Reichstag (République de Weimar)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Reichstag.
Politique en République de Weimar
Image illustrative de l'article Reichstag (République de Weimar)
La tribune du Reichstag le 12 septembre 1932. Le chancelier von Papen est debout, à gauche.
Adolf Hitler s’adressant au Reichstag, lors d'un discours contre le président américain Franklin D. Roosevelt, le 11 décembre 1941.

Le Reichstag était l’assemblée parlementaire représentant le peuple allemand dans son ensemble pendant la république de Weimar. Établi en 1919 par la constitution de Weimar et constitué en juin 1920, il siégeait au palais du Reichstag, à Berlin.

Histoiremodifier | modifier le code

Ses compétences incluaient le pouvoir législatif, l’adoption du budget, la déclaration de la guerre et la ratification des traités. Le régime étant parlementaire, le Gouvernement du Reich était responsable devant lui, ce qui lui donnait un rôle nettement plus important que le Reichstag de l’Empire allemand. Sa position était équilibrée par les pouvoirs étendus accordés au président du Reich, qui pouvait le dissoudre ou renvoyer le Gouvernement, et par des procédures de démocratie directe.

Ses membres étaient élus pour quatre ans au scrutin proportionnel plurinominal et au suffrage universel, secret, égal et direct, le corps électoral comprenant tous les hommes et femmes majeures de plus de vingt ans.

À partir de 1933, le Reichstag, sans être formellement aboli, fut rapidement privé de tout pouvoir par l’établissement de la domination nazie, en particulier en application de la loi du 23 mars 1933 qui attribua le pouvoir législatif au Gouvernement.

Le Reichstag, dont le siège avait été incendié fin février, ne fonctionna plus que comme un corps d’acclamation périodique pour les actions d’Adolf Hitler ; sa dernière séance eut lieu le 26 avril 1942 à partir de 15 heures. Après l'incendie, les parlementaires siègent à l’opéra Kroll, situé à proximité du bâtiment endommagé : à cette occasion, Hitler, chancelier du Reich, prononce un discours dans lequel, il fixe un cadre historique au conflit, la lutte pour la suprématie mondiale, désigne de nouveau son principal adversaire : le Juif, lié à l'alliance qui menace l'Allemagne dans ses fondements, selon Hitler1. À l'issue de cette réunion de la chambre, un texte proposant l'extension des compétences judiciaires du chancelier et Président du Reich, est adopté à l'unanimité2.

En 1949, la Loi fondamentale de la République fédérale d'Allemagne institua le Bundestag comme successeur du Reichstag.

Féminisation du Reichstagmodifier | modifier le code

Les Allemandes obtiennent le droit de vote après la Première Guerre mondiale. Lors de l’Assemblée nationale de Weimar, on compte entre 8 et 9 % de députées mais lors des autres législatures, leur nombre tourne autour de 6 %. Après la prise de pouvoir du NSDAP, leur nombre chute à 4 % avant de disparaître sous les quatre législatures du Troisième Reich.

Marie Juchacz est la première femme à prendre la parole devant l'hémicycle, et la première de toute l'histoire parlementaire allemande. Elle est également la seule femme à être membre du Conseil consultatif de l'Assemblée, chargé d'élaborer une Constitution pour le Reich allemand (Ausschuß zur Vorberatung des Entwurfs einer Verfassung des Deutschen Reichs ; l'Allemagne était encore officiellement le Reich, même après l'abdication de l'empereur Guillaume II et l'instauration de la République).

Législatures de 1919 à 1933
sous la République de Weimar
Début de la
législature
Pourcentage
de femmes
Femmes
députées
Pourcentage
d’hommes
Hommes
députés
Total
de députés
Assemblée nationale de Weimar 1919 8,7 % 37 91,3 % 386 423
1re législature 1920 8,0 % 37 92,0 % 426 463
2e législature 1924 5,7 % 27 94,3 % 445 472
3e législature 1924 6,7 % 33 93,3 % 460 493
4e législature 1928 6,7 % 33 93,3 % 457 490
5e législature 1930 6,8 % 39 93,2 % 538 577
6e législature 1932 5,6 % 34 94,4 % 574 608
7e législature 1932 6,0 % 35 94,0 % 547 582
8e législature 1933 3,8 % 21 96,2 % 537 558
Liste non exhaustive de députées

Galeriemodifier | modifier le code

Prise du Reichstagmodifier | modifier le code

Le Reichstag en ruines en 1946, un an après sa prise.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la prise du Reichstag constitue un des évènements symboliques de la bataille de Berlin et de la défaite du Troisième Reich. À l'extérieur du Reichstag se trouvaient également 4 canons de 88 et deux chars Tigre II. La défense du Reichstag était assurée par le SS-Brigadeführer Wilhelm Mohnke.

L'assaut des Soviétiques sur le Reichstag débute le 30 avril, au soir. Les combats à l'extérieur et à l'intérieur durent toute la nuit avant que le drapeau rouge ne soit hissé sur le toit du Reichstag le matin du 1er mai. Staline avait demandé au photographe ukrainien Yevgeny Khaldei d'immortaliser cet événement mais il n'était pas présent le jour de la prise du Reichstag. La propagande soviétique recrée la scène le . Le soldat d'origine géorgienne Meliton Kantaria, sur ordre de Staline, hisse le drapeau à la manière des soldats américains à Iwo Jima le . La célèbre photographie fut retouchée pour effacer une des deux montres, celle au poignet droit de l'officier soutenant le soldat portant le drapeau, montre surnuméraire laissant apparaître qu’elle avait été volée, acte pourtant courant au sein des armées d'invasion.

Après la mort d'Adolf Hitler, les avis au sein des derniers hauts dignitaires nazis divergent concernant la demande de négociations pour un armistice ; les jusqu'au-boutistes comme Joseph Goebbels s'y opposent formellement.

Peu de temps avant que Hitler ne se suicide et que le Reichstag ne soit pris, la radio berlinoise réussit à diffuser, pour la dernière fois, une œuvre de Richard Wagner : La Marche funèbre de Siegfried, afin de donner du courage aux troupes. Celle-ci annonçait la fin du Troisième Reich.

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. Saul Friedlander, Les années d'extermination, p.424-425.
  2. Saul Friedlander, Les années d'extermination, p.426.

Sourcesmodifier | modifier le code

Bibliographiemodifier | modifier le code

  • (de) Martin Döring, »Parlamentarischer Arm der Bewegung«. Die Nationalsozialisten im Reichstag der Weimarer Republik, Droste, Düsseldorf, 2001 (ISBN 3-7700-5237-4)
  • (de) Thomas Mergel, Parlamentarische Kultur in der Weimarer Republik. Politische Kommunikation, symbolische Politik und Öffentlichkeit im Reichstag, Droste, Düsseldorf 2002, (ISBN 3-7700-5249-8)

Liens externesmodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :








Creative Commons License