Prix Nobel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Prix Nobel
Image associée à la récompense
Nom original Nobelpriset
Prix remis Prix Nobel de physique
Prix Nobel de chimie
Prix Nobel de littérature
Prix Nobel de la paix
Prix Nobel de physiologie ou médecine
-
Prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel, remis par la Fondation Nobel
Description Contributions majeures dans les domaines visés
Organisateur Académie suédoise
Académie royale des sciences de Suède
Institut Karolinska
Comité Nobel norvégien
Pays Drapeau de la Suède Suède
Drapeau de la Norvège Norvège (prix Nobel de la paix)
Date de création 1901
Site officiel http://nobelprize.org/

Le prix Nobel (en suédois Nobelpriset) est une récompense de portée internationale. Remis pour la première fois en 1901, les prix sont décernés chaque année à des personnes « ayant apporté le plus grand bénéfice à l'humanité », par leurs inventions, découvertes et améliorations dans différents domaines de la connaissance, par l'œuvre littéraire la plus impressionnante, ou par leur travail en faveur de la paix, suivant ainsi les derniers vœux d'Alfred Nobel, inventeur de la dynamite.

Au XXIe siècle, les prix sont décernés au courant du mois d'octobre de chaque année. La cérémonie de remise des prix a lieu le 10 décembre, jour de l'anniversaire de la mort d'Alfred Nobel.

Testament d'Alfred Nobelmodifier | modifier le code

Page autographe du testament d'Alfred Nobel établi le .

À sa mort, le Suédois Alfred Nobel laisse un héritage de 32 millions de couronnes. Cette fortune vient de son invention : la dynamite. Son dernier testament, rédigé le au club suédo-norvégien de Paris, ne prévoit aucun legs à ses héritiers directs, mais Alfred Nobel demande que soit créée une institution qui se chargera de récompenser chaque année des personnes qui ont rendu de grands services à l'humanité, permettant une amélioration ou un progrès considérable dans le domaine des savoirs et de la culture dans cinq disciplines différentes : paix ou diplomatie, littérature, chimie, physiologie ou médecine et physique.

Le testament précise que la nationalité des savants primés ne doit jouer aucun rôle dans l'attribution du prix. La Fondation Nobel voit le jour le 29 juin 1900. C'est elle qui gère l'exécution des dernières volontés du testateur, contrôle le respect des règles dans la désignation des lauréats et vérifie le bon déroulement de leur élection. Elle est également chargée, par la voie d'un comité propre à chaque branche et selon les propositions de personnalités éminentes dans les cinq domaines, d'établir des listes préalables de nominations communiquées aux différentes instances qui attribuent le prix.

La première cérémonie pour attribuer le prix Nobel eut lieu, cinq ans après la mort de son fondateur, dans l'ancienne académie royale de musique de Stockholm, le . À partir de 1902, les prix furent remis des mains du roi de Suède, le 10 décembre de chaque année hormis le prix Nobel de la paix qui est remis par le roi de Norvège car, jusqu'en 1905, la Suède et la Norvège relevaient de la même Couronne ; c'est à compter de la séparation de ces deux nations en 1905 que cette répartition des prix Nobel entre les deux pays fut arrêtée.

Montant du prixmodifier | modifier le code

Le montant du prix et l'organisation sont financés par les revenus provenant du legs d'Alfred Nobel, mort sans enfants, ce patrimoine étant placé en actions « de père de famille ».

Les lauréats de chaque prix Nobel se partagent un montant de 8 millions de couronnes suédoises (soit un peu moins de huit cent mille euros en 2012), dont ils disposent librement, mais qui leur permet surtout de continuer leurs recherches ou travaux sans subir de pressions financières.

Le montant de la récompense a été diminué en 2012 par la Fondation Nobel, afin de garantir la pérennité financière du prix1. L'évolution du montant de la récompense financière est la suivante :

  • 1901 : 150 782 couronnes suédoises
  • 1994 : 7 millions de couronnes
  • 2000 : 9 millions de couronnes
  • 2001 : 10 millions de couronnes
  • 2012 : 8 millions de couronnes (900 000 euros)

Prixmodifier | modifier le code

Les prix Nobel sont attribués depuis 1901 dans les domaines suivants :

En 1968, avec l'accord de la Fondation Nobel, la Banque de Suède a institué un prix en économie, le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel, communément appelé « prix Nobel d'économie » bien que n'étant pas formellement un prix Nobel décerné par l'Académie royale des sciences de Suède2.

Depuis 1968, il a été décidé de ne plus ajouter de nouvelle catégorie de prix, bien qu'ait été suggéré un prix dédié à l'écologie et l'environnement2.

Règles d'attributionmodifier | modifier le code

Le prix Nobel a quelques contraintes concernant son attribution, mais est globalement assez souple. Dans chaque discipline, les nominations sont issues des propositions d'académies ou instituts de Suède (le comité norvégien pour le Nobel de la paix) et de figures d'autorité internationales. Les propositions sont élaguées en début d'année par un comité spécial, composé de cinq académiciens élus pour trois ans. Avant l'été, les académies fixent une liste finale de cinq noms (ou groupe de noms). Le lauréat est élu en clôture des débats, tout début octobre. Les quatre recalés sont réinscrits d'office pour les sélections de l'année suivante. L'identité du ou des récipiendaires est révélée, discipline par discipline tout au long de la première semaine ouverte d'octobre, lors de conférences de presse journalières.

Le prix ne peut pas être remis en principe à titre posthume depuis 19743. Auparavant, le prix Nobel de littérature fut ainsi attribué en 1931 à l'ancien secrétaire perpétuel de l'Académie suédoise Erik Axel Karlfeldt, décédé six mois avant l'annonce officielle du lauréat et celui de la paix, en 1961, fut également décerné à Dag Hammarskjöld, secrétaire général des Nations Unies, mort moins d'un mois avant le vote final. Toutefois, l'interdiction du prix posthume connaît une exception : l'intervention de la mort du nommé, en effet le prix Nobel n'est pas annulé quand le récipiendaire meurt avant de le recevoir. Le Prix Nobel de médecine est co-décerné en 2011 au canadien Ralph Steinman, mort trois jours avant sa nomination à l'insu du jury. S'il peut ne pas être attribué une année alors il pourra l'être l'année suivante en même temps que celui de l'année en coursréf. souhaitée]. Le prix Nobel n'a pas de contrainte sur l'âge des personnes à qui il est remis, contrairement par exemple à la médaille Fields. Enfin, le prix ne peut être codécerné à plus de trois lauréats. Toutefois, l'absence de remise collective est palliée par la possibilité de l'attribuer à une institution (en particulier, le prix Nobel de la paix a quatre fois, au cours de la décennie 2000, été codécerné à une personne et une institution).

Les nominations et le contenu des délibérations sont gardés secrets durant 50 ans.

Le « quatrième homme »modifier | modifier le code

La règle de trois lauréats au maximum pour un même prix a conduit à des cas où un membre-clé de l'équipe ayant réalisé les travaux récompensés ne reçoit pas le prix. D'où l'expression de « quatrième homme » pour désigner quelqu'un qui n'a pas été récompensé alors qu'il a joué un rôle important pour des travaux primés.

Les exemples les plus cités sont pourtant des cas dans lesquels il n'y a même pas eu trois lauréats cette année-là. Lise Meitner, non récompensée alors qu'Otto Hahn reçut (seul) le prix Nobel de chimie 1944, et Jocelyn Bell, non récompensée alors que son directeur de thèse Antony Hewish le fut (prix décerné à deux personnes)4.

Le cas de Jean-Claude Chermann a provoqué un émoi assez important dans la presse française, se traduisant même par des appels à modifier la règle sur le nombre maximum de lauréats5 (cette année-là, ses collègues de recherches furent primés et lui non, la limite de trois personnes ayant effectivement été atteinte).

Lors de l'attribution du prix Nobel de chimie pour la découverte de la synthèse asymétrique (décerné à William Knowles, K. Barry Sharpless et Ryōji Noyori), la non-attribution du prix à Henri Kagan a donné lieu à des articles dans les journaux quotidiens6 et même donné lieu à une polémique impliquant le ministre de la Recherche français de l'époque, Roger-Gérard Schwartzenberg7.

Disciplines absentes notablesmodifier | modifier le code

Les mathématiques ne sont pas récompensées par un prix Nobel. Leur absence est source de discussion, Alfred Nobel ne s'étant pas expliqué.

Outre l'explication par l'influence de la conception utilitaire et pratique des découvertes qui prédominait à l'époque de Nobel, exclusive de la recherche fondamentale et donc des mathématiques, il existe une explication, réfutée, reposant sur une histoire de jalousie. Celle-ci prétend qu'Alfred Nobel aurait refusé d'honorer les mathématiques pour éviter que le prix revienne un jour à Gösta Mittag-Leffler, un mathématicien suédois qui lui aurait volé le cœur de sa femme, Sophie Hess. En 1985, Lars Gårding (en) et Lars Hörmander ont montré que cette histoire est dénuée de fondement8. Tout d'abord, Nobel n'a jamais été marié, Sophie Hess était sa maîtresse, une jeune Viennoise de 20 ans rencontrée quand il avait 42 ans9. Enfin, il est peu probable que Nobel et Mittag-Leffler se soient réellement connus, Nobel ayant quitté la Suède en 1865 alors que Mittag-Leffler était encore étudiant.

La médaille Fields, décernée depuis 1936, est parfois présentée comme l'équivalent du prix Nobel (bien que le prix récompense une carrière aboutie alors que la médaille Fields est plutôt un encouragement à une carrière à venir). Depuis 2003, le prix Abel récompense une carrière mathématique aboutie, étant donc à ce titre sans doute plus proche du prix Nobel10.

Transdisciplinaritémodifier | modifier le code

La biologie, qui au début du XXe siècle était pleinement associée à la physiologie ou à la médecine pour faire la distinction avec les sciences naturelles que sont la zoologie et la botanique qu'Alfred Nobel ne souhaitait pas récompenser explicitement, est le champ de recherche le plus concerné par la transdisciplinarité dans les attributions des prix depuis les années 1960 et tout particulièrement depuis les années 1990 avec le développement majeur de la biologie moléculaire et de la génétique. Ainsi, compte tenu du nombre de découvertes et travaux essentiels dans ce domaine, la recherche en biologie moléculaire a été très souvent récompensée par le prix Nobel de chimie11. Pour ce qui concerne les 30 dernières années, ce fut le cas pour les prix de 1980 et 1989 puis de 1993 et 1997, mais surtout 2003, 2004, 2006, 2008 et 2009, soit 50 % des prix de la décennie 2000. Les chimistes non organiques en viennent à se plaindre d'être trop rarement récompensés[réf. nécessaire].

Lauréatsmodifier | modifier le code

Statistiques (novembre 2009)
  • Nombre total de lauréats : 829
    • Femmes lauréates : 40
    • Hommes lauréats : 766
    • Organisations : 23
Lauréats ayant reçu plusieurs fois le prix Nobel
Familles ayant reçu plusieurs prix Nobel
Familles ayant reçu à la fois un prix Nobel et le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel

Refusmodifier | modifier le code

Les refus du prix Nobel sont exceptionnels. Le premier refus de plein gré est celui de Jean-Paul Sartre qui refusait systématiquement tout prix et tout honneur.

À la question : « Peut-on refuser le prix Nobel pour échapper à la médiatisation ? », la réponse est clairement non : Paul Dirac, ayant soumis l'idée à ses proches, s'est vu répondre que la médiatisation d'un refus serait beaucoup plus importante encore12.

Liste des refus du prixmodifier | modifier le code

Refus volontairesmodifier | modifier le code

Deux lauréats déclinèrent personnellement le prix Nobel :

Refus sous contraintemodifier | modifier le code

Adolf Hitler contraignit trois lauréats allemands à refuser ce prix, mais ils en prirent possession après la Seconde Guerre mondiale :

Le gouvernement soviétique contraignit Boris Pasternak à décliner le prix Nobel de littérature 1958.

Comparaisonsmodifier | modifier le code

La comparaison aux prix Nobel est régulièrement utilisée pour souligner l'importance d'autres prix, par exemple les surnoms suivants :

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. Dotations en baisse pour les prix Nobel dépêche AFP du 16 juin 2012.
  2. a et b Économie : un prix Nobel qui n'en est pas un dans Le Monde du 11 octobre 2010.
  3. biographie de Dag Hammarskjöld, nobelprize.org
  4. Yves Sciama, « L'injustice faite au « quatrième homme » », sur larecherche.fr,‎ 1er octobre 2008.
  5. Marc Mennessier, « L'amertume des « oubliés » du prix Nobel », sur lefigaro.fr,‎ 8 octobre 2008.
  6. Chimie: le Nobel de la discorde dans Libération du 7 novembre 2001.
  7. « Nobel de chimie : le ministre de la Recherche persiste », sur liberation.fr,‎ 14 novembre 2001.
  8. (en) Lars Garding et Lars Hörmander, « Why is there no Nobel prize in Mathematics? », Mathematical Intelligencer 7:3, 1985
  9. Pascal Riché, « Pourquoi pas un Nobel de maths? Une (fausse) histoire de cul », Rue89.com, 10 octobre 2007 (page consultée le 8 juin 2009).
  10. Mathématiques : quelle pérennité pour le prestige français ? Intervention de Michel Broué dans l'émission de Science publique du 1er septembre 2010 (7 min 40 dans le podcast)
  11. Michel Morange, « La Biologie moléculaire à tout prix », sur larecherche.fr,‎ 1er octobre 2008.
  12. Étienne Klein, Il était sept fois la révolution, Albert Einstein et les autres, Coll. Champs-Flammarion, 2007.

Annexesmodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographiemodifier | modifier le code

  • (en) Elisabeth T. Crawford, The Beginning of the Nobel Institution, 1984 (ISBN 0521265843)
  • (en) Robert Marc Friedman, The Politics of Excellence, 2001 (ISBN 0641523238)
  • Josepha Laroche, Les Prix Nobel. Sociologie d’une élite transnationale, Montréal, Liber, 2012.

Articles connexesmodifier | modifier le code

Lien externemodifier | modifier le code








Creative Commons License