Style Louis XVI

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Salon bleu Louis XVI au musée Carnavalet à Paris.

Le style Louis XVI est un style d'ameublement et de décoration employé d'abord en France, de 1774, date du début du règne de Louis XVI à 1785 environ. Il s'inscrit dans un mouvement européen de retour au classicisme dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Périodemodifier | modifier le code

Le style Louis XVI commence aux environs de 1774, date du début du règne du roi. Ce style suit le Style Transition, qui se situe entre 1758 et 1775. Le Style Transition amorce le style Louis XVI en tranchant avec le style Louis XV. Le style Louis XVI se termine aux alentours de 1785, peu avant la Révolution française. Le style Directoire lui succèdera.

Contextemodifier | modifier le code

Pavillon de Mme du Barry, Louveciennes.

Le milieu du XVIIIe siècle est une époque charnière. On découvre à nouveau l'Antiquité avec la mise au jour des vestiges d’Herculanum (1738) et de Pompéi en 1748. Le style antique influença grandement le mobilier de style Louis XVI et en fut l'un des thèmes. L'influence de Madame du Barry, la favorite du roi Louis XV, est grande. Son goût pour le classicisme se fait sentir notamment par le style de son château de Louveciennes1.

Les architectes en vogue, comme Ange-Jacques Gabriel, Claude Nicolas Ledoux ou encore Étienne-Louis Boullée, adoptent le style néoclassique, voir néo-palladien2. Ce style incorpore des éléments gréco-romains (colonnes, fronton, proportions harmonieuses, portique). Dans la peinture, ce retour à l'antique s'opère aussi avec la peinture néoclassique.

Esthétiquemodifier | modifier le code

Principales caractéristiquesmodifier | modifier le code

Style Louis XVI

Le mobilier Louis XVI est en opposition au style Louis XV : il rejette les formes rocailles du style Louis XV et revient à la rigueur de formes géométriques inspirées, entre autres, par la découverte de vestiges de l'antiquité à Herculanum et Pompéi (deux villes proches de Naples englouties par l'éruption volcanique du Vésuve). La structure des meubles est remise en valeur avec les formes rectilignes. Les formes rigoureuses tels le rectangle, le carré, le rond et l'ovale empruntés à l'architecture néoclassique. Le piétement du mobilier reprend les éléments du style antique avec notamment le pied cannelé ou encore la colonnette carrée.

Les éléments d'ornementation sont aussi minimalistes. Les ornements sont de forme symétrique et leur inspiration se trouve dans la nature végétale et les thèmes antiques. Parmi les éléments les plus classiques on trouve le nœud de ruban, le feston et la draperie3. Les dorures sont apposées par petites touches en baguettes ou angles (où ils servent de renfort les points faibles des meubles4).

Mobiliermodifier | modifier le code

Meubles emblématiques du style Louis XVImodifier | modifier le code

Les siègesmodifier | modifier le code

Les lignes des sièges sont droites et géométriques. Des dés de raccordement aux angles de l'assise5 accentuent l'aspect classique du style. On voit toujours le fauteuil à « dossier en cabriolet » re-stylisé. De nouveaux fauteuils sont aussi créés pendant cette période. On peut citer les fauteuils à « dossier de plan droit », à « dossier en médaillon » ou encore à « dossier en montgolfière ». Ces sièges disposent de pieds cannelés, caractéristiques de ce style. La bergère est toujours populaire ; ses lignes sont plus droites.

Les tables et guéridonsmodifier | modifier le code

Les tables sont très variées dû aux usages divers qui en sont faits. On trouve notamment la « table guéridon » qui sert souvent de table à jeux. La table ovale est plutôt populaire pendant cette période.

Les armoires et commodesmodifier | modifier le code

Les armoires sont en bois massif et ont une structure très similaire au style Louis XV. La vitrine est un dérivé de l'armoire qui est créée à cette époque. Les commodes ont des pieds gainés. Elles comportent de deux à cinq tiroirs où les divisions entre les tiroirs sont souvent cachées. Les poignées sont simplifiées et ont l'aspect d’un anneau. La « commode en demi-lune » est une création de l'époque.

Les meubles à écriremodifier | modifier le code

Le secrétaire est de forme rectangulaire et comporte un abattant ou s'il n'y en a pas, une tirette qui sert d'écritoire. Le bureau à cylindre diffère très peu de celui inventé pendant la période de transition. Ses pieds et ses formes (excepté le rideau en quart de cercle) sont rectilignes.

Les litsmodifier | modifier le code

On compte deux principales sortes de lit : le lit à la française et le lit à la polonaise. Le lit à la française ne comprend qu'un chevet et est surmonté d'un dais de la même dimension que le cadre de lit. Le lit à la polonaise comporte deux chevets, parfois trois ; son baldaquin, qui a souvent une forme « à l'impériale », est de plus petite taille que le châlit. Ce baldaquin est supporté par des tiges cintrées, qui prolongent les petites colonnes du lit. Il est plutôt destiné à être placé en alcôve6. Le lit à la polonaise devient à la mode sous Louis XVI et tend à détrôner le lit à la française.

Nouveaux meublesmodifier | modifier le code

L'influence féminine s'enracine dans la conception du mobilier, c'est ainsi que l'on voit apparaître des meubles réservés à un usage féminin, les tables à ouvrage, dont le plateau est souvent en forme d'auge, une planche se tire (tirette) afin de recevoir le nécessaire à ouvrage.

  • Le « Bonheur du jour » est un meuble qui apparaît pendant la Transition, sa structure est un mixte entre le secrétaire et le bureau, sa forme est très géométrique, épurée, il fait son apparition au moment où la référence à l'antique se durcit, et le style s'épure beaucoup.
  • Le « fauteuil à dossier en médaillon » est aussi une création du style Louis XVI. Il possède un dossier de forme ovale. Créé par Louis Delanois en 17697.
  • Le « meuble vitrine » est créé à cette époque. Il prend généralement la forme d'une petite armoire où les vantaux de bois sont remplacés par des vitrines5.
  • La « table guéridon » type jeu de bouillotte, conçue pour un jeu de société dit jeu de bouillotte, cette table est ronde et dispose d'une ceinture à tiroir et quatre pieds. Le dessus de table est en marbre5. Pour jouer, un dessus en bois était posé sur le marbre, ce dessus amovible a, la plupart du temps, disparu. Au milieu, on disposait une lampe dite bouillotte dont la base est constituée d'encoches pour contenir les pions des joueurs. Sur un tableau : portrait présumé de Louis Thomassin, conservé au musée des Beaux-arts de Pau, on distingue très bien le plateau.

Matériauxmodifier | modifier le code

Les carcasses de meubles de menuiserie sont le plus souvent réalisées en hêtre ou en noyer; en revanche, s'agissant des meubles d’ébénisterie, on utilise du sapin ou du chêne pour l’ossature et de l’acajou, de l’amarante ou du bois de violette pour le placage4.

Pour la finition, la gomme-laque et le vernis français sont toujours utilisés. Des pièces de porcelaine, souvent issues de la Manufacture Royale de Sèvres, garnissent les meubles8. Le fer forgé est utilisé pour imiter le style antique. Des plaques d'acier décorent la ceinture des meubles. L'ornementation se complète par du cuivre et du bronze.

Techniques et outillagemodifier | modifier le code

Les ébénistes célèbresmodifier | modifier le code

Ornemanistesmodifier | modifier le code

  • Jean-Charles Delafosse

Annexesmodifier | modifier le code

Articles connexesmodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. Le domaine de madame du Barry sur www.marlyleroi-tourisme.fr Consulté le 8 septembre 2009
  2. Marie-Antoinette et le Petit Trianon à Versailles sur culturevulture.net Consulté le 8 septembre 2009
  3. Style Louis XVI sur www.ameublement.com, consulté le 8 septembre 2009.
  4. a et b P.M. Favelac, Reconnaître Les Meubles De Style, éd. Massin, Paris, (ISBN 978-2-7072-0060-0), p.60
  5. a, b et c Style Louis XVI, sur www.ameublement.com, consulté le 8 septembre 2009.
  6. G. Wills, D. Baroni, B. Chiarelli, M. Lamy, M. Zanuttini et M.C. Gamberini, Le meuble des grands ébénistes et des designers, Nathan, 1984 (ISBN 2092946986), p. 316.
  7. Les chaises de la Duba reviennent, sur www.monversailles.com, consulté le 4 septembre 2009.
  8. Louis XVI, sur www.search-antiques.com, consulté le 8 septembre 2009.

Bibliographiemodifier | modifier le code








Creative Commons License