Plaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Plaine (homonymie).
Plaine d'El Tarf, dans l'Est algérien.

Une plaine est une forme particulière de relief, c'est un espace géographique caractérisé par une surface topographique plane, avec des pentes relativement faibles. Elle se trouve à basse altitude, les vallées y sont donc moins encaissées que sur un plateau. Une plaine est dominée par les reliefs environnants. L'ancienne acception du mot, jusqu'au XVIIIe siècle, était plus large : une plaine était tout espace plat, qu'il soit à basse altitude ou non. Un plateau était donc une plaine1.

Étymologiemodifier | modifier le code

Plaine est le féminin de plain (qui survit dans quelques expressions) qui proviendrait du latin planus, plana avec le sens de « plat, uni, plan ». Il a éliminé la forme plagne ou plaigne qui provenait du latin populaire plania2.

Qualification en fonction du contexte géographiquemodifier | modifier le code

  • La plaine abyssale : plaine sous-marine située généralement de - 4000 à - 6000 mètres, elle a un dénivelé faible mais notable qui conduit aux dorsales océaniques, son étendue est généralement imposante: de l'ordre de centaines voire de milliers de kilomètres d'extension, elle est composée de sédiments continentaux rejetés au large.
  • La plaine d'altitude (ou altiplano).
  • La plaine de piémont située aux pieds des chaînes de montagne et formée par le dépôt des matériaux charriés par les torrents et rivières provenant de ces montagnes.
  • La plaine alluviale (synonyme : lit majeur d'un cours d'eau) : surface topographique, à faible dénivelé, en fond de vallée. Elle est constituée par des alluvions (débris, matériaux) déposées lors de crues du cours d'eau. La plaine alluviale appartient à la zone inondable d'un cours d'eau ; toutefois des aménagements de berge (digue) permettent de réduire le risque d'inondation.
  • La plaine deltaïque : elle est à la confluence de la plaine alluviale - dont elle est le prolongement - et de la mer, elle reçoit des sédiments des deux parts.
  • La plaine d'épandage : une plaine d'accumulation, ses principaux tributaires sont les torrents ou les moraines glaciaires.
  • La plaine littorale : aire côtière enrichie par les sédiments continentaux non recouverte.
  • La plaine maritime : étendue devenue non-submersible par les marées, par le passé, ces zones étaient généralement des marais.

Quelques grandes plainesmodifier | modifier le code

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. Un exemple connu est tiré de la fable Le coche et la mouche de Jean de La Fontaine :

    « Après bien du travail le Coche arrive au haut.
    Respirons maintenant, dit la Mouche aussitôt :
    J’ai tant fait que nos gens sont enfin dans la plaine. »

  2. Alain Rey (sous la direction de), Dictionnaire historique de la langue française, Le Robert, 1998







Creative Commons License