Simon Petlioura

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Simon Petlioura
Portrait de Simon Petlioura.
Portrait de Simon Petlioura.
Fonctions
1er secrétaire général aux Affaires militaires puis 1er ministre des Affaires militaires
Prédécesseur Création du poste en juin 1917
Successeur Mykola Porch début janvier 1918
1er chef du bataillon des haïdamaks de l'Ukraine Slobode
décembre 1917mars 1918
Prédécesseur Création du poste
Successeur Incorporé à une autre unité
Gouverneur de la province de Kiev et représentant de l'Union des provinces d'Ukraine
avril 1918juillet 1918
1er commandant en chef de l'Armée populaire ukrainienne
puis en exil
Prédécesseur Création du poste
Successeur Andry Livytsky en exil
3e président de la République populaire ukrainienne
puis en exil
Prédécesseur Volodymyr Vynnytchenko
Successeur Andry Livytsky en exil
Premiers ministres
Gouvernement Serhy Ostapenko
Borys Martos
Isaac Mazepa
Viatcheslav Prokopovytch
Premiers ministres en exil
Gouvernement Viatcheslav Prokopovytch
Pylyp Pylypchouk
Andry Livytsky
Biographie
Nom de naissance Симон Петлюра
Date de naissance
Lieu de naissance Poltava en Ukraine, Empire russe
Date de décès
Lieu de décès Paris, France à 47 ans
Nationalité Ukrainien
Parti politique Parti révolutionnaire ukrainien (1900-1905), USDRP (1905-1919)
Profession Journaliste

Simon Petlioura (en ukrainien : Symon Petlura) est un homme politique et journaliste ukrainien né à Poltava le et mort assassiné à Paris le . Il fut l'un des personnages les plus importants du mouvement national, le Commandant suprême de l'Armée et le troisième président de la République populaire ukrainienne.

Homme de lettres, il fut l'une des figures du mouvement socialiste ukrainien au début du XXe siècle. Autonomiste puis indépendantiste, Simon Petlioura participa à la formation d'une armée ukrainienne et lutta contre le bolchevisme et l'Armée blanche durant la révolution russe. Vaincu, il partit à l'étranger et dirigea le gouvernement ukrainien en exil.

Les pogroms qui se déroulèrent sur le territoire ukrainien à cette époque et le motif de son assassinat sont à l'origine d'une vive controverse sur sa personne. De ce fait, Simon Petlioura occupe une place particulière dans l'histoire des relations ukraino-juives.

Biographiemodifier | modifier le code

Jeunesse, activité politique et intellectuellemodifier | modifier le code

Issu d'une famille cosaque orthodoxe, Simon Petlioura naquit en 1879 en Russie impériale, dans la ville ukrainienne de Poltava. Il fut le troisième fils d'une famille de neuf enfants (quatre garçons et cinq filles). Ses parents, Vassyl Petlioura et sa femme Olha (née Martchenko), étaient de condition relativement modeste1 et possédaient une petite entreprise de location de voitures. Il fut le seul à faire des études, non pas au collège faute de moyens, mais dans un établissement religieux2.

À l'âge de 16 ans, en 1895, il étudia au séminaire de la ville, mais en fut exclu en 1901 pour avoir rejoint un mouvement clandestin auquel il adhéra en 1898, nommé hromada3. Apparue en 1860, cette organisation était une association culturelle de l'intelligentsia ukrainienne composée d'étudiants de tendance socialiste se voulant proches du peuple. Dès lors, Simon Petlioura continua de préparer ses examens par ses propres moyens, donnant des cours pour gagner sa vie4. À partir de 1900 il fut par ailleurs un membre actif et l'un des fondateurs du Parti révolutionnaire ukrainien (Революційна Українська Партія)5. En 1902, alors sous la menace d'arrestation, il partit pour Krasnodar dans le Kouban, où il devint instituteur dans une école puis travailla durant deux ans comme archiviste des cosaques du Kouban. En décembre 1903, Simon Petlioura fut arrêté à la fois pour son engagement dans la section locale du Parti révolutionnaire ukrainien de Krasnodar, la Vilna Hromada (société libre), et pour la publication à l'extérieur de l'Empire, dans la presse ukrainienne, d'articles antitsaristes. Il fut libéré en mars 19046.

Il se rendit alors à Kiev puis à Lviv dans l'Empire Austro-hongrois, où il vécut sous le nom de Sviatoslav Tagon7. Il publia et travailla avec Ivan Franko et Volodymyr Hnatiuk comme rédacteur en chef pour le journal Literaturno-Naukovy Zbirnyk (la Collection Scientifique-littéraire) de la Société scientifique Chevtchenko. Simon Petlioura participa aussi en tant que coéditeur au magazine Volya et contribua à de nombreux articles pour la presse ukrainienne de Galicie3. À la fin de l'année 1905, lorsque le Parti révolutionnaire ukrainien prit le nom de Parti ouvrier social-démocrate ukrainien (Українська соціал-демократична робітнича партія), Simon Petlioura faisait déjà partie de ses dirigeants, au côté de Volodymyr Vynnytchenko notamment8. Contrairement à ce dernier, Simon Petlioura représente le courant du Parti privilégiant en premier lieu l'émancipation nationale, la cause sociale et d'égalité entre les citoyens de l'Ukraine pouvant être conduite ensuite. Dans le même temps, Simon Petlioura fut conscient des dangers du nationalisme montant et écrivait dès janvier 1906 que son Parti devait lutter contre le chauvinisme. Il mit en garde les Ukrainiens de Galicie contre l'utilisation de thèmes purement nationalistes dans la lutte pour la justice sociale9.

Simon Petlioura au centre de la photo et Volodymyr Vynnytchenko à sa droite

Durant cette période, il retourna brièvement à Kiev puis se rendit dans la capitale russe de Saint-Pétersbourg pour publier la revue mensuelle sociale-démocrate Vil’na Ukrayina3 (l'Ukraine libre). Après censure de ce magazine, il se retira à Kiev et travailla pour le magazine Rada3 (Le Conseil). De 1907 à 1909 Simon Petlioura devint le rédacteur en chef du magazine littéraire Slovo (Le Mot) et le coéditeur d'Ukrayina3 (L'Ukraine). Parmi ses nombreuses lectures d'alors, on peut citer les œuvres de Taras Chevtchenko ou encore les écrits de Karl Marx10.

En 1909, les autorités russes censurèrent ses publications. Simon Petlioura dut quitter Kiev et se rendre à Moscou où il travailla brièvement comme comptable. C'est à cette période, à l'âge de 30 ans, qu'il se maria avec Olha Bilska avec qui il eut une fille, Lesia, en 1911. Plus tard, en 1912, il devint coéditeur du journal en langue russe Ukrainskaya zhizn’11 (la vie Ukrainienne) jusqu'en mai 1917. Simon Petlioura fut par ailleurs, de 1916 jusqu'au début de l'année 1917, député plénipotentiaire au comité d'aide pour le front occidental russe3. Au cours de cette période, une loge maçonnique nommée « Jeune Ukraine » fut constituée. Simon Petlioura fut l'un de ses membres avant de devenir en avril 1919 Grand Maître de la Grande Loge d'Ukraine jusqu'en 192212,13.

De la proclamation d'indépendance au renversement de l'Hetmanatmodifier | modifier le code

Le Président de la Rada, Mykhaïlo Hrouchevsky, passe en revue les troupes de l'Armée de la République populaire ukrainienne

La lutte d'indépendance ukrainienne est indissociable au rôle qu'a joué à cette période Simon Petlioura. En mai 1917, dans le cadre d'un congrès, un comité général militaire fut élu avec à sa tête Simon Petlioura14. À la proclamation du Conseil central ukrainien le , il devint premier secrétaire aux affaires militaires. D'abord observatrice, la Rada Centrale décida finalement de participer aux pourparlers de Brest-Litovsk le 15. En désaccord, Petlioura démissionna le 31 décembre du gouvernement16 et partit organiser le bataillon des haïdamaks de l'Ukraine Slobode3. Ce bataillon joua un rôle essentiel contre l'Arsenal en janvier 1918, une usine de munition qui fut le centre d'une insurrection bolchevique armée dans la capitale, pour renverser le gouvernement ukrainien de la Rada Centrale17. Il repoussa par ailleurs l'Armée rouge en janvier-février 1918 de Kiev. L'indépendance totale de l'Ukraine fut proclamée le 18.

En avril 1918, Simon Petlioura fut à la tête de l'administration de la province de Kiev et de l'Union des provinces d'Ukraine. Quelque temps après le coup d'État du conduit par le général Pavlo Skoropadsky avec le soutien de l'Empire allemand et de l'Empire austro-hongrois19, en juillet 1918, Simon Petlioura fut arrêté et incarcéré. Les administrations des provinces étaient hostiles au gouvernement de l'hetman Skoropadsky qui s'assura du contrôle de ces dernières. Simon Petlioura fut libéré quatre mois plus tard et rejoint l'opposition à Bila Tserkva3. L'Union Nationale Ukrainienne créa le Directoire (seconde période de la République populaire ukrainienne) pour supprimer et remplacer l'Hetmanat (nom du gouvernement de Skoropadsky). Vynnytchenko en devint le président le 13 novembre 1918 et Simon Petlioura l'otaman en chef (ministre de la guerre)20. L'hetman Skoropadsky fut renversé le 20 et la République populaire ukrainienne restaurée le 20. Mais, plus tard, désemparé face à l'agression de l'Armée rouge et à la retraite de l'armée ukrainienne de Kiev, Vynnytchenko démissionna et fut remplacé par Simon Petlioura le . L'Entente associa à tort le mouvement national ukrainien, largement représenté par des Partis socialistes, comme un groupuscule bolchévique. Simon Petlioura démissionna de son Parti politique, tout comme le fit son premier ministre du moment Serhy Ostapenko, pour pouvoir négocier un accord avec celle-ci21.

De la prise de Kiev par l'armée rouge à l'alliance avec la Polognemodifier | modifier le code

En février 1919, l'Armée rouge prit Kiev, abandonnée par le gouvernement du Directoire. Dans une atmosphère chaotique, de nombreux soulèvements de paysans eurent lieu en Ukraine, menés par l'anarchiste Makhno ou encore l'otaman Grygoriev, successivement allié de Petlioura, des bolcheviques et des forces blanches du Général Dénikine22. C'est dans ce chaos que de nombreux pogroms furent perpétrés en Ukraine, dont certains par des troupes de l'UNR encore sous la responsabilité de Simon Petlioura23 (près de la moitié selon plusieurs sources24). Pour y faire face, Simon Petlioura prit plusieurs mesures, y compris la peine de mort25. Le gouvernement du Directoire se déplaça tout d'abord à Vinnytsia, puis à Kamianets-Podilskyï (Podolie), qui resta le seul territoire réellement contrôlé par les troupes restées fidèles à Simon Petlioura.

Petlioura, qui commandait l'Armée populaire ukrainienne, la joignit à l'Armée ukrainienne de Galicie (UHA) pour combattre l'Armée blanche et l'Armée rouge. Il dut également lutter contre les anarchistes de Nestor Makhno, alliés dans un premier temps à l'Armée rouge. Simon Petlioura, qui fut toujours favorable à une coopération avec les pays de l'Entente21, espérait obtenir le soutien de la France lors de son intervention, mais en vain. Le , l'Armée ukrainienne se retrouva encerclée en Volhynie par tous les protagonistes, y compris par les troupes polonaises. Après que l'UHA, hostile à toute entente avec la Pologne, eut établi une alliance séparée avec l'Armée blanche, Petlioura qui désapprouva cette démarche, eut la possibilité de son coté d'ouvrir des négociations avec la Pologne26.

Avec des officiers polonais, pendant l'Opération Kiev (1920)

Il quitta l'Ukraine avec certains membres de son gouvernement pour Varsovie dans l'espoir de trouver un soutien militaire. En attendant, Simon Petlioura ordonna d'entamer la Première Campagne d'hiver3. Il s'agissait d'offensives lancées par l'Armée populaire ukrainienne derrière les lignes des Armées blanches et rouges du au . Mais l'Armée rouge finit par occuper une grande partie de l'Ukraine et Simon Petlioura conclut une alliance avec la Pologne.

C'est à cette période, par le traité de Varsovie signé le 27,28, que Józef Piłsudski et Simon Petlioura conclurent l'accord reconnaissant l'indépendance de l'Ukraine et arrêtant les frontières des États ukrainien et polonais. Ce traité cédait à la Pologne les régions ukrainiennes situées à l'Ouest de la rivière Zbroutch (Galicie et Volhynie)29. Par ailleurs, l'accord prévoyait de préserver les possessions des propriétaires terriens polonais en Ukraine, tandis que celles de leurs homologues russes devaient être distribuées parmi les paysans30. Le traité fut ensuite complété par un accord militaire signé le 24 avril, plaçant les troupes de Petlioura sous commandement de l'armée Polonaise en vue de la prochaine Offensive de Kiev contre les bolchéviques.

Cet accord rencontra l'hostilité de nombreux Ukrainiens condamnant la cession de l'Ukraine occidentale à la Pologne. Mykhaïlo Hrouchevsky et Yevhen Petrouchevytch, dénoncèrent notamment ce traité31. Les quelque 5 000 survivants de l'Armée ukrainienne de Galicie préférèrent alors joindre l'Armée rouge, à l'instar des soviétiques ukrainiens32. Aux côtés du maréchal Piłsudski, Simon Petlioura, chef des armées, participa à l'Opération Kiev dont le but était, pour Piłsudski, de créer une « Grande Pologne » (Fédération Międzymorze), comprenant l'Ukraine, la Lituanie et le Bélarus33. Une offensive conjointe fut entamée le 29. Les forces polono-ukrainiennes prirent Kiev le , mais furent contraintes de s'en retirer en juin. Face à la contre-offensive des troupes soviétiques, la Pologne conclut un armistice avec cette dernière le 29.

Par la suite, Petlioura continua la guerre contre les bolcheviks, sans aide polonaise. Les troupes ukrainiennes furent contraintes de quitter le pays le et furent internées dans des camps en Pologne. Les dirigeants de la République populaire ukrainienne partirent en exil. L'Ukraine fut partagée entre la Pologne et la Russie communiste. Seules perdurèrent jusqu'en 1924 diverses révoltes34, notamment la Seconde Campagne d'hiver qui se déroula en novembre 1921, essentiellement constituée de partisans et de détachements volontaires (soldats qui étaient internés en Pologne) et dont l'objectif des raids derrière les lignes bolcheviques était d'unifier les opérations de partisans et de balayer le régime soviétique du territoire ukrainien35.

L'exilmodifier | modifier le code

Simon Petlioura et Józef Piłsudski accompagnés de leurs officiers à Ivano-Frankivsk en septembre 1920

Simon Petlioura quitta définitivement l'Ukraine en octobre 1920, la République socialiste soviétique ukrainienne ayant été proclamée. À ce moment, Simon Petlioura et ses forces furent internés par les Polonais à Kalisz. Plus tard, il dirigea le gouvernement ukrainien en exil à Tarnów, puis à Varsovie.

Au cours de cet exil, en août 1921, Petlioura prit contact avec le leader de la droite sioniste Vladimir Jabotinsky et lui proposa une gendarmerie pour protéger les Juifs lors d'une prochaine reconquête de l'Ukraine. Un accord suivit en septembre 1921, mais le projet ne se réalisa pas25. À la suite de cette affaire, Jabotinsky dut démissionner de l'Organisation sioniste mondiale. Les représentants de Petlioura conclurent également un accord avec Boris Savinkov durant cette même période, dans le cadre plus large des alliances avec la Pologne.

La Russie soviétique n'avait de cesse de réclamer Petlioura aux autorités polonaises. Il était néanmoins protégé par plusieurs amis polonais et collègues comme Henryk Józewski, ce qui n'empêcha pas les services secrets soviétiques de tenter de l'assassiner (automne 1923)36. L'établissement des relations diplomatiques entre la Pologne et l'Union soviétique contraignit Simon Petlioura à quitter ce pays en 1923. Il échappa à son internement grâce à un nom d'emprunt. Il rejoignit alors Budapest, Vienne, Zurich, Genève et s'installa finalement à Paris en 192437.

Dans la capitale française, Simon Petlioura continua de lutter pour l'indépendance de l'Ukraine, en publiant plusieurs journaux et magazines, notamment l’hebdomadaire Tryzub (Trident)3 sous divers pseudonymes (V. Marchenko, V. Salevsky, I. Rokytsky, S. Prosvitianyn, O. Riast). Vivant dans des conditions modestes, rue Thénard, il continua de diriger le gouvernement ukrainien en exil38. Jusqu'à son assassinat, il exerça une grande influence auprès des milieux socialistes modérés des émigrés politiques ukrainiens39.

L'assassinatmodifier | modifier le code

Simon Petlioura à Kamianetz-Podilsk en 1919

Simon Petlioura fut assassiné le 25 mai 1926 rue Racine à Paris par Samuel Schwartzbard, un anarchiste juif natif de Bessarabie40. Ce dernier tira sept balles, dont cinq atteignirent Simon Petlioura41. Il justifia son acte en affirmant vouloir venger ses coreligionnaires d'Ukraine, assassinés lors de pogroms, lancés selon lui, par Simon Petlioura en 191942.

La médiatisation du procès fut à l'origine de la fondation de la Ligue contre les pogroms. Les débats furent présidés par Me Flory. Samuel Schwartzbard fut défendu par Me Henry Torrès43, un avocat membre du Parti communiste. L'avocat général, Me Reynaud, soutint l'accusation. La partie civile fut représentée par Me César Campinchi, futur député et ministre radical-socialiste44. Le général Georges Petlioura, frère de la victime, se porta partie civile et fut représenté par Me Albert Willm, ancien député socialiste, devenu très conservateur.

Schwartzbard obtint le soutien de L'Humanité, tandis que L'Action française et L'Écho de Paris dénoncèrent Schwartzbard comme un agent bolchévique45, accusation reprise par l'ancien directeur de la CIA, Allen Dulles, selon lequel, Samuel Schwartzbard était un agent au service des Soviétiques46. Après neuf jours de procès, le tribunal et ses jurés, à 8 voix contre 4 selon les bruits de couloir, acquittèrent Samuel Schwartzbard le au motif qu'il avait vengé les pogroms47, tandis qu'aucun des chercheurs juifs et ukrainiens n'ont relevé le moindre antisémitisme chez Simon Petlioura11. Il était au contraire favorable à l'émancipation des Juifs souligne l'historien Walter Laqueur48. Certains historiens, comme Léon Poliakov, considèrent que la médiatisation du procès est essentiellement due à la propagande du Komintern, qui avait tout intérêt à ce que Simon Petlioura soit jugé coupable pour mieux légitimer l'invasion de l'Ukraine49.

Les véritables motivations de Samuel Schwartzbard mises de côté, l'assassinat fut commandité par l'OGPU50,51,52. Dans une lettre datée du 11 août 1930, Lavrenti Beria soulignera lui-même l'implication des autorités soviétiques53. Certains historiens notent que cet assassinat pourrait être lié au retour de Pilsudski au pouvoir en Pologne, les autorités soviétiques voulant se prémunir contre toute nouvelle alliance54,55. En 1928, deux de ses sœurs, religieuses dans un couvent orthodoxe, furent assassinées par la Guépéou. Simon Petlioura est enterré au cimetière du Montparnasse à Paris ; en Ukraine, il est aujourd'hui considéré comme un héros national.

Petlioura et les pogromsmodifier | modifier le code

L'accusation au cours du procès portée par l'assassin à l'encontre de Simon Petlioura d'une part, et d'autre part les pogroms perpétrés par des troupes ukrainiennes, sont à l'origine d'une vive controverse sur le rôle de l'otaman dans ces crimes. L'autre reproche qui lui est fait est son influence qui finit par reposer, en grande partie, sur des chefs de guerre en fait incontrôlables48. Petlioura tenta vainement de les maîtriser et de les intégrer formellement à son armée. Mais il ne réussit pas à le faire, empêché par ces armées irrégulières nombreuses et l'isolement de son appareil administratif56.

Selon différentes estimations, de 60 000 à 120 000 Juifs furent victimes des pogroms en Ukraine57, sans compter les blessés. 78 % des pogroms de la révolution russe se sont déroulés en Ukraine58. 40 % de ces pogroms sont attribués à l'Armée populaire ukrainienne. L'ampleur des pogroms marqua les consciences. Aussi un ministre juif de Petlioura, Arnold Margolin, démissionna après le pogrom de Proskourov en mars 1919, mais il n'en continua pas moins de défendre l'otaman contre l'accusation d'antisémitisme dont il devint l'objet59. Il déclara que le gouvernement ukrainien ne pouvait être tenu responsable de ce pogrom en estimant qu'il fit tout son possible pour l'empêcher60.

Le président Ukrainien Viktor Iouchtchenko et sa femme, déposant une gerbe de fleurs sur la tombe de Simon Petlioura au Cimetière du Montparnasse à Paris, en mai 2005

Parmi les mesures prises par Simon Petlioura pour faire face aux pogroms, il y eut la peine de mort61. Plusieurs cosaques furent fusillés pour cela à Tolny, Vakhorivka et en d'autres lieux62. Petlioura entreprit la réforme de son armée durant les mois de mai et juin 191963. Des unités de volontaires incertaines furent également dissoutes63. Pour mettre fin aux pogroms et à leur incitation, Petlioura créa une inspection militaire avec à sa tête le colonel Volodymyr Kedrovsky64. Il encouragea par ailleurs la formation de milices juives d'autodéfense65. Mais le Bund, organisation avec laquelle les relations étaient fluctuantes, s'y opposa, notamment pour des raisons idéologiques66.

Les efforts pour combattre la violence visant la population juive furent salués lors de l'assemblée des comités de province de Podolie et des comités urbains du Poaleï-Zion qui se tint à Kamianets-Podilskyï le 26 août 1919. Ceux-ci adoptèrent à l'unanimité une résolution en faveur de la participation des Juifs dans le gouvernement ukrainien reconnaissant que ce dernier et le commandant suprême s'opposaient fermement aux pogroms67. Aussi, à l'été 1919 il y eut une amélioration et un rapprochement ukraino-juif. De nombreux représentants Juifs eurent des entretiens avec Petlioura et exprimèrent leur solidarité et leur soutien à son égard comme la délégation de Meier Kleiderman, les rabbins avec Gutman, les sionistes avec Altman, les artisans avec Jakob Kreis ou encore le Parti Socialiste Unifié avec Elias Borhad67.

Ironiquement, c'est au moment où les relations ukraino-juives s'améliorèrent que Petlioura fut décrit à l'étranger comme un antisémite68. Face à la polémique, Petlioura proposa de lui-même aux représentants Juifs qu'une commission d'enquête indépendante sur les pogroms soit faite. Dans une lettre datée du 20 octobre 1919, le célèbre écrivain Israël Zangwill, fondateur de l'Organisation juive territorialiste, accordait sa confiance à Petlioura, mais les autres représentants refusèrent d'y participer en évoquant la situation chaotique de l'Ukraine69. Petlioura ne souscrivait pas aux accusations de l'époque à l'encontre des Juifs, selon lesquelles ils furent globalement pro-communistes70.

Sur le plan personnel, Petlioura fut plutôt philosémite ; en témoigne son plaidoyer figurant dans la préface à la pièce de théâtre Les Juifs de Tchiritov publié en 1907 à Kiev71,72. Les travaux de chercheurs juifs et ukrainiens portant sur cette période n'ont relevé aucune participation de sa part aux pogroms ni de tendances antisémites dans les propos et les publications de ce dernier73. Simon Petlioura comptait plusieurs Juifs dans son gouvernement74, tels Solomon Goldelman (Соломон Гольдельман), ministre des Minorités, ou Abraham Revutsky (Аврам Ревуцький), ministre des Affaires juives75(tous deux membres du Parti socialiste juif Poaleï-Zion).

Pour autant, tout en sachant que Petlioura n'eut qu'une emprise partielle sur ses propres troupes, il lui fut reproché sa réaction tardive pour faire face aux pogroms. Durant le premier semestre 1919, il ne tint pas compte des demandes de sanction faites par les responsables civils du Directoire et ne réagit qu'en août 191976,77. Henry Abramson souligne le fait que Petlioura ne prit pas de mesures suffisantes à ce sujet entre janvier et avril 191978. Petlioura fut à ce moment hésitant, du fait de nombreuses désertions dans l'armée, craignant que punir des responsables militaires ne conduisît à des mutineries79.

Postéritémodifier | modifier le code

Portrait de Simon Petlioura au Musée de Berejany

La propagande et l'historiographie soviétiques dépeignirent Simon Petlioura comme un antisémite fanatique, un individu démoniaque80. Cette image s'ancra efficacement dans les esprits, les informations sur le mouvement national ukrainien de l'époque étant peu connues et ses manifestations s'étant déroulées au cours d'une période agitée. Aussi les écrits de Simon Petlioura, aux nombres de plusieurs milliers, contredisent ces allégations.

Le degré de responsabilité morale attribuable à Petlioura en tant que chef des armées dans les pogroms suscite toujours des débats entre historiens mais l'image que ces derniers donnent du personnage est bien différente. Hormis la position de Petlioura vis-à-vis des Juifs mise en évidence dans l'ouvrage Simon Petlioura et les Juifs de Taras Hunczak puis dans A prayer for the governement d'Henry Abramson, la figure du nationaliste extrême lui fut imputée à tort81.

La mémoire de l'otaman fut notamment préservée et idéalisée par la diaspora ukrainienne jusqu'à l'effondrement de l'Union soviétique et l'indépendance de l'Ukraine. Dès lors Simon Petlioura fut réhabilité, dressé au rang de héros tandis que l'accès aux archives le concernant devenait effectif. Plusieurs monuments lui sont dédiés à travers le pays. À l'occasion du 130e anniversaire de sa naissance, une rue de la capitale a été rebaptisée en son honneur. Le nom de Simon Petlioura est désormais indubitablement lié au combat du peuple ukrainien pour son indépendance82.

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. Borys Martchenko, Simon Petlura, Bibliothèque ukrainienne Simon-Petlura, Paris, 1976, p. 5 (disponible à la BnF).
  2. Borys Martchenko, Simon Petlura, op. cit., p. 5
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) Taras Hunczak, Encyclopedia of Ukraine, 1993, vol. 3 lire en ligne sur encyclopediaofukraine.com
  4. Borys Martchenko, Simon Petlura, op. cit., p. 8
  5. Daniel Beauvois, Histoire de l'Europe du Centre-Est, Puf, collection « Nouvelle Clio », Paris, 2004, chap. 3, p. 326
  6. Borys Martchenko, Simon Petlura, op. cit., p. 9
  7. Borys Martchenko, Simon Petlura, op. cit., p. 10
  8. Piotr Wandycz, Histoire de l'Europe du Centre-Est, Puf, collection « Nouvelle Clio », Paris, 2004, chap. 5, p. 494
  9. Taras Hunczak, Simon Petlioura et les Juifs, Bibliothèque ukrainienne Simon-Petlura, Paris, 1987 p. 19 et 20 (disponible à la BnF).
  10. Jean-Louis André, La Passion de l'Ukraine : Un pays entre deux mondes, Alphée, 2009, p. 41
  11. a et b Mykola Riabtchouk, De la « Petite-Russie » à l'Ukraine, Paris, L'Harmattan, 2003, p. 40
  12. Wolodymyr Kosyk, La politique de la France à l'égard de l'Ukraine mars 1917 - février 1918, Publications de la Sorbonne, Paris, 1981, p. 218 et p. 244
  13. (en) Bohdan Kravtsiv et Oleksander Ohloblyn, Encyclopedia of Ukraine, 1984, vol. 1 lire en ligne sur encyclopediaofukraine.com
  14. Arkady Joukovsky, Histoire de l'Ukraine, Paris, Dauphin, 2005, p. 72.
  15. Wolodymyr Kosyk, La politique de la France à l'égard de l'Ukraine mars 1917 - février 1918, Paris, Publications de la Sorbonne, 1981, pp. 208-209.
  16. Wolodymyr Kosyk, La politique de la France à l'égard de l'Ukraine mars 1917 - février 1918, Paris, Publications de la Sorbonne, 1981, p. 219.
  17. « Arsenal », sur Encyclopedia of ukraine (en) lire en ligne
  18. Iaroslav Lebedynsky, Ukraine une histoire en question, Paris, L'Harmattan, 2008, p. 166.
  19. Iaroslav Lebedynsky, Ukraine une histoire en question, op. cit., p. 168.
  20. a, b et c Arkady Joukovsky, Histoire de l'Ukraine, op. cit., p. 84.
  21. a et b Arkady Joukovsky, Histoire de l'Ukraine, op. cit., p. 86.
  22. (en) Orest Subtelny, Ukraine: a history, University of Toronto press, 3, illustrated, 2000, p. 362 lire en ligne
  23. Orest Subtelny, Ukraine : a history, University of Toronto press, 3, illustrated, 2000, op. cit., p. 362
  24. Le mémorandum détaillé sur les massacres de Juifs en Ukraine attribue 50 % des victimes aux forces de Petlioura, The Ukraine terror, Genève 1920. Nahum Gergel, dans The Pogroms in the Ukraine in 1918-21, 1951, attribue environ 40 % des pogroms de la guerre civile russe en Ukraine aux forces de Petlioura.
  25. a et b Iaroslav Lebedynsky, Ukraine une histoire en question, op. cit., p. 178
  26. Piotr Wandycz, Histoire de l'Europe du Centre-Est, op. cit., chap. 5, p. 518
  27. Iaroslav Lebedynsky, Ukraine une histoire en question, op. cit., p.  179
  28. Arkady Joukovsky, Histoire de l'Ukraine, op. cit., p.  91
  29. a, b et c Arkady Joukovsky, Histoire de l'Ukraine, op. cit., p. 91
  30. (en) Volodymyr Kubiyovych, Ukraine: a concise encyclopedia, Ukrainian National Association, University of Toronto Press, 1963-1971, 2 volumes, p. 766-767.
  31. (en) Ruslan Pyrig, Mykhailo Hrushevsky and the Bolsheviks : the price of political compromise, Zerkalo Nedeli, 30 septembre - 6 octobre 2006.
  32. (en) Peter Abbot, Ukrainian Soviet Socialist Republic, 1917-21, in Ukrainian Armies 1914-55, Osprey, 2004.
  33. Nicolas Werth, Histoire de l'Union soviétique, Puf, Paris, 1990, p.  163
  34. Arkady Joukovsky, Histoire de l'Ukraine, op. cit., p. 92
  35. Winter campaigns, sur Encyclopedia of Ukraine, vol. 5, 1993 (en) lire en ligne
  36. Borys Martchenko, Simon Petlura, op. cit., p. 65
  37. Jean-Louis André, La Passion de l'Ukraine : Un pays entre deux mondes, op. cit., p. 45
  38. Borys Martchenko, Simon Petlura, op. cit., p. 66
  39. Iaroslav Lebedynsky, Skoropadsky et l'édification de l'État ukrainien, L'Harmattan, Paris, 2010, p. 149
  40. Archives juives, n° 33/2, 2e semestre 2000, pp. 128-129 : né en Bessarabie le 18 août 1886, Schwartzbard émigre à Smolensk puis à Balta.
  41. Borys Martchenko, Simon Petlura, op. cit., p. 69.
  42. Borys Martchenko, Simon Petlura, op. cit., p. 70.
  43. « Maître Henry Torrès re-plaide l'affaire Schwartzbard », En votre âme et conscience, 28 février 1958
  44. Alain Desroches, Le Problème ukrainien et Simon Petlioura : le feu et la cendre, Paris, Nouvelles éditions latines, 1962, p. 169.
  45. (en) Mariusz Wołos, « The Trial of Samuel Schwartzbard in october 1927 in the light of the French press », Dzieje Najnowsze, 2006.
  46. (en) Andrew Gregorovich, « Jews & Ukrainians », Analysis of the CBS 60 Minutes Program The Ugly Face of Freedom, 23 octobre 1994, Forum: A Ukrainian Review, hiver 1994.
  47. Iaroslav Lebedynsky, Ukraine une histoire en question, op. cit., p. 177.
  48. a et b Walter Laqueur, L'antisémitisme dans tout ses états, Markus Haller, Italie, 2010, p. 136.
  49. Mensuel Information Juive, octobre 1986.
  50. Nicolas Werth, L'île aux cannibales, Paris, Perrin, 2006, p. 30, et dans L'ivrogne et la marchande de fleurs : Autopsie d'un meurtre de masse, 1937-1938, Paris, Tallandier, 2009, p. 61.
  51. Iaroslav Lebedynsky, Ukraine une histoire en question, op. cit., p. 177 et p. 194
  52. Sous la direction de Sophie Cœuré et Sabine Dullin, Frontières du communisme, Paris, La Découverte, 2007, p. 359.
  53. Frédéric Dessberg, Le triangle impossible : les relations franco-soviétiques et le facteur polonais dans les questions de sécurités en Europe (1924-1935), Bruxelles, PIE-Peter Lang, 2009, p. 234.
  54. Iaroslav Lebedynsky, Ukraine une histoire en question, op. cit., pp. 194-195.
  55. Andrea Graziosi, Histoire de l'URSS, Paris, PUF, 2010, pp. 68-69.
  56. Henry Abramson, « Jewish Representation in the Independent Ukrainian Governments of 1917-1920 », Slavic Review, Vol. 50(3), 1991, pp. 542-550.
  57. Voir Henry Abramson dans son ouvrage A prayer for the government p.  110 et dans les notes de l'ouvrage de Lidia Miliakova Le livre des pogroms p.  610-611
  58. Nicolas Werth, Lire en ligne
  59. Taras Hunczak, Simon Petlioura et les Juifs, op. cit., p. 6
  60. Taras Hunczak, Simon Petlioura et les Juifs, op. cit., p. 28
  61. Iaroslav Lebedynsky, Ukraine, une histoire en questions, op. cit., p. 178
  62. Taras Hunczak, Simon Petlioura et les Juifs, op. cit., p. 32
  63. a et b Taras Hunczak, Simon Petlioura et les Juifs, op. cit., p. 29 et p. 30
  64. Taras Hunczak, Simon Petlioura et les Juifs, op. cit., p. 31
  65. Taras Hunczak, Simon Petlioura et les Juifs, op. cit., p. 23
  66. Taras Hunczak, Simon Petlioura et les Juifs, op. cit., p. 24
  67. a et b Taras Hunczak, Simon Petlioura et les Juifs, op. cit., p. 33
  68. Taras Hunczak, Simon Petlioura et les Juifs, op. cit., p. 34
  69. Taras Hunczak, Simon Petlioura et les Juifs, op. cit., p. 61 et 62
  70. Henry Abramson, A prayer for the government, op. cit., p. 137
  71. Taras Hunczak, Simon Petlioura et les Juifs, op. cit., p. 21
  72. Henry Abramson, A prayer for the government, op. cit., p. 136
  73. Leonid Finberg, « Rapports entre Ukrainiens et Juifs : comment la mythologie remplace la réalité », extrait de Ukraine, renaissance d’un mythe national, actes publiés sous la direction de Georges Nivat, Vilen Horsky et Miroslav Popovitch, par l’Institut européen de l’Université de Genève, p. 145-156 ; février 2007, sur le site de l'Union des patrons et professionnels juifs de France, upjf.org
  74. Walter Laqueur traduit par Isabelle Rozenbaumas, L'antisémitisme dans tout ses états, Markus Haller, Italie, 2010 p. 136
  75. Schattner, reprenant Ben Zion Dinour, L'Ukraine durant la guerre et la révolution, Jérusalem, 1960, p. 36
  76. Arno Joseph Mayer, Les Furies : Violence, vengeance, terreur aux temps de la Révolution française et de la Révolution russe, Fayard, 2002, p. 440
  77. Marius Schattner, Histoire de la droite israélienne, 1991, p. 70 et 71
  78. Henry Abramson, A prayer for the government, op. cit., p. 139
  79. Henry Abramson, A prayer for the government, op. cit., p. 138
  80. Mykola Riabtchouk reprenant l'historien Polonais Andrzej Stanislaw Kowalczyk, De la « Petite-Russie » à l'Ukraine, op. cit., p. 41-42
  81. Taras Hunczak, Simon Petlioura et les Juifs, op. cit., p. 19
  82. Taras Hunczak, Simon Petlioura et les Juifs, op. cit., p. 5

Bibliographiemodifier | modifier le code

Ouvrages et articlesmodifier | modifier le code

  • Taras Hunczak, Simon Petlioura et les Juifs, Paris, Bibliothèque ukrainienne Simon-Petlura, 1987.
  • Sofia Naoumovytch, « Simon Petlioura révolutionnaire inconnu, Lénine, Trotsky et Kérenski laissent dans l'ombre le nom de cet Ukrainien, symbole de la liberté », Miroir de l'Histoire, no 307, 1978.
  • Borys Martchenko, Simon Petlura, Paris, Bibliothèque ukrainienne Simon-Petlura, 1976.
  • Alain Desroches, Le Problème ukrainien et Simon Petlioura : le feu et la cendre, Paris, Nouvelles éditions latines, 1962.
  • Comité pour la défense de la mémoire de Simon Petlioura, En notre âme et conscience. La vérité sur Simon Petlioura, Paris, Bibliothèque ukrainienne Simon-Petlura, 1958.
  • Jean de Tokary Tokarzewski Karaszewicz, Simon Petlura 10 mai 1879 - 25 mai 1926, Paris, France-Orient, 1927.
  • Jean Pélissier, Ce qui s'est passé en Ukraine : justice au Garibaldi ukrainien, Petlioura, Paris, Librairie centrale des nationalités, 1919.

Autres référencesmodifier | modifier le code

  • Iaroslav Lebedynsky, Ukraine une histoire en questions, Paris, L'Harmattan, 2008, chap. 8 : « La Première Guerre mondiale et la lutte pour l'indépendance », pp. 159-182.
  • Arkady Joukovsky, Histoire de l'Ukraine, Paris, Dauphin, 2005, chap. 6 : « La renaissance de l'État ukrainien », pp. 70-80.
  • Mykola Riabtchouk, De la « Petite-Russie » à l'Ukraine, Paris, L'Harmattan, 2003, chap. 2 : « La terre classique des persécutions antisémites, ou l'expiation des fautes métaphysiques », pp. 39-51.
  • Henry Abramson, A Prayer for the Government : Ukrainians and Jews in Revolutionary Times, 1917-1920, Cambridge, Harvard University Press, 1999.

Documentairesmodifier | modifier le code

Annexesmodifier | modifier le code

Articles connexesmodifier | modifier le code

Liens externesmodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 9 août 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.







Creative Commons License