Sophocle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sophocle - Σοφοκλῆς

Description de cette image, également commentée ci-après

Buste de Sophocle

Nom de naissance Σοφοκλῆς / Sophoklễs
Activités Dramaturge
Naissance 495 av. J.-C.
Colone
Décès 406 av. J.-C.
Colone
Langue d'écriture Grec ancien
Genres Tragédie grecque

Sophocle (en grec ancien : Σοφοκλῆς / Sophoklễs), né à Colone en 495 av. J.-C. et mort en 406 av. J.-C. est l'un des trois grands tragiques grecs dont l'œuvre nous est partiellement parvenue, avec Eschyle (526-456) et Euripide (480-406). Il est principalement l'auteur de cent vingt-deux pièces (dont une centaine de tragédies), mais dont seules huit nous sont parvenues. Cité comme paradigme de la tragédie par Aristote, notamment pour l'usage qu'il fait du chœur1 et pour sa pièce Œdipe roi2, il remporte également le nombre le plus élevé de victoires au concours tragique des grandes Dionysies (dix-neuf), et n'y figure jamais dernier.

Son théâtre rompt avec la trilogie « liée » et approfondit les aspects psychologiques des personnages. Ses pièces mettent en scène des héros, souvent solitaires et même rejetés (Ajax, Antigone, Œdipe, Électre), et confrontés à des problèmes moraux desquels naît la situation tragique. Comparé à Eschyle, Sophocle ne met pas ou peu en scène les dieux, qui n'interviennent que par des oracles dont le caractère obscur trompe souvent les hommes, sur le mode de l'ironie tragique.

Éléments biographiquesmodifier | modifier le code

Les détails de la vie de Sophocle sont connus, bien qu'assez mal, grâce à une compilation anonyme3, à la Souda4 et aux mentions d'auteurs comme Plutarque ou Athénée5. Il est le fils d'un certain Sophilos et naît en 496 (selon la chronique de Paros6) ou en 495 (selon son biographe anonyme3) avant J-C, à Colone, village près d'Athènes, où il situera sa dernière pièce Œdipe à Colone. Il reçoit une éducation très soignée, notamment en musique, où il profite des leçons du célèbre Lampros, et en gymnastique : à seize ans, il lui revient de conduire le chœur du triomphe de Salamine7,3. Exact contemporain de Périclès, Sophocle connaît l'apogée athénienne, et participe à la vie politique : il est désigné parmi les hellénotames (trésoriers de la ligue de Délos) en 443-442, et parmi les stratèges à deux reprises, notamment en 440 lors de l'expédition contre Samos3. À quatre-vingt-quatre ans, il fait également partie des dix conseillers désignés après le désastre de Rome.

La carrière d'auteur tragique de Sophocle débute au plus tôt en 468. Cette année-là, la trilogie dont fait partie son Triptolème est couronnée du premier prix, notamment devant Eschyle. Sophocle est le rival de ce dernier pendant douze ans, avant qu'Euripide le concurrence à son tour dès 455.

Sophocle meurt en 407 ou 405. Il est le père de Iophon, fils de l'athénienne Nicostrate, et d'Ariston, fils de la sicyonienne Thoris3. Suidas mentionne trois autres fils : Léosthénès, Stéphanos et Ménécléidès4. Ariston est le père de Sophocle le Jeune, également doué pour la tragédie, sous les soins de qui est représentée la dernière pièce de son grand-père, Œdipe à Colone, en 401.

Poète (Sophocle ?), bas-relief en marbre d'époque hellénistique.

Les piècesmodifier | modifier le code

Sophocle est l'auteur de cent vingt-trois tragédies4,8, ainsi que des drames satyriques9. La plupart ont été perdues : cent quatorze titres sont parvenus jusqu'à notre époque10, mais seulement huit pièces, dont les fragments importants du drame satyrique Les Limiers, retrouvés en 19128. Sophocle remporte en 468 sa première victoire, pour la trilogie dont fait partie Triptolème, battant Eschyle. Il remporte en tout dix-huit victoires aux grandes Dionysies11 (auxquelles il ne figure jamais dernier), et six autres aux Lénéennes, pour un total de vingt-quatre victoires, inégalé dans la Grèce classique3. Il remporte la dernière en 409, à quatre-vingt sept ans, pour Philoctète9. Seules trois des pièces de Sophocle qui subsistent sont datées avec certitude : Antigone (442), Philoctète (409) et Œdipe à Colone (représentation posthume en 401)9.

On peut remarquer que sur les pièces subsistantes, trois concernent directement le cycle thébain (Antigone, Œdipe roi et Œdipe à Colone), trois concernent le cycle troyen (Ajax, Électre et Philoctète), la dernière étant consacrée à Héraclès (Les Trachiniennes). Mais une étude sur la récurrence des thèmes mythiques chez Sophocle devrait également prendre en compte les pièces perdues.

Outre ses pièces, Sophocle est l'auteur d'œuvres diverses, comme une ode à Hérodote9 ou, selon Plutarque, un traité Sur le chœur (Περὶ χοροῦ), dans lequel il discourait sur son propre style et son évolution12. On lui attribue aussi un péan pour Asclépios, dont Sophocle participa à introduire le culte13.

Ajaxmodifier | modifier le code

Article détaillé : Ajax.

Peut-être représentée vers 445, ce qui en ferait la plus ancienne des pièces de Sophocle conservées14, Ajax (Αἴας / Aias) relate l'épisode de la folie d'Ajax : le guerrier a massacré le bétail de l'armée en croyant assassiner les chefs Atrides. Devant le chœur des marins de Salamine, Ajax revenu à ses esprits, désespéré, refuse la consolation de sa compagne Tecmesse, exhorte son fils Eurysacès à l'honneur et annonce qu'il va se purifier. Il se suicide sur la scène même, seulement caché par un buisson. Ses proches constatant sa mort se lamentent, et Agamemnon accepte sur les supplications de Teucros la sépulture d'Ajax.

Antigonemodifier | modifier le code

Article détaillé : Antigone.

Antigone (Ἀντιγόνη / Antigónê) est datée avec précision de 4428. Pour avoir enterré son frère rebelle Polynice, tué dans sa lutte avec son frère Étéocle, Antigone qui a enfreint le décret de Créon doit être punie de mort. Le tyran refuse de revenir sur sa décision malgré les lamentations du chœur des vieillards de Thèbes et les supplications de son propre fils Hémon, fiancé d'Antigone. Seuls les présages de Tirésias le font changer d'avis, mais il est trop tard : Antigone s'est suicidée. Hémon l'imite bientôt, suivi d'Eurydice, la femme de Créon.

Les Trachiniennesmodifier | modifier le code

Article détaillé : Les Trachiniennes.

De datation imprécise mais considérées comme l'une des plus anciennes tragédies de Sophocle , Les Trachiniennes (Tραχίνιαι / Trakhíniai) ont pour sujet la mort d'Héraclès. À Trachis, sa femme Déjanire, prévenue par son fils Hyllos du retour d'Héraclès, mais inquiète de voir ce dernier devancé par la jeune Iole pour laquelle il brûle, elle fait envoyer par Hyllos une tunique trempée dans le sang du centaure Nessos. Pensant ainsi se garantir l'attachement d'Héraclès elle tue en fait ce dernier. Apprenant l'événement, elle se suicide alors que son époux arrive à Trachis et, entendant de la bouche d'Hyllos la nouvelle de cette mort, ce dernier comprend qu'il meurt par la ruse d'un mort, Nessos, comme l'avait prédit un oracle.

Œdipe roimodifier | modifier le code

Article détaillé : Œdipe roi.

Modèle, chef-d'œuvre d'ironie tragique, Œdipe roi (Οἰδίπoυς τύραννoς / Oidípous Tyrannos) serait antérieur à 425, objet d'une brève citation dans Les Acharniens d'Aristophane, et postérieur à l'épidémie athénienne de peste de 430-429, la pièce en rappelant probablement le souvenir15. À Thèbes ravagé par la peste, Œdipe devenu roi cherche à connaître l'identité du meurtrier de Laïos, cause de la malédiction. Le devin Tirésias, sollicité, apprend la terrible vérité à Œdipe, meurtrier de son père et époux de sa mère Jocaste, mais celui-ci n'y voit qu'une injure inspirée par Créon. Des révélations successives viennent pourtant étayer la révélation, et Œdipe doit admettre qu'en tentant de déjouer l'oracle, il n'a fait que l'accomplir. La pièce s'achève sur le suicide de Jocaste et l'apparition d'Œdipe mutilé après s'être crevé les yeux, le visage ensanglanté, réclamant l'exil car il veut mourir .

Électremodifier | modifier le code

Article détaillé : Électre.

La question de l'antériorité entre l’Électre de Sophocle (Ἠλέκτρα / Êléktra) et celle d'Euripide reste ouverte16,17. Reprenant le thème des Les Choéphores d'Eschyle (et conservant le chœur de jeunes femmes), Sophocle décrit le retour à Mycènes d'Oreste, vengeur de son père Agamemnon. Il y retrouve sa sœur Électre, qui attend son retour avec un désespoir grandissant et envisage d'accomplir elle-même la vengeance. La scène de reconnaissance intervient dans le dernier épisode et le meurtre de Clytemnestre, puis celui d'Égisthe, sont accomplis en exodos.

Philoctètemodifier | modifier le code

Article détaillé : Philoctète.

Précisément daté de 409, le Philoctète (Φιλοκτήτης / Philoktḗtēs) remporte cette année-là le premier prix9. Chargé par Ulysse de ramener à Troie Philoctète, blessé et abandonné jadis par Ulysse et les Atrides sur une île déserte, et son arc, le jeune Néoptolème, fils d'Achille, est confronté à un choix moral délicat. Sa mission est indispensable selon l'oracle, mais le jeune homme ne peut se résoudre à trahir le malheureux. Néoptolème rend l'arc après l'avoir volé, et tente de procéder par la persuasion honnête ; mais Philoctète entêté refuse de le suivre et de pardonner aux Atrides, bien qu'il lui fût garanti que sa blessure serait soignée à Troie. C'est l'apparition d'Héraclès qui vient sauver la situation et faire changer Philoctète d'avis.

Portrait de l'acteur Euiaon dans Andromède de Sophocle. Vers 430.

Œdipe à Colonemodifier | modifier le code

Article détaillé : Œdipe à Colone.

Pièce jouée à titre posthume en 401 par les soins du petit-fils de Sophocle, Sophocle le Jeune, et premier prix cette année-là18, Œdipe à Colone (Οἰδίπoυς ἐπὶ Κολωνῷ / Oidípous epì Kolônỗi) décrit l'arrivée du réprouvé, aveugle et maudit, à Colone, près d'Athènes. Rejeté, ne pouvant compter que sur ses filles Antigone et Ismène, il s'efforce de se disculper des crimes dont on l'accuse. Œdipe doit aussi défendre sa liberté face à ses fils : Créon, envoyé par Étéocle, vient pour se saisir de lui et de ses filles, mais l'aide précieuse de Thésée, roi d'Athènes, les sauve. Puis c'est Polynice qui vient quémander son soutien pour la guerre des sept qui se prépare. Rejetant ses fils, Œdipe se prépare à mourir : accompagné de Thésée, il disparaît en un lieu secret en promettant sa protection à Athènes. À l'appel des dieux, le maudit est élevé au rang des héros.

Les Limiersmodifier | modifier le code

Article détaillé : Les Limiers.

Des fragments des Limiers (Ἰχνευταί / Ikhneutaí) ont été découverts en Égypte en 19128. Ils en représentent environ la moitié, ce qui en fait le drame satyrique le mieux conservé après le Cyclope d’Euripide, transmis dans son intégralité. Les critères stylistiques et métriques font dater Les Limiers probablement d'avant 44019.

Les fragments permettent d'en reconstituer le résumé. Le sujet est le même que celui de l’Hymne homérique à Hermès, c'est-à-dire le vol des troupeaux d'Apollon par Hermès nouveau-né. La pièce débute par la plainte d'Apollon, que le chœur de satyres propose d'aider contre la promesse d'être libérés de l'esclavage. Les traces du bétail les conduisent à la grotte de la nymphe Cyllène, qui veille sur l'enfant. La fin du drame devait présenter la réconciliation entre Apollon et Hermès grâce à la lyre de ce dernier19.

Pièces perduesmodifier | modifier le code

Sur les cent vingt-trois pièces écrites par Sophocle sont connus cent quatorze titres10. Ci-dessous sont recensées les pièces dont ne sont connus que le titre et, parfois, quelques fragments.

Le théâtre de Sophoclemodifier | modifier le code

Aspects formelsmodifier | modifier le code

L'innovation la plus remarquable de Sophocle, si l'on compare son œuvre à Eschyle, est l'abandon de la tragédie « liée », puisqu'il n'en a composé à notre connaissance aucune21. Ce changement accentue les enjeux individuels, l'analyse psychologique22, à l'échelle d'une pièce, au détriment des décisions divines et des malédictions touchant les hommes sur plusieurs générations23.

À cette évolution correspond aussi la création d'un troisième acteur (tritagoniste), attribuée à Sophocle par Aristote (ainsi d'ailleurs que l'adoption du décor) : « Avec Sophocle, il y eut trois acteurs et des décors peints sur la scène24. » Cette innovation, qui permet d'enrichir les interactions et oppositions entre personnages22, a également pour conséquence de réduire significativement la part du chœur dans le déroulement de la tragédie25. L'exemple du titre de la pièce sur le retour d'Oreste est parlant : alors qu'il met en avant le chœur chez Eschyle (Les Choéphores), la sœur d'Oreste passe au premier plan chez Sophocle (et le restera chez Euripide) : la tragédie prend le nom de l'héroïne, Électre, et des héros comme elle donnent leur nom à toutes les pièces conservées de Sophocle sauf une (Les Trachiniennes)22.

La tension moralemodifier | modifier le code

Hormis les deux pièces de Sophocle consacrées à Œdipe (où l'obstination du héros n'a pas de justification morale, et ne concerne pas une opposition de valeurs26), le premier point commun entre les pièces conservées est la place centrale occupée par les enjeux moraux sous forme de choix8. Antigone en est l'exemple le plus frappant, par l'opposition entre plusieurs « couples de devoirs » que recense Jacqueline de Romilly27 : famille et État, humanité et autorité, religion et respect des lois. Comme le remarque Jean-Pierre Vernant, le conflit ne se résume pas à celui de la loi des hommes et de la loi divine, « il n'oppose pas la pure religion [...] à l'irreligion complète, mais deux types différents de religiosité : d'un côté, une religion familiale, purement privée, [...] de l'autre, une religion publique où les dieux tutélaires de la cité tendent finalement à se confondre avec les valeurs suprêmes de l'État28 ». Le tort d'Antigone est de privilégier une religiosité par rapport à l'autre, la « dikē des morts » à la « dikē céleste »28.

L'autre grand exemple est Electre : le meurtre de Clytemnestre et d'Égisthe n'intervient qu'à la toute fin de la tragédie, qui développe surtout la psychologie de l'héroïne, et le thème de la vengeance du père à travers le meurtre de la mère8.

Des oppositions du même ordre traversent les trois autres pièces considérées. Dans Ajax, par le contraste entre le héros inflexible quant à sa conception de l'honneur et les lamentations dévouées de Tecmesse, puis par l'enjeu de la réhabilitation du héros par Agamemnon, enfin par l'opposition entre la modération d'Ulysse et l'orgueil d'Ajax ; dans Les Trachiniennes, par le contraste entre Héraclès et sa femme, Déjanire au caractère soumis, du même ordre qu'entre Ajax et Tecmesse8. Enfin, le Philoctète est entièrement consacré au dilemme de Néoptolème, duquel Ulysse réclame au nom de l'intérêt des Grecs le vol de l'arc de Philoctète, blessé et affaibli. Le héros se refuse finalement à toute compromission : « L'honnêteté ici vaut bien mieux que l'adresse29. »

Le rôle des dieuxmodifier | modifier le code

Alors qu'ils pèsent de tout leur poids sur le théâtre d'Eschyle, les dieux ont un tout autre rôle chez Sophocle. Car il est incontestable qu'ils sont chez lui plus distants, éloignés des événements : « le climat de ses pièces ne baigne plus dans le ritualisme religieux des origines du théâtre30. » Hormis Athéna au début d’Ajax, les dieux n'apparaissent pas dans les pièces conservées. Mais cette distance a pour conséquence de souligner le contraste entre le monde des hommes, qui évoluent sur la scène, et celui des dieux, comme le souligne le chœur d’Antigone31) ou celui d’Œdipe roi32,33. À l'inverse, Sophocle qualifie l'homme d'« ephémère34 » et souligne son sort dérisoire devant le temps qui passe35 : comme le chantent les marins du chœur d’Ajax, « Il n'est rien que n'efface le temps tout puissant36. »

Et la distance ainsi établie n'empêche pas l'intervention divine. Seulement celle-ci intervient par des oracles et le théâtre de Sophocle porte non plus sur la « justice divine » comme chez Eschyle, mais sur le sens de ces oracles, qui sont le seul indice dont les hommes disposent sur la décision divine33. Au début des Trachiniennes, Déjanire annonce l'oracle qui concerne Héraclès : « Ou il trouvera là le terme de sa vie, ou il triomphera et dès lors à jamais passera dans le calme le reste de ses jours37 » ; dans Ajax, le présage de Calchas est rapporté par le messager, la colère d'Athéna ne doit poursuivre le héros qu'« un seul jour » : « s'il survit pourtant à cette journée, peut-être le sauverons-nous, avec l'aide de quelque dieu38 ». Selon les mots d'Héraclès, Philoctète ne peut être guéri qu'à Troie : mais y parviendra-t-il39 ? Comme on le voit les oracles sont souvent imprécis, obscurs, ils « laissent donc place à l'espérance et à l'erreur40. » Parfois, c'est le rapprochement entre plusieurs oracles qui donne la solution, comme le constate Héraclès au moment de mourir : comme cela a été prophétisé à son père, il meurt par le fait d'un mort, Nessus, dont le baume mortel a été appliqué par Déjanire sur sa chemise41. Par cette place laissée à l'erreur font irruption la surprise et la péripétie, mais surtout le spectacle du destin de l'homme en train de se jouer : « toute la dramaturgie de Sophocle repose sur l'idée que l'homme est le jouet de ce que l'on pourrait appeler l'ironie du sort40 », une « ironie tragique, dont le sens s'inscrit en clair sous les yeux des spectateurs, alors que les personnages n'en distinguent pas toujours le sens42 », et propre à Sophocle. Cette ironie qui fait de Déjanire l'instrument de la mort d'Héraclès, qui fait intervenir la mort après les chants d'espoir et de joie du chœur dans Les Trachiniennes 43, dans Ajax44, dans Antigone45. Chez Eschyle46 ou Euripide47, l'ironie tragique peut faire d'un personnage le dupe d'un autre, mais chez Sophocle les hommes ne se dupent pas entre eux, sauf à de rares exceptions48 : c'est par les dieux qu'ils sont abusés.

Cette distance et cette ironie tragique trouvent leur illustration la plus aboutie dans Œdipe roi, « quête tragique » d'Œdipe qui apprend ce qu'il est, c'est-à-dire meurtrier de son père et époux de sa mère, et qui, ayant tout fait pour fuir l'oracle prononcé contre lui, l'a réalisé dans l'ignorance complète de la portée de ses actes. La portée religieuse de cette perfection de l'ironie, particulièrement dans Œdipe roi, ne doit cependant pas être considérée comme le fait de dieux cruels ou indifférents (le destin d'Œdipe devenu protégé des dieux dans Œdipe à Colone l'interdit d'ailleurs33). Chez le pieux Sophocle, « les hommes n'ont pas à comprendre, mais à adorer13. » Créon, Œdipe ou Jocaste paient leur irrespect des devins et des oracles, la tragédie est le fait de l'erreur des hommes.

Le héros sophocléenmodifier | modifier le code

Or, on peut rappeler que l'homme est au cœur du théâtre de Sophocle, comme en témoignent les évolutions formelles49. Le héros donne généralement son nom à la pièce et se trouve en opposition à d'autres personnages : c'est même là ce qui définit son statut de héros, son « isolement progressif de toute aide et de tout soutien humains50. » Antigone invite d'abord sa sœur à une action conjointe, mais le refus d'Ismène l'enferme dans le rejet de toute assistance, même lorsqu'il s'agit pour Ismène de se joindre à elle devant la colère de Créon : « Tu n'as pas voulu, toi, me suivre, et je ne t'ai pas, moi, associée à mon acte51 ». Antigone est donc dès lors seule, « sans amis, sans mari52 », « abandonnée des [siens]53 ». Le chœur constatant son acte la croit folle54, d'une folie comparable à celle d'Ajax au début de sa tragédie : malgré le chœur de marins, malgré Tecmesse et son fils, il refuse toute consolation, il « fait paître dans son cœur la solitude55 », et la pièce s'articule autour de la scène elle-même solitaire de son monologue et de son suicide. Les adieux d'Ajax sont effectués sans quiconque pour les entendre, et ne s'adressent à aucun homme mais au Soleil, à Salamine, à Athènes, au paysage troyen56.

On retrouve ces éléments dans Électre : rejetée par sa famille et par le chœur, sa solitude culmine lorsqu'elle croit Oreste mort et que, comme dans Antigone, sa sœur Chrysothémis lui refuse son aide. Alors Électre prend sa décision : « Eh bien ! c'est moi qui, de ma main et toute seule, achèverai l'entreprise57. » Comme le note Jacqueline de Romilly, c'est donc de la solitude que naît le statut héroïque50. Philoctète enfin est seul, abandonné, et n'a plus que son arc dont Néoptolème vient le priver.

C'est encore une fois en Œdipe que Sophocle trouve la meilleure application de ses choix. Dans Œdipe à Colone, le héros est un vagabond aveugle, rejeté par ses fils et fui des hommes. Une solitude de fait (aggravée au cours de la pièce par Créon, qui prive Œdipe de ses filles), à laquelle s'ajoute une solitude morale, Œdipe affirmant ainsi à plusieurs reprises avoir subi bien plus que commis ses actes58. Sophocle ne change pas fondamentalement cette solitude : Œdipe meurt seul et sans témoins, il demeure en marge59. Mais cette solitude devient un signe de supériorité, de privilège divin50. « Il est comme les héros des autres tragédies, un être à part. Mais il l'est un peu plus que les autres : il est à part des hommes60. »

Notes et référencesmodifier | modifier le code

Notesmodifier | modifier le code

  1. Aristote, Poétique (XVIII), 1456a 26 [lire en ligne].
  2. Tragédie la plus souvent citée dans la Poétique [lire en ligne].
  3. a, b, c, d, e et f Βίος Σοφοκλέους, éd. Westermann in Vitarum Scriptores Graeci Minores, Brunswick, 1845, p. 126-132 lire en ligne. Cet ouvrage se réfère à des écrits perdus de Douris de Samos, Ister, Aristoxène, Néanthe, Satyros et autres.
  4. a, b et c Souda (en)(grc) lire en ligne, s.v.  Σοφοκλῆς = sigma 815 Adler.
  5. Smith lire en ligne
  6. Chronique de Paros, 56 lire en ligne
  7. Athénée I, 20, f
  8. a, b, c, d, e, f et g Romilly 1970, p. 82-91.
  9. a, b, c, d et e Romilly 1980, p. 87
  10. a et b Demont & Lebeau, p. 97
  11. IG II², 2325, I, col. 1, l.5 lire en ligne
  12. Demont & Lebeau, p. 99
  13. a et b Romilly 1970, p. 112
  14. Demont & Lebeau, p. 100
  15. Demont & Lebeau, p. 104
  16. Romilly 1980, p. 89
  17. Demont & Lebeau, p. 106
  18. Demont & Lebeau, p. 108
  19. a et b Demont & Lebeau, p. 110-111
  20. Des fragments des Épigones ont été découverts en avril 2005 par les hellénistes de l’Université d'Oxford. La tragédie raconte le siège de Thèbes. Matthew Murray, « Newly Readable Oxyrhynchus Papyri Reveal Works by Sophocles, Lucian, and Others », Theatermania, 18 avril 2005.
  21. Demont & Lebeau, 111
  22. a, b et c Romilly 1970, p. 37-39
  23. Toujours si l'on compare à Eschyle : voir l'article sur ce dernier à ce sujet
  24. Poétique (IV, 14), 1449a, trad. Michel Magnien, LGF, 1990 [lire en ligne (trad. Leconte de Lisle)]
  25. À ce sujet voir l'article « Tragédie grecque »
  26. Jean-Pierre Vernant, « Ambiguïté et renversement. Sur la structure énigmatique d'Œdipe-roi », Vernant & Vidal-Naquet, I, p. 104
  27. Romilly 1970, p. 84
  28. a et b Jean-Pierre Vernant, « Tensions et ambiguïtés dans la tragédie grecque », Vernant & Vidal-Naquet, I, p. 33
  29. V. 1246, trad. Paul Mazon
  30. Baldry, p. 136
  31. « Insensible à l'âge et au temps, tu restes le maître absolu de l'Olympe à l'éblouissante clarté » (v. 609-610, trad. Paul Mazon)
  32. « Ah ! fasse le Destin que toujours je conserve la sainte pureté dans tous mes mots, dans tous mes actes. Les lois qui leur commandent siègent dans les hauteurs : elles sont nées dans le céleste éther, et l'Olympe est leur seul père ; aucun être mortel ne leur donna le jour ; jamais l'oubli ne les endormira : un dieu puissant est en elle, un dieu qui ne vieillit pas. » (v. 863-971, trad. Paul Mazon)
  33. a, b et c Romilly 1970, p. 97-113
  34. Ajax, 399 ; Antigone, 790
  35. Les Trachiniennes, 126-135 ; Antigone, 1155-1160 ; Œdipe roi, 1186-1192
  36. V. 713, trad. Paul Mazon
  37. V. 166-168, trad. Paul Mazon
  38. V. 747-782, trad. Paul Mazon
  39. V. 1014-1015
  40. a et b Romilly 1970, p.102
  41. V. 1159-1163
  42. Romilly 1970, p. 104
  43. V. 633-662
  44. V. 692-717
  45. V. 1140-1152
  46. Agamemnon, v. 973-974
  47. Hécube, v. 1021-1022
  48. Comme lorsqu'Oreste encourage Égisthe à voir son propre cadavre dans celui de Clytemnestre (Électre, v. 1466-1471).
  49. Voir supra
  50. a, b et c Romilly 1970, p. 91-97
  51. V. 539, trad. Paul Mazon
  52. V. 876, trad. Paul Mazon
  53. V. 919, trad. Paul Mazon
  54. V. 383
  55. V. 614, trad. Paul Mazon
  56. V. 855-864
  57. V. 1019-1020, trad. Paul mazon
  58. V. 267-273, 538-539, 964, 977, 987
  59. Pierre Vidal-Naquet, « Œdipe entre deux cités », Vernant & Vidal Naquet, II, p. 204
  60. Romilly 1970, p. 97

Voir aussimodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographiemodifier | modifier le code

Éditions
Sources
Études sur Sophocle
  • Fernand Allègre : Sophocle, étude sur les ressorts dramatiques de son théâtre et la composition de ses tragédies. Fontemoing, Lyon, 1905.
  • (it) Vincenzo di Benedetto, Sofocle, Florence, La Nuova Italia, 1983
  • Gabriel Germain, Sophocle, Paris, Le Seuil, 1969.
  • (de) Karl Reinhardt, Sophokles, Berlin, 1933, 2e éd., Francfort, 1941, (fr) trad. française, Sophocle, Paris, Minuit, 1971, (en) trad. anglaise, Sophocles, Oxford, 1979.
  • Jacques Jouanna, Sophocle, Paris, Fayard, 2007.
  • Gilberte Ronnet, Sophocle poète tragique, Paris, De Boccard, 1969.
  • William Smith, article « Sophocle » du Dictionnaire des auteurs grecs et latins, 1844-1880, trad. Caroline Carrat lire en ligne
Ouvrages généraux
  • (en) Harold Caparne Baldry, The Greek Tragic Theatre, Cambridge University Press, 1951, (fr) trad. en français : Le Théâtre tragique des Grecs, Paris, Maspero/La Découverte, 1975, éd. revue et corrigée Presses Pocket, coll. « Agora », 1985
  • Paul Demont et Anne Lebeau, Introduction au théâtre grec antique, Livre de Poche, coll. « Références », Paris, 1996
  • Suzanne Saïd, Monique Trédé et Alain Le Boulluec, Histoire de la littérature grecque, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Premier Cycle »,‎ 1997 (ISBN 2130482333 et 978-2130482338)
  • Jacqueline de Romilly, La Tragédie grecque, PUF, 1970, 8e éd., coll. « Quadrige », 2006
  • Jacqueline de Romilly, Précis de littérature grecque, PUF, 1980, 2e éd., coll. « Quadrige », 2007
  • Jean-Pierre Vernant et Pierre Vidal-Naquet, Mythe et tragédie en Grèce ancienne (2 vol.), Maspero, 1972, rééd. La Découverte, coll. « La Découverte/Poche », 1986, 1995, 2001








Creative Commons License