Saint-Omer (Pas-de-Calais)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Omer.
Saint-Omer
L'hôtel de ville de Saint-Omer
L'hôtel de ville de Saint-Omer
Blason de Saint-Omer
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
(sous-préfecture)
Arrondissement Saint-Omer
(chef-lieu)
Canton Chef-lieu des cantons de Saint-Omer-Nord et Saint-Omer-Sud
+ canton d'Arques
Intercommunalité communauté d'agglomération de Saint-Omer
Maire
Mandat
François Decoster
2014-2020
Code postal 62500
Code commune 62765
Démographie
Gentilé Audomarois
Population
municipale
14 064 hab.
Densité 858 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 44′ 46″ N 2° 15′ 42″ E / 50.746111, 2.261667 ()50° 44′ 46″ Nord 2° 15′ 42″ Est / 50.746111, 2.261667 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 27 m
Superficie 16,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Saint-Omer

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Saint-Omer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Omer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Omer
Liens
Site web http://www.ville-saint-omer.fr/

Saint-Omer est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais. Elle fait partie du parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale, et en est d'ailleurs la commune la plus peuplée, ayant au dernier recensement de 2011 un nombre de 14 064 habitants, appelés les Audomarois. Cependant, l'agriculture et la nature occupent une place importante sur le territoire avec le premier marais maraîcher de France, à l'hydrographie complexe, et des étangs classés en réserve naturelle nationale. Si la commune offre de nombreux commerces, loisirs et services, elle est fortement dépendante d'Arques et notamment de sa cristallerie Arc International, deuxième employeur privé régional. C'est également une ville d'art et d'histoire au passé riche, ayant laissé de nombreux vestiges. Son patrimoine riche et sa proximité avec l'Angleterre, la Belgique et les Pays-Bas participent au tourisme local.

Géographiemodifier | modifier le code

Localisationmodifier | modifier le code

Saint-Omer se situe à une dizaine de kilomètres d'Aire-sur-la-Lys par la méridienne verte et à 80 km de sa préfecture Arras.

Située en Artois, en plein cœur du marais audomarois, Saint-Omer est à la limite de la Flandre traditionnelle et de la Flandre française. La commune est également, avec Arques et Clairmarais, en limite est du Parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale.

Le mont Sithieu, à 21 mètres d'altitude, constitue le point le plus haut de la ville. À son pied s'est formée l'agglomération autour de l'abbaye Saint-Bertin, et son sommet accueille la cathédrale Notre-Dame. La rivière de l'Aa traverse la ville-basse du sud vers le nord, et sépare l'ancienne ville fortifiée de ses faubourgs situés au nord-est : le Haut-Pont à l'ouest et Lysel à l'est. Ces deux faubourgs ont longtemps parlé flamand occidental, tandis que le reste de la ville sur la rive occidentale de l'Aa parlait picard. À l'ouest des boulevards Pierre-Guillain et Charles-de-Gaulle (tracé des anciens remparts Vauban) se trouvent plusieurs grands ensembles rénovés à la fin des années 2000.

La ville fait partie d'une conurbation, appelée CASO pour "communauté d'agglomération de Saint-Omer" et regroupant Saint-Martin-au-Laërt, Saint-Omer, Longuenesse et Arques.

Communes limitrophesmodifier | modifier le code

Communes limitrophes de Saint-Omer
Serques Nieurlet
Tilques
Salperwick
Saint-Martin-au-Laërt
Saint-Omer Clairmarais
Longuenesse Arques

Géologie et reliefmodifier | modifier le code

Briques en terre cuite claires de Saint-Omer sur une façade.

La ville de Saint-Omer est située à la rencontre des collines de l'Artois, du marais Audomarois, et de la Flandre intérieure :

  • l’Artois au sud-ouest de la commune, de formation ancienne (-130 à -65 millions d’années), séparé de la Flandre intérieure par l'Aa ;
  • le Marais audomarois, cuvette de 4 000 hectares, qui correspond au cours de l’Aa, limité au sud par l'agglomération de Saint-Omer, et au nord par le goulet formé à Watten par la « montagne » de Watten et la colline d’Éperlecques ;
  • la Flandre intérieure ou Houtland à l'est de la ville (-65 à -2 millions d’années), région de collines (les monts des Flandres) ou buttes témoins, vestiges d’un plateau qui a été raviné par la fonte successive des glaces (-2,4 millions d’années à 10 000 av. J.-C.).

L'argile locale, plus claire, donne à la ville des rues caractéristiques aux façades de briques claires, bien que des façades rouge foncé existent également.

Hydrographiemodifier | modifier le code

L’Aa traverse la commune du sud-ouest vers le nord-est, en direction de Gravelines pour se jeter dans la Mer du Nord. Les premiers travaux de canalisation se terminèrent vers 1165 avec le comte de Flandre Baudoin VII. Ainsi la rivière est devenue navigable depuis Saint-Omer jusqu'à la mer. Gravelines constituait au Moyen Âge l'avant-port de la cité audomaroise.

Cependant les eaux suivent des ramifications complexes. On distingue au sud l'Aa Haute Meldyck puis au nord le canal du Haut Pont, et à l'est le canal de Neufossé (déviation de Saint-Omer). Entre ces canaux principaux, de nombreux petits canaux et watergangs drainent les sols.

Le nord de la commune est dominé par les parcelles de marais maraîcher.

L'étang Degezelle est sur le territoire communal en limite nord. L'étang de Romelaëre déborde sur la commune voisine de Nieurlet, et son accès se fait par Clairmarais. La zone est classée en réserve naturelle nationale des étangs du Romelaëre.

Climatmodifier | modifier le code

Le climat, de type océanique, subit les influences continentales de l'est : les précipitations, plus faibles qu'en façade maritime, sont de l'ordre de 550 à 600 mm par an. La température annuelle moyenne est d'environ 10 °C, avec des gelées plus précoces et plus tardives que dans d'autres secteurs de la région1.

Relevé météorologique de Saint-Omer
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3 3 5 7 10 13 15 16 14 10 7 4 8,9
Température maximale moyenne (°C) 7 7 10 12 15 18 25 24 19 15 10 8 13,5
Précipitations (mm) 39,6 29,3 31,4 34,4 29,8 35,6 46,4 40,9 47,8 48 47,8 48,8 479,8
Source : Fiche climatologique de Saint-Omer par Météo-France2


Voies de communication et transportsmodifier | modifier le code

La ville de Saint-Omer est desservie par l'autoroute A26 et les routes départementales RD942/RD642 (ex RN42) et RD943 (ex RN43), qui la situent en voiture à 50 kilomètres de Calais, de Béthune et d'Ypres, à 55 kilomètres de Boulogne-sur-Mer, à 65 kilomètres de Lille, et à 90 kilomètres d'Arras.

Jusqu'en 2012, la ligne à grande vitesse TGV Nord-Europe desservait la gare de Saint-Omer, et mettait la ville à deux heures de Paris, par un aller-retour TGV direct. Depuis cette date, Saint-Omer est à trois heures de Paris. Saint-Omer est aussi desservie par le TER Arras-Calais et Lille-Boulogne-sur-Mer. Il est à noter que la commune se situe à moins de trois heures de trois capitales européennes (Paris, Bruxelles, Londres).

Un réseau de bus mis en place par la CASO (communauté d'agglomération de Saint-Omer) dessert la ville et la relie notamment à Arques et à l'entreprise de la cristallerie.

Un chemin au bord de l'eau rejoint le chemin de halage du canal et permet des promenades à pied ou à vélo. Une réhabilitation est en projet.

Urbanismemodifier | modifier le code

Morphologie urbainemodifier | modifier le code

Le territoire communal est partagé entre le quart sud-ouest du territoire, qui correspond aux derniers reliefs de l'Artois (à environ 10 à 20 mètres d'altitude), et une majorité de sols très bas (environ 3 mètres), qui font partie du marais audomarois. L'urbanisme, dominé par la cathédrale, se concentre dans la partie haute. Le mont Sithieu est le point culminant de la ville, à 21 mètres. À l'ouest, les remparts créent un dénivelé au bas duquel se trouve un espace vert ; le sol y remonte jusqu'à la limite de Saint-Martin-au-Laërt. La ville-basse est occupée par des faubourgs, et le marais reste en grande majorité agricole, avec du maraîchage et de nombreux watringues qui drainent les sols.

Logementmodifier | modifier le code

Projets d'aménagementsmodifier | modifier le code

Toponymiemodifier | modifier le code

Saint-Omer doit son nom à Audomarus (Audomar) Omer moine de Luxeuil, né près de Coutances, évêque de Thérouanne en 637, fondateur de l'église de Saint-Bertin autour de laquelle la ville a été bâtie. Il meurt le 9 septembre 667 ou 668 ; c'est lors du transfert de ses cendres vers 667 de Thérouanne à l'église Notre-Dame à Sithiu que la ville pris son nom définitif.

Le faubourg du Haut-Pont aurait pour origine un pont de bois très haut sur l'Aa, sous lequel pouvaient passer les vaisseaux en provenance de la mer du Nord par l'ancien golfe de l'Aa. Les habitants portent le nom de Haut-Ponnais.

L'origine du nom du faubourg de Lysel proviendrait des nombreux canaux séparant les parcelles agricoles en îles. Ses habitants portent le nom de Lyselards.

De nombreux canaux et lieux-dits dans le marais sur la rive orientale de l'Aa ont des noms qui ont une origine flamande : le Brockus (brouck ou marais), le Westbrouck (marais de l'ouest), le Bogarwaert, le Hongarwaert, le Stackelwaert. D'autres lieux ont un nom d'origine commune franco-flamande : la Grande Meer, la Haute Meldyck, la Basse Meldyck, tandis que certains ont un nom d'origine française : l'Île Flottante, l'Île Sainte-Marie, le Bac.

Sint-Omaars en flamand3.

Histoiremodifier | modifier le code

Moyen Âgemodifier | modifier le code

Omer et son serviteur XIe s

Saint-Omer apparaît dans les écritures de chroniqueurs au cours du VIIe siècle sous le nom de Sithiu (Sithieu ou Sitdiu), autour de l’abbaye Saint-Bertin fondée sous l'impulsion d'Audomar (Audomarus, Odemaars ou Omer). L'abbaye doit son nom à Bertin qui travailla comme compagnon d'Audomar. C’est au cours du Xe siècle que l'endroit a pris son nom actuel.

À l'époque de Charlemagne, lors de la dernière invasion marine due à une période de réchauffement climatique, Saint-Omer est un portréf. souhaitée], alors que l'actuelle Flandre maritime est encore sous les eaux de la mer du Nord ainsi qu'une partie du Calaisis. Dans la 2e moitié du IXe siècle, Saint-Omer est ravagée par les Vikings du Danemark4.

Avec le pagus d'Artois, la ville entra en 932 dans la possession des comtes de Flandre, et au cours des XIIe et XIIIe siècles, l'industrie textile (protoindustrialisation ?) y fut florissante5. Au cours de sa période de plus grande prospérité, la ville fut en Occident une des premières à bénéficier d’institutions communales, peut-être au début des années 10706. Ces institutions prennent la suite d’institutions d’entraide de voisinage, formalisées sous forme de confrérie, qui évolue ensuite en guilde marchande, qui a donné naissance à la commune7. Cette commune est un soutien pour le comte de Flandre qui lui a accordé ces libertés8. Par la suite, elle dut céder à Bruges la première place pour le tissage. L'Aa est canalisé dès 1165 jusqu'à Gravelines, qui constituera jusqu'à son ensablement l'avant-port de la cité audomaroise.
La ville est assiégée en 1071.

Aux XIe et XIIe siècles, les marchands de Saint-Omer sont organisés en guilde, dotée de statuts9. Y sont codifiés, les beuveries mais aussi les conditions d'admission, le rôle des doyens, l'entraide, la charité envers les pauvres, l'entretien des places et des remparts, etc.

Saint-Omer fut perdue par le comté de Flandre au traité de Pont-à-Vendin du 25 février 1212 et devint une des principales places du comté d'Artois qui venait de se créer. Ferrand de Flandre essaya de reprendre la ville mais il fut vaincu à la bataille de Bouvines. Dès lors la francisation commença et les documents officiels furent écrits en français ; le flamand n'en resta pas moins la langue courante dans la population et, au XIIIe siècle, le chroniqueur Guillaume d'Andres nous affirme que, de son temps, les affaires se plaidaient en flamand. Encore en 1507 la coutume de Saint-Omer précise dans son article 7 que « ses majeurs et eschevins ont accoustumé faire raidigier leurs dictes sentences criminelles en langaige flamang »10. La ville resta d'ailleurs dans une large mesure au sein du réseau économique des Pays-Bas dont elle était officiellement séparée. Vers l'an 1300 la ville compta près de quarante mille habitants11.

Le siège et la bataille de Saint-Omer ont lieu le .

En 1384, Saint-Omer revint aux ducs de Bourgogne, mais la paix de Nimègue (1678) la céda définitivement à la France. Les épidémies firent chuter le nombre d'habitants à quinze mille au XVe siècle.

Ville économiquement prospère, Saint-Omer paraît également avoir été à la fin du Moyen Âge, entre la Flandre et l'Artois et Amiens, un centre artistique relativement important. Les chantiers de construction de la puissante abbaye Saint-Bertin et de la collégiale voient intervenir dès le XIIIe siècle des équipes d'artistes en provenance de Picardie et d'Île-de-France Note 1. Mais c'est au XVe siècle surtout, quand la région du Haut-Pays rentre en « terre de promission bourguignonne », que l'activité artistique y connaît ses plus belles heures. Entre 1454 et 1459, le célèbre Simon Marmion, originaire d'Amiens, y est de passage avant de rejoindre Valenciennes ; il peint, à la commande du puissant abbé Guillaume Fillastre, les volets du retable de l'abbaye Saint-Bertin, aujourd'hui à Berlin et à Londres, dont la huche orfévrée avait été réalisée par les Steclin, orfèvres valenciennois d'origine rhénaneNote 2.

Par ailleurs, par ses lettres patentes, le roi Louis XI (1423-1483) confirma en septembre 1464 les privilèges de la ville, octroyées par ses prédécesseurs12.

Époque modernemodifier | modifier le code

Plan-relief de Saint-Omer, vue de l'est (fait en 1758 sous la direction de Jean-Baptiste Larcher d'Aubencourt (1711-1793). Échelle 1/600e

La ville fut l'objet de nombreux conflits entre la France et les Pays-Bas de 1477 à 1677. Elle fut assiégée en 1477, 1489 et 1677

De 1559 à 1790 la ville fut le siège du diocèse de Saint-Omer qui fut réuni en 1801 au diocèse d’Arras.

L'empreinte religieuse sur l'urbanisme de la cité audomaroise fut multipliée lors de la Contre-Réforme catholique au XVIe siècle. Saint-Omer accueillit alors de nombreux collèges et séminaires britanniques et wallons. La chapelle des jésuites wallons est construite de 1615 à 1640.

En 1466, Jacques de Pardieu, échevin de la ville devenu lépreux et très affaibli par quatorze ou quinze ans d'exercice ne peut plus remplir aucune charge et cède sa place d'échevin à Guilbert d'Ausque (originaire de Montreuil).

Valentin de Pardieu, né en 1520 ou 1521, à St Omer, seigneur de la Motte,seigneur d'Esquelbecq, mayeur de Saint Omer13 puis gouverneur de Gravelines décédé le 16 juillet 1595 lors de la bataille de Doullens fit bâtir en 1578 dans la ville de Saint-Omer un local qu'il donne en propriété aux sœurs de Sainte-Catherine. En 1580, ces religieuses prirent possession des lieux et y firent construire une église consacrée en 1595 par l'évêque de Saint-Omer, Jean Six14. À la Révolution, les sœurs de Sainte-Catherine furent dispersées. En 1791, elles étaient trente religieuses de chœur et cinq converses (voir converse). Les révolutionnaires prirent possession du couvent et y établirent une fonderie. Ce sont dans ses creusets que finirent la plupart des cloches de la ville, transformées en pièces de monnaie, sonnantes et trébuchantes.

L'un et l'autre exigent que l'échevinage montre les privilèges anciennement octroyés aux habitants de Saint-Omer par les comtes d'Artois, comme si la Charte communale eût été violée par "Messieurs de la ville," et, pour première satisfaction, ils veulent que le conseiller pensionnaire de la ville, Guilbert d'Ausque, envoyé l'année précédente de Montreuil à Saint-Omer pour remplacer Jacques de Pardieu, « devenu lépreux et très pauvre après quatorze ou quinze ans d'exercice » ne puisse plus remplir aucune charge.

Depuis l'abdication de Charles Quint (comte de Flandre et roi d'Espagne), la ville et son bailliage passent sous la domination de l'Espagne. Il en va de même pour les autres comtés et duchés des Pays-Bas méridionaux. L'Artois, la Flandre, le Hainaut, le Brabant et le Luxembourg font dès lors partie des Pays-Bas espagnols.

À la fin du mois de mars 1677 commence le siège de Saint-Omer par les armées françaises dirigées par Philippe d'Orléans, frère cadet de Louis XIV. Le 5 avril, les armées de la coalition néerlandaise et espagnole, dirigées par le Stadhouder Guillaume d'Orange, sont à Ypres. Les Français partent à leur rencontre. La bataille a lieu les 10 et dans la vallée de la Peene, entre les villages de Noordpeene, Zuytpeene et Bavinchove. Philippe d'Orléans remporte la bataille de la Peene. Ses armées sont à nouveau devant Saint-Omer le 14 avril. Mal informés, espérant des renforts - qui bien sûr ne viendront pas - les Audomarois résistent encore 6 jours ! Finalement, le , la ville de Sait-Omer tombe. Un an plus tard, en 1678, les traités de Nimègue valident les conséquences de la bataille de la Peene ; Saint-Omer et le nord de l'Artois, ainsi que les châtellenies flamandes de Cassel et Bailleul deviennent définitivement françaises.

Fortifications de Saint-Omer.

Les fortifications de la ville furent remaniées par Vauban dès 1678, dans le cadre de son projet de pré carré. Le commissaire général des fortifications de Louis XIV superposa à l'enceinte, déjà renforcée par Charles Quint au XVIe siècle, son propre système de défense. Des ouvrages avancés, de nouveaux bastions, et de nouvelles plates-formes sont créés pour accueillir l'artillerie.

De 1787 à 1795 quelques milliers de patriotes des Pays-Bas du Nord se réfugièrent à Saint-Omer ou dans les villes voisines de Béthune, Watten, Bergues, Gravelines et Dunkerque.

En 1800, Saint-Omer était encore la ville la plus peuplée du département15.

Époque contemporainemodifier | modifier le code

Cheval blessé par obus en cours de traitement à l'hôpital vétérinaire de guerre de Saint-Omer

Le XIXe siècle fut une période de développement urbain et économique, avec l'arrivée du chemin de fer en 1848. Mais la ville fut peu marquée par la Révolution industrielle. La Grand'Place fut conçue selon des plans de l'architecte Lefranc, un nouvel hôtel de ville associé à un théâtre à l'italienne fut construit avec les pierres de l'ancienne abbaye Saint-Bertin, ainsi qu'une école de musique, une école des beaux arts, et une bibliothèque. Les fortifications furent en parties rasées pour faire place à des boulevards. Il ne subsiste plus des fortifications que le jardin public de vingt hectares avec arboretum, kiosque à musique, et parterre à la française, qui fut créé en 1894 au pied de la cathédrale.

La gare actuelle fut construite en 1904 par l'architecte Clément Ligny, en remplacement de la première gare jugée trop petite. La partie centrale de la gare équipée d'un clocheton et d'ouvrages en fer forgé fut endommagée lors de la Seconde Guerre mondiale.

Lors des deux guerres mondiales, la ville fut gravement endommagée. Dans la région de Saint-Omer furent construits par l'armée de l'Allemagne nazie le blockhaus d'Eperlecques en 1942, et la Coupole d'Helfaut en 1943. Ces équipements, qui devaient à l'origine servir de bases de lancement des fusées V2, furent bombardés par l'armée alliée et n'entrèrent jamais en service. La ville a été libérée a 5 septembre 1944 par la 1re division blindée (Pologne).

Souvenir à Saint-Omer de la 1re division blindée

Politique et administrationmodifier | modifier le code

Tendances politiques et résultatsmodifier | modifier le code

En 2007, il y avait 10 277 électeurs inscrits. Les résultats des élections présidentielles 2007 sont conformes aux résultats nationaux : sur 7 543 votes exprimés, Nicolas Sarkozy obtient 4 006 voix (53,11 %) et Ségolène Royal 3 537 voix (46,89 %)16. Lors des élections législatives de 2007, pour 5 683 votes exprimés, Michel Lefait (PS) est élu au premier tour avec 2 539 voix (44,68 %), devant Marie-Pascale Bataille (UMP) avec 2 304 voix (40,54 %)17.

Administration municipalemodifier | modifier le code

Saint-Omer dans l'arrondissement de Saint-Omer et dans ses cantons:
canton de Saint-Omer-Nord
canton de Saint-Omer-Sud
canton d'Arques

Saint-Omer est une sous-préfecture du département du Pas-de-Calais.

Saint-Omer fait partie de la communauté d'agglomération de Saint-Omer qui regroupe 19 communes, soit 65 000 habitants. L'arrondissement, qui comporte huit cantons (liste), compte 153 523 habitants, dont 15 785 habitants pour le canton nord et 24 039 habitants pour le canton sud.

Saint-Omer fait partie du Syndicat mixte Lys-Audomarois (SMLA) pour la rédaction du schéma de cohérence territoriale avec l'Agence d'urbanisme et de développement de la région de Saint-Omer. La ville fait partie du Pays de Saint-Omer.

Tendances politiques et résultatsmodifier | modifier le code

Liste des mairesmodifier | modifier le code

Depuis 1965, cinq maires se sont succédé :

Listes des maires de Saint-Omer depuis 1965
Période Identité Étiquette Qualité
1965 1977 Raymond Senellart DVD  
1977 1983 Jean Saint-André PS  
1983 mars 2008 Jean-Jacques Delvaux UMP  
mars 2008 mars 2014 Bruno Magnier PS  
mars 2014 en cours François Decoster UMP-UDI  

Conseil municipalmodifier | modifier le code

Fiscalitémodifier | modifier le code

La taxe d'habitation s'élevait en 2006 à 25,07 %, à laquelle s'ajoute un taux départemental de 9,29 %. La taxe foncière est de 26,45 % en 2006 sur les propriétés bâties (à laquelle s'ajoute 11,50 % pour le département et 3,70 % pour la région), et de 48,06 % sur les propriétés non-bâties (à laquelle s'ajoute 33,36 % pour le département et 12,56 % pour la région)18.

Instances judiciaires et administrativesmodifier | modifier le code

Saint-Omer est siège de plusieurs instances judiciaires :

On y trouve également la sous-préfecture de l'arrondissement de Saint-Omer.

Politique environnementalemodifier | modifier le code

La collecte sélective des déchets (tri sélectif) est en place sur la commune. La gestion des déchets est assurée par la communauté d'agglomération de Saint-Omer.

Un incinérateur Flamoval a été construit dans l'agglomération, sur le territoire de la commune d'Arques. Plusieurs associations de protection de l'environnement, ainsi que des élus et parlementaires se sont opposés à son installation19. L'incinérateur devrait être opérationnel fin 2011.

Jumelagesmodifier | modifier le code

Au 21 décembre 2010, Saint-Omer est jumelée avec :

Population et sociétémodifier | modifier le code

Démographiemodifier | modifier le code

Évolution démographiquemodifier | modifier le code

En 2011, la commune comptait 14 064 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ansNote 3,Note 4.

           Évolution de la population  modifier
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
20 135 20 109 20 362 18 246 19 344 19 032 20 661 21 078 22 054
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
21 987 22 011 21 869 22 381 21 855 21 556 21 266 21 661 21 481
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
20 867 20 993 20 469 19 238 19 774 17 815 18 373 18 106 19 280
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
19 283 18 205 16 932 15 415 14 434 15 747 15 004 14 064 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 199921 puis Insee à partir de 200422)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âgesmodifier | modifier le code

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,8 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (53 %) est supérieur au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,2 %, 15 à 29 ans = 25,1 %, 30 à 44 ans = 20,7 %, 45 à 59 ans = 19,6 %, plus de 60 ans = 13,4 %) ;
  • 53 % de femmes (0 à 14 ans = 17,9 %, 15 à 29 ans = 24,1 %, 30 à 44 ans = 18,4 %, 45 à 59 ans = 17,8 %, plus de 60 ans = 21,7 %).
Pyramide des âges à Saint-Omer en 2007 en pourcentage23
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,9 
4,5 
75 à 89 ans
9,9 
8,6 
60 à 74 ans
10,9 
19,6 
45 à 59 ans
17,8 
20,7 
30 à 44 ans
18,4 
25,1 
15 à 29 ans
24,1 
21,2 
0 à 14 ans
17,9 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage24
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 


En 1999 Saint-Omer comptait 6709 résidences principales et 76 résidences secondaires. Le nombre total de logements augmente de 13,9 % entre 1990 et 1999, pour faire face au solde démographique positif. Le nombre de logements vacants s'est réduit de 23,8 % entre 1990 et 1999, mais il restait encore 521 logements vacants en 199925.

Le niveau d'étude montre une scolarisation de la population totale de 24,2 % de niveau primaire, 32,5 % de niveau collège, 13,7 % de niveau BAC, et de 16,2 % de niveau études supérieures26.

Enseignementmodifier | modifier le code

Saint-Omer est située dans l'académie de Lille.

Établissements scolairesmodifier | modifier le code

La ville administre xx écoles maternelles et xx écoles élémentaires communales.

L'enseignement maternel et primaire est développé.

On trouve différents établissements secondaires publics (collège de la Morinie, collège de l'Esplanade, lycée Alexandre-Ribot) et privés, dont certains très anciens (école et collège Saint-Bertin27, collège et lycée Notre-Dame-de-Sion28, lycée privé technique Saint-Denis).

L'enseignement supérieur s'effectue à l'université du littoral, sur Saint-Omer ou Longuenesse (campus) : IUT de Saint-Omer (génie industriel et maintenance, gestion administrative et commerciale)29, IUP Génie des Systèmes Industriels-Maintenance Industrielle, DEUST Animation des Activités Physiques et Sportives, Institut de formation en soins infirmiers30. Le campus de la Malassise accueille également une école d'ingénieur et une école supérieure de commerce. De nombreux étudiants vont par ailleurs à Lille.

Manifestations culturelles et festivitésmodifier | modifier le code

Un cinéma de huit salles projette des films tous les jours et réalise des avant-premières. Le centre culturel « La comédie de l'Aa » propose des pièces de théâtre et une programmation musicale.

Différents évènement marquent le calendrier annuel local :

  • le carnaval ;
  • le feu d'artifice du 14 juillet ;
  • le défilé nautique, plutôt appelé cortège nautique, qui a lieu le dernier dimanche de juillet ; le Groupement de Loisirs du Haut Pont organise cet événement31.
  • la fête de la Saint-Nicolas et le marché de Noël, en fin d'année.

Santémodifier | modifier le code

Les centres hospitaliers les plus proches sont le centre hospitalier de la région de Saint-Omer à Helfaut, à 8 km au sud, et la clinique privée de Longuenesse. De nombreux professionnels de la santé (médecins, spécialistes, dentistes) et équipements (pharmacies) sont présents sur la commune. Les personnes âgées peuvent être accueillies au sein de la maison de retraite Saint-Jean (capacité d'accueil de 14 personnes), ou de la résidence « arpage », qui accueille des résidents atteints de la maladie de Parkinson (70 lits).

Politique environnementalemodifier | modifier le code

Le tri sélectif est en place sur la commune. La CASO a également incité les particuliers à s'équiper de composteurs, et réalise une étude avec des foyers témoins volontaires (objectif de réduction des déchets). Un incinérateur (flamoval) est en construction dans l'agglomération et devrait être opérationnel fin 2011.

Sportsmodifier | modifier le code

La commune est équipée d'une piscine, de trois terrains sportifs, de terrains de pétanque et de différentes salles. L'espace vert, les canaux et les étangs permettent la pratique de nombreux sports et loisirs de nature. Différents club sont actifs : US Saint-Omer (CFA 2), Canoë-Kayak Club de Saint Omer, Skating Club de la Région Audomaroise (niveau national pour le rink hockey), Rugby Club audomarois, Aviron audomarois...

La ville voisine d'Arques a construit deux équipements homologués pour les jeux olympiques, pour la gymnastique et le tir.

Médiasmodifier | modifier le code

Presse écritemodifier | modifier le code

Cultesmodifier | modifier le code

  • Catholique
    • Cathédrale Notre-Dame
    • Collège anglais de Saint-Omer (devenu le lycée Alexandre-Ribot) : « L'Angleterre avait, dès le milieu du XVIe siècle, interdit aux catholiques toute forme d'enseignement religieux sur son sol. Ceux-ci avaient donc créé, dans les Pays-Bas espagnols, plusieurs collèges catholiques, dont ceux de Douai et de Saint-Omer. Ils resteront en activité jusqu'à la Révolution, attirant non seulement des élèves anglais mais aussi des fils de colons américains. Les colons catholiques venus d'Angleterre avaient tendance à s'installer soit dans la Maryland, dont le « propriétaire », Lord Baltimore, avait une réputation de grande tolérance, soit en Virginie. Mais avec l'avènement des corégents William et Mary, l'enseignement catholique est interdit, y compris dans le Maryland en 1704, ce qui explique l'envoi, pendant près de trois-quarts de siècle, de générations de jeunes américains pour étudier sous la férule de professeurs jésuites, au collège de Saint-Omer. On parlait alors plutôt de Blandike, par anglicisation de Blendecques, petite ville proche de Saint-Omer où le collège avait acheté une propriété et où les élèves pouvaient passer leurs vacances. »33

Mormon

Evangélique

  • Assemblée De Dieu de Saint Omer.

Économiemodifier | modifier le code

Revenus de la population et fiscalitémodifier | modifier le code

En 2008, le revenu fiscal médian par ménage était de 13 203 €, ce qui plaçait Saint-Omer au 30 308e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole34.

Emploi, entreprises et commercesmodifier | modifier le code

Rue des Épéers à Saint-Omer
Bouteille de bière Saint-Omer

La vie économique de Saint-Omer et de ses alentours s'est développée autour de l'eau. L'aménagement du marais audomarois a permis le développement d'activités d'élevage et de maraîchage importantes (culture du chou-fleur) ; c'est devenu aujourd'hui un pôle touristique remarquable. Il y a également une activité fluviale autour de l'Aa et du canal de Neufossé avec un port fluvial que gère la Chambre de commerce et d'industrie. Saint-Omer accueille aussi une brasserie industrielle qui produit la bière de Saint-Omer, et une brasserie locale, la brasserie audomaroise, qui produit différents types de bières (à la chicorée, à la rhubarbe...).

La région de Saint-Omer comprend le deuxième employeur privé de la région Nord-Pas-de-Calais, la cristallerie Arc International, située sur le territoire de la commune d'Arques. À proximité se situe l'usine Bonduelle de Renescure, Bonduelle étant la première entreprise de la conserve en Europe et le quatrième employeur privé du Nord-Pas-de-Calais35.

Saint-Omer est également un centre tertiaire important. Le centre-ville est composé de nombreuses boutiques commerciales, et d'un nombre conséquent de restaurants, brasseries et friteries. La clientèle est enrichie par les touristes anglais.

Saint-Omer possède une antenne de la Chambre de commerce et d'industrie du Grand Lille.

Culture locale et patrimoinemodifier | modifier le code

Saint-Omer est classée ville d'art et d'histoire.

Monuments historiques et lieux touristiquesmodifier | modifier le code

La cathédrale Notre-Dame
  • La cathédrale Notre-Dame. Modeste chapelle à l'origine (VIIe siècle), elle fut agrandie pour devenir collégiale entre le XIIIe et le XVIe siècle. Chapelle qui fut à l'origine situé sur la grande place actuelle de la ville. Nous pouvons localiser cet ancien site par l'emplacement d'un médaillon en bronze sur l'une des entrées Sud de la place. Elle devient ensuite cathédrale en 1561, après la destruction de Thérouanne par Charles Quint. Elle abrite le cénotaphe de saint Omer, un tableau de Rubens représentant la descente de Croix, et aussi la châsse de saint Erkembode.
La façade de la chapelle de l'ancien collège des jésuites
  • Ancien collège des Jésuites anglais.
  • Ancien hôpital Saint-Jean.
  • L'église Saint-Sépulcre. Elle fut érigée en l'honneur de trois seigneurs de la région ayant participé aux croisades.
Espace-vert de la ville de Saint-Omer, au pied des anciens remparts de Vauban. Vue sur le jardin à la française.
  • Le jardin public, de l'architecte Guinoiseau (XXe siècle), situé dans les fossés des fortifications de Vauban. Il comprend un jardin à la française, un kiosque, des jeux pour enfants, des arbres remarquables, un petit parc animalier.
  • La motte castrale, avec son portail d'accès et ancienne prison avec son portail.
  • Le quartier du Haut-pont, ancien quartier maraîcher avec façades typiques, traversé par l'Aa canalisée.

Patrimoine naturelmodifier | modifier le code

Marais audomaroismodifier | modifier le code

Article détaillé : Marais audomarois.

Le marais audomarois situé en grande partie sur la commune de Saint-Omer accueille de nombreuses espèces animales et végétales remarquables. Il inclut une zone classée en réserve naturelle.

Réserve naturelle nationale des étangs du Romelaëremodifier | modifier le code

Réserve naturelle nationale du Romelaëre

La réserve naturelle nationale des étangs du Romelaëre abrite plusieurs espèces remarquables, le blongios nain (petit héron dont le PNR réalise un suivi depuis plusieurs années), une grande colonie de grands cormorans, des stations de stratiotes...

La réserve est équipée d'un cheminement accessible tout public (guide au sol pour les aveugles, panneaux d'informations en relief et en braille, platelage plat et de largeur adaptée au passage des fauteuils roulants et poussettes) et d'un observatoire d'oiseaux en bois. La réserve est fermée en hiver.

Eden 62 (Conseil général du Pas-de-Calais) en est le gestionnaire depuis 2009 (il succède ainsi au Parc naturel régional). Le classement en réserve nationale a été obtenu en 2008 ; auparavant la réserve bénéficiait d'un classement régional. Le site est également inscrit dans le réseau européen Natura 2000 et en ZNIEFF (zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique) de type 2.

Patrimoine culturelmodifier | modifier le code

  • La bibliothèque d'agglomération de Saint-Omer possède une salle du patrimoine, ou sont rassemblés les livres rares et précieux. Un exemplaire du premier tome de la bible de Gutenberg (premier livre imprimé en Europe) y est conservé.

Personnalités liées à la communemodifier | modifier le code

Héraldique, logotype et devisemodifier | modifier le code

Blason ville fr Saint-Omer.svg

Les armes de Saint-Omer se blasonnent ainsi : « De gueules à la croix patriarcale d'argent. »

La devise de la commune est « Fideles Audomarenses ».

Pour approfondirmodifier | modifier le code

Bibliographiemodifier | modifier le code

  • Thomas Delvaux, Le Sang des Saint-Omer des Croisades à la quenouille en Artois, Flandre, Normandie, Angleterre et dans les États Latins d'Orient, Tatinghem, 2007
  • Alain Derville (dir), Histoire de Saint-Omer, PULille, 1983
  • Alain Derville, Saint-Omer, des origines au début du XIVe siècle, Saint-Omer, 1995
  • Raymond Dufay, 1968, ce mois-là : le Mai de l'Audomarois, Saint-Omer, 1984
  • Raymond Dufay, La Vie dans l'Audomarois sous l'Occupation : 1940-1944, Saint-Omer, 1990
  • Michel Lancelin, La révolution en province, Saint-Omer de 1789 à 1791, Saint-Omer, 1972
  • Michel Lancelin, La Révolution en province, Saint-Omer en 1792, l'année tournante, Saint-Omer, 1983
  • Michel Lancelin, La Révolution en province, Saint-Omer à la veille de la Terreur, Saint-Omer, 1988
  • Hector Piers, Biographie de la ville de Saint-Omer, Saint-Omer, 1835
  • J.-L. Derheims (né à Calais le 19 février l798 et mort le 30 décembre 1861) auteur de nombreux articles dans les journaux et almanachs et auteur de l’Histoire de la ville de Saint-Omer publié en 1843.
  • Annales 1868, du Comité flamand de France, Lille, page 310

Filmographie liée à la villemodifier | modifier le code

  • Le Brouck de Colette Piault, 1972, France, 45 minutes, format 16 mm.
  • Retour au Brouck, le Marais Audomarois, 40 ans plus tard de Colette Piault, 2010, France, 52 minutes, format HDV.
  • Saint-Omer, entre ville et marais de Martin Peterolff, 2011, France, 52 minutes, format HDV.
  • Ces dames aux chapeaux verts, années 50

Articles connexesmodifier | modifier le code

Liens externesmodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesmodifier | modifier le code

Notesmodifier | modifier le code

  1. Le portail sud de la collégiale (vers 1270) offre un témoignage très intéressant de cette sculpture monumentale dans le Nord de la France, d'autant plus remarquable que sa composition paraît avoir été directement inspirée de la miniature de pleine page d'un manuscrit des commentaires de la Bible, probablement audomarois, aujourd'hui conservé à la Bibliothèque de l'Arsenal à Paris.
  2. Son implantation provisoire à Saint-Omer, longtemps discutée, est accréditée par l'existence d'autres œuvres de provenance audomaroise avérée et de style nettement marmionesque, ainsi notamment d'un panneau, aujourd'hui au Louvre, qui appartenait à un polyptyque à l'origine à Saint-Bertin, illustrant le double épisode de l'Invention et de la Vérification de la Croix. À ce propos, Marc Gil et Ludovic Nys, Saint-Omer gothique, Valenciennes, 2003.
  3. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  4. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Référencesmodifier | modifier le code

  1. http://draaf.nord-pas-de-calais.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/Collines_artois_cle068b91.pdf Les collines de l'Artois] sur le site de la DRAAF
  2. Météo France, « Fiche climatologique de Saint-Omer », sur www.meteo.education.fr (consulté le 29 avril 2011)
  3. http://proussel.voila.net/pages/noms_flamands.htm
  4. Éric Vanneufville, Histoire de Flandre, éditions Yoran Embanner, 2011, p.44.
  5. Sortor, M. (1993). Saint-Omer and Its Textile Trades in the Late Middle Ages: A Contribution to the Proto-industrialization Debate. The American Historical Review, 98(5), 1475-1499 (extrait/1ère page)
  6. André Chédeville, « Le mouvement communal en France aux XIe et XIIe siècles, ses éléments constitutifs et ses relations avec le pouvoir royal » in Robert Favreau, Régis Rech et Yves-Jean Riou (directeurs), Bonnes villes du Poitou et des pays charentais (XIIe-XVIIIe siècles) : Actes du colloque tenu à Saint-Jean-d’Angély les 24-25 septembre 1999, publiés par la Société des antiquaires de l'Ouest in Mémoires de la Société des antiquaires de l'Ouest et des Musées de Poitiers, 5e série, tome VIII (2002), à Poitiers. ISBN 2-9519441-0-1, p 19
  7. André Chédeville, Le mouvement communal en France..., p 13
  8. André Chédeville, Le mouvement communal en France..., p 19
  9. Traduits par M. Mollat dans Jacques Le Goff (dir.), Histoire de la France urbaine II : La Ville médiévale, Seuil,‎ 1980, p. 128-129
  10. Sur le maintien de langue populaire on consultera Paul Lévy, La Langue allemande en France, T. 1, p. 69 et suiv. Éd. IAC, 1950.
  11. Site internet de la ville de Saint-Omer[1]
  12. http://books.google.fr/books?id=FZfHoyI8BKwC&pg=PA250 Lettres patentes de Louis XI, Nouvion, septembre 1464
  13. Archives historiques et littéraire du Nord de la France, page 491,publié par Aimé Nicolas Leroy, Arthur Dinaux, André Joseph Ghislain Le Glay - 1829
  14. Histoire civile, politique, militaire, religieuse, morale et physique de la ville de Saint Omer, page 581,de Jean Lambert Derheims
  15. 20 109 habitants contre 19 958 pour Arras [2]
  16. Résultat des élections présidentielles 2007[3]
  17. Résultat des élections législatives 2007[4]
  18. Taxe.com
  19. Incinérateur Flamoval, l’Etat bafoue le Grenelle de l’Environnement selon les associations
  20. a, b et c « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur Ministère des affaires étrangères (consulté le 21 décembre 2010)
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  23. « Évolution et structure de la population à Saint-Omer en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 août 2010)
  24. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 août 2010)
  25. Recensement INSEE
  26. Recensement INSEE
  27. École et collège Saint-Bertin
  28. Collège et lycée Notre-Dame-de-Sion
  29. IUT de Saint-Omer
  30. Institut de formation en soins infirmiers
  31. [5]
  32. L'Indépendant
  33. Jacques Bodelle, « Ces Français qui ont « fait » l'Amérique », SABIX
  34. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur site de l'Insee (consulté le 6 novembre 2010)
  35. Palmarès "Le classement des 500 premières entreprises du Nord-Pas-de-Calais" de La Voix Eco[6]
  36. hôtel Sandelin
  37. « L'histoire de la sonnerie Aux Morts, composée par Pierre Dupont », Le Journal des combattants, Paris,‎ 3 avril 2010, p. 2 (lire en ligne).









Creative Commons License