Sécession (politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sécession.

La sécession1 est l'acte politique consistant, pour la population d'un territoire ou de plusieurs territoires déterminés, à se séparer officiellement et volontairement du reste de l'État ou de la fédération à laquelle elle appartenait jusqu'alors. La sécession s'emploie aussi en usage de guerre.

Descriptionmodifier | modifier le code

On confond régulièrement sécession et séparation.

Le but de la sécession peut être de former un État distinct, ce en quoi elle représente l'objectif concret des mouvements indépendantistes. Le but peut être également de s'unir à un autre État ou à une autre fédération, comme dans la période du Risorgimento, où les possessions italiennes de l'Empire d'Autriche s'en détachent pour s'unir au Royaume d'Italie, ou dans le cas du rattachisme.

La scène géopolitique mondiale connaît en permanence des actions sécessionnistes, parfois soutenues par des voisins intéressés.

Parmi les régions du monde qui vivent actuellement des sécessions, on peut citer :

La sécession peut prendre des formes relativement paisibles et démocratiques, sous la protection ou non de puissances extérieures. Ce fut le cas en 1991 quand la Russie fit sécession de l'URSS, entraînant quelques mois plus tard la dissolution de celle-ci. C'est le cas par exemple du Kosovo où les forces de l'ONU tentent d'assurer une transition pacifique, en organisant des élections acceptables par les deux parties. On parle alors d'autodétermination, de reconnaissance de souveraineté. La possibilité de sécession d'une entité administrative ou nationale peut même être explicitement prévue dans une constitution (Éthiopie).

La sécession prend souvent des formes belliqueuses, appuyées par des alliés intéressés à cette séparation. C'est le cas, par exemple, de l'Abkhazie qui, avec le soutien des Tchétchènes musulmans puis des Russes, opère une forme d'épuration ethnique et politique visant à écarter les Géorgiens chrétiens et leur pouvoir.

La Guerre de Sécession américaine est un autre exemple passé de tentative de sécession ayant entraîné une guerre.

Pour le peuple ou l'ethnie qui tente une sécession, les motivations et les arguments sont multiples et variés. On y retrouve notamment les notions de résistance à une oppression, de récupération d'une indépendance et de territoires ressentis comme injustement perdus, ou plus simplement de l'absence d'intérêt à "vivre ensemble".

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. L'accession à la souveraineté et le cas du Québec : conditions et modalités politico-juridiques, Jacques Brossard, Montréal : Presses de l'Université de Montréal, 1995, p.94

Articles connexesmodifier | modifier le code








Creative Commons License