Samuel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Samuel (prénom), Samuel (nom de famille), Saint Samuel et Saint-Samuel.

Pour les articles sur les personnes portant ce prénom, consulter la liste générée automatiquement.

Samuel (en hébreu, שְׁמוּאֶל (Šəmūʼēl) ; en grec, Σαμουήλ (Samouél) ; en latin, SAMVEL ; en arabe, صموئيل (Ṣamūʾīl) est un personnage biblique dont l'histoire fait l'objet du Premier et du Deuxième livre de Samuel dans la Bible hébraïque ou Ancien Testament. Il est considéré comme un prophète par la Bible bien que son rôle soit plus proche de celui d'un juge, c'est-à-dire un chef guerrier au sens biblique. C'est lui qui désigne les deux premiers rois d'Israël, Saül, puis David.

Ce prénom signifie « nom (šem) de Dieu (‘El, Elohim) »1,2 ou « son nom (šm.ō) est Dieu (‘El) »2. L’explication donnée en 1 Sam 1:20, כִּי מֵיְהוָה שְׁאִלְתִּיו (kī me-yhwah šə’iltiyō) : « car je l’ai demandé au Seigneur ('YHWH') », dérivée du verbe ša’al : « demander », s’applique plutôt à Saül2 ou à Salathiel, prince de la fin du royaume de Juda. Quant à l’hypothèse šamaʕ ‘El : « Dieu (Elohim) a entendu » (avec un ʿAyin), elle se rapporte à Ismaël.

Selon la littérature rabbinique et néo-testamentaire, il est considéré comme le dernier des Juges d'Israël (voir Actes des Apôtres 13.20) et comme le premier des prophètes prophétisant aux Israélites en terre d'Israël (voir Actes des Apôtres 3.24).

Sa vie selon la Biblemodifier | modifier le code

Samuel est né à Rama.

Enfant, il a été consacré au Seigneur par sa mère Hannah (Anne), qui l'a reçu comme un cadeau de Dieu, alors qu'elle était stérile. Celle-ci l'emmena vivre chez le grand-prêtre Eli alors qu'il était enfant. après avoir grandi à Shilo, il a vécu à Rama (1 Samuel 7:17) où il officiait en tant que juge et c'est là que se trouve sa tombe (1 Samuel 25:1). Samuel a été appelé à jouer un rôle exceptionnel pendant une période de crise et de transition.

Plus tard, alors que Samuel est un vieux prophète déjà renommé en Israël, il désigne le premier roi des Hébreux, Saül, que Dieu lui avait montré. Les Hébreux voulaient absolument un roi et malgré ses réticences, Samuel finit par leur en accorder un sur l'ordre de Dieu : « Écoute la voix de ce peuple ; car ce n'est pas toi, mais c'est moi qu'il rejette, afin que je ne règne plus sur eux. »

Lorsque Saül déplut à Dieu, celui-ci demanda à Samuel de consacrer comme roi une autre personne : ce fut David, qui n'était alors qu'un berger. Après sa victoire contre Goliath, le jeune berger devra avec l'aide de Samuel s'imposer face à Saül pour gagner la couronne et l'onction.

Saül, à la veille de la bataille au mont Gelboé contre les Philistins qui allait lui coûter la vie et celles de ses fils (dont Jonathan), demanda à la sorcière d'Endor d'évoquer l'âme défunte de Samuel pour le conseiller, selon 1 Samuel 28:13. Ce dernier lui prédit sa mort.

Samuel selon le Coranmodifier | modifier le code

Tabari et Ibn Kathir avancent que le prophète auquel les fils d'Israël ont demandé la désignation d'un roi est Samuel, « fils de Bali, fils de 'Ilqima, fils de Yarkham, fils d'Eloho, fils de Taho, fils de Soff, fils de 'Ilqima, fils de Maheth, fils de `Amoça [...] ». Ce prophète leur a été envoyé après une période de persécution et d'exil survenue comme châtiment du peuple d'Israël, dont une grande partie était revenue à l'idolâtrie. Le roi désigné par Samuel n'était pas du clan de Yahoda auquel appartenait le gouvernement. Samuel leur a indiqué que le signe de la légitimé de Ṭālūt est qu'il va restituer l'Arche d'alliance au peuple d'Israël. Et lorsque Ṭālūt commanda l'armée d'Israël face à Goliath, David réussit à tuer Goliath. Ṭālūt le récompensa en le mariant avec sa fille et c'est ainsi que la royauté est passée à la famille de David

Tradition chrétiennemodifier | modifier le code

Une partie du monde chrétien, dont l'Église orthodoxe et l'Église catholique romaine, le fête le 20 août.

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. P. Hanks et F. Hodges, A dictionary of surnames, Oxford, 2000, p. 469
  2. a, b et c C. Tanet et T. Hordé, Dictionnaire des prénoms, Larousse, 2000, p. 396

Bibliographiemodifier | modifier le code

  • Philippe Lefebvre, Saül, le fils envoyé par son père. Lecture de 1 Samuel 9, coll. Connaître la Bible, n° 13, Bruxelles, Lumen Vitae, 1999, 64 p. (ISBN 2-87324-124-1).
  • Sophie Ramond, David, l'insensé et la femme sage. Une analyse de la caractérisation des personnages en 1 Samuel 24-26, coll. « Connaître la Bible », n° 43, Bruxelles, Lumen Vitae, 80 p. (ISBN 978-2-87324-5).
  • Sophie Ramond, Leçon de non-violence pour David. Une analyse narrative et littéraire de 1 Samuel 24-26, Paris, Cerf, Lire la Bible 146, 2007.







Creative Commons License