaient définitivement pâli5. Enfin, la prise de Constantinople en 1453, et d'Athènes en 1456 par les Ottomans achevèrent de ternir l’image des Hellènes. Même plus tardivement, de nombreux auteurs, y compris Voltaire qui avouait "détester Byzance" ou Thouvenel pour qui "l’Orient est un détritus de peuples et de religions", l’Empire byzantin est synonyme, dans leur culture générale, d’un état dogmatique (c’est l’un des sens du mot "orthodoxe "!) n’ayant rien d’intéressant à léguer à l’occident...

Pourtant, l’Empire byzantin n’a cessé de transmettre sa culture, ses savoirs et ses technologies, non seulement aux Arabes de l’orient, mais aussi à ceux de l’occident, par exemple au Xe siècle, lorsque Constantin VII et Romain Lécapène envoient des copies des bibliothèques impériales à Hasdaï ibn Shaprut, ministre du calife de Cordoue Abd al-Rahman III. Parmi ces copies, on trouve De materia medica, du médecin et botaniste grec Dioscoride. Redécouverte par les « Philhellènes », cette transmission a longtemps été occultée dans l’historiographie classique occidentale, qui affirme tenir des Arabes sa redécouverte du patrimoine antique, sans s’interroger pour savoir d'où ceux-ci le tenaient : n’appelons-nous pas « hammam » les thermes, et « style mauresque » l’art roman byzantin, adapté aux goûts des Arabes ? Les « Philhellènes », eux, redécouvrent qu’au XVe siècle, c’est en grande partie par l’intermédiaire de manuscrits byzantins que l’on redécouvrit en Occident la science antique, principalement à travers Aristote et Ptolémée. Quelques décennies avant la chute de Constantinople, des érudits grecs commencèrent à émigrer vers Venise et les principautés italiennes, emportant avec eux quantité de manuscrits.

L'évènement politique déterminant de ce transfert des "humanités" du monde byzantin vers l’Italie est le concile de Florence de 1438, au cours duquel l’empereur grec Jean VIII Paléologue sollicita (vainement) l’appui des royaumes occidentaux contre la menace d’invasion musulmane. Des érudits comme François Philelphe, Giovanni Aurispa, ou Vassilios Bessarion jouèrent un rôle particulièrement actif dans la transmission des écrits grecs, telle l’encyclopédie appelée Souda (du grec ancien Σοῦδα / Soũda) ou Suidas (du grec ancien Σουίδας / Souídas) constituée vers la fin du IXe siècle et imprimée par Démétrius Chalcondyle à Milan en 14996. Les bibliothèques vaticane et vénitienne (Biblioteca Marciana) recèlent encore de nombreux manuscrits astronomiques de cette époque, totalement inédits ou édités récemment, comme le Vaticanus Graecus 1059 ou le Marcianus Graecus 325 de Nicéphore Grégoras. Ce transfert culturel et scientifique joua un rôle important l’avènement de la Renaissance. La littérature classique fut alors redécouverte et admirée, mais la Grèce fut envisagée à travers le prisme romain. Art grec et art romain étaient confondus, et d’un point de vue littéraire, on faisait confiance à l’opinion des vainqueurs antiques latins. Ceux-ci étaient par ailleurs plus souvent lus que les auteurs grecs, peut-être parce que l’on comprenait plus facilement le latin.

Or leurs opinions sur les Grecs étaient souvent peu favorables. Plaute décrivait « leur luxure et leur ivrognerie », et pour lui « parole d’un Grec » et « calendes grecques » étaient synonymes. La grammaire latine multipliait les citations dévalorisant les Grecs, comme celle tirée de L'Énéide de Virgile : « Timeo Danaos et dona ferentes »7, tout comme l’exemple tiré de Juvénal : « Non possum ferre, Quirites, Graecam Urbem ». Et Pline l'Ancien, Sénèque, Quintilien véhiculaient la même opinion des Grecs qu’ils trouvaient « impudents, vénaux, vaniteux et serviles » : il y avait eu très peu de bons Grecs, et ils étaient tous morts. Les auteurs chrétiens étaient du même avis. La Première Épître aux Corinthiens est un catalogue des vices et dépravations empêchant les Grecs de gagner le Paradis8.

Ces opinions dominèrent longtemps l’inconscient collectif occidental : en fin de compte, les Grecs opprimés méritaient leur sort.

L'évolution de l'opinion sur la Grècemodifier | modifier le code

La philosophie des Lumières développa l'intérêt de l'Europe occidentale pour la Grèce, en fait pour une Grèce antique idéalisée. On considérait que les notions, si importantes pour les Lumières, de Nature et Raison, avaient été les valeurs primordiales de l'Athènes classique. Les anciennes démocraties grecques, et surtout Athènes, devinrent des modèles à imiter. On alla y puiser des réponses aux problèmes politiques et philosophiques du temps.

Des ouvrages tel que celui de l'abbé Barthélemy, Voyage du Jeune Anacharsis, paru en 1788 servirent à fixer définitivement l'image que l'Europe avait de l'Égée.

Les théories et le système d'interprétation de l'art antique de Johann Joachim Winckelmann décidèrent du goût européen pour des dizaines d'années. Son œuvre majeure, Histoire de l'art antique, fut publiée en 1763, et traduite en français dès 1766. Il fut, dans cet ouvrage, le premier à définir les périodes de l'art antique, classant les œuvres de façon chronologique et stylistique.

Les vues de Winckelmann sur l'art englobaient l'ensemble de la civilisation, puisqu'il faisait un parallèle entre niveau de développement général de celle-ci et évolution de l'art qu'il lisait comme on lisait à l'époque la vie d'une civilisation, en termes de progrès, d'apogée, puis de déclin9. Pour lui, l'art grec avait été le sommet de l'art qui avait culminé avec Phidias. Winckelmann considérait que les plus belles œuvres de l'art grec avaient de plus été produites dans des circonstances géographiques, politiques et religieuses idéales. Cette conception domina longtemps la vie intellectuelle en Europe. Il classa l'art grec en Antique (période archaïque), Sublime (Phidias), Beau (Praxitèle) et Décadent (période romaine).

Le Parthénon, à l'époque de Lord Elgin.

Les théories de Winckelmann sur l'évolution de l'art culminant dans l'art grec, dans sa période Sublime, conçu dans une période de liberté politique et religieuse complète, participèrent à l'idéalisation de la Grèce antique et augmentèrent l'envie de se rendre en terre grecque. On croyait aisément alors avec lui que le bon goût était né sous le ciel de Grèce. Il sut convaincre l’Europe du XVIIIe siècle que la vie en Grèce antique était pure, simple et morale, et que l’Hellas classique était la source à laquelle les artistes devaient aller puiser les idéaux de « noble simplicité et calme grandeur »10. La Grèce devint la « patrie des arts » et « l’éducatrice du goût ».

Avant 1815, la notion de « Grec » se confondait encore avec celle d’ancien citoyen de l’Empire grec (Rômaios / Ρωμαίος, pas forcément hellénophone, mais grec orthodoxe selon le système ottoman des milliyets) et la « Nouvelle Grèce libre » alors envisagée par des penseurs comme Rigas Vélestinlis était plutôt philosophique que nationale, débordant largement la Grèce moderne et se référant plutôt à l’antique aire d’expansion de l’hellénisme (ἑλληνιζμός / hellênizmós), incluant la majeure partie des Balkans, les Principautés danubiennes dont les Hospodars étaient des Phanariotes, l’Anatolie occidentale et la région du Pont. Dans la dernière décennie du XVIIIe siècle, un mouvement philhellène soutenu par les Tzars se développe dans l’Empire russe et se traduit par la mise en place, au nord de la Mer Noire, dans les territoires alors pris à l’Empire ottoman, d’une « Nouvelle Russie » multinationale, mais orthodoxe, où de nombreux colons grecs sont invités et dont les villes nouvelles reprennent les noms des antiques colonies grecques de la région ou bien reçoivent des noms grecs : Odessa, Tyraspolis, Nicopolis, Chersonèse, Théodosia, Eupatoria, Sébastopol, Simferopol, Melitopol, Stavropol et d'autres, tandis que les études archéologiques se multiplient. Puis, au début du XIXe siècle, la notion de « Grec » prend de plus en plus une signification ethnique au sens moderne du terme, et se confond dès lors avec l’ensemble des locuteurs natifs de la langue grecque, et eux seuls11.

La cause grecque et l'indépendancemodifier | modifier le code

Dimítrios Vikélas, qui sera quelques années plus tard Président du Comité international olympique, écrivait en 1891 :

« Le vrai philhellénisme, le philhellénisme pour ainsi dire historique, avait duré autant que la guerre de l'indépendance et il devait finir avec elle12. »

Il faut préciser que le nombre réel de philhellènes engagés en Grèce même fut relativement restreint. Un évaluation récente estime que 940 philhellènes (toutes nationalités confondues) auraient participé directement aux combats de la guerre d'indépendance entre 1821 et 1827-1828 ; 313 seraient morts13. Démétrios Bikelas, quant à lui dans le même article de 1891 comptait 423 étrangers engagés en Grèce14, dont 118 Français (63 seraient décédés)15. L'impact du philhellènisme vient donc aussi de formes d'engagement autres qu'un engagement armé direct.

La guerre d'indépendance grecquemodifier | modifier le code

Article détaillé : Guerre d'indépendance grecque.

En 1821, les Grecs s’étaient révoltés contre l’occupation ottomane. Ils avaient d’abord remporté de nombreuses victoires et proclamé l’indépendance. Cependant, celle-ci contrevenait aux principes du Congrès de Vienne et de la Sainte Alliance qui imposaient un équilibre européen et interdisaient tout changement. Or, contrairement à ce qui se passait alors pour le reste de l’Europe, la Sainte Alliance n’était pas intervenue pour mater les insurgés libéraux grecs.

Le soulèvement libéral et national ne convenait pas à l’Autriche de Metternich, principal artisan de la politique de la Sainte Alliance. Cependant, la Russie, autre puissance conservatrice de l’Europe, était favorable à l’insurrection par solidarité religieuse orthodoxe et par intérêt géo-stratégique (contrôle des Détroits des Dardanelles et du Bosphore). La France, autre membre actif de la Sainte Alliance (elle venait d’intervenir en Espagne contre les libéraux), avait une position ambigüe : les Grecs, certes libéraux, étaient d’abord des Chrétiens et leur soulèvement contre les Ottomans musulmans pouvait ressembler à une nouvelle croisade. La Grande-Bretagne, pays libéral, s’intéressait surtout à la situation de la région sur la route des Indes et Londres désirait pouvoir y exercer une forme de contrôle et ne souhaitait pas voir la Russie s'y imposer.

Les victoires grecques avaient été de courte durée. Le Sultan avait appelé à l’aide son vassal égyptien Mehemet Ali qui avait dépêché en Grèce son fils Ibrahim Pacha avec une flotte et, dans un premier temps, 8 000 puis 25 000 hommes16. L’intervention d’Ibrahim fut décisive : le Péloponnèse avait été reconquis en 1825 ; le verrou de Missolonghi était tombé en 1826 ; Athènes avait été prise en 1827. Il ne restait plus alors à la Grèce que Nauplie, Hydra et Égine.

Face au courant d’opinion philhellène qui se développa en Occident, il fut décidé d’intervenir en faveur de la Grèce, berceau de la civilisation, avant-garde chrétienne en Orient et dont la position stratégique était évidente. Par le traité de Londres de juillet 182717, la France, la Russie et le Royaume-Uni reconnurent l’autonomie de la Grèce qui resterait vassale de l’Empire ottoman. Les trois puissances se mirent d’accord pour une intervention limitée afin de convaincre la Porte d’accepter les termes du traité. Une expédition navale de démonstration fut suggérée et adoptée. Une flotte conjointe russe, française et britannique fut envoyée pour exercer une pression diplomatique sur Constantinople. La bataille de Navarin, livrée à la suite d'une rencontre de hasard, entraîna la destruction de la flotte turco-égyptienne. Une expédition terrestre fut ensuite proposée par la France à la Grande-Bretagne qui refusa d’intervenir elle-même directement. Cependant, la Russie avait déclaré la guerre à l’Empire ottoman et ses victoires militaires inquiétaient Londres qui ne désirait pas voir l’empire des Tsars descendre trop au sud. La Grande-Bretagne ne s’opposa donc pas à ce que la France intervînt seule18. Ce fut l'Expédition de Morée.

Causes de l'engagementmodifier | modifier le code

En Europe occidentale, la cause grecque devint le symbole du combat des libéraux. Ils y voyaient l'incarnation de toutes leurs causes : liberté bien sûr, droit des peuples à disposer d'eux-mêmes et lutte contre l'oppression d'une monarchie conservatrice et archaïque19. Un courant de sympathie pour les Grecs insurgés parcourut donc leurs rangs. Alexandre Ypsilántis écrivit dans sa première déclaration : « De nombreux libéraux viendront combattre avec nous20. »

Au-delà de l'idée de croisade contre les infidèles ottomans, ce fut l'héritage classique qui fit que bon nombre d'occidentaux épousèrent la cause grecque. Louis Ier de Bavière exprima bien cette idée : « L’Europe a une dette énorme envers la Grèce. [...] C'est à elle que nous devons les Arts et les Sciences. »

Formes de l'engagementmodifier | modifier le code

Les philhellènes s'organisèrent en comités un peu partout en Europe et en Amérique. Leur principale activité fut de lever des fonds pour acheter des armes. Leur livraison fut confiée aux plus intrépides d'entre eux21. Jean-Gabriel Eynard fut l'un des principaux philhellènes.

L'artmodifier | modifier le code

Scène des massacres de Scio par Delacroix

Certains cependant, utilisèrent leur célébrité pour faire progresser la connaissance de la cause grecque. Ils usèrent aussi de leur art pour susciter l'émotion en faveur des Grecs insurgés.
En 1824-1825, la publication des Chants populaires de la Grèce par Claude Fauriel fit connaître à l'Occident la vie, les mœurs et les coutumes des klephtes qu'il décrivait dans sa préface20.
En 1825-1826, Hector Berlioz écrivit une Scène héroïque (La Révolution grecque).

Après la chute de Missolonghi, le courant de sympathie pour la cause grecque s’amplifia en Europe occidentale22. La mort de Byron, en martyr, avait déjà nourri le philhellénisme. Le sort de Missolonghi lors de la « Sortie » infructueuse accentua le phénomène. Les plus célèbres d'entre eux, des artistes reconnus, mirent leur art au service de la cause grecque. Leur propagande, par sa qualité et sa quantité, maintint vivant l'intérêt occidental pour l'insurrection, mais aussi la mauvaise conscience des gouvernements21.
Ainsi, Chateaubriand écrivait dans sa « Note sur la Grèce » (où il appelait à aider la Grèce insurgée) qui précède en 1826 son Itinéraire de Paris à Jérusalem :

« Missolonghi, presque sans fortifications, repoussant les barbares entrés deux fois jusque dans ses murs ».
« On aime encore à espérer que Missolonghi n'aura pas succombé, que ses habitants, par un nouveau prodige de courage, auront donné le temps à la chrétienté enfin éclairée de venir à leur secours. Mais s'il en était autrement, chrétiens héroïques, s'il était vrai que, près d'expirer, vous nous eussiez chargé du soin de votre mémoire, si notre nom avait obtenu l'honneur d'être au nombre des derniers mots que vous avez prononcés, que pourrions-nous faire pour nous montrer digne d'exécuter le testament de votre gloire ? Que sont à tant de hauts faits, à tant d'adversités, d'inutiles discours ? Une seule épée tirée dans une cause si sainte aurait mieux valu que toutes les harangues de la terre. »

Victor Hugo écrivait dans ses Orientales (« Les Têtes du Sérail ») en 1826 :

Frères, Missolonghi fumante nous réclame,
Les Turcs ont investi ses remparts généreux.
Renvoyons leurs vaisseaux à leurs villes lointaines.
(...)
Missolonghi ! - Les Turcs ! - Chassons ô camarades,
Leurs canons de ses forts, leur flotte de ses rades.

Eugène Delacroix fit avec sa Grèce sur les ruines de Missolonghi (1826) le même triomphe avec Scènes des massacres de Scio (1824). Chateaubriand et Palmerston prononcèrent des discours en faveur de la Grèce dans leurs parlements respectifs. L'archéologue et antiquisant allemand Niebuhr fit des discours qui permirent de récolter des fonds pour les comités philhellènes allemands. Le Suisse Jean-Gabriel Eynard et le roi Louis Ier de Bavière dépensèrent une partie de leur fortune pour racheter les femmes et enfants de Missolonghi vendus comme esclaves en Égypte23. Alexandre Pouchkine quant à lui défendit la cause de l'insurrection en Russie21. Émile Souvestre se fit connaître grâce à sa pièce de théâtre Le Siège de Missolonghi en 1828.

À propos du Siège de Missolonghi:

La pression politiquemodifier | modifier le code

Chateaubriand, publia dès 1825 un « Appel en faveur de la cause sacrée des Grecs » qui devint par la suite sa « Note sur la Grèce », qui ouvrit son Itinéraire de Paris à Jérusalem.

Benjamin Constant lança en 1825 un « Appel aux Nations chrétiennes en faveur des Grecs. »

Les comités philhellènesmodifier | modifier le code

Le comité philhellène français devint rapidement le plus important d'Europe. En trois ans, il réussit à réunir £65 000 qu'il fit parvenir en Grèce. La situation particulière de l'insurrection grecque fit que toutes les opinions politiques : républicains comme royalistes ; toutes les classes sociales : bourgeois, ducs, sergents ou généraux, appartenaient au comité25.

Un de ses membres les plus éminents fut La Fayette qui donna 5 000 Francs. Il essaya aussi de rallier à la cause grecque les États-Unis, où il avait des contacts depuis leur guerre d'indépendance26.

L'engagement armémodifier | modifier le code

Les archives de la police française nous apprennent que des étudiants français, allemands, irlandais, suisses partirent se battre aux côtés de la Grèce dès 182127.

Un étudiant allemand, Sprewitz, fonda dès les débuts de l'insurrection grecque, l'Association de la jeunesse. Elle tint six congrès dans le but d'organiser un corps expéditionnaire pour la Grèce.

Une des premières références directes est la défense contre un débarquement turc près de Modon en février 1822 par des troupes grecques et une cinquantaine de philhellènes commandés par l'Allemand Karl Normann. L'habileté particulière des philhellènes dans l'usage de l'artillerie fut décisive28.

Le colonel Baleste, d'origine corse, organisa les premières troupes régulières grecques sous l'impulsion de Dimitrios Ypsilantis. Il débarqua le 20 mars (julien) 1er avril (grégorien) 1822 en Crète avec une troupe de philhellènes, en vue d'aider l'insurrection sur la grande île, où il trouva la mort peu après29.

Le lieutenant-colonel Louis Dentzel, membre de la Charbonnerie et fils d'un ancien général de Napoléon30, partit combattre dans l'armée grecque et fut nommé général à la tête de l'armée de Grèce occidentale. À ce titre il est l'un des destinataires de la correspondance de Ioánnis Kapodístrias31. Il mourut à Vonitza le 3 septembre 1829.

Le premier bataillon de philhellènes (une centaine d'hommes) fut engagé lors de la bataille de Péta en juillet 1822 et fut décimé.

Blanqui entreprit en octobre 1828, après la chute de Missolonghi, un voyage vers la Morée pour aider la Grèce insurgée. Son expédition, en compagnie de son ami et camarade d'études, Alexandre Plocque, s'arrêta à Puget-Théniers, faute de passeport32.

L'intervention des gouvernementsmodifier | modifier le code

Des étudiants parisiens auraient organisé une manifestation en apprenant la nouvelle de la chute de Missolonghi. Ils se seraient rendus aux Tuileries et auraient obtenu de Charles X, sorti sur son balcon la promesse d'aider les Grecs23.
George Canning avait des convictions philhellènes, aussi, lorsqu'il arriva au pouvoir en Grande-Bretagne, il infléchit la politique de son pays en faveur de la cause grecque20.

Voir bataille de Navarin et Expédition de Morée.

Un cas particulier : le philhellénisme américainmodifier | modifier le code

La cause grecque était vue par certains Américains, Daniel Webster en tête, comme celle de la liberté.

Les rédacteurs de la presse écrite réformiste du Bas-Canada (Québec) étaient des partisans de la Grèce libre. Durant une décennie l'opinion publique bas-canadienne suivit avec intérêt les Grecs qui s'émancipaient du joug ottoman. Les journaux La Minerve, Le Spectateur canadien et The Canadian spectator peuvent être qualifiés de philhellènes33.

Le mishellénismemodifier | modifier le code

Article détaillé : Mishellénisme.

Le mishellénisme est le contraire du philhellénisme. C'est une animosité, voire une hostilité envers la Grèce, les Grecs, la langue grecque ou la culture grecque. Le mishellénisme existait déjà à Rome. Le mishellénisme ne s'estompa pas au Moyen Âge en raison du schisme de 1054 puis de la Quatrième croisade. L'exemple le plus symbolique en France est Edmond About.

Référencesmodifier | modifier le code

Articles connexesmodifier | modifier le code

Parmi les philhellènes célèbres, on peut citer : Étienne-Marin Bailly, Béranger, Hector Berlioz, Lord Byron, François-René de Chateaubriand, Eugène Delacroix, Jean-Gabriel Eynard, Claude Fauriel, Charles Nicolas Fabvier, John Cam Hobhouse, Victor Hugo, Francois Pouqueville

Lien externemodifier | modifier le code

Notesmodifier | modifier le code

  1. Georges Contogeorgis, Histoire de la Grèce, p. 238.
  2. Sir Steven Runciman dans l'Introduction de Fani-Maria Tsigakou, The Rediscovery of Greece., Thames & Hudson, 1981, (ISBN 9780500233368) p. 7
  3. Georg Ostrogorsky, Histoire de l’État byzantin, Paris, 1956, ed. Payot, (réimp. 1977)
  4. Encyclopædia Universalis, article « Empire byzantin ».
  5. Georges Contogeorgis, Histoire de la Grèce, p. 191, 204 et 213.
  6. Gallica
  7. « Je crains les Grecs, même quand ils apportent des cadeaux »
  8. Terence Spencer, Fair Greece, Sad Relic., p. 32-35.
  9. Francis Haskell et Nicholas Penny, Taste and the Antique., Yale U.P., 1981, p. 104.
  10. Cité par Roland et Françoise Étienne, La Grèce antique, Gallimard, 1990, p. 60-61.
  11. Joëlle Dalègre, Grecs et Ottomans. 1453-1923, de la chute de Constantinople à la disparition de l’Empire Ottoman, L’Harmattan, 2002(ISBN 2747521621)
  12. Démétrios Bikelas, Le Philhellénisme en France, Revue d'Histoire diplomatique, III, 1891, p. 363.
  13. William Saint-Clair, That Greece might still be free., p. 354-356
  14. peut-être pour la période 1821-1822 considère Sophie Basch, Le mirage grec, p. 240.
  15. Démétrios Bikelas, « Le Philhellénisme en France », Revue d'Histoire diplomatique., III, 1891, p. 364-365
  16. An Index of events in the military history of the greek nation., p. 51 et 54.
  17. Le texte sur Gallica
  18. Arch. de Vaulabelle, Histoire des deux Restaurations., tome 7, p. 649.
  19. Georges Contogeorgis, Histoire de la Grèce, p. 347-348.
  20. a, b et c Apostolos Vacalopoulos, Histoire de la Grèce moderne, p. 108-109.
  21. a, b et c Richard Clogg, A Concise History of Greece, p. 37-38.
  22. Apostolos Vacalopoulos, Histoire de la Grèce moderne., p. 119.
  23. a et b Histoire du dernier siège d'après Constantin Paparregopoulos consulté le 26 janvier 2007.
  24. An Index of Events in the military History of the Greek Nation., p. 37.
  25. William Saint-Clair, That Greece might still be free, p. 267 et 270-272.
  26. Paul C. Pappas, Lafayette's Efforts to Send American Aid to Revolutionary Greece .
  27. J-C Caron, Générations romantiques. Les étudiants de Paris et le Quartier latin. (1814-1851)., A. Colin, 1991, p. 272. (ISBN 2-200-37241-8)
  28. An Index of Events in the military History of the Greek Nation, p. 40.
  29. An Index of Events in the military History of the Greek Nation, p. 41.
  30. Joseph Valynseele : Haussmann, sa famille et sa descendance, Paris, éditions Christian, 1982 p. 32, note 19. Achille de Vaulabelle : Histoire des deux Restaurations jusqu'à la chute de Charles X, Tome 5, Paris, Perrotin, 1850. p. 99 et 319-321. http://books.google.fr/books?id=Yc3UAAAAMAAJ&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false
  31. "Correspondance du comte J. Capodistrias, président de la Grèce (...)", tome 3. Genève et Paris : Abraham Cherbuliez & Cie, 1839. http://books.google.fr/books?id=pogEAAAAQAAJ&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false
  32. J-C. Caron, Générations romantiques., p. 278.
  33. Tzournavelis, Constant, Représentation de la révolution grecque dans la presse écrite du Bas-Canada (1821-1831) Mémoire de maîtrise (Études néo-helléniques), Université de Montréal, 2008, 122 pages.

Bibliographiemodifier | modifier le code

  • Denys Barau, La Cause des Grecs : Une histoire du mouvement philhellène (1821-1829), Paris, Honoré Champion,‎ 2009, 775 p. (ISBN 978-2-7453-1774-2)
  • An Index of Events in the military History of the Greek Nation, Hellenic Army General Staff, Army History Directorate, Athènes, 1998. (ISBN 960-7897-27-7)
  • Sophie Basch, Le Mirage grec. La Grèce moderne devant l'opinion française (1846-1946), Hatier, Paris, 1995. (ISBN 2-218-062698)
  • Georges Contogeorgis, Histoire de la Grèce, Hatier, coll. « Nations d'Europe », 1992 (ISBN 2-218-03-841-2).
  • Michel Espagne, Philhellénismes et transferts culturels dans l’Europe du XIXe siècle, CNRS Éditions, 2005. (ISBN 2-271-06351-5)
  • Stella Ghervas, « Le philhellénisme d’inspiration conservatrice en Europe et en Russie », in Peuples, États et nations dans le Sud-Est de l’Europe, Bucarest, Éd. Anima, 2004.
  • Stella Ghervas, « Le philhellénisme russe : union d’amour ou d’intérêt? », in Regards sur le philhellénisme, Genève, Mission permanente de la Grèce auprès de l’ONU, 2008.
  • Stella Ghervas, Réinventer la tradition. Alexandre Stourdza et l'Europe de la Sainte-Alliance, Paris, Honoré Champion, 2008. (ISBN 978-2-7453-1669-1)
  • Paul C. Pappas, « Lafayette's Efforts to Send American Aid to Revolutionary Greece », Journal of Modern Greek Studies, tome 2-1, mai 1984, p. 105-116.
  • William Saint-Clair, That Greece might still be free. The Philhellenes in the War of Independence, Oxford UP, 1972.
  • Terence Spencer, Fair Greece, Sad Relic. Literary Philhellenism from Shakespeare to Byron, Denis Harvey, Athènes, 1986. (ISBN 0907978215) (première édition 1954)
  • Nicolas Svoronos, Histoire de la Grèce moderne, Que Sais-Je ?, PUF, 1953.
  • Apostolos Vacalopoulos, Histoire de la Grèce moderne, Horvath, 1975 (ISBN 2-7171-0057-1)







Creative Commons License