Rectifications orthographiques du français en 1990

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les rectifications orthographiques du français en 1990 proposent une nouvelle orthographe pour certains mots du français afin de la rendre plus simple ou en supprimer certaines incohérences.

Ces rectifications ont pour origine un rapport du Conseil supérieur français de la langue française, approuvé par l'Académie française1 et publié dans les « Documents administratifs » du Journal officiel de la République française du 6 décembre 1990.
L'orthographe issue est qualifiée de nouvelle (NO), recommandée, rectifiée (OR), révisée, modernisée ou de 1990, par opposition à l'orthographe dite traditionnelle ou ancienne. Le Conseil international de la langue française (CILF), où tous les pays francophones sont représentés, lui a donné un avis favorable. Néanmoins, l'Académie accepte les deux orthographes1 : « Aucune des deux graphies ne peut être tenue pour fautive » (Journal officiel).

En France, depuis la parution du Bulletin officiel de l'Éducation nationale hors série no 3 du 19 juin 20082 (à la faveur d'une note page 37), « l’orthographe révisée est la référence » et est désormais « incluse dans les programmes scolaires »[réf. nécessaire].

Entre 2008 et aujourd'hui, cette réforme reste cependant peu connue et son application varie encore d'un professeur et d'un dictionnaire à l'autre3. Toutefois dans les faits, certaines rectifications prévues en 1990 semblent être employées par les étudiants sans même qu'ils en soient conscients et la réforme est largement enseignée et connue dans d'autres pays francophones, au premier rang desquels la Belgique et la Suisse3. Depuis 2008, en France, à la suite de la parution précitée au Bulletin officiel, on note par ailleurs une grande amélioration de la prise en compte de la réforme.

Historiquemodifier | modifier le code

En 1988, plusieurs constats sont faits par le gouvernement de Michel Rocard : déclin de l'utilisation de la langue française au quotidien comme langue de travail à cause de sa « criminelle orthographe » (expression de Paul Valéry) ; difficultés du commerce extérieur renforcées par les modes d'emploi des produits dans une langue française complexe donc mal traduite ; savoir mondial inventorié dans cinq grandes bibliothèques informatisées en langue anglo-saxonne dont la traduction automatique en français est plus complexe et plus coûteuse (40 à 50 % plus cher que les langues plus phonétiques comme l'allemand, l'italien, l'espagnol, le portugais), 3 000 mots français ayant à l'époque une orthographe différente selon les dictionnaires, notamment au niveau des accents ; absence de règle lors de la création d'un nouveau mot (une ou deux dizaines de milliers créés par an, notamment dans le domaine de la pharmacie)4.

En France, une enquête est publiée dans le numéro du 28 février 1988 de l'organe hebdomadaire, L'École libératrice, du Syndicat national des instituteurs (SNI-PEGC)5,6,7. Alors qu'habituellement ce type d'enquête de la revue ne récolte pas plus de 30 à 50 réponses, les résultats définitifs, annoncés le 20 novembre, montrent que 1 035 des 1 150 répondants, c'est-à-dire un nombre de personnes semblable à celui utilisé lors de sondages politiques, sont pour « une simplification raisonnable et progressive de l'orthographe »6,5,8. Prié de décider par les partisans et opposants d'une rectification, le ministère de l'Éducation nationale se prononce contre5. Le 7 février 1989, dix éminents linguistes parisiens (Nina Catach, Bernard Cerquiglini, Jean-Claude Chevalier, Pierre Encrevé, Maurice Gross, Claude Hagège, Robert Martin, Michel Masson, Jean-Claude Milner et Bernard Quémada) font paraître un manifeste à la une du journal Le Monde, manifeste ayant pour titre Moderniser l'écriture du français et souvent nommé le « Manifeste des Dix »5,9,10. Cet appel est repris par plusieurs livres au cours de l'été ainsi que par l'ouvrage de Jacques Lecomte et Philippe Cibois, Que vive l'orthographe !, paru en septembre (préface de Michel Masson et postface de Jean-Claude Barbarant, secrétaire général du SNI-PEGC)11,7. Le 30 mai 1989, le Premier ministre français socialiste de l'époque, Michel Rocard, décide la suppression d'une assemblée consultative, le Haut Comité de la langue française et d'un organisme administratif, le Commissariat général, tous deux rattachés à ses services et leur remplacement par le Conseil supérieur de la langue française (CSLF), composé de ressortissants français, québécois, belges, suisses et marocains et dont il devient le président, ainsi que par la Délégation générale à la langue française5,12,13. Le 1er juin, le Conseil des ministres vote en faveur des décrets et ceux-ci paraissent le lendemain au Journal officiel13,14.

Lors de la première réunion du CSLF, le 24 octobre, Rocard établit les tâches du Conseil15. Il charge le CSLF de dresser un rapport d'« aménagements orthographiques » avec pour but de mettre fin à un certain nombre « d'anomalies et d'absurdités »16. Le CSLF met donc en place un groupe d'experts, présidé par le linguiste Bernard Cerquiglini et composé de ses homologues Nina Catach, André Goosse, André Martinet et Charles Müller, des lexicographes Claude Kannas (responsable des dictionnaires Larousse) et Josette Rey-Debove (responsable des dictionnaires Robert) ainsi que du chef correcteur du journal Le Monde, Jean-Pierre Colignon et de Jacques Bersani, inspecteur général de l'Éducation nationale16,17,18. Le groupe commence sa première réunion le 12 décembre 198919. Au printemps 1990, le premier projet du groupe est remis au CSLF qui l'adopte après l'avoir examiné et discuté20. Il est ensuite présenté à l'Académie française avec qui la suite de la réflexion continue lors de débats16,21. Le compromis de 400 propositions que représente le rapport final est atteint en faisant, selon les propositions initiales, une suppression du superflu ou au contraire un ajout d'exceptions16,22. Présentées par le CSLF, ces rectifications ont reçu le 3 mai 1990 un avis favorable de l'Académie française à l'unanimité23, ainsi que l'accord du Conseil supérieur de la langue française du Québec24 et de celui de Belgique (qui, devenu en 2007 le Conseil de la langue française et de la politique linguistique, confirme sa position en sa séance plénière du 9 avril 200825). Il est présenté officiellement au Premier ministre le 19 juin 1990 et parait dans les documents administratifs du Journal officiel de la République française, no 100 du 6 décembre 1990 (JODA no 100/90), avec comme titre « Les rectifications de l'orthographe - Conseil supérieur de la langue française »16,26. Après sa publication, il connait un succès considérable en librairie et reçoit un avis favorable de la part du CILF où toute la francophonie est représentée27,28. La Fédération internationale des professeurs de français et l'Association française des enseignants de français se prononcent pour les rectifications29.

Commence alors la période surnommée la « guerre du nénufar » pendant laquelle une violente campagne de presse et quelques intellectuels parisiens s'en prennent aux rectifications22,30. Ainsi, dans le Madame Figaro du 5 janvier 1991, face à une éventuelle suppression partielle de l'accent circonflexe, Bernard Pivot, Philippe Sollers, Jean d'Ormesson et Frédéric Vitoux y expriment leur opposition31. Ou encore, dans Le Monde du 30-31 décembre 1990, le Comité Robespierre, formé du polygraphe Roger Caratini, du professeur Léon Schwartzenberg, de l'avocat Jacques Vergès et du dessinateur Georges Wolinski demande « la guillotine morale du mépris contre les technocrates sans âme et sans pensée qui ont osé profaner notre langue »32. En réponse à ces réactions, l'Académie française en rediscute lors d'une séance le 10 janvier et d'une réunion le 17 janvier 1991 qui aboutit à un communiqué adopté par 23 voix contre 6 dans lequel les académiciens précisent les modalités d'entrée en vigueur des rectifications33,34,35. Ainsi, l'Académie française y « rappelle que le document officiel [...] ne contient aucune disposition de caractère obligatoire. L'orthographe actuelle reste d'usage [...]. Elle estime qu'il y a avantage à ce que lesdites recommandations ne soient pas mises en application par voie impérative et notamment par circulaire ministérielle34. »

« Le Conseil supérieur de la langue française, qui comprend des membres du Maroc, de Belgique et du Québec, a aussi consulté le Haut Conseil de la francophonie, où les Français ne sont pas les plus nombreux. Il y a donc eu consultation des autorités ou institutions spécialisées des pays francophones, conformément à la courtoisie et aux intérêts supérieurs de la langue française »36.

Les propositions du rapport ne visent pas seulement l'orthographe du vocabulaire existant, mais aussi et surtout celle du vocabulaire à naître, en particulier dans les sciences et les techniques.

L'Association pour l'information et la recherche sur les orthographes et les systèmes d'écriture (AIROÉ) pour la France, l'Association pour la nouvelle orthographe (ANO) pour la Suisse, l'Association pour l'application des rectifications orthographiques (APARO) pour la Belgique, le Groupe québécois pour la modernisation de la norme du français (GQMNF) pour le Québec, la Coalition pour l'application des rectifications orthographiques (CARO) réunis au sein du Réseau pour la nouvelle orthographe du français (RENOUVO), diffusent régulièrement sur leurs sites respectifs ou dans leurs revues des informations sur le sujet.

Ces règles n'ont aucun caractère obligatoire. La réforme de l'orthographe allemande de 1996 avait été imposée plus fermement, par exemple en donnant une date limite à la presse pour s'y conformer.

Les rectifications orthographiques ont été publiées en France dans le Journal officiel du 6 décembre 1990, dans la partie administrative, qui n'a pas de valeur contraignante.

Or, il n'existait aucune loi portant sur la réforme de la langue française, depuis que cette mission a été attribuée à l'Académie française. Autrement dit, la réforme de la langue et de l'orthographe ne fait pas partie des domaines de compétences du gouvernement.

Les modifications apportéesmodifier | modifier le code

Les modifications apportées concernent :

  • le trait d'union : dans un certain nombre de mots, le trait d'union est remplacé par la soudure (exemple : « porte-monnaie » devient « portemonnaie », comme « portefeuille » ; exemple qui est souvent à l'honneur, la réforme de l'orthographe allemande ayant transformé « Portemonnaie » en « Portmonee ») ;
  • le pluriel des noms composés : les mots composés du type « pèse-lettre » suivent au pluriel la règle des mots simples (des « pèse-lettres ») ;
  • l'accent circonflexe : il n'est plus obligatoire sur les lettres « i » et « u », sauf dans les terminaisons verbales et dans quelques mots où il est nécessaire pour distinguer des homonymes (exemple : « qu'il fût », « mûr ») ;
  • le participe passé des verbes pronominaux : il est invariable dans le cas de « laisser » suivi d'un infinitif (exemple : « elle s'est laissé mourir ») ;
  • des anomalies :
    • mots empruntés : pour l'accentuation et le pluriel, les mots empruntés suivent les règles des mots français (exemple : un « imprésario », des « imprésarios ») (dans beaucoup de cas, il s'agit non de nouvelles formes, mais de trancher des cohabitations existantes)
    • séries désaccordées : des graphies sont rendues conformes aux règles de l'écriture du français (exemple : « douçâtre » remplace « douceâtre »), ou à la cohérence d'une série précise (exemple : « boursoufler » devient « boursouffler » comme « souffler », « chariot » devient « charriot » comme « charrette »).

Ces propositions sont présentées sous forme, d'une part, de règles d'application générales et de modifications de graphies particulières destinées aux usagers et aux enseignants, et, d'autre part, sous forme de recommandations à l'usage des lexicographes et des créateurs de néologismes.

Détailsmodifier | modifier le code

Ces rectifications touchent entre 2 000 mots (d'un dictionnaire d'usage courant qui en contient 50 000 à 60 000) et plus de 5 000 mots si on prend en compte ceux qui sont rares et techniques37,38,39. Ce qui est largement moins que certaines des rectifications orthographiques qu'a menées l'Académie française lors de la parution de chacune des neuf éditions de son dictionnaire (modification de l'orthographe d'un mot sur quatre lors de la 3e édition en 1740) mais plus que celle de 1935 (plus de 500 mots touchés)40,41,42. Celles de 1990 ont introduit 10 règles orthographiques :

Règles Exemples
orthographe traditionnelle orthographe réformée
1. Les numéraux composés sont toujours reliés par des traits d'union. trente et un
cinq cents
six millièmes
trente-et-un
cinq-cents
six-millièmes
2. Dans les noms composés de la forme verbe + nom (par exemple : pèse-personne) ou préposition + nom (par exemple : sans-papier), le second élément prend la marque du pluriel lorsque le mot est au pluriel. des après-midi des après-midis
3. Emploi de l'accent grave (au lieu de l'accent aigu) dans un certain nombre de mots ainsi qu'au futur et au conditionnel des verbes qui se conjuguent comme céder. événement
réglementaire
je céderai, ils régleraient
évènement
règlementaire
je cèderai, ils règleraient
4. L'accent circonflexe disparaît sur i et u, mais on le maintient dans les terminaisons verbales du passé simple, du subjonctif, et en cas d'homonymie43. coût

entraîner,


nous entraînons

paraître, il paraît

cout

entrainer,
nous entrainons
paraitre, il parait

5. Les verbes en -eler ou -eter se conjuguent comme peler ou acheter. Les dérivés en -ment suivent les verbes correspondants. Exceptions : appeler, jeter et leurs composés. j'amoncelle, amoncellement
tu époussetteras
j'amoncèle, amoncèlement
tu époussèteras
6. Les mots empruntés forment leur pluriel comme les mots français et sont accentués conformément aux règles qui s'y appliquent. des sandwiches
revolver
des sandwichs
révolver
7. La soudure s'impose dans un certain nombre de mots, notamment :
  • les mots composés de contr(e)- et entr(e)-
  • les onomatopées
  • les mots d'origine étrangère
  • les mots composés avec des éléments « savants »

Il s'agit en quelque sorte d'un retour à l'orthographe d'avant le XVIIe siècle où la plupart des mots étaient soudés44.

contre-appel
entre-temps
tic-tac
week-end
agro-alimentaire
porte-monnaie
contrappel
entretemps
tictac
weekend
agroalimentaire
portemonnaie
8. Les mots en -olle et les verbes en -otter (et leurs dérivés) s'écrivent respectivement -ole et -oter. Exceptions : colle, folle, molle et les mots de la même famille qu'un nom en -otte (comme botter, de botte). corolle
frisotter, frisottis
corole
frisoter, frisotis
9. Pour montrer la prononciation du u, le tréma est, dans les mots comportant :
  • -guë- et -guï-, déplacé sur cette lettre45.
  • -geure-, ainsi qu'avec le verbe arguer, rajouté à cette lettre46.
aig, ambig
ambig
gageure, arguer
aigüe, ambigüe
ambigüi
gageüre, argüer
10. Le participe passé de laisser suivi d'un infinitif est invariable (à l'image de faire).

Cette invariabilité était déjà préconisée ou permise par certains grammairiens dont Émile Littré47.

elle s'est laissée mourir elle s'est laissé mourir

Il y a, en outre, une soixantaine de modifications orthographiques isolées (modifications sur des mots divers, par exemple charriot sur le modèle de charrue).

Exemplemodifier | modifier le code

La dictée de Mérimée devient dans cette orthographe (les termes modifiés ou confirmés par la nouvelle orthographe sont en gras) :

« Pour parler sans ambigüité, ce diner à Sainte-Adresse, près du Havre, malgré les effluves embaumés de la mer, malgré les vins de très bons crus, les cuisseaux de veau et les cuisseaux de chevreuil prodigués par l’amphitryon, fut un vrai guêpier.
Quelles que soient, quelque exigües qu’aient pu paraitre, à côté de la somme due, les arrhes qu’étaient censés avoir données la douairière et le marguiller, il était infâme d’en vouloir, pour cela, à ces fusiliers jumeaux et malbâtis, et de leur infliger une raclée, alors qu’ils ne songeaient qu’à prendre des rafraichissements avec leurs coreligionnaires. Quoi qu’il en soit, c’est bien à tort que la douairière, par un contresens exorbitant, s’est laissé entrainer à prendre un râteau et qu’elle s’est crue obligée de frapper l’exigeant marguiller sur son omoplate vieillie.
Deux alvéoles furent brisés ; une dysenterie se déclara suivie d’une phtisie et l’imbécilité du malheureux s’accrut.
« Par saint Martin, quelle hémorragie ! » s’écria ce bélitre.
À cet évènement, saisissant son goupillon, ridicule excédent de bagage, il la poursuivit dans l’église tout entière. »

— Prosper Mérimée

Diffusion par paysmodifier | modifier le code

Logo de conformité à la nouvelle orthographe.

Une enquête effectuée en 2002 et 2003 auprès de 306 étudiants d'universités francophones belges, françaises, québécoises et suisses a révélé que 60 % des Belges interrogés disent connaitre plus ou moins la nouvelle orthographe; il en va de même pour 53 % des Suisses, 37 % des Québécois et 10 % des Français48,49,50. Toutefois, les répondants français qui ont dit ne pas connaitre les rectifications les utilisent spontanément. Ainsi par exemple 69,23 % des étudiants français de l'enquête appliquent celles qui concernent la régularisation du pluriel des mots composés49. En revanche, ils ne sont plus que 3,3 % lorsqu'il s'agit de supprimer l'accent circonflexe sur le i ou aucun à écrire ognon à la place d'oignon49.

Certaines rectifications figuraient déjà dans des dictionnaires et ouvrages de référence avant leur publication au Journal officiel français16. D'autres étaient déjà employées, mais en étant auparavant fautives, en particulier dans les cas des accents. Ainsi, nombre de personnes n'utilisaient pas d'accents circonflexes là où les rectifications le permettent (des mots comme « boîte », « île », « il plaît »).

Article détaillé : évènement.

Pour le mot « événement », par exemple, un suivi sur internet à l'aide de moteurs de recherche montre que 25 % des pages retournées emploient « évènement ». Mais ce mot est un cas très particulier : l'orthographe voulue par la réforme était largement répandue avant 1990. Non seulement elle est plus conforme à la prononciation, mais même avant la réforme, certains linguistes considéraient déjà que « évènement » n'était pas une faute51.

En Belgiquemodifier | modifier le code

En 1998, les ministres de l’Enseignement obligatoire et de l’Enseignement supérieur de l'époque, respectivement Laurette Onkelinx et William Ancion, recommandent, par circulaires ministérielles dont une du 20 aout intitulée « Recommandations relatives à l'application de la nouvelle orthographe », l’application de la NO dans les écoles mais sans en imposer l'enseignement25,52,53. Leurs successeurs, respectivement Christian Dupont et Marie-Dominique Simonet, auxquels viennent s'ajouter les ministres de la Culture et de l'Audiovisuel, Fadila Laanan, et de l'Enseignement de promotion sociale, Marc Tarabella, invitent, par quatre circulaires ministérielles d'octobre 2008, les enseignants de tous niveaux à enseigner prioritairement la nouvelle orthographe dès la rentrée scolaire de la même année52,54,55, afin de remédier à la confusion qu'entraîne la coexistence des deux orthographes52.

Le mercredi 18 février 2009, les parlementaires de la Communauté française de Belgique, débattant du problème de la « fracture orthographique », sont unanimes à approuver la réforme56.

À partir du 16 mars 2009, les quatre plus grands groupes de presse francophone belge (la plus grande partie de la presse de langue française et un peu plus de 90 % de la presse en ligne) mettent à disposition leurs articles dans les deux orthographes sur leur site web57,55,58. Ainsi, l'internaute peut, au choix, consulter une des deux versions du texte sur la page internet de La Libre Belgique, Le Soir, Sud Presse, La Dernière Heure, Actu24 et La Quinzaine grâce au logiciel Recto mis au point par le Centre de traitement automatique du langage (CENTAL) de l'Université catholique de Louvain57,55. Ce logiciel est à la disposition des particuliers sur internet et donne, outre la rectification du texte encodé, la justification des modifications. Début aout, il comptait 2,5 millions de textes rectifiés59. En juin 2009, le magazine trimestriel, Prof, distribué gratuitement à tous les enseignants et tiré à 142 000 exemplaires, adopte la nouvelle orthographe59,60.

Plusieurs associations, comme Erofa (Études pour une rationalisation de l'orthographe française aujourd'hui), créée à l'initiative du linguiste Claude Gruaz, militent pour une simplification plus poussée de la langue et plusieurs universités enseignent la nouvelle orthographe61.

Certains magistrats appliquent la NO dans leurs arrêts27.

Au Canadamodifier | modifier le code

Le Bureau de la traduction, organisme qui s'occupe des besoins linguistiques du Parlement, des tribunaux, des ministères et des organismes fédéraux, accepte les deux orthographes62,37.

Québecmodifier | modifier le code

Le Conseil supérieur de la langue française recommande depuis 2005 l'enseignement de la nouvelle orthographe dès le primaire63.

L'Office québécois de la langue française donne la priorité à la nouvelle orthographe pour toutes ses publications et travaux64. Ainsi, les néologismes qu'elle crée ou accepte et les emprunts à des langues étrangères se trouvent sous la forme de l'orthographe rectifiée dans son grand dictionnaire terminologique (GDT)65.

En 2005, le Bureau de normalisation du Québec (BNQ) est le premier organisme de l'administration publique québécoise et probablement du monde à adopter les rectifications pour tous ses documents66.

Un sondage a été effectué entre le 7 et le 22 avril 2005 auprès de 500 internautes sur le site Web de l'Office au sujet de l'orthographe rectifiée67. Il en est ressorti que 43 % étaient pour (avec 26 % parmi eux qui disaient déjà l'appliquer), presque 40 % étaient contre et 17 % ne la connaissaient pas67.

Le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) inclut la nouvelle orthographe dans son programme d'enseignement, l'accepte lors des épreuves uniformes de français et, depuis 2010, aussi pour les examens de fin d'année37,68,3. Plusieurs universités québécoises l'enseignent, dont l'université du Québec à Montréal ainsi que l'université Laval69,70. De plus, cette dernière l'accepte pour les travaux d'étudiants et les examens de français61,71,70.

Reste du Canadamodifier | modifier le code

Au printemps 2009, le ministère de l'Éducation de la province de la Saskatchewan a envoyé aux directions d’écoles un communiqué contenant un miniguide des nouvelles règles de l’orthographe et expliquant que la Direction de l’éducation française locale a adopté les rectifications et que celles-ci figureront désormais dans les programmes d’études et les évaluations provinciales72. Il confirme que les deux orthographes sont justes et demande de transmettre l’information aux enseignants de français72.

Les provinces du Nouveau-Brunswick, de l'Île-du-Prince-Édouard et de la Nouvelle-Écosse, acceptent la nouvelle orthographe lors des examens ministériels73. Les écoles de la région de Moncton au Nouveau-Brunswick, ont également reçu la liste alphabétique des mots touchés par les rectifications, et le personnel est invité à employer les graphies rectifiées dans les documents administratifs et scolaires72. Le ministère de l’Éducation néobrunswickois a demandé à son équipe la création d'un matériel d’autoformation sur les rectifications qui serait en ligne et à destination des enseignants du primaire et du secondaire72.

Depuis le 1er avril 2009, tous les documents, courriers électroniques et programmes d’études de la Direction de l’éducation française (DEF) du ministère de l’Éducation de la province de l'Alberta sont en nouvelle orthographe72. Le site web du ministère l'applique aussi, les enseignants ont été renseignés sur cette décision et ont reçu de la documentation au sujet des rectifications72.

En Francemodifier | modifier le code

Un certain nombre de documents d'organismes officiels appliquent la NO74.

Éducation nationalemodifier | modifier le code

Depuis 1990, les correcteurs acceptent les deux orthographes lors des examens officiels comme le bac ou le brevet3.

Reconnaissance

Depuis le 12 avril 2007, la nouvelle orthographe est reconnue75. Ce qui se présente sous la note suivante à la page 81 du Bulletin officiel de l'Éducation nationale numéro 5 du 12 avril 2007 :

« On s'inscrira dans le cadre de l'orthographe rectifiée. Les rectifications définies par l'Académie française ont été publiées au Journal officiel de la République française le 6 décembre 1990, édition des Documents administratifs. Elles se situent tout à fait dans la continuité du travail entrepris par l'Académie française depuis le XVIIe siècle, dans les huit éditions précédentes de son Dictionnaire76. »

Statut de référence

Depuis juin 2008, la nouvelle orthographe est la référence75. Ainsi dans le programme pour l'école primaire, la page 37 du Bulletin officiel de l'Éducation nationale hors-série no 3 du 19 juin 2008 pose comme principe que :

« L’orthographe révisée est la référence77,78. »

En ce qui concerne le programme du collège, on trouve le passage suivant à la page 2, section « Orthographe » du Bulletin officiel de l'Éducation nationale spécial no 6 du 28 aout 2008 :

« Pour l’enseignement de la langue française, le professeur tient compte des rectifications de l’orthographe proposées par le Rapport du Conseil supérieur de la langue française, approuvées par l’Académie française (Journal officiel de la République française du 6 décembre 1990)77. »

Le Bulletin officiel no 18 du 3 mai 2012 précise que :

« Les rectifications proposées en 1990 restent une référence mais ne sauraient être imposées. Certaines d'entre elles entrent progressivement dans les ouvrages de référence (dictionnaires, manuels, etc.). Dans l'enseignement aucune des deux graphies (ancienne ou nouvelle) ne peut être tenue pour fautive79. »

Obstacles

En 2011, l'enseignement de l'orthographe réformée continue de poser problème. Les livres d'enseignement sont principalement rédigés avec l'ancienne orthographe, ce qui constitue un obstacle majeur.

Les livres scolaires utilisent principalement l'orthographe traditionnelle, ce qui est considéré comme un frein à l'enseignement de l'orthographe réformée. Les éditeurs indiquent surtout qu'ils refusent de jouer le rôle de pionniers de la réforme en l'absence d'action en ce sens du gouvernement80. L'adhésion des enseignants eux-mêmes à la réforme n'est pas évidente80.

Assemblée nationalemodifier | modifier le code

Plusieurs rapports à l'Assemblée nationale française sont complètement rédigés dans la nouvelle orthographe81.

Ministère de la Culture et de la Communicationmodifier | modifier le code

Un des organismes ministériels, la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF), applique dans son intégralité les rectifications dans ses bulletins et sur son site web82.

En Haïtimodifier | modifier le code

La Coalition pour l'application des rectifications orthographiques (CARO) est une association fondée le 20 mars 2006, composée d'environ 500 membres en Haïti, membre du Réseau pour la nouvelle orthographe du français (RENOUVO)83. Pour atteindre son objectif de « promouvoir le bon usage du français et les rectifications orthographiques approuvées et recommandées par les instances francophones compétentes »83, elle organise, entre autres, des séminaires de formation, des ateliers et conférences mensuelles sur l'état des rectifications orthographiques et des concours de dictée83.

En Suissemodifier | modifier le code

En 1996, la Délégation à la langue française (DLF) a fait distribuer, à tous les enseignants francophones du pays, la brochure Les rectifications de l'orthographe du français. Principes, commentaires et liste des graphies rectifiées à laquelle était jointe une circulaire officielle qui énonçait :

« Comme les autres aspects de la langue, l'orthographe évolue lentement et subit périodiquement certaines accommodements. Le fait de proposer de telles rectifications s'inscrit dans l'ordre des choses. Ces rectifications n'ont cependant pas force de loi ; ce sont des recommandations. Étant donné que graphies anciennes et nouvelles coexistent déjà dans beaucoup de dictionnaires ou de grammaires de référence, aucun élève ne doit être sanctionné pour avoir utilisé l'une ou l'autre variante84. »

Depuis 1998, la nouvelle orthographe est acceptée dans les écoles de Romandie, la partie francophone du pays85. Lors de leur formation, les enseignants sont renseignés sur les rectifications85. Les épreuves cantonales que passent les élèves sont écrites en orthographe rectifiée85.

En Suisse allemande, les professeurs qui enseignent le français comme langue étrangère, ayant trois à quatre leçons par semaine à leur disposition, se limitent généralement, par manque de temps, à l'orthographe que leur manuel comporte86. À la suite d'un sondage peu représentatif effectué en 2005 en Suisse alémanique, un questionnaire est envoyé aux professeurs de français comme langue étrangère des villes de Coire, Glaris, Pfäffikon, Winterthur et Zurich86,87. Sur les quatorze personnes ayant répondu, sept disent que leur manuel est entièrement ou partiellement conforme à la nouvelle orthographe, une seule aucunement et six ne disent pas ce qu'il en est86 ; deux disent ne pas appliquer les rectifications dans leur enseignement, sept le faire partiellement, et une complètement86.

Statut dans les ouvrages de référencemodifier | modifier le code

Dans ses derniers volumes avant sa fin en 1994, le Trésor de la langue française fait figurer en général les rectifications88. Les rectifications orthographiques ont fait l'objet de circulaires concernant leur enseignement en Suisse et en Belgique89.

Dans la neuvième et dernière édition en cours du dictionnaire de l'Académie française, 30 % des nouvelles graphies ont remplacé celles de la précédente édition de 1932-1935 tout en mentionnant les 70 % restantes à la fin de l’ouvrage90,91,92. Le Dictionnaire Hachette (depuis 2002) et le Nouveau Littré (depuis 2006) les ont complètement adoptées93,94,95.

Les dictionnaires Larousse et Robert les intègrent progressivement. Ainsi, l'édition de 1993 du Petit Robert en comportait déjà autour de 1500 en 1993, principalement comme graphies alternatives16. Celle de 2009 a repris un grand nombre d'autres modifications. Parmi les dictionnaires de l'édition Le Robert, on constate que plus l'ouvrage s'adresse à des lecteurs avertis, plus sa préface leur situe et explique les rectifications et plus il comporte les nouvelles graphies96. Par exemple, celle du Grand Robert aborde son statut actuel mais celle du Petit Robert renvoie à une brochure ayant pour titre La réforme de l'orthographe au banc d'essai du Robert, indisponible en librairie mais consultable à la Bibliothèque nationale de France96. Dans ce document, ses auteures, Josette Rey-Debove, membre du groupe d'experts mandaté par le CSLF mais aussi lexicographe et éditrice chez Robert, et Béatrice Le Beau-Bensa, indiquent, sur une liste alphabétique des rectifications, au moyen d'un symbole, si la graphie est souhaitable, indifférente ou indésirable96,97. Dans son édition 2012 (parue en 2011), le Petit Larousse intègre les graphies rectifiées[réf. nécessaire].

Le Conseil international de la langue française (CILF) a adopté, pour son dictionnaire des termes officiels, la nouvelle orthographe98.

L'édition 2009 du Multidictionnaire de la langue française a comme première orthographe 60 % des rectifications et les autres modifications sont indiquées « sous la forme d'un commentaire en fin d'article »99.

Dictionnaires des correcteurs informatiquesmodifier | modifier le code

Les professionnels favorables à l'orthographe rectifiée, dont des journalistes, ont, au début, dû s'abstenir de l'utiliser car les correcteurs informatiques ne la connaissaient pas100. Jusqu'en 2003, aucun dictionnaire des correcteurs informatiques n'intégrait entièrement les rectifications, l'ancienne orthographe était souvent la configuration par défaut ou la seule disponible. Les correcteurs informatiques, maintenant tous à jour, participent désormais à en faire la promotion100,99. Depuis 2002-2003, ProLexis, particulièrement présent auprès des maisons d'éditions et de la presse en France, permet à l'utilisateur d'employer l'une ou l'autre des deux orthographes101,102. Il a, lui aussi, reçu le label de qualité pour cela103. Fin octobre 2003, la cinquième édition d'Antidote, Antidote Prisme, intègre l'ensemble de la nouvelle orthographe et, après vérification par des spécialistes, est donc devenu le premier logiciel à se faire remettre un label de qualité à cet effet104,105. Celui-ci est accordé une fois qu'un groupe d'experts a testé le produit pour s'assurer que toutes les nouvelles graphies y figurent103. À la suite de la parution de la 6e édition, Antidote RX, l'éditeur, Druide informatique, a adopté l'orthographe révisée pour toutes ses activités et communications105.

Fin 2004, aucun logiciel de traitement de texte ne comporte de correcteurs informatiques reconnaissant la nouvelle orthographe106. Depuis, ceux-ci (Microsoft, OpenOffice) l'incorporent dans leurs mises à jour, mais en laissant le choix à l'utilisateur ou en comptant les deux orthographes comme justes. C'est également le cas des logiciels développés par Mozilla, qui proposent depuis quelques années le choix entre une base de mots conforme à la réforme et une base suivant l'ancienne orthographe. Pour être certain d'avoir la nouvelle orthographe, il est possible d'installer le Dictionnaire HunSpell en Français (réforme 1990)107. À l'installation d'OpenOffice il faut, pour que son correcteur orthographique fonctionne, télécharger un dictionnaire108. Depuis 2006, il est possible d'en obtenir, à la place de celle uniquement en orthographe traditionnelle, une version uniquement en nouvelle orthographe108,109.

Éditionmodifier | modifier le code

Une soixantaine de revues françaises, belges, québécoises, notamment des sciences du langage, appliquent, plus ou moins systématiquement, les rectifications dont 9 systématiquement en Belgique88,27.

Les éditeurs ne suivent pour la plupart pas les rectifications de 1990. Toutefois, les éditions Soleil de minuit, Amsterdam et Perce-Neige (depuis aout 2005) publient tous leurs ouvrages en nouvelle orthographe110,111,112.

En 2011 au CNDP, l’ouvrage de Carole Desbarats Conte d’été d’Éric Rohmer a été publié en orthographe nouvelle113.

Certains auteurs insistent afin que leur maison d'édition publie leur ouvrage en NO110.

Oppositionsmodifier | modifier le code

Les rectifications de 1990 sont critiquées sur deux fronts opposés. Les plus répandues rejettent tout ou partie des rectifications proposées, pour différentes raisons, préférant s'en tenir à l'orthographe traditionnelle. D'autres au contraire souhaitent une réforme beaucoup plus radicale de l'orthographe.

Oppositions intrinsèquesmodifier | modifier le code

Les oppositions à la réforme furent très vives dans les années 1990. François Bayrou crée une association Le français libre ; Philippe de Saint Robert lance une pétition nationale et fonde l’Association pour la sauvegarde et l’expansion de la langue française. Avant la séance de l’Académie du 10 janvier 1991, le Figaro rapporte que 15 membres de l’Académie (laquelle avait pourtant, à l'unanimité, donné son aval aux rectifications) déclarent publiquement être opposés aux rectifications114.

Avec le temps, ces critiques, toujours répandues, se sont faites plus discrètes. Les principaux arguments avancés par les opposants peuvent être résumés ainsi :

  • Il est possible d’être opposé par principe à toute modification de l’orthographe. Cette posture idéologique a eu cours durant les siècles passés chez les défenseurs des académismes, à l’instar de Mézeray défendant en 1673 « l’ancienne orthographe qui distingue les gens de lettres avec les ignorants et les simples femmes »115, mais elle est restée très marginale face à la réforme de 1990.
  • Un deuxième argument est avancé par beaucoup, dont François Bayrou et Philippe de Saint Robert. Un certain nombre de rectifications seraient un choix fait entre plusieurs graphies déjà toutes admises, alors que les graphies anciennes demeurent correctes116. Plus généralement, l'idée des rectifications serait pour eux d'imposer des contraintes coercitives à la libre évolution de la langue, au lieu de laisser faire l'usage.
  • Remise en cause du caractère contradictoire des incohérences supposées de l’ancienne orthographe. Parmi les exemples courants, « il dégèle mais il chancelle » est présenté comme contradictoire par les partisans de la réforme alors que ses opposants n'y voient pas d’incohérence.
  • Le dernier argument est en général le plus employé et réunit des conservateurs et des partisans de l’évolution de la langue. La réforme de 1990 est en effet beaucoup critiquée parce que ses rectifications auraient pour conséquence de complexifier l’orthographe au lieu de la simplifier, en ajoutant de nouvelles exceptions à mémoriser au lieu d’en supprimer. De nombreux exemples sont avancés, comme « un fruit mûr, mais une pomme mure », « ambigüité mais linguistique »117, « sûr mais surement », « cachecache mais cache-cœur ».

Ceux qui la jugent insuffisantemodifier | modifier le code

Pour André Chervel, partisan pour sa part d'une simplification radicale de l'orthographe, c'est la timidité de cette réforme — qu'il qualifie de « divertissement de lettrés » — qui explique son échec118. Pour les auteurs de la réforme, cette légèreté était justement une manière d'éviter que la réforme ne choque trop, d'autant que dans certains cas elle corrige une fausse orthographe comme pour le mot « nénuphar » qui redevient nénufar119. Il considère aussi que « Les éditeurs n'ont pas joué le jeu »118. Déçus de ce qu'ils qualifient de « réformette », les partisans du mouvement Ortograf, fondé par Mario Périard en 2005, convient les usagers à (re)prendre possession de leur langue en proposant une orthographe profondément réformée.

Jugements sur l'échec relatif et postures stratégiquesmodifier | modifier le code

Dans son livre Zéro faute - L’orthographe, une passion française, François de Closets remarque qu'à l'époque de son annonce, la nouvelle orthographe avait fait l'objet de tribunes critiques de la part d'auteurs qui y voyaient un appauvrissement de la langue française. Il avance que ce refus a pu provoquer une certaine timidité de l'Académie à faire la promotion de la réforme, timidité qui explique que la réforme ne se soit pas largement imposée. De Closets juge la réforme assez inoffensive, et a écrit la seconde moitié de son livre en orthographe réformée, précisément parce qu'il estime que cela permet au lecteur de constater qu'elle n'est que très peu choquante.

D'autres partisans des rectifications (dont le linguiste Klinkenberg) estiment eux aussi que les rectifications sont très timides, et les pratiquent dans le même esprit : pour montrer que l'orthographe n'est pas un monstre sacré, mais une simple technique de codification écrite de la langue, et qu'on peut dès lors améliorer cet outil sans que le monde s'écroule, ce qui ouvre la voie à d'autres étapes dans la modernisation de la graphie du français.

Poursuite du mouvement de rectificationmodifier | modifier le code

Les organes officiels de gestion linguistique de la francophonie septentrionale, réunis au sein de l'Opale (Organismes francophones de politique et d’aménagement linguistiques)120,121 ont mis sur pied en 2006[réf. nécessaire] un Observatoire du français contemporain[réf. nécessaire], chargé d'établir les bilans nationaux de l'implantation des rectifications de 1990, mais aussi d'étudier la faisabilité scientifique d'autres rectifications portant, cette fois, sur l'orthographe grammaticale[réf. nécessaire].

Les questions ainsi à l'étude sont, par exemple, les doubles consonnes, le pluriel des noms composés et l'accord du participe passé[réf. nécessaire].

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. a et b Rectifications de l'orthographe, sur academie-francaise.fr. Document consulté le 11 novembre 2013.
  2. [PDF] Bulletin officiel de l'Éducation nationale hors série no 3 du 19 juin 2008.
  3. a, b, c et d Laure Daussy, « La réforme de l'orthographe mieux appliquée à l'étranger », Le Figaro,‎ 7 janvier 2010 (lire en ligne).
  4. Interiew de Michel Rocard par Jean-Michel Djian, émission À voix nue sur France Culture, 20 juin 2013
  5. a, b, c, d et e [PDF]Conseil supérieur de la langue française, « Mémoire sur l'orthographe »,‎ 22 novembre 2005 (consulté le 12 décembre 2009), p. 4
  6. a et b Michel Masson, « Les « rectifications » de 1990 : aperçu historique : La drôle de guerre (fin 1988-début 1989) », Mots. Les langages du politique, ENS Éditions, vol. 28, no 28,‎ septembre 1991, p. 57 (lire en ligne)
  7. a et b Michel Arrivé, Réformer l'orthographe ?, PUF,‎ 1993, 233 p. (ISBN 2-13-045597-2), p. 115
  8. Réformer l'orthographe ?, op. cit., p. 113
  9. Réformer l'orthographe ?, op. cit., p. 114
  10. Monika Keller, La réforme de l'orthographe: un siècle de débats et de querelles, Conseil international de la langue française,‎ 1999, 195 p. (ISBN 2-85319-275-X), p. 161
  11. Michel Masson, L'orthographe : guide pratique de la réforme, Éditions du Seuil,‎ 1991, 184 p. (ISBN 2-02-013394-6), p. 83
  12. L'orthographe : guide pratique de la réforme, op. cit., p. 118
  13. a et b La réforme de l'orthographe: un siècle de débats et de querelles, op. cit., p. 165
  14. Décret no 89-403 du 2 juin 1989 instaurant le Conseil supérieur de la langue française de France (version en vigueur).
  15. La réforme de l'orthographe : un siècle de débats et de querelles, op. cit., p. 167
  16. a, b, c, d, e, f et g CIIP et DLF, Les rectifications de l'orthographe du français, Neuchâtel, Institut romand de recherches et de documentation pédagogiques,‎ 1996, p. 6
  17. Réformer l'orthographe ?, op. cit., p. 127
  18. « Les « rectifications » de 1990 : aperçu historique », op. cit., p. 63
  19. Réformer l'orthographe ?, op. cit., p. 119
  20. L'orthographe : guide pratique de la réforme, op. cit., p. 84
  21. L'orthographe : guide pratique de la réforme, op. cit., p. 85
  22. a et b Hervé Abalain, Le français et les langues historiques de la France, Éditions Jean-Paul Gisserot,‎ 2007, 317 p. (ISBN 2877478815, lire en ligne), p. 41
  23. [PDF]« Les rectifications de l'orthographe », Journal officiel de la République française, no 100,‎ 6 décembre 1990, p. 3 (ISSN 0242-6773, lire en ligne)
  24. Questions fréquentes sur les rectifications de l'orthographe - Office québécois de la langue française
  25. a et b Communauté française de Belgique, « Depuis 1990... » (consulté le 11 janvier 2010)
  26. Marie-Madeleine Bertucci et Colette Corblin, Quel français à l'école?: Les programmes de français face à la diversité linguistique, L'Harmattan, coll. « Savoir et formation »,‎ 2004, 214 p. (ISBN 2747571815, lire en ligne), p. 75
  27. a, b et c Les rectifications de l'orthographe du français, op. cit., p. 8
  28. Réformer l'orthographe ?, op. cit., p. 120
  29. L'orthographe : guide pratique de la réforme, op. cit., p. 36
  30. « Les « rectifications » de 1990 : aperçu historique », op. cit., p. 64
  31. Réformer l'orthographe ?, op. cit., p. 71
  32. Réformer l'orthographe ?, op. cit., p. 74
  33. L'orthographe : guide pratique de la réforme, op. cit., p. 87
  34. a et b « La nouvelle orthographe », op. cit., p. 31-32
  35. [PDF]Jacqueline Bossé Andrieu, Abrégé des règles de grammaire et d'orthographe, Presses de l'Université du Québec,‎ 1996 (ISBN 2-7605-0864-1, lire en ligne), p. 93 (livre) / 1 (pdf)
  36. Ministère de la Francophonie, « Consultation des pays francophones sur la réforme de l'orthographe : Réponse du ministère : Francophonie », Journal officiel, Sénat français,‎ 4 février 1993, p. 187 (lire en ligne)
  37. a, b et c Bureau de la traduction du Canada, « La nouvelle orthographe »,‎ 13 janvier 2010 (consulté le 29 janvier 2010)
  38. Chantal Contant et Romain Muller, Connaitre et maitriser la nouvelle orthographe, Montréal, De Champlain,‎ 2005, 131 p. (ISBN 2-9808720-0-8), p. 18
  39. Chantal Contant, Grand vadémécum de l'orthographe moderne recommandée, Montréal, De Champlain,‎ 2009 (ISBN 978-2-9808720-2-0), p. 5
  40. Bernard Cerquiglini, Jean-Claude Chevalier, Pierre Encrevé, André Goosse, Renée Honvault, Jean-Pierre Jaffré, Jean-Marie Klinkenberg, Gilbert Lazard, Michel Masson, Bernard Quemada, Henriette Walter, Viviane Youx, « L'orthographe, un jardin à élaguer », Le Monde,‎ 30 septembre 2009 (consulté le 12 décembre 2009)
  41. Voir
  42. [PDF]Henry Landroit, « La nouvelle orthographe », Le nouvel éducateur, PEMF, no 160,‎ juin 2004, p. 33 (lire en ligne)
  43. Dominique Dupriez, La nouvelle orthographe en pratique, Duculot, coll. « Entre guillemets »,‎ 2009, 240 p. (ISBN 978-2-8011-0029-5), p. 158
  44. La nouvelle orthographe en pratique, op. cit., p. 54
  45. La nouvelle orthographe en pratique, op. cit., p. 164-165
  46. La nouvelle orthographe en pratique, op. cit., p. 165
  47. [PDF]André Goosse, Simple réflexion sur une « réforme », Bruxelles, Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique,‎ 1991 (lire en ligne), p. 6
  48. [PDF]Liselotte Biedermann-Pasques et Fabrice Jejcic, « Les rectifications orthographiques de 1990 : analyse des pratiques réelles », Ministère de la Culture et de la Communication,‎ 2006 (consulté le 31 décembre 2009), p. 11 (publication)/ 17 (pdf)
  49. a, b et c [PDF]Délégation générale à la langue française et aux langues en France, « Rapport au Parlement sur l'emploi de la langue française », Ministère de la Culture et de la Communication,‎ 2006 (consulté le 31 décembre 2009), p. 70
  50. [PDF]Marinette Matthey, « Les propositions de rectifications de 1990 et l'orthographe aujourd'hui », université Stendhal - Grenoble 3,‎ 2006 (consulté le 31 décembre 2009), p. 4-5
  51. Explication de Bernard Cerquiglini en images
  52. a, b et c RTBF INFO, « La nouvelle othographe en priorité dans les écoles »,‎ 26 septembre 2008 (consulté le 3 janvier 2010)
  53. Roberto Galluccio, « Les mots de 2008-09 », Conseil des Pouvoirs organisateurs de l'Enseignement Officiel Neutre Subventionné (CPEONS) (consulté le 8 février 2010)
  54. Circulaires 2675, 2677 et 2676. Voir La nouvelle orthographe et l'enseignement dans orthographe-recommandee.info
  55. a, b et c Actu24, « Actu24 passe à la "nouvelle orthographe" »,‎ 16 mars 2009 (consulté le 11 janvier 2010)
  56. La libre Belgique, quotidien belge, 19 février 2009.
  57. a et b Université catholique de Louvain, « La nouvelle orthographe à portée de "clic" »,‎ 15 mars 2009 (consulté en 28.6.2009)
  58. [PDF]Richard Beaufort, Anne Dister, Hubert Naets, Kévin Macé, Cédrick Fairon, « Recto/Verso : un système de conversion automatique ancienne/nouvelle orthographe à visée linguistique et didactique », CENTAL,‎ 24-26 juin 2009 (), p. 2
  59. a et b Laurence Dierickx, « Une simplification pas si simple... », Journalistes, Association des journalistes professionnels, no 110,‎ 16 décembre 2009 (lire en ligne)
  60. A.T., « Nouvelle orthographe: à qui le tour? », Université catholique de Louvain,‎ 10 aout 2009
  61. a et b Études pour une rationalisation de l'orthographe française d'aujourd'hui (ÉROFA), « Objectifs » (consulté le 7 janvier 2010)
  62. Bureau de la traduction du Canada, « Bienvenue »,‎ 18 novembre 2009 (consulté le 29 janvier 2010)
  63. Daphnée Dion-Viens, « Nouvelle orthographe: des règles claires demandées », Le Soleil,‎ 10 novembre 2010 (consulté le 2 janvier 2011)
  64. Jacques Mercier, « Monsieur Dico », La Libre Belgique,‎ 19 juillet 2004 (consulté le 10 janvier 2010)
  65. Banque de dépannage linguistique, « Quelle est la position de l'Office québécois de la langue française au sujet des rectifications de l'orthographe ? », Office québécois de la langue française (consulté le 31 décembre 2009)
  66. [PDF]Réseau normalisation et francophonie (RNF), « Les nouvelles règles pour l'orthographe française »,‎ 19 octobre 2009 (consulté le 11 janvier 2010), p. 1-2
  67. a et b Banque de dépannage linguistique, « Que pensent les gens des rectifications orthographiques ? », Office québécois de la langue française (consulté le 31 décembre 2009)
  68. Daphnée Dion-Viens, « Nouvelle orthographe: les écoles du Québec en retard », Le Soleil,‎ 18 avril 2009 (consulté le 5 février 2010)
  69. GQMNF, « Enseignement et nouvelle orthographe » (consulté le 6 février 2010)
  70. a et b François Gélinas, « Nouvelle orthographe : la cacophonie règne », Affaires universitaires,‎ 13 février 2006 (consulté le 6 février 2010)
  71. Daphnée Dion-Viens, « La nouvelle orthographe a aussi sa place à Laval », cyberpresse.ca,‎ 20 novembre 2009 (consulté le 8 janvier 2010)
  72. a, b, c, d, e et f Chantal Contant, « L'orthographe rectifiée et les positions ministérielles dans la francophonie », Correspondance, vol. 15, no 2,‎ décembre 2009 (lire en ligne)
  73. Radio-Canada.ca, « L'école s'adapte aux changements »,‎ 26 novembre 2009 (consulté le 8 janvier 2010)
  74. Robert Chaudenson, Vers une autre idée et pour une autre politique de la langue française, L'Harmattan,‎ 2006, 211 p. (ISBN 2296004830, lire en ligne), p. 36
  75. a et b Adeline Buisson, « En débat : la nouvelle orthographe », Le Café pédagogique,‎ 16 novembre 2009 (consulté le 16 janvier 2010)
  76. Bulletin officiel hors-série no 5 du 12 avril 2007 - IV - cycle des approfondissements - cycle 3, Équipe « Histoire des systèmes graphiques du français et de ses variétés », « Quelle orthographe ? », Fabrice Jejcic (consulté le 31 décembre 2009)
  77. a et b Bulletin officiel spécial de l'enseignement scolaire no 6 du 28 aout 2008, Thierry Fontenelle, Microsoft Natural Language Group, « L’orthographe révisée est la référence dans les programmes scolaires 2008-2009 de l’Education Nationale », Microsoft Corporation,‎ 7 septembre 2008 (consulté le 31 décembre 2009)
  78. Bulletin officiel de l'enseignement scolaire hors-série no 3 du 19 juin 2008
  79. Ministère de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative, « Bulletin officiel no 18 »,‎ 3 mai 2012 (consulté le 5 novembre 2013) : « aucune des deux graphies (ancienne ou nouvelle) ne peut être tenue pour fautive », p. 11
  80. a et b Savez-vous que les règles d'orthographe ont changé ?
  81. Druide informatique, « Points de langue »,‎ 24 novembre 2003 (consulté le 10 décembre 2009)
  82. Groupe québécois pour la modernisation du français (GQMNF), « Dans la francophonie » (consulté le 22 janvier 2010)
  83. a, b et c Le Nouvelliste, « Ecrire correctement le français »,‎ 5 mai 2008 (consulté le 11 janvier 2010)
  84. [PDF]Romain Muller, « La Suisse, ouverte à l'évolution », Liaisons-AIROÉ, AIROÉ, no 38 « Le point sur les rectifications de l'orthographe en 2005 »,‎ 2005, p. 51 (ISSN 0244-3910, lire en ligne)
  85. a, b et c Pascale Burnier, « La nouvelle orthographe sort gentiment du bois », Tribune de Genève,‎ 18 février 2008 (consulté le 8 janvier 2010)
  86. a, b, c et d [PDF]Myrta Giovanoli, Les réformes de l'orthographe française. Une approche historique, contrastive et prospective, Université de Neuchâtel et DLF,‎ 2006, 65 p. (lire en ligne), p. 35
    Mémoire de licence
  87. Les réformes de l'orthographe française. Une approche historique, contrastive et prospective, op. cit., p. 27
  88. a et b Délégation à la langue française (DLF), « Les rectifications de 1990 », Conférence intercantonale de l'instruction publique de la Suisse romande et du Tessin (CIIP),‎ 6 mars 2007 (consulté le 11 janvier 2010)
  89. orthographe-recommandee.info : informations sur les rectifications de l'orthographe française (« nouvelle orthographe » ou « orthographe rectifiée »)
  90. Académie française, « Transformations et "réformes" de l'orthographe » (consulté le 12 septembre 2009)
  91. Orthonet, « Orthographes nouvelles (ou : rectifiées) », Conseil international de la langue française (CILF)
  92. Les rectifications de l'orthographe du français, op. cit., p. 7
  93. Jean-Jacques Didier, Olivier Hambursin, Philippe Moreau, Michel Seron, Cahiers du CENTAL, vol. 1 : "Le français m'a tuer": actes du colloque L'orthographe française à l'épreuve du supérieur : Institut libre Marie Haps, Bruxelles, 27 mai 2005, Presses univ. de Louvain,‎ 2006, 113 p. (ISBN 2874630209, lire en ligne), p. 46
  94. Isabelle Carignan, « Les rectifications orthographiques ont déjà 18 ans! », Centre de recherche sur l'intervention éducative,‎ mars 2009 (consulté le 15 janvier 2010)
  95. Grand vadémécum de l'orthographe moderne recommandée, op. cit., p. 11
  96. a, b et c Claudie Baudino, Prendre la démocratie aux mots: Pour une réappropriation citoyenne de la langue et de ses usages, L'Harmattan,‎ 2008, 151 p. (ISBN 2296057845, lire en ligne), p. 90
  97. Prendre la démocratie aux mots, op. cit., p. 91
  98. Conseil international de la langue française, « Dictionnaire des termes officiels » (consulté le 16 décembre 2009)
  99. a et b Chantal Contant, « Les dictionnaires et la nouvelle orthographe », Correspondance, vol. 15, no 1,‎ octobre 2009 (lire en ligne)
  100. a et b L'orthographe en questions, op. cit., p. 247
  101. « Mémoire sur l'orthographe », op. cit., p. 9
  102. GQMNF, « La nouvelle orthographe », Centre International de Lisibilité (), p. 6
  103. a et b Collectif, BULAG, no 29/2004: Correction automatique : bilan et perspectives, Presses Univ. Franche-Comté,‎ 2004, 202 p. (ISBN 2848670800, lire en ligne), p. 112
  104. Renée Honvault-Ducrocq, L'orthographe en questions, Publication Univ Rouen Havre,‎ 2006, 378 p. (ISBN 2877754146, lire en ligne), p. 253
  105. a et b Druide informatique, « Rectifications de l'orthographe » (consulté le 7 janvier 2010)
  106. Les rectifications orthographiques de 1990 : analyse des pratiques réelles, op. cit., p. 106 (publication)/ 112 (pdf)
  107. [1]
  108. a et b OpenOffice, « OpenOffice et la nouvelle orthographe française » (consulté le 3 janvier 2010)
  109. musky00, « Seize ans après la réforme de l'orthographe française, OpenOffice se met à jour », Echos du Net,‎ 10 décembre 2006 (consulté le 3 janvier 2010)
  110. a et b Daphnée Dion-Viens, « Nouvelle orthographe: timide dans la vie de tous les jours », Le Soleil,‎ 19 avril 2009 (consulté le 29 janvier 2010)
  111. Banque de dépannage linguistique, « Y a-t-il des publications écrites en orthographe rectifiée? », Office québécois de la langue française (consulté le 9 février 2010)
  112. GQMNF, « Les points chauds en 2005 » (consulté le 25 mars 2010)
  113. Le Figaro 26 janvier 2012
  114. Les réformes de l’orthographe française, Université de Neuchâtel, Myrta Giovanoli, novembre 2006, p. 26. Consullté le 29 décembre 2012.
  115. cité par Nina Catach, Dictionnaire historique de l'orthographe française
  116. http://www.asselaf.fr/infos/rapport_president.pdf
  117. http://www.infobourg.fr/sections/actualite/actualite.php?id=9113, http://www.asselaf.fr/infos/rapport_president.pdf
  118. a et b Pascale Krémer, « Réformer l'ortografe pour l'enseigner », Le Monde,‎ 5 décembre 2008 (consulté le 8 février 2010), p. 2
  119. Chantal Godard, « Un livre pour simplifier l’orthographe », La Libre Belgique,‎ 25 mars 2009 (consulté le 10 janvier 2010)
  120. Le réseau Opale, consulté le 18 juillet 2011.
  121. Les organismes francophones de politique et d’aménagement linguistiques comprennent, pour le Québec le Conseil supérieur de la langue française, l’Office québécois de la langue française et le Ministère de la politique linguistique, pour la France la Délégation générale à la langue française et aux langues de France, pour la Suisse romande la Délégation à la langue française, pour la Communauté française de Belgique le Service de la langue française et le Conseil de la langue française et de la politique linguistique.

Voir aussimodifier | modifier le code

Bibliographiemodifier | modifier le code

  • La source première est un fascicule du Journal officiel de la République française, édition des Documents administratifs (ISSN 0242-6773), année 1990, no 100, 6 décembre 1990, intitulé : Les Rectifications de l'orthographe – Conseil supérieur de la langue française. Le fascicule comporte 18 pages numérotées de 1 à 18 ; les pages 2, 6, 8 et 10 sont blanches. Le fascicule comporte une Présentation de Maurice Druon (pages 3 et 4), une Réponse du Premier ministre (page 7) – alors Michel Rocard, le plan du Rapport (page 9) ainsi que le rapport lui-même (pages 11–18).
  • André Goosse membre du Conseil supérieur de la langue française, La « nouvelle » orthographe, Exposé et commentaires, Duculot, Paris-Louvain-la-Neuve, 1991
  • Syndicat des correcteurs et des professions connexes de la correction, Trait d'union, anomalies et cætera, Castelnau-le-Lez, Climats,‎ 1991 (ISBN 2-907563-33-5)
    Analyse des « rectifications » de l’orthographe et contre-propositions
  • Bernadette Wynants, L'orthographe, une norme sociale, Mardaga, Liège, 1997 (ISBN 2-87009-660-7).
  • Liselotte Biedermann-Pasques et Fabrice Jejcic (éditeurs) (préf. Pierre Encrevé), Les rectifications orthographiques de 1990, analyses des pratiques réelles : Belgique, France, Québec, Suisse, 2002-2004, Orléans, Presses universitaires d’Orléans, coll. « Cahiers de l’Observatoire des pratiques linguistiques »,‎ 2006, 24 cm, VI + 154 p. (ISBN 978-2-91345429-3)
  • Chantal Contant, Grand vadémécum de l'orthographe moderne recommandée, Montréal, De Champlain,‎ 2009 (ISBN 978-2-9808720-2-0)
    Liste la plus complète des mots touchés par les rectifications orthographiques

Articles connexesmodifier | modifier le code

Liens externesmodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :








Creative Commons License