Plateau continental (géophysique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Plateau continental.


Le plateau continental est le prolongement du continent sous la surface de la mer. Schéma-plateau-continental.svg

Caractéristiquesmodifier | modifier le code

La zone submergée possède toutes les propriétés d'un continent (lithologie acide, forte épaisseur de la croûte continentale, histoire géologique).
La transition vers l'océan (lithologie basique, faible épaisseur de la croûte océanique, création par une dorsale médio-océanique) se fait de façon graduelle, la profondeur augmentant progressivement (marge passive), ou brutalement (marge active c’est-à-dire zone de subduction).

Par exemple, la Manche, entre la France et l'Angleterre fait partie du plateau continental, mais plus au nord, la mer de Norvège est plus profonde, la Norvège ayant elle même un plateau continental plus réduit que les pays entourant la mer du Nord. La bordure du plateau continental y est en outre plus abrupte. Au néolithique après la dernière glaciation, un pan important du plateau continental norvégien s'est effondré, causant un immense glissement de terrain sous-marin, suivi d'un tsunami de grande ampleur ; le mégatsunami de Storegga (vague de plus de 20 m sur les îles Féroé) ; ce tsunami semble avoir détruit les terres qui reliaient l'Angleterre au continent.

Histoire humaine, paléoécologiemodifier | modifier le code

Le plateau continental est actuellement recouvert d'une relativement faible épaisseur d'eau (de l'ordre d'une centaine de mètres au maximum). Il s'est retrouvé en grande partie émergé durant les glaciations (qui prélèvent un grand volume d'eau alors non plus stockés dans l'océan, mais dans les calottes glaciaires et glaciers, sous forme de glace).
Ainsi, le peuplement initial du continent américain a pu se faire par le détroit de Béring, sur le plateau continental émergé lors de la dernière glaciation. L'archéologie sous-marine a montré que des hommes préhistoriques vivaient, chassaient, pêchaient dans le Doggerland, entre l'actuelle Angleterre et le Danemark, l'Allemagne et les Pays-Bas, de même y trouvait-on des mammouths et une faune abondante1.

Les zones côtières ne représentent que 10 % de l'environnement océanique mais elles contiennent environ 90 % des toutes les espèces marines. Sauf exception, les zones côtières sont les zones des océans les plus riches en nutriments.

Distribution géographiquemodifier | modifier le code

carte topographique, les plateaux continentaux y apparaissent en bleu cyan

Les dimensions des plateaux continentaux varient considérablement. Ils peuvent être quasi-inexistants. C'est notamment le cas dans les zones de subduction ou une plaque océanique plonge sous la croûte continentale comme cela se produit au large des côtes chiliennes ou à l'ouest de l'île de Sumatra. Ils peuvent aussi être très étendus. Ainsi le plateau continental le plus vaste atteint 1 500 km de large. Il s'agit du plateau de Sibérie dans l'océan Arctique. Un autre vaste plateau continental est le plateau de la Sonde situé en mer de Chine méridionale qui s'étend entre les îles de Java, de Sumatra et de Bornéo. Le golfe Persique et la mer du Nord sont des mers qui recouvrent entièrement un plateau continental.

Sédimentsmodifier | modifier le code

Les plateaux continentaux sont recouverts de sédiments terrigènes, qui proviennent de l'érosion des continents. Cependant, peu de ces sédiments ont été apportés par les cours d'eau. La plupart, de l'ordre de 60 à 70 %, se sont déposés durant les glaciations de l'ère Quaternaire, lorsque le niveau des mers était de 100 à 120 mètres inférieur à celui d'aujourd'hui.

Les sédiments deviennent généralement de plus en plus fins lorsque l'on s'éloigne des côtes. Le sable est limité aux zones d'eaux peu profondes en perpétuelle agitation sous l'action des vagues, tandis que le limon et l'argile se déposent dans les eaux plus profondes et plus calmes situées plus au large. Ces sédiments se déposent à la vitesse moyenne de 30 cm par millénaire, vitesse supérieure à celle à laquelle se déposent les sédiments marins dans les plaines abyssales.

Voir aussimodifier | modifier le code

Articles connexesmodifier | modifier le code

Liens externesmodifier | modifier le code

  • (fr)

Bibliographiemodifier | modifier le code

Référencesmodifier | modifier le code

  1. Geoffrey N. Bailey, Nicholas C. Flemming, Archaeology of the continental shelf: Marine resources, submerged landscapes and underwater archaeology The Coastal Shelf of the Mediterranean and Beyond: Corridor and Refugium for Human Populations in the Pleistocene, Quaternary Science Reviews Volume 27, Issues 23–24, novembre 2008, pages 2153–2165







Creative Commons License