The Big Lebowski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lebowski (homonyme).

The Big Lebowski

Titre québécois Erreur sur la personne
Le grand Lebowski (DVD)
Titre original The Big Lebowski
Réalisation Joel Coen
Ethan Coen (non crédité)
Scénario Joel et Ethan Coen
Acteurs principaux
Sociétés de production PolyGram Filmed Entertainment
Working Title Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Comédie
Sortie 1998
Durée 117 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

The Big Lebowski, également connu sous le titre Erreur sur la personne au Québec, est un film américano-britannique, sorti en 1998, réalisé par Joel Coen et écrit en collaboration avec son frère Ethan. Dans cette comédie pastichant le film noir, Jeff Bridges incarne le personnage de Jeffrey Lebowski, un fainéant sans emploi et grand amateur de bowling qui préfère se faire appeler « le Duc » (The Dude en version originale). À la suite d'une confusion d'identité, le Duc fait la connaissance d'un millionnaire également appelé Jeffrey Lebowski et, lorsque la jeune épouse du millionnaire est enlevée, celui-ci fait appel au Duc pour apporter la rançon demandée par ses ravisseurs. Mais les choses commencent à aller de travers quand Walter Sobchak, le meilleur ami du Duc (interprété par John Goodman), projette de garder la rançon pour eux. Julianne Moore, Steve Buscemi, David Huddleston, Philip Seymour Hoffman, Tara Reid et John Turturro complètent la distribution du film, dont l'histoire est narrée par un cow-boy interprété par Sam Elliott.

L'intrigue du film s'inspire de celle du roman Le Grand Sommeil, de Raymond Chandler1. The Big Lebowski reçut tout d'abord des critiques mitigées mais, avec le temps, celles-ci sont devenues plus positives et le film a acquis le statut de film culte, connaissant une brillante carrière en vidéo, grâce à ses personnages atypiques, ses séquences de rêves surréalistes, ses dialogues décapants et sa bande originale très éclectique2,3,4,5.

Résumémodifier | modifier le code

Jeff Bridges incarne le personnage de Jeffrey Lebowski, dit « le Duc ».

Présenté par un narrateur (Sam Elliott) comme un fainéant vivant dans le comté de Los Angeles, Jeffrey Lebowski, dit « le Duc » (Jeff Bridges), passe son temps à jouer au bowling avec ses amis Walter Sobchak (John Goodman) et Donny (Steve Buscemi). Un soir, en rentrant chez lui, il est attendu par deux voyous qui le somment de rendre l'argent que sa femme doit à Jackie Treehorn, et l'un d'eux urine sur son tapis juste avant qu'ils ne se rendent compte qu'ils ont fait erreur sur la personne, l'ayant confondu avec un autre Jeffrey Lebowski. Poussé par son ami Walter, le Duc se rend chez son homonyme, un millionnaire paraplégique (David Huddleston), afin d'obtenir une compensation pour son tapis, qui lui est refusée. Le Duc quitte alors la résidence du millionnaire en volant un tapis, et rencontre Bunny Lebowski (Tara Reid), sa jeune épouse nymphomane.

Quelques jours après, le Duc est contacté par Brandt (Philip Seymour Hoffman), l'assistant du « Big » Lebowski, et apprend que Bunny a été enlevée. Il se voit chargé de servir d'intermédiaire pour livrer la rançon d'un million de dollars demandée par ses ravisseurs car il pourra confirmer si ceux-ci sont les mêmes que les voyous qui l'ont agressé. Un peu plus tard, deux autres hommes entrent chez le Duc, l'assomment et volent son nouveau tapis. Les ravisseurs appellent le soir même pour procéder à l'échange et le Duc s'y rend en compagnie de Walter, qui lui propose de garder le million pour eux en donnant aux ravisseurs une mallette remplie de linge sale servant de leurre. Mais le plan ne se déroule pas du tout comme prévu et les ravisseurs partent avec la fausse mallette sans que Walter ne puisse en attraper un pour lui faire avouer où Bunny est détenue. Plus tard dans la nuit, la voiture du Duc, contenant toujours la vraie mallette, est volée.

Le lendemain, le Duc reçoit un appel de Maude Lebowski (Julianne Moore), fille du millionnaire, qui lui révèle que c'est elle qui a envoyé des hommes de main reprendre son tapis et qui demande à le rencontrer. Le Duc se rend chez elle et tous deux tombent d'accord sur le fait qu'ils pensent que Bunny a elle-même organisé son enlèvement. Maude le charge alors de récupérer le million qu'elle soupçonne son père d'avoir détourné. Mais, à son retour, le Duc est attendu par son homonyme, qui lui tend une enveloppe, envoyée par les ravisseurs, contenant un orteil (présumé être celui de Bunny) et lui donne une dernière chance de conclure l'échange avec eux. Plus tard, la police prévient le Duc que sa voiture a été retrouvée mais, au même moment, trois nihilistes allemands, qui reconnaissent être les ravisseurs, s'introduisent chez lui et le menacent de mutilation si le million ne leur est pas versé très vite. Le Duc retourne chez Maude pour l'informer des événements et celle-ci identifie les nihilistes, qui sont des amis de Bunny. Le Duc retrouve ensuite sa voiture, mais la mallette n'y est plus. En fouillant, il découvre un devoir de classe d'un adolescent. Accompagné par Walter et Donny, il rend visite au jeune homme, qui refuse d'avouer quoi que ce soit malgré les tentatives d'intimidation de Walter.

Le Duc est ensuite invité à Malibu chez Jackie Treehorn (Ben Gazzara), qui l'interroge sur ce qu'il sait de l'enlèvement de Bunny et lui offre une généreuse commission s'il l'aide à récupérer le million, avant de le droguer et de le remettre aux autorités. Expulsé de Malibu par la police, le Duc est accueilli en rentrant chez lui par Maude, qui le séduit et fait l'amour avec lui. Maude lui révèle ensuite qu'elle cherche à avoir un enfant dont le père ne tiendra pas à s'occuper et que son père (le « Big Lebowski ») ne possède en réalité aucune fortune, car Maude a hérité de tout l'argent de sa mère et laisse simplement son père s'occuper d'une œuvre de charité. Le Duc comprend alors que lorsque son homonyme a appris l'enlèvement de Bunny, il a saisi cette occasion pour réaliser un détournement de fonds et lui a donné une mallette vide, voyant dans le Duc quelqu'un qu'il pourrait facilement duper.

Le Duc et Walter partent demander des comptes au Big Lebowski et découvrent que Bunny, qui était simplement partie en voyage sans prévenir personne, vient de rentrer. Après une explication houleuse avec le Big Lebowski, qui reconnaît avoir manipulé le Duc, ils considèrent que l'affaire est close. Cependant, dans la soirée, en sortant du bowling avec Donny, ils sont confrontés aux trois nihilistes, qui ont mis le feu à la voiture du Duc. Le Duc et Walter leur révèlent que toute l'affaire n'était qu'une supercherie, et les nihilistes leur demandent alors de leur donner l'argent qu'ils ont sur eux. Walter refuse et met à lui tout seul les trois nihilistes hors de combat, mais pendant ce temps Donny fait une attaque cardiaque et meurt. Après avoir dispersé les cendres de Donny sur une falaise au bord de l'océan, le Duc et Walter partent jouer au bowling et le narrateur conclut l'histoire, laissant à penser que Maude est enceinte d'un petit Lebowski.

Fiche techniquemodifier | modifier le code

The Big Lebowski est le septième long métrage des frères Coen.

Distributionmodifier | modifier le code

John Goodman interprète le personnage de Walter Sobchak.
  • Jeff Bridges (VF : Jean-Yves Chatelais)10 : Le Duc (the Dude en VO), un célibataire sans emploi et sans aucune ambition qui se satisfait de sa vie tranquille et sans soucis. Il passe beaucoup de temps à jouer au bowling et est également un grand amateur de russes blancs et de marijuana. Les frères Coen, en écrivant le scénario du film, ont très vite pensé à Jeff Bridges pour jouer le rôle principal11. Le personnage est inspiré en partie de Jeff Dowd (en), un activiste politique et producteur de films indépendants américain, qui a notamment été membre du Seattle Liberation Front durant la guerre du Viêt Nam, et en partie par Peter Exline, un ami des frères Coen qui, en récupérant sa voiture qui lui avait été volée, avait trouvé à l'intérieur un devoir de classe d'un élève de douze ans12.
  • John Goodman (VF : Claude Brosset)13 : Walter Sobchak, un vétéran de la guerre du Viêt Nam, converti au judaïsme par son ex-femme, qui est le meilleur ami et le partenaire de bowling du Duc. Il a tendance à perdre très vite son sang-froid et n'hésite pas à menacer les gens ou à faire usage d'armes diverses pour régler des situations conflictuelles. Il mentionne la guerre du Viêt Nam dans toutes ses conversations et fait tout au long du film plusieurs commentaires sur la guerre du Golfe, les événements du film se déroulant en 1991.
  • Julianne Moore (VF : Cécile Paoli)14 : Maude Lebowski, fille du Big Lebowski et de sa première épouse, est une féministe et une artiste d'avant-garde qui décrit ses œuvres comme perturbantes pour les hommes en raison de leur côté « vaginal ». Elle ne s'entend pas avec son père et a présenté Bunny Lebowski à Uli Kunkel.
  • Steve Buscemi (VF : Gérard Darier)15 : Théodore Donald "Donny" Kerabatsos, un ami et partenaire de bowling du Duc. De nature aimable et naïve, il excelle au bowling et interrompt fréquemment les conversations entre le Duc et Walter, se faisant immanquablement rabrouer par ce dernier. Le fait que Walter dise sans arrêt à Donny de la fermer (« Shut the fuck up, Donny » en version originale) est un clin d'œil à Fargo, précédent film des frères Coen dans lequel le personnage interprété par Steve Buscemi parlait sans cesse16.
  • David Huddleston (VF : William Sabatier) : The Big Lebowski, un millionnaire paraplégique (il a perdu l'usage de ses jambes durant la guerre de Corée) qui est le père de Maude Lebowski et le mari de Bunny Lebowski, sa seconde épouse. Il est très fier de sa réussite et méprise ouvertement le Duc mais il s'avère finalement que c'est sa première épouse qui était très fortunée et que Maude, qui a hérité de l'essentiel du patrimoine, ne fait que lui permettre de s'occuper d'œuvres philanthropiques pour son compte.
  • Philip Seymour Hoffman : Brandt, le fidèle assistant du Big Lebowski, qui joue souvent un rôle d'intermédiaire entre lui et le Duc.
  • Peter Stormare, Flea, Torsten Voges : Les Nihilistes (Uli Kunkel, Kieffer et Franz respectivement), des musiciens allemands (Kunkel a également joué dans un film pornographique, avec Bunny Lebowski, sous le pseudonyme de Karl Hungus) qui, avec la complicité de la petite amie de Franz (jouée par Aimee Mann), prétendent avoir enlévé Bunny Lebowski. L'idée du personnage d'Uli Kunkel a pris forme sur le tournage de Fargo, durant lequel Peter Stormare parlait souvent avec un accent allemand caricatural17.
  • Tara Reid : Bunny Lebowski, la jeune seconde épouse du Big Lebowski qui s'est enfuie de la ferme familiale dans le Minnesota avant de tourner dans des films pornographiques produits par Jackie Treehorn (sous le pseudonyme de Bunny LaJoya). D'après Tara Reid, Charlize Theron a également passé une audition pour le rôle18.
  • John Turturro : Jesus Quintana, futur adversaire de l'équipe de bowling du Duc pour les demi-finales du championnat. Ce latino-américain qui parle souvent de lui à la troisième personne a passé six mois à la prison de Chino pour exhibitionnisme devant un enfant de huit ans. John Turturro, qui pensait à l'origine que son rôle serait plus important, a apporté beaucoup d'idées pour la caractérisation de son personnage, comme le soin particulier qu'il prend de sa boule de bowling et sa danse particulière, inspirée selon l'acteur par celle de Mohamed Ali, quand il réalise un strike19.
  • Sam Elliott (VF : François Siener) : L'Étranger, le narrateur du film, qui apparaît également dans deux scènes où il discute avec le Duc dans la salle de bowling où celui-ci passe beaucoup de son temps. Il introduit et conclut l'histoire.
  • Ben Gazzara : Jackie Treehorn, un riche pornographe vivant à Malibu à qui Bunny Lebowski doit une importante somme d'argent.
  • David Thewlis (VF : Laurent Natrella)20 : Knox Harrington, un vidéaste ami avec Maude Lebowski.
  • Jon Polito : Da Fino, un détective privé engagé par les parents de Bunny Lebowski pour ramener leur fille chez eux.
  • Jimmie Dale Gilmore : Smokey, un joueur de bowling pacifiste menacé d'une arme à feu par Walter Sobchak au cours d'une partie.
  • Jack Kehler : Marty, le propriétaire de la maison que loue le Duc.
  • Asia Carrera (non citée au générique) : l'actrice qui partage la vedette avec Bunny dans le film pornographique Logjammin', où elle interprète Shari.

Productionmodifier | modifier le code

Développement du projetmodifier | modifier le code

Jeff Dowd (en), producteur de films indépendants et ancien activiste politique, a été la principale inspiration des frères Coen pour la création du personnage du Duc.

Le personnage du Duc s'inspire en grande partie de Jeff Dowd (en), un producteur de films que les frères Coen ont rencontré alors qu'ils essayaient de trouver un distributeur pour leur premier film, Sang pour sang12. Dowd avait été un contestataire radical durant la guerre du Viêt Nam (et notamment membre des « Sept de Seattle » évoqués dans le film), aimait boire des russes blancs et était surnommé The Dude21. Il s'inspire également de Peter Exline, un ami des frères Coen vétéran de la guerre du Viêt Nam qui vivait dans un appartement miteux et était très fier d'un tapis qui « harmonisait très bien la pièce »22. Exline avait été présenté aux frères Coen par Barry Sonnenfeld, qu'il avait connu à l'Université de New York, toujours durant la période où ils cherchaient un financement pour Sang pour sang23. Après avoir sympathisé avec eux, Exline raconta aux frères Coen de nombreuses anecdotes sur sa propre vie, et notamment une où, avec l'aide de son ami Lewis Abernathy, un camarade de la guerre du Viêt Nam devenu détective privé (et qui a été l'une des inspirations pour le personnage de Walter Sobchak), il avait retrouvé la trace et confronté un lycéen qui avait volé sa voiture24. Tout comme dans le film, la voiture d'Exline avait été retrouvée par la police et il avait trouvé le devoir de classe d'un élève de quatrième sous le siège du passager25. Exline appartenait également à une ligue amateur de softball mais les frères Coen ont préféré que le Duc joue au bowling car, d'après une interview d'Ethan Coen, « c'est un sport très social où vous pouvez vous asseoir, boire et fumer tout en étant engagé dans des conversations ineptes »26. Les frères Coen rencontrèrent plus tard, durant le tournage de Barton Fink, le réalisateur John Milius et incorporèrent sa passion pour les armes à feu et son militarisme au personnage de Walter27.

D'après Julianne Moore, le personnage de Maude Lebowski est basé sur l'artiste Carolee Schneemann, « qui travaillait nue sur une balançoire », et sur Yoko Ono28. Quant à celui de Jesus Quintana, Joel Coen a rapporté dans une interview que l'idée leur a été inspirée en partie, à son frère et lui, lorsqu'ils ont vu John Turturro jouer le rôle d'un pédéraste dans une représentation d'une pièce, Mi Puta Vida, donnée au Public Theater en 198826.

La structure générale du film est pour sa part très influencée par les romans noirs de Raymond Chandler. Ethan Coen a déclaré à ce sujet : « Nous voulions quelque chose qui produirait un certain sentiment narratif, une sorte d'histoire à la Raymond Chandler moderne, et c'est pourquoi nous l'avons située à Los Angeles. Nous voulions avoir un flux narratif, une histoire qui se déplacerait à travers différents endroits de la ville et différentes classes sociales, comme dans un roman de Chandler »29. Joel Coen a également fait remarquer que l'utilisation d'un narrateur en voix off provient aussi de Chandler : « Il joue un peu le rôle du spectateur. Dans les adaptations des romans de Chandler, c'est le personnage principal qui parle en voix off et nous nous en sommes inspirés mais nous n'avons pas voulu reproduire cela à l'identique. C'est comme si quelqu'un commentait l'histoire d'un point de vue omniscient et, en même temps, avec le côté truculent d'un Mark Twain »30.

Pour Joel Coen, la place accordée au bowling dans le film « devait être importante afin de refléter la période de la fin des années 1950 et du début des années 1960. Cela donne au film un côté rétro et légèrement anachronique qui nous renvoie à une époque pas si lointaine mais qui est néanmoins bel et bien révolue »31.

Scénariomodifier | modifier le code

The Big Lebowski a été écrit à peu près à la même période que Barton Fink. Quand les frères Coen ont décidé de le réaliser, John Goodman et Jeff Bridges étaient respectivement pris par les tournages de la série Roseanne et de Wild Bill de Walter Hill, et ils ont donc décidé de réaliser Fargo dans l'intervalle27. Selon Ethan Coen, « le film a été conçu pour tourner autour de la relation entre le Duc et Walter, tout comme Barton Fink tourne autour des scènes entre Fink et Charlie Meadows »30. L'intrigue de cette comédie qui parodie le film noir se révèle d'ailleurs sans importance, le scénario s'attachant plutôt à présenter une galerie de personnages savoureux et les relations qu'ils entretiennent entre eux1,3.

Les frères Coen ont placé le décor du film à Los Angeles car c'est là que vivaient les personnes qui leur avaient inspiré ce scénario32. Quand Peter Exline leur a raconté son anecdote au sujet de sa voiture volée, ils ont trouvé que c'était tout à fait le type d'incident à la Raymond Chandler et ont décidé d'intégrer des éléments des romans de cet auteur dans le scénario. Joel Coen a cité le film Le Privé, de Robert Altman, adaptation d'un roman de Chandler à une époque contemporaine, comme ayant été d'une grande influence sur The Big Lebowski33. Quand ils ont commencé à se mettre au scénario du film, les frères Coen en ont d'abord écrit une quarantaine de pages avant de le laisser de côté pendant un moment et de le finir plus tard. Il s'agit d'un procédé d'écriture habituel pour eux car, d'après leurs propres mots, ils rencontrent souvent un problème d'écriture à un moment donné et passent donc à un autre projet avant de revenir à leur manuscrit précédent. C'est de cette manière qu'ils accumulent des idées pour leurs films à venir31. Ainsi, ils sont revenus beaucoup plus tard dans leur processus d'écriture sur certaines scènes, allégeant par exemple une scène d'exposition qu'ils trouvaient trop pesante en y ajoutant le personnage de « parasite décadent » de Knox Harrington34. Dans le manuscrit original, la voiture du Duc était une Chrysler LeBaron mais ce véhicule n'était pas assez grand pour la carrure de John Goodman et les frères Coen l'ont donc remplacé par une Ford Torino35.

Pré-productionmodifier | modifier le code

PolyGram Filmed Entertainment et Working Title Films, qui avaient déjà produit Fargo, ont financé le film à hauteur d'un budget de 15 000 000 de dollars. Au sujet du casting du film, Joel Coen a fait remarquer qu'ils ont, son frère et lui, tendance à écrire pour les personnes qu'ils connaissent et avec qui ils ont déjà travaillé sans savoir précisément qui va jouer tel rôle, et qu'ils ont écrit The Big Lebowski spécialement pour John Goodman et Steve Buscemi36. Jeff Bridges, très vite choisi pour interpréter le rôle principal, a rencontré Jeff Dowd pour préparer son rôle mais affirme qu'il s'est beaucoup basé « sur ma propre vie dans les années 1960 et 1970. J'ai vécu dans des endroits similaires et j'ai pris des drogues, même si je pense que j'étais un peu plus créatif que le Duc »22. L'acteur s'est également servi de sa garde-robe personnelle pour les vêtements portés par son personnage, en choisissant ceux que le Duc serait susceptible de revêtir37 et a adopté le look de Jeff Dowd, prenant plusieurs kilos pour avoir le même ventre rebondi35. Quant à John Goodman, il voulait à l'origine un style de barbe différent pour le personnage de Walter mais les frères Coen ont insisté sur l'aspect de « gladiateur » qu'il devait avoir et il s'est avéré que cette barbe était bien assortie à sa coupe de cheveux38.

Malgré le côté du film très orienté vers les sixties, les frères Coen ont tenu à éviter certains clichés qui y sont habituellement associés, comme les lampes à lave, les affiches fluorescentes et la musique de Grateful Dead39 et, pour être en accord avec le thème du bowling, ont donné un aspect très lumineux au film. Ainsi, le motif étoilé que l'on retrouve tout au long du film a commencé avec la conception du design de l'allée de bowling par le chef décorateur Rick Heinrichs. Cela s'est répercuté sur le design des deux séquences oniriques qui, remarque Heinrichs, « comprennent toutes deux des motifs étoilés qui sont comme des lignes rayonnantes vers un point. Dans le premier rêve, le Duc se fait assommer et on peut voir des étoiles qui viennent toutes se mélanger dans le ciel nocturne de Los Angeles. Et le deuxième rêve se situe dans un environnement astral sur fond étoilé »40. Pour les décors de la résidence sur la plage de Malibu de Jackie Treehorn, Heinrichs s'est inspiré du style de mobilier que l'on voyait chez les célibataires à la fin des années 1950 et au début des années 1960. Les frères Coen lui avaient également spécifié qu'ils désiraient que la fête donnée sur la plage par Treehorn ait un thème rappelant la civilisation inca avec un aspect sacrificatoire41.

Durant la phase de pré-production, le directeur de la photographie Roger Deakins a également discuté de l'aspect visuel qu'aurait le film avec les frères Coen, ceux-ci lui ayant dit que certaines parties devraient être très réalistes et contemporaines alors que d'autres, et notamment les séquences oniriques, devraient être très stylisées42. La chorégraphie du film a quant à elle été dirigée par Bill et Jacqui Landrum. Pour sa séquence de danse, l'une des deux seules scènes où il apparaît, l'acteur Jack Kehler a dû effectuer trois répétitions de trois heures chacune11. Les frères Coen lui ont proposé un choix de trois ou quatre morceaux de musique classique parmi lesquels l'acteur devait sélectionner celui sur lequel il danserait et Kehler a finalement choisi Tableaux d'une exposition, de Modeste Moussorgski43.

Tournagemodifier | modifier le code

De nombreuses scènes du film ont été tournées dans une salle de bowling.

Le tournage s'est déroulé sur une période de onze semaines, du 27 janvier au 25 avril 1997, à Los Angeles et dans ses environs, notamment Beverly Hills (où se situe le Greystone Park and Mansion, résidence utilisée pour les intérieurs du manoir du « Big Lebowski », et la Sheats Goldstein Residence, utilisée pour les intérieurs de la résidence de Jackie Treehorn44), Culver City (pour la scène de la destruction de la Chevrolet Corvette), Malibu et Santa Barbara (pour la scène de la dispersion des cendres de Donny). Toutes les scènes se déroulant dans la salle de bowling ont été tournées au Hollywood Star Lanes pendant une période de trois semaines45 et les deux scènes oniriques dans un ancien hangar à avions reconverti de Santa Monica29. D'après Joel Coen, les seuls conseils qu'il a dû donner à Jeff Bridges concernant son jeu d'acteur étaient « quand il venait au début d'une scène dans un nouvel endroit et me demandait si je pensais que le Duc avait fumé un joint sur le trajet. Je répondais en général par l'affirmative et Jeff commençait alors à se frotter les yeux pour qu'ils soient injectés de sang »26. Julianne Moore, qui avait reçu le script alors qu'elle était sur le tournage du Monde perdu : Jurassic Park, tourna toutes ses scènes en l'espace de deux semaines, une au début et une à la fin du tournage46, et Sam Elliott ne resta que deux jours sur le tournage du film, durant lesquels il fit de nombreuses prises de son discours final47.

Roger Deakins a décrit le visuel des séquences oniriques comme très vif, monochromatique et très éclairé, dans le but de permettre une plus grande profondeur de champ. Au sujet de l'appartement du Duc, Deakins parle d'une lumière assez sale pour refléter le côté minable du lieu. Entre ces deux visuels très différents, il a éclairé les scènes de nuit en employant un effet orange de lampe à vapeur de sodium plutôt que d'adopter l'habituel éclairage bleu des réverbères ou du clair de lune48. Les frères Coen ont filmé une grande partie du film avec un objectif grand angle car cela facilitait une plus grande profondeur de champ et rendait les mouvements de caméra plus dynamiques49. Ethan Coen a raconté que, pour simuler le point de vue d'une boule de bowling en mouvement, ils ont installé une caméra « sur une sorte de broche à barbecue » et l'ont mise sur un chariot le long d'une piste de bowling. La difficulté résidait dans le fait de coordonner les vitesses relatives du mouvement vers l'avant et du mouvement rotatif et l'infographie a été utilisée pour créer le point de vue depuis le trou pour le pouce de la boule de bowling46.

Bande originalemodifier | modifier le code

The Big Lebowski
Original Motion Picture Soundtrack

Bande originale par divers artistes
Sortie
Enregistré États-Unis
Durée 51:46
Genre Musique de film
Format CD
Compositeur Carter Burwell, Elvis Costello, Bob Dylan, ...50
Producteur T-Bone Burnett
Joel et Ethan Coen
Label Mercury Records
Critique

Bandes originales par les frères Coen

La composition de la bande originale a été confiée à Carter Burwell, collaborateur régulier des frères Coen pour la musique de leurs films. Pendant qu'ils écrivaient le scénario, ils avaient particulièrement à l'esprit Just Dropped In (To See What Condition My Condition Was In) de Kenny Rogers, la reprise d'Hotel California par les Gipsy Kings, ainsi que plusieurs chansons de Creedence Clearwater Revival51. Ils demandèrent à T-Bone Burnett de choisir d'autres chansons pour la bande originale en sachant qu'ils désiraient plusieurs genres de musiques différents et de différentes époques et Burnett leur proposa même des morceaux de Henry Mancini et Yma Sumac52. Burnett réussit à obtenir les droits pour les chansons de Kenny Rogers et des Gipsy Kings ainsi que ceux d'un morceau relativement peu connu de Bob Dylan intitulé The Man in Me51, mais il eut beaucoup de mal à avoir ceux de la reprise de Townes Van Zandt de Dead Flowers des Rolling Stones, qui figure dans le générique de fin. En effet, Allen Klein, l'ancien manager des Stones, possédait les droits de cette chanson et réclamait 150 000 dollars pour les accorder. Burnett réussit cependant à convaincre Klein d'assister à la diffusion d'une première version du film et Klein donna son accord après avoir entendu la réplique du Duc au chauffeur de taxi qui le ramène de Malibu « I hate the fuckin' Eagles, man ! »53. Burnett devait figurer dans les crédits du film en tant que music supervisor mais demanda à être plutôt crédité comme music archivist car il détestait l'idée de superviser et ne voulait pas qu'on pense à lui comme à un dirigeant52.

Pour Joel Coen, la bande originale, comme d'autres éléments du film, fait écho aux années 1960 et au début des années 197028. La musique définit chaque personnage comme une signature. Ainsi, Tumbling Tumbleweeds a été choisi pour accompagner l'Étranger, tout comme Jackie Treehorn est accompagné par Lujon et le Duc par Creedence Clearwater Revival28. Les nihilistes sont quant à eux accompagnés par un morceau « techno-pop » composé par Carter Burwell et qui est un clin d'œil au groupe Kraftwerk. En effet, Autobahn, le nom du groupe de musique fictif des nihilistes, provient du nom d'un album éponyme de Kraftwerk, et la jaquette de leur album Nagelbett parodie celle de The Man-Machine, où les membres de Kraftwerk sont photographiés portant une chemise rouge et une cravate noire54.

Liste des morceaux
No Titre Interprète(s) Durée
1. The Man in Me Bob Dylan 3:08
2. Her Eyes Are a Blue Million Miles Captain Beefheart 2:54
3. My Mood Swings Elvis Costello 2:10
4. Ataypura Yma Sumac 3:03
5. Trafic Boom Piero Piccioni 3:15
6. I Got It Bad and That Ain't Good Nina Simone 4:07
7. Stamping Ground Moondog 5:11
8. Just Dropped In (To See What Condition My Condition Was In) Kenny Rogers 3:21
9. Walking Song Meredith Monk 2:55
10. Glück das mir verblieb Erich Wolfgang Korngold 5:08
11. Lujon Henry Mancini 2:38
12. Hotel California Gipsy Kings 5:47
13. Wie Glauben Carter Burwell 3:21
14. Dead Flowers Townes Van Zandt 4:47

Parmi les autres morceaux utilisés dans le film mais qui ne sont pas présents sur l'album, figurent Tumbling Tumbleweeds, interprété par The Sons of the Pioneers, un extrait du Requiem de Mozart, Run Through the Jungle et Lookin' out My Back Door, par Creedence Clearwater Revival, Behave Yourself par Booker T. and the M.G.'s, I Hate You par The Monks, un extrait de Tableaux d'une exposition, de Modeste Moussorgski, Mucha Muchacha de Juan García Esquivel, Piacere Sequence de Teo Usuelli, Standing on the Corner par Dean Martin, Tammy par Debbie Reynolds, Oye Como Va par Carlos Santana, Peaceful Easy Feeling par les Eagles, un extrait du générique de la série télévisée Le Proscrit, Viva Las Vegas par Big Johnson, puis par Shawn Colvin, et Dick on a Case de Carter Burwell.

Accueilmodifier | modifier le code

Sortie du film et box-officemodifier | modifier le code

La première projection publique du film s'est déroulée à l'Eccles Theater lors du festival du film de Sundance le . Le journaliste du Toronto Star Peter Howell, qui y assistait, écrivit dans son article : « Il est difficile de croire que ce film est l'œuvre de l'équipe qui a gagné l'Oscar du meilleur scénario original pour Fargo l'année dernière. Il y a un grand nombre d'insanités dans ce film, qui tente vainement de masquer les lacunes de ses dialogues »55. Il a été ensuite présenté en compétition officielle pour l'Ours d'or du meilleur film à la Berlinale 1998, dans le cadre de laquelle il a été projeté le 56. La sortie nationale aux États-Unis a eu lieu le dans 1 207 salles, le film rapportant au box-office 5 533 844 $ pour son premier week-end d'exploitation, et 17 451 873 $ au total57, soit à peine plus que son budget. Au niveau mondial, il a rapporté en tout 46 189 568 $8. Il a attiré dans les salles de cinéma 708 859 spectateurs en France, 167 815 spectateurs en Suisse et 47 866 spectateurs en Belgique58.

Accueil critiquemodifier | modifier le code

Le film recueille 80 % de critiques positives, avec une note moyenne de 7,2/10 et sur la base de 86 critiques collectées, sur le site internet Rotten Tomatoes59. Sur le site Metacritic, il obtient un score de 69/100, sur la base de 22 critiques collectées60.

Todd McCarthy, du magazine Variety, a écrit que « l'un des indiscutables points forts du film est sa bande originale, où les compositions originales de Carter Burwell se mêlent à des standards de la pop et à des merveilleuses reprises »61. Susan Wloszczyna, de USA Today, a donné au film trois étoiles sur quatre, estimant que le Duc était « un héros trop passif pour maintenir l'intérêt » mais qu'il y avait « suffisamment de brillantes idées pour penser que, tout comme le Duc, les astucieux frères Coen tiennent bon »62. Dans son article pour The Washington Post, Desson Howe a félicité les frères Coen et « et leur goût absurde et inspiré pour une culture américaine étrange et particulière, une sorte de néo-culture entièrement inventée, les Coen ayant défini et maîtrisant leur propre sous-genre bizarre. Personne ne fait des films comme eux et, cela va presque sans dire, personne ne les surpasse »63. Janet Maslin, du New York Times, a loué les performances de Jeff Bridges et de John Goodman, estimant que « le rôle de Jeff Bridges lui va tellement bien qu'il semble n'en avoir jamais joué aucun autre. On l'observe traîner des pieds avec une grâce nonchalante et son personnage en apparence à côté de ses pompes est interprété avec un fin talent comique. John Goodman joue également son rôle à la perfection, ses terribles colères manquant totalement d'à-propos contrastant parfaitement avec l'attitude désinvolte du Duc »64. Dans sa critique pour le New York Observer, Andrew Sarris écrit, « on rit énormément et on a un sentiment de crainte révérencielle devant tant de savoir-faire. Je doute de revoir un autre film comme celui-ci cette année »65. Ian Nathan, du magazine Empire, donne cinq étoiles au film et écrit « dans un monde parfait, tous les films seraient réalisés par les frères Coen »66. Roger Ebert, du Chicago Sun-Times, donne quant à lui trois étoiles sur quatre au film, le décrivant comme « étrangement attirant »67.

D'un autre côté, Jonathan Rosenbaum a écrit dans le Chicago Reader, « la réalisation de The Big Lebowski est pleine d'esbroufe et le résultat est assez amusant. Mais pour autant que cela représente une position morale, ce que les personnages stylisés des frères Coen font invariablement, elle est élitiste car elle élève les personnages de Jeff Bridges et de John Goodman au rang de sel de la terre »68. Dave Kehr, dans sa critique pour le New York Daily News, juge l'idée de départ « éculée et donnant un film sans aucun liant »69. The Guardian évoque quant à lui « une foule d'idées mises dans un sac et renversées au hasard. Le film est exaspérant et ne remportera aucun prix malgré quelques gags formidables »70.

En France, les critiques ont été globalement positives. Philippe Rouyer, de Positif, trouve que les frères Coen « s'ingénient à détourner toutes les composantes du film noir avec un bel entrain » à travers cette « traversée miraculeuse d'une intrigue aussi embrouillée que périlleuse par un antihéros désinvolte » et que les « intermèdes oniriques, loin de se cantonner à d'ébouriffants exercices de style, prolongent des scènes bien réelles filmées à la manière des songes »71. Michel Pascal, du Point, évoque une forme soignée, « des dialogues percutants et drôles » et « une distribution en or »72, et Jean-Pierre Dufreigne, de L'Express, « une franche déconnade » qui tourne en dérision les films noirs à la Chandler73. Pour Les Inrockuptibles, c'est une « relecture hilarante du Grand Sommeil » où les thèmes habituels des frères Coen sont traités sur un mode comique74. Didier Peron, de Libération compare le film à un « tortueux labyrinthe d'extravagances » mêlant « le film noir, la comédie musicale, le burlesque et le non-sens » et entraînant le spectateur dans une « douce euphorie »75. Pour François Gorin, de Télérama, le film ne laissera pas « un grand souvenir cinéphilique » mais est très drôle et les acteurs jouent des personnages attachants qui auraient pu être grotesques mais qui sont « dans le ton »76. Et Vincent Ostria, des Cahiers du cinéma, estime que si « de nombreuses situations du film, notamment les dialogues, sont percutants et bourrés d'humour bête et méchant, le film s'apparente finalement à une étude un peu condescendante sur la bêtise humaine » et que « cette insistance permanente sur la nullité métaphorique et littérale des personnages, principal ressort comique du film, finit par limiter un peu le propos de l'œuvre »77.

Distinctionsmodifier | modifier le code

The Big Lebowski a été récompensé par le Golden Aries du meilleur film étranger 1998, remis par la Russian Guild of Film Critics78. Il a également été nommé pour le Screen International Award du meilleur film non-européen de l'année aux Prix du cinéma européen en 199879, au grand prix de l'Union de la critique de cinéma, et, aux Satellite Awards 1999, Jeff Bridges, John Goodman et Julianne Moore ont été nommés respectivement dans les catégories du meilleur acteur dans un film musical ou une comédie, du meilleur second rôle masculin dans un film musical ou une comédie et du meilleur second rôle féminin dans un film musical ou une comédie80.

Sortie vidéomodifier | modifier le code

The Big Lebowski est sorti en DVD le en région 181 et le en région 282. Universal Studios Home Entertainment a sorti le un DVD « édition collector » avec le film remastérisé, qui contient une introduction exclusive de Mortimer Young, le making-of du film ainsi que des photos prises sur le tournage par Jeff Bridges83. Cette édition spéciale est disponible en région 2 depuis le 84.

Pour les dix ans du film, une autre édition spéciale, appelée « 10th Anniversary Edition », a également vu le jour. Sortie le , elle est disponible uniquement en région 1 et réunit tous les bonus présents dans l'édition collector ainsi que plusieurs autres bonus exclusifs, notamment des interviews des acteurs principaux du film et des documentaires sur les scènes oniriques du film, le statut de film culte qu'il a acquis et la Lebowski Fest85. Le film sortira en disque Blu-ray en région 2 le 27 septembre 2011.

Influence culturellemodifier | modifier le code

Un russe blanc, cocktail popularisé par le film.

Quelques années après sa sortie au cinéma, The Big Lebowski a acquis le statut de film culte2,3,5, le journaliste Steve Palopoli, qui avait écrit un article à ce sujet dès juillet 2002, en parlant comme du « dernier film culte du XXe siècle ou du premier du XXIe siècle »86. Palopoli s'était rendu compte du phénomène que représentait le film après avoir assisté à une séance de minuit au New Beverly Cinema de Los Angeles et vu que les spectateurs échangeaient des répliques du film87. Après la parution de son article, le responsable d'un cinéma de Santa Cruz décida de mettre le film à l'affiche et, lors du premier week-end, dut refuser plusieurs centaines de personnes. Ce cinéma projeta le film pendant six semaines, ce qui n'était jamais arrivé auparavant88.

Le , un événement baptisé Lebowski Fest fut organisé à Louisville, dans le Kentucky, réunissant 150 personnes89. Depuis, cet événement, à mi-chemin entre un festival de bowling, de cinéma et de musique et une convention de fans, a lieu annuellement et attire des milliers de personnes, et des événements similaires sont organisés régulièrement dans d'autres grandes villes des États-Unis90. Depuis 2005, un équivalent britannique de la Lebowski Fest, baptisé The Dude Abides, est organisé chaque année à Londres91.

Le dudeisme, une parodie de religion qui a pour but de répandre la philosophie et le style de vie du personnage principal du film, a également été créée en 2005 par le journaliste Oliver Benjamin. Aussi connue sous le nom de The Church of the Latter-Day Dude, cette organisation a ordonné plus de 50 000 prêtres « dudéistes » à travers le monde via son site web92.

Par ailleurs, le russe blanc, cocktail dont le Duc fait une grande consommation, a connu, alors qu'il était tombé dans l'oubli, un important regain de popularité grâce au succès rencontré ultérieurement par The Big Lebowski, popularité qui ne s'est toujours pas démentie plus de dix ans après la sortie du film93.

Le film figure dans le Top 250 du classement des films de l'Internet Movie Database, basé sur les votes du public, avec une note de 8,2/1094. En 2003, Entertainment Weekly l'a classé en 34e position de son Top 50 des films cultes95 et, en 2008, en huitième position dans sa liste des 25 films les plus drôles des 25 dernières années96. En 2010, le magazine a également classé le Duc en quatorzième position de sa liste des 100 plus grands personnages fictifs des 20 dernières années97. En 2008, le Los Angeles Times a classé le film en dixième position de sa liste des meilleurs films dont l'action se passe à Los Angeles98. Enfin, également en 2008, le magazine Empire a classé le film à la 43e place dans sa liste des 500 meilleurs films de tous les temps99, ainsi que le Duc en septième position, et Walter Sobchak en 49e position, dans sa liste des 100 plus grands personnages de films100.

On peut également voir ou entendre des références au film, ou au moins des scènes ou phrases pouvant faire penser à des passages de The Big Lebowski, dans de nombreux autres longs-métrages et séries télévisées, en particulier dans South Park, le filmN 4, BullyN 5, La Mélodie du malheurN 6, NarcoN 7, Southland TalesN 8, Un Anglais à New-YorkN 9, ainsi que dans un épisode des SimpsonN 10, de My Little PonyN 11, de How I Met Your MotherN 12, et plusieurs épisodes de Veronica MarsN 13.

Une parodie pornographique du film a même été réalisée en 2010 par Lee Roy Myers, The Big Lebowski: A XXX Parody, avec Tom Byron dans le rôle du « Dude »101.

Voir aussimodifier | modifier le code

Bibliographiemodifier | modifier le code

  • (en) Ronald Bergan, The Coen Brothers, Thunder's Mouth Press,‎ 2000 (ISBN 1-56025-254-5)
  • (en) Joel et Ethan Coen, The Big Lebowski, Faber and Faber Ltd.,‎ 1998 (ISBN 0-571-19335-8)
  • (en) Bill Green, Ben Peskoe, Scott Shuffitt et Will Russell, I'm a Lebowski, You're a Lebowski: Life, The Big Lebowski, and What Have You, Bloomsbury USA,‎ 2007 (ISBN 1-55022-424-7)
  • (en) Josh Levine, The Coen Brothers: The Story of Two American Filmmakers, ECW Press,‎ 2000 (ISBN 1-55022-424-7)
  • (en) William Preston Robertson, Tricia Cooke, John Todd Anderson et Rafael Sanudo, The Big Lebowski: The Making of a Coen Brothers Film, W.W. Norton & Company,‎ 1998 (ISBN 0-393-31750-1)
  • (en) J.M. Tyree, et Ben Walters, The Big Lebowski (BFI Film Classics), British Film Institute,‎ 2007 (ISBN 978-1-84457-173-4)

Articles connexesmodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Lebowski Fest, festival annuel ayant pour thème The Big Lebowski.
  • Dudeisme, religion parodique basée sur la philosophie de vie du personnage du "Duc" ("Dude" dans la version originale du film).

Liens externesmodifier | modifier le code

Notes et référencesmodifier | modifier le code

Notesmodifier | modifier le code

  1. Le R signifie que les mineurs (17 ans ou moins) doivent être accompagnés pour pouvoir assister à la projection du film.
  2. En France, le film est commercialisé avec l'avertissement qui suit : « des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs ».
  3. Au Québec, la projection du film est déconseillée aux mineurs de moins de 13 ans.
  4. Dans la version originale, Cartman est appelé plusieurs fois Dude et Lebowski.
  5. On peut entendre la réplique de John Goodman « Shut the fuck up, Donny » adressée au personnage joué par Michael Pitt.
  6. Une scène parodie celle où le Duc frotte une page d'un calepin avec un crayon pour voir ce que Jackie Treehorn a écrit et ne découvre qu'un dessin obscène.
  7. Le personnage joué par Guillaume Canet est inspiré de celui du Duc et on trouve des références au film dans plusieurs scènes.
  8. Dans une scène musicale figurant une piste de bowling et plusieurs danseuses.
  9. Le personnage de Sidney Young appelle par erreur Mme Kowalski « Mme Lebowski », et le personnage de Lawrence Maddox boit des russes blancs.
  10. Dans l'épisode 18 de la saison 12, Triple Erreur, Rainier Wolfcastle détruit la voiture des Simpson avec un club de golf, exactement comme le fait Walter Sobchak avec une Chevrolet Corvette.
  11. Dans l'épisode 6 de la saison 2, alors que les Cutie Mark Crusaders s'entrainent au bowling, un tir désastreux de Scootaloo envoie la balle droit vers des poneys ressemblant aux personnages principaux du film, qui se baissent alors pour l'éviter.
  12. Dans l'épisode 17 de la saison 4, Barney Stinson et Marshall Eriksen rêvent qu'ils volent au-dessus d'une ville en pleine nuit, habillés d'une chemise de nuit, comme dans le rêve du Duc.
  13. Plusieurs répliques du film sont reprises dans la série. Ainsi, Veronica dit à Vinnie Van Lowe : « Vinnie, this is not 'Nam. This is bowling. There are rules »[pas clair], dans l'épisode 15 de la saison 2 ; un personnage, Kurt, dit à un autre : « You're entering in a world of pain »[pas clair], dans l'épisode 3 de la saison 3 ; Veronica dit à son petit ami : « Careful man, there's a beverage involved »[pas clair], dans l'épisode 4 de la saison 3 ; et Keith Mars se rend chez un riche paraplégique qui a un assistant nommé Brant dans l'épisode 8 de la saison 3.

Référencesmodifier | modifier le code

  1. a et b Doug Stone, « (en) The Coens Speak (Reluctantly) », IndieWIRE (consulté le 18 décembre 2010)
  2. a et b Will Russell, « (en) Hey Dude: The Lebowski Festival », The Independent (consulté le 18 décembre 2010)
  3. a, b et c Scott Tobias, « (en) The New Cult Canon : The Big Lebowski », A.V.Club (consulté le 18 décembre 2010)
  4. Dwight Garner, « (en) Dissertations on His Dudeness », The New York Times (consulté le 18 décembre 2010)
  5. a et b Finlo Rohrer, « (en) Is The Big Lebowski a cultural milestone? », BBC News (consulté le 18 décembre 2010)
  6. http://www.imdb.fr/title/tt0118715/releaseinfo#akas
  7. Ethan Coen ne sera crédité comme réalisateur qu'à partir de Ladykillers en 2004. Il est cependant coréalisateur de tous les films des frères Coen.
  8. a et b « (en) The Big Lebowski », The Numbers (consulté le 23 décembre 2010)
  9. (en) The Big Lebowski sur l’Internet Movie Database
  10. « Filmographie Jeff Bridges », VoxoFilm
  11. a et b Green, op. cit., p.27
  12. a et b Green, op. cit., p.90
  13. « Voxographie Claude Brosset », VoxoFilm
  14. « Filmographie Julianne Moore », VoxoFilm
  15. « Gérard Darier », RS Doublage
  16. « The Big Lebowski (Collector's Edition) », Universal Studios, 2005, DVD, Interview des frères Coen
  17. Green, op. cit., p.57
  18. Green, op. cit., p.72
  19. Green, op. cit., p.44
  20. « Filmographie David Thewlis », VoxoFilm
  21. Green, op. cit., p.91-92
  22. a et b Bergan, op. cit., p.188
  23. Green, op. cit., p.97-98
  24. Green, op. cit., p.99
  25. Green, op. cit., p.100
  26. a, b et c Bergan, op. cit., p.195
  27. a et b Bergan, op. cit., p.189
  28. a, b et c Michel Ciment et Hubert Niogret, « The Logic of Soft Drugs », Positif,‎ mai 1998, p. 156
  29. a et b Levine, op. cit., p.140
  30. a et b Michel Ciment et Hubert Niogret, « The Logic of Soft Drugs », Positif,‎ mai 1998, p. 169
  31. a et b Michel Ciment et Hubert Niogret, « The Logic of Soft Drugs », Positif,‎ mai 1998, p. 170-171
  32. Robertson, op. cit., p.41
  33. Robertson, op. cit., p.43
  34. (en) Philip McCarthy, « Coen Off », Sydney Morning Herald,‎ 27 mars 1998
  35. a et b Green, op. cit., p.93
  36. (en) Paul Woods, « Joel & Ethan Coen : Blood Siblings », Plexus,‎ 2000
  37. (en) Jay Carr, « The Big Easy », The Boston Globe,‎ 1er mars 1998
  38. Green, op. cit., p.32
  39. Robertson, op. cit., p.95
  40. Bergan, op. cit., p.191
  41. Robertson, op. cit., p.91
  42. Robertson, op. cit., p.77
  43. Green, op. cit., p.64
  44. « (en) The Big Lebowski film locations », Movie Locations (consulté le 21 décembre 2010)
  45. (en) Susan Wloszcyna, « Another Quirky Coen Toss Turning Their Sly Style to Lebowski », USA Today,‎ 5 mars 1998
  46. a et b (en) Gary Arnold, « (en) Siblings Style Has No Rivals », The Washington Times,‎ 6 mars 1998
  47. Green, op. cit., p.46
  48. Robertson, op. cit., p.79
  49. Robertson, op. cit., p.82
  50. a et b (en) Original Soundtrack - The Big Lebowski - Allmusic.com
  51. a et b (en) Andy Greene, « Inside the Dude's Stoner Soundtrack », Rolling Stone,‎ septembre 2008
  52. a et b Billy Altman, « (en) Music; A Music Maker Happy to Be Just a Conduit », The New York Times (consulté le 21 décembre 2010)
  53. « The Big Lebowski Dead Flowers », Rollo & Grady (consulté le 21 décembre 2010)
  54. « (en) The Big Lebowski Carter's Notes », Carter Burwell (consulté le 21 décembre 2010)
  55. (en) Peter Howell, « Coens' latest doesn't hold together The Big Lebowski is more sprawling than large », Toronto Star,‎ 19 janvier 1998
  56. « (en) 48th Berlin International Film Festival », Berlinale (consulté le 23 décembre 2010)
  57. « (en) The Big Lebowski », Box Office Mojo
  58. « The Big Lebowski », Lumière (consulté le 23 décembre 2010)
  59. « (en) The Big Lebowski », Rotten Tomatoes (consulté le 23 décembre 2010)
  60. « (en) The Big Lebowski », Metacritic (consulté le 23 décembre 2010)
  61. Todd McCarthy, « (en) The Big Lebowski », Variety (consulté le 26 décembre 2010)
  62. (en) Susan Wloszczyna, « The Big Lebowski: Coen humor to spare », USA Today,‎ 6 mars 1998
  63. (en) Desson Howe, « The Big Lebowski: Rollin' a Strike », The Washington Post,‎ 6 mars 1998
  64. Janet Maslin, « (en) A Bowling Ball's-Eye View of Reality », The New York Times (consulté le 26 décembre 2010)
  65. Andrew Sarris, « (en) A Cubist Coen Comedy », The New York Observer (consulté le 26 décembre 2010)
  66. Ian Nathan, « (en) The Big Lebowski » (consulté le 26 décembre 2010)
  67. Roger Ebert, « (en) The Big Lebowski », Chicago Sun-Times (consulté le 26 décembre 2010)
  68. Jonathan Rosenbaum, « (en) L.A. Residential », Chicago Reader (consulté le 26 décembre 2010)
  69. (en) Dave Kehr, « Coen Brothers' Latest is a Big Letdownski », New York Daily News,‎ 6 mars 1998
  70. (en) « Meanwhile, The Big Lebowski should have stayed in the bowling alley », The Guardian,‎ 24 avril 1998
  71. Philippe Rouyer, « Le grand bowling », Positif, no 447,‎ mai 1998, p. 6-7
  72. Michel Pascal, « Une glace au poivre », Le Point (consulté le 26 décembre 2010)
  73. Jean-Pierre Dufreigne, « The big déCoennade », L'Express (consulté le 26 décembre 2010)
  74. « Les frères Coen en 5 morceaux choisis », Les Inrockuptibles (consulté le 26 décembre 2010)
  75. Didier Peron, « The Big Lebowski », Libération (consulté le 26 décembre 2010)
  76. François Gorin, « The Big Lebowski », Télérama (consulté le 26 décembre 2010)
  77. Vincent Ostria, « Bouvard sans Pécuchet », Les Cahiers du cinéma, no 523,‎ avril 1998, p. 76-77
  78. « (en) Russian Guild of Film Critics Awards 1998 », Internet Movie Database
  79. « (en) EFA 1998 The Nominations », European Film Academy (consulté le 23 décembre 2010)
  80. « (en) 1999 3rd Annual SATELLITE™ Awards », International Press Academy (consulté le 23 décembre 2010)
  81. « (en) The Big Lebowski », Allmovie (consulté le 23 décembre 2010)
  82. « The Big Lebowski », AlloCiné (consulté le 23 décembre 2010)
  83. Dave Foster, « (en) The Big Lebowski CE », DVD Times (consulté le 23 décembre 2010)
  84. « The Big Lebowski », AlloCiné (consulté le 23 décembre 2010)
  85. Dave Foster, « (en) The Big Lebowski 10th AE », DVD Times (consulté le 23 décembre 2010)
  86. Steve Palopoli, « (en) The Last Cult Picture Show », Metro Santa Cruz (consulté le 26 décembre 2010)
  87. Green, op. cit., p.129
  88. Green, op. cit., p.130
  89. « (en) 1st Annual Lebowski Fest », Lebowski Fest (consulté le 26 décembre 2010)
  90. Liz Hoggard, « (en) Get with the Dude's vibe », The Guardian (consulté le 26 décembre 2010)
  91. Will Hodgkinson, « (en) Dude, let's go bowling », The Guardian (consulté le 26 décembre 2010)
  92. Joan Anderman, « (en) How The Big Lebowski became a cultural touchstone and the impetus for festivals across the country », The Boston Globe (consulté le 26 décembre 2010)
  93. Steven Kurutz, « (en) White Russians Arise, This Time at a Bowling Alley », The New York Times (consulté le 21 décembre 2010)
  94. « The Big Lebowski », IMDb
  95. (en) « The Top 50 Cult Films », Entertainment Weekly,‎ 23 mai 2003
  96. « (en) The Comedy 25 : The Funniest Movies of the Past 25 Years », Entertainment Weekly (consulté le 26 décembre 2010)
  97. (en) « The 100 Greatest Characters of the Last 20 Years », Entertainment Weekly,‎ juin 2010
  98. « (en) L.A.'s story is complicated, but they got it », Los Angeles Times (consulté le 26 décembre 2010)
  99. (en) « The 500 Greatest Movies of All Time », Empire (consulté le 26 mars 2011)
  100. « (en) The 100 Greatest Movie Characters », Empire (consulté le 26 décembre 2010)
  101. Guillaume Martin, « Quand le X parodie le cinéma... », sur AlloCiné (consulté le 15 avril 2011), p. 13
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 15 janvier 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.








Creative Commons License