Romário

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Romário
Pas d'image ? Cliquez ici.
Biographie
Nom Romário de Souza Faria
Nationalité Drapeau du Brésil Brésil
Naissance 29 janvier 1966 (1966-01-29) (48 ans)
Lieu Rio de Janeiro, Drapeau : Brésil Brésil
Taille 1,69 m (5 7)
Période pro. 1985-2009
Poste Attaquant
Parcours junior
Saisons Club
1979-1980 Drapeau : Brésil Olaria
1981-1985 Drapeau : Brésil Vasco da Gama
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1985-1988 Drapeau : Brésil Vasco da Gama 141 0(80)
1988-1993 Drapeau : Pays-Bas PSV Eindhoven 142 (127)
1993-1995 Drapeau : Espagne FC Barcelone 065 0(39)
1995-1996 Drapeau : Brésil Flamengo 079 0(68)
1996-1997 Drapeau : Espagne Valence CF 005 00(4)
1997 Drapeau : Brésil Flamengo 036 0(35)
1997-1998 Drapeau : Espagne Valence CF 007 00(2)
1998-1999 Drapeau : Brésil Flamengo 094 0(81)
2000-2002 Drapeau : Brésil Vasco da Gama 135 (131)
2002-2003 Drapeau : Brésil Fluminense 032 0(21)
2002-2003 Drapeau : Qatar Al-Sadd 003 00(0)
2003-2004 Drapeau : Brésil Fluminense 045 0(27)
2005-2006 Drapeau : Brésil Vasco da Gama 054 0(39)
2006 Drapeau : États-Unis Miami FC 026 0(19)
2006-2007 Drapeau : Australie Adelaide United 004 00(1)
2007 Drapeau : Brésil Vasco da Gama 019 0(15)
2009 Drapeau : Brésil América RJ 001 00(0)
1985-2009 Total 886 (688)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1987-2005 Drapeau : Brésil Brésil 070 0(55)
2005 Drapeau : Brésil Brésil beach soccer 0
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
2007-2008 Drapeau : Brésil Vasco da Gama
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Romário
Romário dans la chambre des députés du Brésil
Romário dans la chambre des députés du Brésil
Fonctions
Député fédéral du Brésil
pour Rio de Janeiro
En fonction depuis le
(&&&&&&&&&&&011723 ans, 2 mois et 17 jours)
Biographie
Date de naissance 29 janvier 1966 (1966-01-29) (48 ans)
Lieu de naissance Rio de Janeiro (Brésil)
Nationalité Drapeau du Brésil Brésil
Parti politique Parti socialiste
Conjoint Isabella Bittencourt
Profession footballeur retraité et entrepreneur

Romário de Souza Faria, surnommé Romário né le 29 janvier 1966 à Rio de Janeiro, dans le favela de Jacarezinho, est un ancien footballeur brésilien. Il évoluait au poste d'attaquant de pointe.

Surnommé « o baixinho » («le petit»), il est célèbre pour avoir remporté la Coupe du monde 1994, compétition dont il fut nommé Meilleur joueur. Il fut l'un des meilleurs joueurs de sa génération et l'un des buteurs les plus prolifiques de l'histoire du football.

Membre du Parti socialiste brésilien, il est élu député fédéral le 1 .

Biographiemodifier | modifier le code

Débutsmodifier | modifier le code

Romário est l'archétype de l'enfant issu d'une favelas d'une grande ville brésilienne qui accède au statut de vedette mondiale grâce au football. Né dans le quartier de Jacarezinho un 29 janvier 1966, le jeune Romário a trouvé dans le football un moyen d'échapper à une vie difficile en marge de la société.

Il marque ses premiers buts sous les couleurs d'une formation de Vila da Penha, Estrelinha. Il se fait rapidement remarquer, obtenant un premier transfert vers Olaria, puis un contrat avec Vasco da Gama. Au sein de l'équipe carioca, l'homme fait état de son adresse dans les derniers mètres, ce qui lui permet de conquérir ses premiers titres en club et avec l'équipe nationale. C'est en 1985 qu'il obtient sa première couronne internationale, le Championnat d'Amérique du Sud Juniors, décroché en terres paraguayennes. En 1987 et 88, il enlève par deux fois le championnat de Rio avec le Vasco, ce qui lui permet d'intégrer la Seleção finaliste aux Jeux olympiques de Séoul, dont il termine meilleur buteur. Cette réussite lui vaut plusieurs propositions en provenance d'Europe, Romário acceptant finalement de se lier au PSV, avec lequel il va conquérir six titres en cinq saisons.

Consécration mondialemodifier | modifier le code

Romario est ensuite transféré au FC Barcelone où commence la grande époque du buteur brésilien. Sous les ordres de Johan Cruyff, Romário devient l'idole de tout le peuple barcelonais, à qui il offre un championnat d'Espagne au sein de la légendaire « Dream Team » du FC Barcelone. L'attaquant brésilien est évidemment encore le meilleur buteur de la compétition. Il atteint également une finale de C1 perdue contre le Milan AC.

Au sommet de son art, Romário a enfin l'occasion de briller lors d'une Coupe du Monde de la FIFA après avoir joué un rôle passif à coupe du monde en Italie en 1990. Malgré un problème physique, il avait été inclus dans le groupe, mais n'avait quasiment pas pu entrer en jeu. Aux États-Unis, au contraire, Romário présente une condition physique optimale qui lui permet d'étaler tout son potentiel. Auteur de cinq buts, c'est lui le principal artisan de la première victoire auriverde en Coupe du Monde après 24 ans d'attente.

Il voulait être le meilleur joueur du monde. Sa volonté a été exaucée en 1994 lorsque la FIFA lui attribua, logiquement, le titre de joueur de l'année. Il devint ainsi le premier Brésilien à s'en emparer (la distinction avait été créée en 1991, et attribuée successivement à Lothar Matthäus, Marco van Basten et Roberto Baggio).

Trois ans plus tard, il gagne un second titre avec la selecao : la Copa América. Il ne participera malheureusement jamais à sa troisième Coupe du monde. Lors de la Coupe du monde 1998, il a la malchance de se blesser juste un mois avant la compétition. En 2002, pour cause d'incompatibilité d'humeur avec Scolari, le sélectionneur de l'époque, il n'est pas retenu dans l'équipe qui remporte son cinquième titre de champion du monde.

En 2005, Romario participe à la Coupe du monde de football de plage 20052

Fin de carrièremodifier | modifier le code

Pour la saison 2006, Romário s'alignait avec le Miami FC, un club d'expansion de la première division de la United Soccer Leagues. Il signe en novembre 2006 un contrat de 4 matchs avec l'équipe de Adelaïde United, club australien. Début janvier 2007, Romario décide de revenir dans le club qui l’a fait connaître, le Vasco de Gama. Il lui faut toutefois attendre l’accord de la FIFA qui interdit normalement à un joueur d’évoluer dans plus de deux équipes différentes au cours d’une saison. L'accord à peine obtenu en février 2007, il marque 3 buts dans les 12 minutes après son entrée sur le terrain, contre Volta Redonda.

Il mit un terme à sa carrière en avril 2008.

En août 2009, Romário annonce qu'il sort de sa retraite pour jouer avec l'America Football Club de Rio de Janeiro3.

Ses caractéristiquesmodifier | modifier le code

Sur le terrainmodifier | modifier le code

Romário est un attaquant peu ordinaire, identifié par son côté imprévisible. Doté d'une superbe technique, malgré son âge, il reste le renard de surface que les amateurs du football ont connu et apprécié. Sa technique d'orfèvre et son explosivité de sprinteur le rendent pratiquement irrésistible pour les défenseurs. Prompt à se défaire du marquage et capable de se créer d'improbables espaces dans la surface de réparation (caractéristique qu'il conserve encore aujourd'hui), Romario devient le pion essentiel d'une Seleção qui a reconquis le titre mondial en 1994 après 24 ans d'attente.

L'image d'un « violent »modifier | modifier le code

Après le mondial 1994, son retour est marqué par autant de titres que de polémiques, l'homme ayant maille à partir avec des joueurs, des supporters et des entraîneurs.

  • Pendant les matchs de qualification du Mondial 1994, la rivalité entre lui et Bebeto est à son paroxysme. Au moment de prendre un avion, Romário se voit proposer une place aux côtés de ... Bebeto. Il menace de quitter l'avion en déclarant " je ne m'assiérai pas à côté de ce mec ! "
  • Il se bat avec son ex-ami Edmundo
  • Il gifle Andrei, son coéquipier à Fluminense, au cours d'une rencontre perdue 0-6
  • Il frappe, avec l'aide d'un vigile, un supporter qui protestait pendant les entraînements
  • Il contraint le technicien Vanderlei Luxemburgo à quitter Flamengo
  • Il se sent trahi par Zico et Mário Zagallo, qui ne le convoquent pas pour la Coupe du monde 1998 en raison d'une légère blessure qui n'aurait pourtant pas justifié une mise à l'écart.(en représailles, il fait peindre des caricatures des deux entraîneurs assis sur les WC dans une discothèque de sa propriété)
  • Il se fâche avec Luiz Felipe Scolari, qui l'avait initialement convoqué dans le groupe brésilien et lui avait confié le brassard de capitaine, avant de se passer définitivement de lui pour former l'équipe qui remportera la coupe du monde en 2002. Ces péripéties sont entrecoupées de deux expériences à l'étranger. Il séjourne ainsi quelque temps à Valence, avant d'effectuer un passage très bref à Al-Sadd (Qatar), où il ne joue quasiment pas

Carrièremodifier | modifier le code

Buts en sélectionmodifier | modifier le code

Palmarèsmodifier | modifier le code

En équipe nationalemodifier | modifier le code

En clubmodifier | modifier le code

Distinctions personnellesmodifier | modifier le code

Divers et anecdotesmodifier | modifier le code

  • Pichichi de la Liga en 1994 (30 buts en 33 matchs), Romário s’inscrit dans le cercle des buteurs légendaires. Parmi ses nombreux buts, 55 ont été marqués sous le maillot du Brésil en 70 sélections faisant de lui le troisième meilleur buteur de l’histoire de la Seleçao derrière Pelé (77 buts) et Ronaldo (62 buts). La Fédération internationale d’histoire et de statistique du football (IFFHS) indique que Romário est le meilleur buteur du football mondial en activité. D’après cette entité, l’ancien Blaugrana compte 483 buts à son actif. Mais ce décompte n’enregistre que les réalisations signées lors de championnats nationaux de première division (dont les championnats des États brésiliens). C’est un autre Brésilien qui domine ce classement, le mythique Pelé, avec 541 buts. Quant aux propres calculs de Romário qui compte 1 000 buts au 20 mai 2007, ils tiennent compte des matches amicaux, des rencontres disputées avec la Seleção et de sa période amateur.
  • Polémique, bagarreur, coureur de jupons, irresponsable… Les journalistes n’ont jamais manqué de qualificatifs pour décrire le fantasque attaquant brésilien.
  • Auteur de 22 buts en 31 matches lors du Championnat du Brésil 2005, l’ancien Barcelonais se classe au sommet du classement des buteurs et est devenu le joueur le plus âgé à décrocher cette distinction depuis la première édition de la compétition qui date de 1971.
  • La veille d’un de ses anniversaires, son club, le Vasco da Gama, s’est mesuré à l’América, la formation préférée de son père, dans le cadre du championnat Carioca (de Rio). Et la victoire est allée à l’América, qui a gâché la fête du Baixinho en s’imposant 2-1, mais le joueur a bien eu son cadeau. En effet, avec ce but, il a atteint les 950 réalisations, du moins selon ses propres calculs (voir ci-dessous la liste des buts). Malgré la défaite, Romário s’est dit ravi des festivités organisées en son honneur : « Je ne m’attendais pas à tout ce qu’on est en train de faire pour moi cette semaine. Je ne m’attendais pas à un tel soutien de la part des supporters et de la presse. On est toujours content de voir que les gens ne vous oublient pas ».
  • Le Brésilien a inscrit, le dimanche 20 mai 2007 sur penalty, ce qu'il considère comme étant le millième but de sa carrière avec son club de Vasco de Gama contre l’équipe de Sport, dans le championnat brésilien. Ce chiffre a été par la suite reconnu par la FIFA.
  • Il rejoint le Miami FC en 2003 à cause de son fils malade. Voulant avoir les meilleurs soins possibles pour son enfant, il décide de se diriger vers les États-Unis, mais a besoin d'un visa pour séjourner. Il obtient alors un visa de travail en signant un contrat avec le Miami FC. Il s'entend avec les dirigeants pour ne disputer que les matchs locaux.
  • En juillet 2009, il est condamné à trois ans et demi de prison pour fraude fiscale. Cependant il pourra transformer sa peine en travail d'intérêt général pour la même période. Il n'avait pas déclaré ses revenus en 1996 et 1997. De plus il devra s'acquitter d'une amende de 623 000 €.
  • En 1995, il a lancé un institut, l'Instituto Romarinho, en faveur des enfants pauvres.

Notes et référencesmodifier | modifier le code

Liens externesmodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :








Creative Commons License