The Walt Disney Company

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

The Walt Disney Company

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de The Walt Disney Company

Création (Burbank, Californie)
Dates clés 1923, création de Disney Brothers Studios
1929, renommage en Walt Disney Productions
, renommage en The Walt Disney Company
Fondateurs Walter Elias Disney
Roy O. Disney
Personnages clés Walt Disney (fondateur)
Michael Eisner (PDG de 1984 à 2005)
Robert Iger (PDG de 2005 à 2015)
Forme juridique société anonyme
Action NYSE : DIS
Slogan Where the Magic lives
Siège social Drapeau des États-Unis 500 Buena Vista Drive
Burbank, Californie (États-Unis)
Direction Robert Iger
Actionnaires Voir texte
Activité Télévision, Radio, Animation, Cinéma, Produits de consommation, Tourisme
Filiales American Broadcasting Company
ESPN
Walt Disney Pictures
Walt Disney Parks and Resorts
Marvel Entertainment
Pixar Animation Studios
Lucasfilm
UTV Software Communications
Effectif 150 000 (en septembre 2008)1, 144 000 (en 2009) 2
Site web thewaltdisneycompany.com
Chiffre d’affaires en augmentation 45,0 milliards USD (2013)
Résultat net en augmentation 10,7 milliards USD (2013)

The Walt Disney Company est une entreprise américaine créée en 1923 par Walt Disney, sous le nom Disney Brothers Studios. Elle est en 2012 le premier groupe de divertissement au monde, présent dans l'industrie des médias (journaux, radios, télévision, internet) avec des émissions et séries télévisées (Alias, Lost : Les Disparus, Desperate Housewives etc.), du cinéma avec des courts métrages d'animation (Mickey Mouse, Donald Duck, Dingo, etc.), des longs métrages d'animation et des films en prises de vues réelles, dans l'industrie du tourisme (parcs d'attractions dont Disneyland et Walt Disney World Resort, hôtels, bateaux de croisière) et des loisirs (spectacles) ainsi que les produits dérivés de ses nombreuses productions (jeux et jouets, jeux vidéo, vêtements, etc.). Elle assure aussi la distribution de productions de tiers.

La société est rebaptisée Walt Disney Productions en 1929, puis The Walt Disney Company en 1986 et a été re-déclarée le 11 février 1987 dans l'État du Delaware3, comme de nombreuses sociétés américaines4. Son siège social est situé à Burbank en Californie. La société est à l'origine un studio d'animation fondé par Walt et son frère Roy Oliver Disney au début des années 1920, qui obtient un important succès avec une série lancée en 1928, Mickey Mouse. Les années 1940 amorcent plusieurs changements avec une introduction en bourse et des besoins financiers très tendus qui amènent à une diversification des productions dans les années 1950.

Le studio produit alors des films avec acteurs, des émissions pour la télévision et construit son premier parc à thème. Après la mort de Walt en 1966, puis celle de son frère en 1971, la société fait face à un certain marasme essentiellement dans ses productions. Au début des années 1980, lors une tentative d'OPA à son encontre, la société est contrainte de changer son actionnariat et d'élire un nouveau PDG, Michael Eisner. Ce dernier lance, à partir du milieu des années 1980, de nombreux projets qui permettent à l'entreprise de devenir rentable à la fin de la décennie en capitalisant sur ses productions telles que Disney Channel, Disney Store ou les développements des parcs à thèmes.

Le studio diversifie ses productions cinématographiques en créant ou achetant d'autres studios (Miramax, Touchstone, Hollywood). Au milieu des années 1990, l'entreprise se diversifie dans les nouvelles technologies liées à internet (Walt Disney Internet Group), les jeux vidéo (Disney Interactive) et devient un important groupe de média, avec l'achat d'ABC-ESPN (production et diffusion télévisuelle, radio). Le début des années 2000 est marqué par des problèmes financiers variés et la vente de certaines filiales mais, en parallèle, l'entreprise réalise de nombreux achats de sociétés dans des domaines variés (internet, télévision, jeux vidéo, etc.) La fin des années 2000 voit l'entreprise devenir gestionnaire et distributeur de licences avec, entre autres, les catalogues Disney, de Baby Einstein, des Muppets, Jetix, de Pixar (acheté en 2006), de Marvel (acheté fin 2009) et de Lucasfilm (acheté en octobre 2012).

Sommaire

Historiquemodifier | modifier le code

1923-1966 : période Walt Disneymodifier | modifier le code

L'entreprise a été fondée le 16 octobre5,6 1923 sous le nom de Disney Brothers Studios par Walt et Roy Disney, récemment installés en Californie afin de produire la série des Alice Comedies.

1923-1937 : courts métragesmodifier | modifier le code

Les frères Disney s'installent au 4649 Kingswell Avenue à Hollywood7. Cette date est celle de la signature du contrat entre Winkler et Disney pour la production des six premiers Alice Comedies8,9.

Avec le succès de cette série, le , Walt verse un acompte de 400 dollars pour acheter un terrain au 2719 Hyperion Avenue afin d'accueillir tous les animateurs10 puis les studios déménagent, en 1925, dans de nouveaux locaux sur Hyperion Avenue10. En 1926, les Disney Brothers Studio sont rebaptisés Walt Disney Studio. En 1927, Charles B. Mintz demande à Disney de lancer une nouvelle série, Oswald le lapin chanceux11,12.

En 1928, le studio est confronté à une crise avec son dernier personnage Oswald le lapin chanceux. Walt est obligé de concevoir, avec l'aide d'Ub Iwerks, un nouveau personnage, Mickey Mouse. Afin de marquer le coup, il synchronise l'animation avec du son, ce qui est presque une première mondiale. Les problèmes ne se résolvent pas immédiatement mais imposent à Walt Disney de développer une certaine indépendance vis-à-vis des sociétés d'Hollywood13. Après plusieurs tentatives initiées dès mars 1928, le personnage de Mickey Mouse naît officiellement le 18 novembre 1928 dans un premier film avec son et dialogue synchronisés, Steamboat Willie. Le personnage de Minnie Mouse naît aussi le même jour. Pat Hibulaire, lui, est apparu quelques années auparavant en 1925 dans les Alice Comedies14.

En 1929, fort du succès de la série Mickey Mouse, la société gagne assez d'argent pour se lancer sur un nouveau projet et Walt décide de produire une nouvelle série, les Silly Symphonies15,16. C'est cette seconde production qui différencie Walt Disney de ses concurrents de l'époque17. De plus, elle ouvre de nombreuses possibilités scénaristiques. La société se rebaptise Walt Disney Productions en 1929. Le 16 décembre 1929 Walt Disney réorganise en quatre sociétés son empire, nommées Walt Disney Productions, Walt Disney Enterprises, Walt Disney Film Recording Co et Liled Realty and Investment Co6,18.

En 1930, Disney abandonne le distributeur Pat Powers et signe un nouveau contrat de distribution avec Columbia Pictures19. La même année, Walt engage Charlotte Clark une jeune femme de Burbank qui vient de réaliser une poupée de Mickey que Walt trouve très réussie. La poupée est réalisée en série et présentée à chaque événement promotionnel, devenant le premier produit dérivé Disney. Mickey Mouse s'exporte aussi à l'international, principalement en Italie et au Japon.

En 1931, Donald Duck apparait dans une Silly Symphony, Une petite poule avisée20 mais rejoint par la suite Mickey Mouse. Début 1932, le studio se lance dans un nouveau projet : l'utilisation de la couleur21.

En 1932, seul le distributeur United Artists accepte de distribuer la nouvelle série colorisée, Silly Symphonies21. Disney abandonne la Columbia Pictures. Walt arrive à obtenir une exclusivité de deux ans sur le procédé Technicolor22 ; Des arbres et des fleurs sort dès 1933. En parallèle, le premier magazine avec Mickey est lancé en Italie23.

En 1934, Walt récidive et souhaite produire un long métrage d'animation24, Blanche-Neige et les Sept Nains, qui sort fin 1937.

En 1935, Walt Disney est approché par un jeune vendeur entreprenant, Kay Kamen, qui lui propose un contrat assurant à la société Disney au minimum 50 000 dollars par an de revenus sans rien dépenser, à la seule condition que Kamen conserve la moitié des gains. Kamen devient l'agent gérant les produits dérivés des studios Disney25. Rapidement, il verse à Disney 2,5 millions de dollars par an, empochant la même somme25.

1937-1954 : premiers longs métragesmodifier | modifier le code

Le a lieu la première de Blanche-Neige et les Sept Nains, premier long métrage animé. Son exploitation en salles aux États-Unis et au Canada a engendré à elle seule, à la fin de l'année 1938, 4,2 millions de dollars26, 8 millions au total27,28.

Walt Disney en 1938.

Le 8 mai 1938, Disney crée une société de gestion de ses droits à l'internationale avec la filiale Creazioni Walt Disney S.A.I en Italie principalement pour gérer les droits de magazine Topolino29. Le 31 août 1938, Walt et Roy Disney déposent un chèque de 10 000 USD pour acheter 51 acres (20,64 ha), première parcelle des futurs studios Disney30. Le 29 septembre, Walt Disney Productions rachète les trois autres sociétés créées en 19296.

En 1939, la société Disney lancée dans un nouveau projet de Walt, crée le procédé Fantasound, précurseur du Dolby, afin d'avoir un meilleur rendu du son pour le film « symphonique » Fantasia31. Pour cela les studios Walt Disney Pictures ont acheté huit oscillateurs basse fréquence modèle 200B à la jeune société Hewlett-Packard, à 71,50 dollars chacun, pour synchroniser les effets sonore du film Fantasia32. Disney sera le premier client de cette entreprise d'électronique et informatique. Le 24 décembre 1939, la construction des studios de Burbank débute33.

Le 2 avril 1940, la société lance sa première offre d'achat d'actions à la Bourse de New York34, de 155 000 actions6. Cette émission d'actions était motivé par une dette de 4,5 million d'USD contractée pour financer la productions des longs métrages35. Walt décide de créer un studio en Grande-Bretagne, Walt Disney British Films Ltd36 et que les résultats d'exploitation n'avaient pas permis de résorber. Le 6 mai 1940, les employés des studios et les bureaux de la société finissent leur déménagement à Burbank (Californie), au sein des Walt Disney Studios Burbank6.

La Seconde Guerre mondiale modifie l'activité de l'entreprise, privée des ressources provenant de ses activités à l'étranger, qui, depuis les années 1930, représentent une part importante de ses revenus. Les nouveaux studios sont même réquisitionnés par l'armée37. Les studios de tournages deviennent des entrepôts militaires et une partie des dessinateurs font des dessins animés de « propagandes » et d'éducations militaires. L'autre partie décolle pour faire un tour de l'Amérique de sud38. Le studio produit alors plusieurs compilations qui lui permettent de réduire ses dettes. Peu avant la sortie du film Coquin de printemps en septembre 1947, la société Disney publie ses résultats financiers annuels qui indiquent que sa dette vis-à-vis des banques est descendue de 4,2 millions à 3 millions d'USD, valeur pour l'époque moins effrayante et plus gérable39 et offrant de meilleures perspectives.

Après la fin du conflit, l'entreprise reprend ses activités et se lance dans un développement de ses activités. Courant 1947, Walt Disney demande à Armand Bigle de prendre la direction européenne de la distribution40. À la fin de l'année 1948, les fonds de la société bloqués dans les pays étrangers, dont le Royaume-Uni, dépassent les 850 000 USD36. Walt décide de créer un studio en Grande-Bretagne, Walt Disney British Films Ltd36 qui permet d'utiliser l'argent bloqués pour produire des films, le premier est L'Île au trésor (1950) mais le plus célèbre est Vingt Mille Lieues sous les mers (1954)36.

Après la mort en 1949 de Kay Kamen, elle crée une filiale pour la gestion des produits dérivés, Walt Disney Enterprises25. Le 1er octobre 1949 la société Walt Disney Music Company est créée41. Fred Raphael en est nommé directeur mais est rapidement remplacé par Jimmy Johnson42.

Walt Disney envisage en mars 1950 de produire de ses propres émissions de télévision, une simple diffusion des courts métrages d'animation, idée proposée à son frère Roy43. Dès Noël 1950, à la demande de NBC, Disney produit une émission télévisée spéciale nommée One Hour in Wonderland qui reprend le principe Mickey et le Haricot magique de Coquin de printemps (1947) présentée par Edgar Bergen et ses marionnettes Mortimer Snerd et Charlie McCarthy44. Aussi en 1950, Roy Disney décide de créer une filiale spéciale, indépendante de Walt Disney Enterprises, pour gérer les productions non cinématographiques de Disney, Walt Disney Publications42. La firme utilise des capitaux bloqués en Angleterre pour produire ses premiers films totalement en prise de vue réelle. Le premier est L'Île au trésor, sorti en 1950. Les succès se multiplient et la société Disney devient un groupe important. En 1951, Disney crée une autre filiale musicale, la Wonderland Music Company42 et une filiale française avec l'inauguration d'un siège parisien.

Le 16 décembre 19526, Walt Disney fonde avec ses propres deniers une nouvelle société pour une nouvelle activité, WED Enterprises qui se lance dans la conception du parc d'attractions Disneyland45. En 1953, la société accroît son indépendance. Walt fonde le 6 avril 1953 Retlaw Enterprises afin d'avoir le contrôle commercial de son nom « Walt Disney ». (Retlaw est l'anagramme inverse de Walter)6. Le 10 novembre 1953 voit la création de Buena Vista Distribution, une filiale de distribution pour ses productions46.

Le 27 octobre 1954, à la suite des négociations avec la chaîne pour financer le projet Disneyland, le studio lance le programme télévisé Disneyland sur ABC47. La société se lance alors dans ce nouveau média, produisant plusieurs séries télévisées dont Zorro.

1955-1966 : premiers parcs à thèmesmodifier | modifier le code

Vue aérienne du parc Disneyland en 1956.

Le 17 juillet 1955 le parc Disneyland ouvre à Anaheim en Californie, complexe détenu par Disney Productions à hauteur de 34,5 %6, l'équivalent de 1/2 million de dollars47 En parallèle, la production télévisuelle se poursuit avec, dès le 3 octobre 1955 la première diffusion sur ABC de l'émission The Mickey Mouse Club6,48.

La fin des années 1950 est marquée par de nombreuses activités bénéficiaires et développements. Les bénéfices du parc à thème et des productions permettent à Walt Disney Productions de racheter le 9 juin 1957 31 % de Disneyland Inc pour 528 810 USD6,47. Le 12 novembre 1957, le cours de l'action Disney entre en Bourse au New York Stock Exchange34,49. En 1959, Walt Disney achète pour 300 000 USD le Disney's Golden Oak Ranch en banlieue de Los Angeles50. Le 6 juillet 1960, Disney rachète les 34,5 % restants de Disneyland à ABC pour 7,5 millions de dollars6,47. Le rapport annuel 1960 de la société Disney montre une perte de 1,342 million de dollars dont 6 millions en raison d'un inventaire fiscal avec les revenus suivants : 46 millions de revenus pour le parc Disneyland, 7 millions pour les films et 4,6 millions pour la télévision51. Au niveau comptable, l'évolution de la société est visible, ce n'est plus l'animation qui est le moteur de l'entreprise51. En 1961, Buena Vista International est créée pour gérer les licences dont celle de Winnie l'ourson46.

Disney se lance aussi sur un autre projet, celui d'un second parc à thème. Entre 1961 et l'été 1964, de mystérieux acheteurs acquièrent 11 000 ha de terrain en Floride. Walt Disney se cache derrière ces achats pour une estimation de 5 millions d'USD52. En 1964, la sortie du film Mary Poppins est un important succès tant artistique que commercial. Le 3 février 1965, Walt Disney Productions rachète WED Entreprises à Walt Disney pour quatre millions d'USD6.

Le , Walt Disney meurt d'un cancer des poumons. L'entreprise poursuit ses productions dans la télévision, l'animation et le cinéma et décide en 1964 d'augmenter la division parc à thèmes avec l'achat de terrains en Floride. Disney lance le projet de Walt Disney World Resort.

1966-1983 : après la mort de Waltmodifier | modifier le code

Le château de Cendrillon, emblème du Magic Kingdom de Walt Disney World Resort ouvert en octobre 1971.

À la mort de Walt Disney en 1966, son frère aîné Roy Oliver Disney décide de continuer l'œuvre de Walt soutenu par une entreprise ayant un important capital financier. Le 12 novembre 1967, le cours de l'action Disney entre en Bourse au New York Stock Exchange49. C'est une période que l'on pourrait qualifier de « transitoire ». La société continue ses activités mais aucun nouveau grand projet n'apparaît.

En 1969, Un amour de Coccinelle sort et devient le plus gros film de l'année et le premier épisode d'une série de films et de téléfilms. Le 25 juin 1969, la filiale Walt Disney Educational Productions, destinée à la production de « films et matériels éducatifs » est créée au sein de Disney5 tandis que la société prend conscience de son capital historique avec la création le 22 juin 1970 des Walt Disney Archives dirigées par Dave Smith au cœur des studios et siège social à Burbank53.

Le , Walt Disney World Resort ouvre à Orlando en Floride, inauguré par Roy Oliver. Dave Smith évoque en 1998 un coût pour le projet de 400 millions d'USD mais grâce aux qualités de Roy, la société ne présente aucune dette importante54.

Roy décède juste après en 54. Card Walker prend la tête de la société55 mais semble se retrouver sans réel décideur. En 1976, Walker est nommé au poste de CEO (directeur général), puis PDG en 1980, poste qu'il conserve jusqu'à sa retraite en février 1983 mais il resta en poste jusqu'au 1er mai pour superviser l'ouverture de Tokyo Disneyland55. En juin 1979, deux mois après la signature d'un contrat pour le parc de Tokyo, Disney fonde une filiale au Japon56. Walt Disney Pictures et le reste de la société poursuivent les projets lancés par Walt Disney, mais l'innovation de Walt commence à faire défaut. Il y a peu de productions cinématographiques.

À partir des années 1980, l'entreprise retrouve un nouveau souffle. En 1981, une étude interne comprenant un inventaire établit que le studio possède 250 longs métrages, 456 courts métrages d'animation et 27 années des programmes télévisuels, la plupart jamais rediffusé57. Jim Jimirro, directeur du service des nouveaux marchés propose à la direction de la société Disney de créer sa propre chaîne de télévision57. Le projet mettra deux années à voir le jour. La même année, Feld Entertainment obtient les droits internationaux pour des spectacles de patinages sur glace avec les personnages Disney, le premier spectacle Disney on Ice est présenté la même année58. Le 8 juillet 1981, Walt Disney Productions rachète à la société Retlaw Enterprises, détenue par la famille Disney (sa veuve et ses deux filles), les droits sur le nom « Disney » pour 46,2 millions d'USD, ainsi que le monorail et le train de Disneyland59.

La division parc d'attractions inaugure le un second parc à Walt Disney World Resort, EPCOT inspiré par une vision futuriste de Walt Disney60 ainsi que le parc Tokyo Disneyland au Japon en 198361, mais c'est la société Oriental Land Company qui est le propriétaire de l'ensemble tokyoïte.

La division cinéma n'est pas en reste et sort en 1982 le film Tron, utilisant pour la première fois des images de synthèse générées par l'informatique. En 1983, la société réorganise ses activités en créant des filiales spécialisées dans presque chaque type de productions. Le , Walt Disney Productions crée à partir du département animation et films (Pictures), Walt Disney Pictures une société à part entière et filiale à 100 %59 tandis que Walt Disney Television continue d'assurer la production de séries télévisées, activité existant depuis 1955. Cette dernière permet de superviser les besoins de Disney Channel, une chaîne de télévision lancée aux États-Unis le 18 avril 198362.

1984-2005 : l'ère Michael Eisnermodifier | modifier le code

1984-1989 : reconquête du géantmodifier | modifier le code

À partir de mai 1984, la société Walt Disney Productions est la cible d'une tentative d'OPA de la part de groupes financiers spécialisés dans la vente en lots63 mené par Saul Steinberg64. La société de Steinberg nommée MM Acquisition Corporation et détenue par la Reliance Group Holdings lance le 8 juin 1984 une offre à 67,50 USD par actions59. Afin de contrer cette tentative, Disney avait acheté la société Arvida Corporation le 6 juin 1984 pour 200 millions d'USD59,64. L'achat par Disney fut motivé par la volonté de diluer l'action de Disney, le rachat ayant conduit à une prise de participation de Bass Brothers à hauteur de 5,9 % dans Disney64. Le 11 juin, Disney rachète à Reliance 4,2 millions d'actions (soit 11,1 % du capital) pour 328 millions d'USD59. Le directoire de la société accepte par la suite l'entrée de groupes financiers dans son capital. La direction de Disney « appelle à l'aide » Michael Eisner et Frank Wells, le premier sera nommé PDG et le second directeur général financier, effectif au 23 septembre59. Michael Eisner était président de la Paramount Pictures et est à l'origine de la série des Indiana Jones. Avec cette arrivée, la société gagne un second souffle et se lance dans de nombreux projets.

Le complexe autour du Queen Mary de la Wrather Corp acheté en 1988 puis revendu.

À partir du milieu des années 1980, l'entreprise se diversifie et s'internationalise de plus en plus. En septembre 1984, la Disney Development Company est créé afin de concevoir, planifier, gérer et développer les propriétés immobilières de Disney non liées aux parcs à thèmes65. Son activité provient en partie des activités d'Arvida et le premier responsable est Peter Rummell, ancien responsable chez Arvida66.

La même année voit la naissance le 9 mars 1984 de la filiale Touchstone Pictures pour les films plus adultes avec la sortie du film Splash59. La Walt Disney World Company acquiert à l'initiative de Michael Eisner, la collection d'art africain de Paul Tishman, promoteur immobilier de New York qui est alors rebaptisée Walt Disney-Tishamn67. En 1985, Disney lance aussi une division télévision pour Touchstone avec la série Les Craquantes68.

Le 6 février 198659,5, la société prend le nom de The Walt Disney Company à la suite du changement de direction et d'actionnaires de 1984 tandis que durant l'année WED Enterprises devient Walt Disney Imagineering65,5.

En 1987, Disney conclut un accord avec l'État français pour la création d'un domaine de loisirs aux portes de Paris, Euro Disney Resort. La société Arvida Corporation est vendue à la société JMB Realty Corporation pour 404 millions d'USD64. De plus la première Disney Store ouvre le 28 mars 1987 dans la Glendale Galleria à Glendale en Californie, non loin du siège social de Disney à Burbank59,69.

Le 21 janvier 1988, Disney signe le rachat des possessions de la Wrather Corp pour 161 millions d'USD et 89 millions d'USD de dettes59. Le Disneyland Hotel et le complexe autour du Queen Mary passent dans le portefeuille de Disney. Le 20 avril 1988, Disney achète la société de vente par correspondance, Childcraft Education Corporation à Grolier Inc. pour 52 millions d'USD70,71, fusionnée avec Disney Catalog. En mai 1988, la filiale italienne, Creazioni Walt Disney est rebaptisée Walt Disney Company Italia29. Le studio renoue aussi avec le succès pour ses films d'animation, La Petite Sirène sort en 1989. Tandis que le label musical Disneyland Records est rebaptisé Walt Disney Records72. Le 6 novembre 1989, 51 % des 170 millions d'actions de la société Euro Disney SCA sont émise sur le marché de la bourse française au prix initial de 72 FF, les 49 % restants étant détenus par Disney59.

1990-1999 : nouvel âge d'ormodifier | modifier le code

Le Disney Magic, premier paquebot de croisière de la Disney Cruise Line.
Le New Amsterdam Theatre à New York, lieu privilégié des comédies musicales de Walt Disney Theatrical Productions.

Le début des années 1990 est une période faste pour la société dont l'action entre au Dow Jones le 6 mai 199173, remplaçant la société U.S. Steel59. Dans la plupart de ses domaines d'activités, elle obtient plusieurs succès dont La Belle et la Bête (1991), Aladdin (1992) et Roi Lion (1994). Le 18 juillet 1990 un nouveau studio est créé, Hollywood Pictures59. La première Disney Store en dehors des États-Unis ouvre à Londres le 1er novembre 1990 sur Regent Street59. En 1991, la maison d'édition Hyperion est fondée74. Le 13 septembre 1991, Disney achète le magazine de vulgarisation scientifique Discover75 au groupe Family Media qui stoppe ses activités.

Le 12 avril 1992, Disney ouvre le premier parc Disney en Europe, Euro Disneyland59,76. Le 30 septembre 1992, le Disney's Filmed Entrertainment Group, futur Walt Disney Motion Pictures Group devient le premier studio a atteindre les 500 millions d'USD de chiffre d'affaires en une seule année77. Le 30 septembre 1992, Disney revend les propriétés de Long Beach de l'ex-Wrather Company à la municipalité78. Le 9 décembre 1992, Disney obtient de la NHL une franchise qui deviendra les Mighty Ducks d'Anaheim77.

Le 30 juin 1993, Disney achète Miramax Films77,79, pour 80 millions d'USD80, aux frères Weistein qui en restent directeurs. Miramax devient la branche films indépendants de Disney. Le succès de cette filiale est très important de par la liberté d'action laissée aux frères Weistein. Tous les concurrents de Disney créeront eux aussi des studios pour les films indépendants. Pour aider aux financements d'autres acquisitions et projets, Disney émets le 21 juillet 1993 des bonds et récolte 300 millions d'USD77.

Toutefois, dès 1994, la mort de Frank Wells dans un accident d'hélicoptère le 3 avril78 et le départ en octobre de Jeffrey Katzenberg, parti fonder son propre studio DreamWorks SKG81, marquent le début de plusieurs déboires. Le parc européen ne parvient pas à atteindre ses objectifs et la dette pèse sur le groupe. Le 4 novembre 1994, la première Disney Gallery ouvre dans le centre commercial Mainplace Santa Ana en Californie82. En décembre 1994, Disney Interactive est fondée comme une filiale pour le marché des jeux vidéo83.

En 1995, Disney investit en Allemagne et le 28 avril 1995 voit le lancement de la chaîne Super RTL, détenue à parité par RTL Group et Disney (50 % - 50 %)84. Le 31 juillet 1995, la compagnie annonce son intention de racheter Capital Cities-ABC ainsi que sa filiale à 80 % ESPN pour 19 milliards d'USD47,77. Capital Cities-ABC comprend en plus du réseau de télévision ABC, ESPN, 4 importants journaux, Fairchild Publications et diverses participations. Les actionnaires approuvent la fusion le 4 janvier lors d'un congrès spécial à New York77 et l'achat est finalisé le 9 février 199647,77. Le 18 mai 1995, Disney prend le contrôle de 25 % de l'équipe de baseball California Angels85 et la renomme en novembre Anaheim Angels86. L'équipe est achetée en totalité dès le 15 mai 199685. Mais les films d'animation tels que Pocahontas (1995) n'ont pas le succès escompté.

En février 1996, avec le succès du parc de Floride et l'achat de Gorda Cay, Disney crée une filiale pour des croisières Disney Cruise Line65. Courant 1996, Disney achète le studio Jumbo Pictures87,88. En mai 1996, Disney achète le studio d'effets visuels Dream Quest Images89 et Walt Disney Imagineering fusionne avec la Disney Development Company afin d'unir les services Disney de création, design, planification, immobilier et management de projets sous le seul nom de Walt Disney Imagineering65, Rummell devenant le pdg de la nouvelle entité66. Le même mois, la Walt Disney Company et McDonald's signe le 23 mai un contrat international d'exclusivité pour Disney des jouets proposés dans les Happy Meals90. Le 1er juillet 1996, l'ESPN Club ouvre à Disney's BoardWalk, c'est un préconcept des futures ESPN Zone.

Le 24 février 1997, Disney signe un accord avec Pixar pour coproduire avec Disney cinq longs métrages d'animation totalement en image de synthèse90 et l'achat par Disney de 5 % du capital de Pixar91. Le 3 avril 1997, Disney se lance dans la bulle Internet en entrant au capital de Starwave Corporation une société informatique d'édition multimédia92. Le 4 avril Disney revend les 4 journaux (anciennement Capital Cities) à Knight Ridder pour 1,65 milliard USD92. En avril 1997, Disney casse son contrat avec Cinergi Pictures et achète la plupart des films du catalogue93. Le 21 juillet, Disney achète le label musical indépendant Mammoth Records92. Le 3 septembre Disney achète la chaîne Classic Sports Network qui deviendra ESPN Classic92. Le 2 décembre Disney édite son premier DVD.

En 1998, la société Disney alors divisée en trois parties Broadcasting, Creative Content et Parks and Resorts se réorganise en cinq divisions : Disney Media Networks, Walt Disney Studios Entertainment, Walt Disney Parks and Resorts, Disney Consumer Products et Walt Disney Internet Group (WDIG). Parallèlement, le 19 juin 1998 les actions sont fractionnées au taux de trois pour une94. La division des produits de consommation est issue de Creative Content qui comprenait alors toutes les productions qu'elles soient cinématographiques, télévisuelles, informatique ou de presse. Le 1er janvier 1998, le premier des deux navires de la Disney Cruise Line est lancé, le Disney Magic, et est mis en service le 30 juillet95. Le 8 janvier, le premier McDonald's d'un complexe Disney, ouvre à Downtown Disney Marketplace96. Le 18 juin 1998, Disney annonce son intention d'acheter 43 % de Infoseek95. Le 12 juillet, le premier ESPN Zone ouvre ses portes à Baltimore95. Le rachat d'Infoseek est finalisé le 18 novembre 1998 avec en contrepartie le rachat de Starwave Corporation par Infoseek97. Le 20 décembre a lieu la première du Roi Lion : La comédie musicale au Japon et marque la naissance des Walt Disney Theatrical Productions97.

Le , le second navire de la Disney Cruise Line est lancé, le Disney Wonder et est mis en service le 15 août. Le 25 février Robert Iger alors président de ABC prend aussi la tête de la nouvelle filiale Walt Disney International97. Le 10 mai 1999, Disney réorganise sa division publication, le Buena Vista Publishing Group devient le Disney Publishing Worldwide et est rattaché à la division Disney Consumer Products tandis que Hyperion Books devient une filiale de ABC98. En août 1999, WDIG achète 60 % de Soccernet à Daily Mail et General Trust99. Le 24 août, Disney vend les Fairchild Publications, dernier morceau non stratégique de Capital Cities, à Advance Publications97.

2000-2005 : entrée mitigée dans le XXIe sièclemodifier | modifier le code

Les montagnes russes California Screamin' du parc Disney California Adventure.
La Disney Store de Tokyo Disneyland, vendue avec les boutiques japonaises au propriétaire du parc OLC.

La période 1999-2001 marque un changement dans la progression de Disney. Plusieurs éléments en sont la cause. Le New Tomorrowland de Disneyland (1998) et le parc Disney's California Adventure (2001), voulus comme le nouveau paradigme de la qualité des parcs Disney, ne répondent pas aux attentes ni des fans, ni des simples visiteurs. Un second parc ouvre aussi au Japon, Tokyo DisneySea en septembre 2001, ainsi qu'en France les Walt Disney Studios en mars 2002.

Les magasins Disney Store, devenus moins rentables en raison de la vente de produits Disney en parallèle dans les grandes chaînes commerciales, sont revendus (sauf en Europe). La fin de la bulle internet force Disney à revoir son activité liée à ce média. Le WDIG est alors intégré à la division Disney Media Networks. Les attentats du 11 septembre 2001 affectent profondément le secteur du tourisme et les revenus des parcs Disney chutent.

En 2000, Disney dissout le studio Jumbo Pictures, mais continue d'acheter et diffuser les séries produites par le studio recréé par les anciens directeurs de cette société et baptisé Cartoon Pizza. Le 8 juin, Disney revend Ultraseek Corporation pour 153 millions d'USD à Inktomi100. Au printemps 2001, Disney revend ses parts dans Eurosport pour 93 millions d'USD. Toutefois Disney réalise quelques investissements. Le 3 août 2000, WDIG achète les 40 % restants de Soccernet99 puis en octobre lance en partenariat avec eBay le site Disney Auctions. En septembre, Disney se lance dans le capital-risque en fondant la société Steamboat Ventures.

De plus, pendant cette période, l'audience du réseau ABC baisse. Afin de résoudre le problème d'ABC, Disney cherche à étendre le réseau. Le 23 juillet 2001, Haim Saban et News Corporation annoncent être parvenir à un accord pour vendre la société Fox Family Worldwide à Disney pour 5,3 milliards d'USD101, renommée plus tard ABC Family102. Le rachat est finalisé le 24 octobre102. Au passage, Disney récupère le catalogue de Saban Entertainment. Disney prend alors le contrôle de Jetix et profite de la situation pour lancer une campagne de restructuration de son activité de distribution télévisée : le nombre de chaînes Disney ou de filiales de la société explose. ABC, Disney Channel et ESPN passent de simple chaîne (une ou deux) à de véritables bouquets de chaînes déclinés dans plusieurs pays. En novembre, Disney rachète la Baby Einstein Company103.

Le , Disney vend l'ensemble des Disney Store du Japon à OLC, opérateur de Tokyo Disneyland pour 51 millions USD104. Le 12 juin 2002, Disney signe un partenariat pour 1 milliard d'USD avec OMD, une filiale d'Omnicom, pour la diffusion de publicités105.

Le 24 mars 2003, Disney et Bank One créent aux États-Unis une carte de crédit Visa offrant entre autres des avantages dans les boutiques et parcs Disney106. En mai 2003, Disney annonce que le nombre de visiteurs dans les Disney Store dépasse celui dans ses parcs d'attractions et qu'en raison de la concurrence, plusieurs options sont envisagées dont la vente des boutiques nord-américaines et européennes107. Le 21 mai 2003, Disney revend les Angels de Los Angeles d'Anaheim108 pour 180 millions d'USD à Arturo Moreno, un financier de Phoenix109. Fin septembre 2003, Disney lance un service de vidéo à la demande nommé MovieBeam110,111, au moyen d'un décodeur spécifique.

En février 2004, Disney subit une tentative d'OPA, de la part du câblo-opérateur Comcast de 54 milliards d'USD112 que Michael Eisner aurait refusé sans demander conseil au directoire; ce qui aurait précipité sa chute113. Le 17 février 2004, Disney a acheté les droits et le catalogue des Muppets et Tibère et la Maison bleue Bear in the Big Blue House pour 68 millions d'USD114.

Toutefois la société connaît à partir de 2004 des problèmes de direction. Michael Eisner, artisan de la relance des années 1980-1990 est contesté sur ses dernières décisions. Le directoire décide de ne pas renouveler son poste de PDG pour 2005 et Robert Iger est alors nommé président.

Une Disney Store rénovée selon The Children's Place.

Le 15 mai 2004, Disney achète Les Muppets à The Jim Henson Company, créant une nouvelle filiale Muppets Holding Company115, société rattachée à Disney Consumer Products. En novembre 2004, Disney rachète les actifs de la société CrossGen Comics spécialisée dans les comics de la Fantasy116. Le 21 novembre 2004, la vente des Disney Stores nord-américaines à The Children’s Place est effective, Disney recevant 100 millions d'USD pour l'échange du capital flottant114.

Le 25 février 2005, Disney annonce son intention de revendre sa licence à Henry Samueli117. Le 29 mars 2005, Disney et les frères Weinstein parviennent à un accord, Disney conserve la marque Miramax et les catalogues de Miramax et Dimension Films tandis que les frères Weinstein récupèrent la marque Dimension Films118. Les deux frères créent peu après un nouveau groupe de médias, The Weinstein Company, autour de la Dimension Films. Miramax devient un des labels de Buena Vista Entertainment.

Le 20 juin 2005, la vente des Mighty Ducks s'achève et Disney reçoit 26 millions d'USD114 ce qui après la vente en 2003 des Angels d'Anaheim provoque la dissolution de la filiale Anaheim Sports. Le 23 juin 2005, Disney Consumer Products stoppe la recherche d'un repreneur pour les 105 Disney Store européens. Le 28 juin 2005, trois podcasts (ABC News, Disney Online et ESPN.com) sont lancés sur iTunes à la suite d'un contrat entre Disney et Apple119. Le 6 juillet 2005, Disney annonce la création des services de téléphonie mobile Disney Mobile et Mobile ESPN120. Le 22 juillet 2005, Disney annonce que le rachat de Fox Family Worldwide s'élève à 5,2 milliards d'USD, somme supérieure à celle prévue à l'origine (moins de 4)121. Le 23 août 2005, c'est Baby Einstein qui crée Little Einstein, une gamme de produit pour les 3-8 ans122. La gamme Disney Fairies débute le 29 août 2005 avec la sortie du livre Poussière de Fées et l’œuf magique de Gail Carson Levine123, les boissons pour enfants avec des personnages Disney sont annoncées le 10 septembre, avec un accord de licence à la société britannique Calypso Soft Drinks124. La gamme Indesign Disney de mobiliers Disney construits par Masonite est lancée en exclusivité dans les Home Depot américain125.

Entrée du Hong Kong Disneyland Resort, ouvert en septembre 2005.

Le 6 septembre 2005, le Buena Vista Music Group signe un accord avec EMI Group pour la distribution des productions en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient126. Le 13 septembre 2005, Disney annonce vouloir tripler le nombre de Disney Store en Chine dans les 5 prochaines années. Le 21 septembre 2005, le Disney-ABC Cable Network Group signe un accord avec Verizon pour diffusion sur le service étendu de fibre optique FIOS de 12 chaînes de Disney dont 7 chaînes ESPN channels, ABC Family et ABC News Now127.

Le vendredi 30 septembre 2005 marque le départ de Michael Eisner de son poste de PDG. Son départ a été peu médiatisé et sans cérémonie d'après les rares médias l'ayant évoqué le lendemain.

2005-2015 : Robert Igermodifier | modifier le code

2005-2010 : Achat de Pixar et réorganisation dans les médiasmodifier | modifier le code

Portail d'entrée des studios de Pixar.
Robert Iger à la première de Disney's World of Color dans le parc Disney California Adventure. (juin 2010)

Le 7 octobre 2005, Disney revend le magazine Discover pour 13 millions d'USD114. Le 12 octobre 2005, Disney lance sur iTunes le téléchargement des épisodes des séries d'ABC et Disney Channel128. Le 19 octobre 2005, WDIG achète Living Mobile une société éditrice de jeux vidéo allemande basée à Munich et à Prague129. Le 12 septembre 2005, le premier parc Disney de Chine, Hong Kong Disneyland ouvre ses portes. Le 25 septembre 2005, Disney annonce une perte de 68 millions d'USD à la suite de la faillite de Delta Air Lines annoncée le 14 septembre. Le , des rumeurs dans la presse annoncent que Disney s'apprêterait à racheter Pixar au lieu de renouveler leur contrat de distribution exclusif130. Le 23 novembre, l'action de la société italienne Mondo Tv hausse de 3 % à la suite d'une information de rachat possible par Disney131 mais rien n'est venu confirmer cette rumeur. Toutefois à la même date Disney a revendu ses intérêts dans une chaîne câblée espagnole pour 57 millions d'USD114. Le 8 décembre 2005, Disney et sa division de distribution Walt Disney Home Entertainment annoncent qu'ils soutiendront le format Blu-ray132.

Le , le Disney-ABC Cable Network Group et ESPN ajoutent des services de vidéo à la demande au contrat liant Disney et Verizon Communications133. Le 24 janvier 2006134, Disney annonce le lancement d'une opération boursière visant à acheter Pixar pour environ 7,4 milliards de dollars, pour moitié par un échange d'actions135. Le taux annoncé est de 2,3 actions de Disney contre une de Pixar. À cette occasion Steve Jobs (cofondateur d'Apple), PDG de Pixar et actionnaire de 50,6 % du capital de la société, devrait être proposé (à sa demande) à une nomination par les actionnaires de Disney au poste d'administrateur indépendant. Le 6 février 2006, lors de la publication de ses résultats trimestriels, Disney a annoncé la fusion des réseaux de stations radiophoniques d'ABC Radio et de Citadel Broadcasting136. L'ensemble nommé Citadel Communications sera géré par Citadel mais détenu à 52 % par les actionnaires de Disney136. Le montant de la transaction s'élèvera à 2,7 milliards de dollars en faveur de Disney. Mobile ESPN n'arrive pas à trouver son public et se transforme en un simple service dès février 2007. Le 13 février 2006, après l'annonce du départ d'Al Michaels, commentateur sportif d'ESPN pour la chaîne NBC, affiliée à Universal, la Walt Disney Company déclare avoir négocié en échange la récupération des droits sur Oswald le lapin chanceux137. Le 9 mars 2006, Walt Disney International annonce la création de la Walt Disney Company (Russia) afin de gérer les intérêts de Disney en Russie138,139, filiale ouverte le 1er avril à Moscou. Le 13 mars 2006, ESPN lance sa première chaîne au Royaume-Uni, sous le nom d'ESPN Classic mais qui est une déclinaison de ESPN Classic Sport133. Le 6 avril 2006, le service Disney Mobile est transformé en un opérateur de réseau mobile virtuel136. Le 5 mai 2006, Disney annonce avoir achevé le rachat des actions de Pixar134,140. Les studios d'animation des deux sociétés seront regroupés à partir de l'été 2006 sous la direction de Edwin Catmull et John Lasseter de chez Pixar.

Le 1er juin 2006, Disney a lancé la société Disney Jeans en Inde avant de s'étendre sur les marchés de l'Asie et de l'Europe141. Le , Disney signe plusieurs accords pour vendre des fruits sous la marque Disney dans des chaînes de magasins européens142 : en Angleterre, Tesco vend des mandarines puis plus tard des pommes et des bananes, en France Carrefour propose des mini-tomates et en Allemagne, Metro AG vend des mini bananes. Le 21 juin 2006, ESPN et ABC obtiennent pour 10 ans les droits de diffusion de 110 matchs annuels de la Big Ten Conference, jusqu'en 2017143. Le 26 juin 2006, George Mitchell a confirmé être en pourparlers avec les officiels de la ville de Shanghaï pour un second parc en Chine qui, d'après lui, n'aurait pas d'influence sur la fréquentation de celui de Hong Kong144. Le 28 juillet 2006, Disney annonce la signature d'un contrat prévoyant l'achat de la chaîne indienne d'Hungama TV auprès d'UTV143 pour 30 millions d'USD ainsi que l'achat de 14,9 % d'UTV Software Communications pour 15 millions, société qui produit des programmes de télévision, des films d'animation et des films de type Bollywood145. Le 4 août 2006, ESPN obtient pour 8 ans les droits de diffusions sur ESPN2 des 29 matchs annuels de la Ligue majeure de soccer, jusqu'en 2014143.

Le 22 novembre 2006, Disney signe un accord avec Comcast, ce dernier rachetant les 40 % de E! Entertainment détenus par Disney pour 1,23 milliard d'USD en contrepartie de la distribution des chaînes de Disney : Disney Channel, ABC Family, Toon Disney, ESPN, SOAPnet et le lancement d'ESPN Deportes146. De plus Comcast peut utiliser dans son service de vidéo à la demande les productions de Disney dont celles de Walt Disney Pictures, Miramax Films et Touchstone Pictures. Le même jour, Disney annonce une extension sur tous les continents de son contrat nord-américain avec la société de chaussures Crocs pour la ligne de chaussures sportives Crocs Disney147. Le 5 décembre 2006, ESPN International prend le contrôle de NASN une chaîne européenne consacrée aux sports américains pour la somme de 80 millions d'USD148,149, renommée par la suite ESPN America.

En février 2007, Verizon Wireless offre le service Mobile ESPN et la chaîne ESPN devient disponible sur le service MediaFLO mobile TV de Qualcomm150. Le 6 février 2007, Disney fusionne ses différentes entités de promotion et de publicité pour les enfants et la famille dans les domaines de la télévision, d’internet, la radio et la presse en un seul groupe, le Disney Media Advertising Sales and Marketing Group151. Buena Vista Games devient Disney Interactive Studios152,153. Le 19 mars 2007, le Walt Disney Internet Group achète un second fournisseur de contenu pour téléphone portable chinois Enorbus pour 20 millions d'USD 154. Le 25 avril 2007, la presse annonce la suppression possible à partir du mois de mai 2007 du nom Buena Vista au profit de Disney en raison d'une politique de simplification des marques de la Walt Disney Company entamée par Robert Iger155. Le 8 mai 2007, Walt Disney Records, Disney Electronics et le Walt Disney Internet Group s'associent pour offrir au téléchargement sur le site Disneymixcentral.com le catalogue du premier pour les baladeur MP3 du second156.

Le , afin de compléter son offre sportive globale, ESPN annonce le rachat du plus important site sur le cricket Cricinfo au Wisden Group157. Le 1er août 2007, Disney rachète le site de monde virtuel pour enfants Club Penguin pour 350 millions d'USD158. Le 9 août 2007, Disney annonce le renommage pour janvier 2008 du parc Disney-MGM Studios en Disney's Hollywood Studios159, effectif dès le 1er janvier. Le 22 août 2007, ESPN rachète le site internet de rugby Scrum.com160. Le 27 septembre 2007, WDIG annonce la fermeture le 1er janvier 2008 de l'opérateur virtuel Disney Mobile161. Le 3 octobre 2007, Disney annonce l'ouverture d'un hôtel et d'un nouveau Disney Vacation Club de 8,5 ha et 800 chambres en 2011 à Hawaï, sur l'île d'Oahu au sein du complexe de loisirs Ko Olina Resort & Marina162. Le 13 octobre 2007, la gamme Disney Garden propose des légumes et fruits « sélectionnés pour aider les familles à offrir à leurs enfants des aliments bons pour la santé »163. Le 12 novembre 2007, la société Disney annonce qu'elle s'apprêtait à lancer une offre Disney Mobile au Japon avec SoftBank, alors que la filiale américaine ne rapporte pas le succès escompté164. Le 3 décembre 2007, Disney annonce vouloir acheter 11 à 15 % supplémentaires du capital d'UTV165. Le 4 décembre 2007, WDIG achète la société iParenting Media, fournisseur de contenu pour la famille166.

Le 14 janvier 2008, Disney et ESPN confirment avoir pris une participation de 11 % dans NBA China, la filiale chinoise de la NBA167. Le 12 février 2008, Disney achète 20 % de la société espagnole de télévision numérique Net TV appartenant à Vocento168. Le 18 février 2008, Disney annonce détenir 32,1 % du capital d'UTV après avoir acheté pour 203 millions d'USD en actions, ainsi que 15 % d'UTV Global Broadcasting, pour 30 millions de $169. Le 2 mai 2008, Disney signe un accord avec The Children's Place pour reprendre le contrôle des Disney Store nord-américaines mais annonce en contrepartie la fermeture de 98 boutiques170. Le 5 juin 2008, la société Disney Interactive Media Group naît de la fusion de Disney Interactive Studios et du Walt Disney Internet Group171. Le 23 juin 2008, WDIG annonce la vente de Movies.com à Fandango, une filiale de Comcast172. Le 8 décembre 2008, Disney annonce être en cours de négociation pour acheter les parts restantes de Jetix Europe, pour atteindre les 96 % du capital avant la fin de l'année et d'acheter les 4 % restants en 2009173,174. Le 16 décembre 2008, Disney fonde une coentreprise en Russie avec Media-One en vue de créer un réseau de 30 chaînes de télévision ; 49 % de la nouvelle société est détenue par Walt Disney Company CIS, filiale russe de Disney fondée en 2006175.

Le 8 février 2009, Steven Spielberg annonce achever la signature d'un contrat de six ans pour accorder à Disney la distribution de 30 films de DreamWorks SKG176,177. La distribution des productions du studio désormais indépendant sera assurée par Walt Disney Studios Distribution. Le 20 février 2009, la commission anti-monopole russe suspend l'achat par Disney de 49 % du groupe russe Media One178. La société Catalpa Investments filiale russe de Disney avait demandé l'aval de la commission pour l'achat de 49 % de la nouvelle société MO-TV-Holdings, créée à l'occasion pour détenir le groupe télévisuel russe Media One, ce qui aurait permis à Disney de lancer une chaîne Disney Channel en Russie178 parmi d'autres possibilités. Le 27 février 2009, Jetix Europe annonce la fin de la période de rachat des actions, période qui s'achève par la détention par Disney de 99,8 % des actions179 et l'arrêt de la cotation à la bourse Euronext de Jetix Europe. Le 30 avril 2009, ABC, Inc annonce prendre une participation de 27 % dans le site internet de vidéo à la demande Hulu180. À la suite de problèmes financiers le groupe de télévision irlandais Setanta Sports doit se séparer de droits de retransmission de certains matchs du Championnat d'Angleterre de football. Le 22 juin 2009, ESPN récupère ces droits soit 46 matchs de la saison 2009-210 et 23 matchs de celle 2010-2013 sur 138 pour chaque saison181.

Le 19 juillet 2009, ESPN lance trois sites internet consacrés aux actualités sportives locales de New York, Los Angeles et Dallas182. Le 31 août 2009, Disney annonce l'obtention d'un accord en vue du rachat de Marvel Entertainment pour 4 milliards USD (soit 2,8 milliards d'euros)183. L'achat se ferait par échange d'action au taux de 0,745 action Disney pour une Marvel et 30 USD en numéraire, mais cette transaction nécessite l'approbation de la commission anti-monopole183. Le 30 septembre 2009, un juge de Los Angeles déclare que Disney n'avait commis aucune infraction à l'accord signé ni aucune retenu sur les royalties de Winnie l'ourson, procès entamé en 1991 par la famille de Stephen Slesinger184. Le 3 novembre 2009, Disney a annoncé offrir 7 millions de $ pour la préservation de la forêt dont quatre pour la Tayna and Kisimba-Ikobo Community Reserves dans la République démocratique du Congo et pour l'Alto Mayo au Pérou185. Le 13 novembre 2009, Jay Rasulo (pdg) et Tom Staggs (CFO) échangent leurs fonctions à la tête de la division Walt Disney Parks and Resorts186. Le 23 décembre 2009, Sheryl Sandberg, COO de Facebook, est nommée au directoire de Disney187. Le 31 décembre 2009, les actionnaires de Marvel approuvent le rachat par Disney pour une valeur estimée de 4,3 milliards de dollars188.

Résumé de la période 2004-2009

Les problèmes avec les Disney Store sont emblématiques de la période, avec tout d'abord des ventes aux débuts des années 2000 puis annonce de rachats à la fin de la décennie. Afin de relancer la rentabilité des différentes divisions du groupe, Iger lance un programme donnant plus d'indépendance et autorisant plus de relations entre les divisions. À partir de 2007, en raison du manque de lisibilité de la marque Buena Vista existant pourtant depuis 1953, de nombreuses filiales sont rebaptisées autour de Disney, ABC et ESPN. La division cinéma utilise des licences provenant des autres divisions. Disney se sépare des frères Weinstein fondateur de Miramax Films et du studio Dimension Films. Toutefois Disney rachète en 2006 le studio Pixar. En 2010, c'est le tour de Marvel Entertainment. Disney récupère aussi les droits sur Oswald le lapin chanceux l'une des premières productions du studio, avant Mickey Mouse. Disney signe un contrat de distribution exclusive avec DreamWorks SKG. La division des médias est la plus active avec le rachat de l'intégralité de Jetix Europe, la réorganisation et le développement des chaines Disney, les investissements en Inde et l'acquisition de nombreux droits de retransmissions de compétitions sportives par ESPN. Disney se sépare du réseau ABC Radio. Sous l'égide de la division réseau, Disney tente de devenir un opérateur de téléphonie mobile mais Disney Mobile doit rapidement fermer. La division des parcs d'attractions lance de nouveaux services et fête le 50e anniversaire de Disneyland partout dans le monde avec de nouvelles attractions mais se désengage des activités sportives. Le centre de gravité pour la division des parcs est la chine avec l'ouverture du parc de Hong Kong Disneyland et le projet d'un parc à Shanghai Disneyland. Toutefois les Disney Vacation Club annoncent plusieurs projets et la Disney Cruise Line fait construire deux nouveaux navires prévus pour le début des années 2010. La division des produits de consommation lance de nombreuses nouvelles gammes et à l'acquisition de plusieurs sources de licences déclinables par les autres entités du groupe rachetant entre autres les Muppets et le catalogue de Saban Entertainment. Autre élément de réorganisation, le Disney Interactive Media Group est créé fin 2008 en regroupant le Walt Disney Internet Group (autrefois une division à part entière) avec les Disney Interactive Studios. Cette division procède a de nombreux achats de studio de jeux vidéo et de sites internet. À la fin de l'année 2009, Disney annonce et obtient l'accord des actionnaires pour acheter l'éditeur de comics Marvel Entertainment.

Depuis 2010 : D'autres acquisitions, Marvel et Lucasfilmmodifier | modifier le code

Le , à la suite du rachat de Marvel Entertainment, Disney accroît son partenariat avec POW! Entertainment, le studio de Stan Lee189 en investissant 2,5 millions de dollars dans son capital soit 10 %190. Le 25 janvier 2010, UTV Software Communications finalise le rachat de sa filiale UTV Motion Pictures par une augmentation de capital191 réduisant la part de Disney à 50,45 % du capital d'UTV192. Le 28 janvier 2010, Disney annonce la fermeture du studio Miramax Films et la perte des 80 postes193. Le 2 février 2010, le New York Times évoque la possibilité que Disney vende le catalogue de 700 films et le nom Miramax pour 700 millions d'USD194. Le 4 février 2010, le directoire d'OLC valide le transfert de l'activité des Disney Store japonaises vers la filiale japonaise de Disney, avec un rachat des actions le 31 mars195.

Le 10 mars 2010, lors de la réunion des actionnaires de Disney, Robert Iger envisage plusieurs solutions pour résoudre les problèmes de certaines filiales d'ABC Inc, dont ABC News, avec par exemple la création d'une spin-off196. Le 12 mai 2010, Haim Saban annonce avoir racheté à Disney les Power Rangers pour produire une nouvelle série à partir de 2011197. Le 21 mai 2010, The Wall Street Journal annonce que les négociations entre Disney et les frères Harvey et Robert Weinstein en vue du rachat de Miramax Films n'ont pas abouti mais n'étaient pas liées au prix d'achat d'environ 600 millions d'USD198. Le 27 juillet 2010, Disney officialise l'achat de Playdom, un ensemble de studios de jeux communautaires pour la somme 563,2 millions d'USD ainsi que la nomination de John Pleasants comme Executive Vice President du Disney Interactive Media Group199. Le 29 juillet 2010, Disney annonce la vente de Miramax Films, filiales, catalogue de films et projets inclus, pour 660 millions d'USD au groupe Filmyard Holdings comprenant Ron Tutor, Tom Barrack et Colony Capital200. Le 3 décembre 2010, Disney annonce la finalisation de la transaction pour 663 millions d'USD201.

Le 23 février 2011, Disney achète le site de réseautage social Togetherville destiné aux enfants de moins de 10 ans202. En mars 2011, Disney scinde son contrat avec les agences publicitaires en deux, Carat pour les parcs à thèmes et Publicis pour le cinéma, la télévision et les jeux vidéos203. Le 30 juin 2011, Walt Disney Studios Distribution crée une filiale en Afrique du Sud pour assurer la distribution de ses films204. Le 26 juillet 2011, UTV annonce qu'elle a acceptée une offre de Disney pour acheter les 49,6 % restants du capital qu'elle ne détient pas pour 454,62 millions d'USD205. Le projet prévoit de racheter toutes les actions encore disponible sur le marché, de déquoter la société puis de racheter les 19,82 % détenus par Ronnie Screwvala206,207. Le 16 août 2011, la société souhaite profiter des incertitudes de la bourse et émets une obligation à long terme, 30 ans qui lui permet de récolter 350 millions d'USD208. Le 9 septembre 2011, Disney annonce la nommiation de Robert Chapek, ancien président de Walt Disney Studios Distribution comme président de Disney Consumer Products qui aura la tâche de réorganiser l'approche des grands distributeurs avec une seule équipe commerciale209. Le 7 octobre 2011, Disney annonce avoir acheté pour un prix de 80 à 100 millions d'USD les 42 % d'Indiagames non détenus par UTV Software Communications210. Les 42 % étaient détenus par Vishal Gondal, fondateur d'Indiagames et des investisseurs étrangers tel que Cisco Systems et Adobe Systems210. Le , il annonce qu'il mettra fin à ses fonctions de PDG et président du directoire en mars 2015211,212.

Le 29 novembre 2011, Disney annonce avoir émis 1,6 milliards d'obligations en deux lots, 1 milliard en obligations à 3 ans et le reste sur 30 ans213. Le 7 décembre 2011, le gouvernement indien valide le rachat d'UTV par Disney214.

À la suite de la clôture de l'offre de rachat des actions publiques le 31 janvier 2012215 (près de 30 %) et le rachat des actions des promoteurs le 2 février 2012 (20 %216), Disney détient désormais plus de 90 % du capital d'UTV. La société UTV devrait être renommée par la suite The Walt Disney Company India dépendant de Walt Disney International tandis que Rohinton Screwvala devrait devenir son président, rapportant à Andy Bird217. Le 20 avril 2012, Rich Ross annonce sa démission du poste de président de Walt Disney Studios Entertainment après l'échec de John Carter218,219. Le 27 avril 2012, Disney et News Corp annoncent vouloir acheter la participation de Providence Equity dans Hulu pour environ 200 millions de $220. Le 4 mai 2012, le laboratoire Disney Research dévoile une technologie nommée Touché dotées de capacité de détections du toucher221. Le 5 juin 2012, Disney annonce une nouvelle politique publicitaire refusant les publicités à destination des enfants pour de la malbouffe sur ses chaînes de télé et ses sites internet222. Le 13 août 2012, la presse évoque une possibilité de rachat de Scripps Networks Interactive par Disney pour 10 milliards de $223. Le 24 août 2012, Time Magazine révèle une rumeur de rachat d'Euro Disney SCA par The Walt Disney Company pour réduire les difficultés financières de l'opérateur des parcs français224. Le , Euro Disney SCA annonce que The Walt Disney Company lui accorde un crédit de 1,332 milliards d'€ pour aider à refinancer sa dette225. Le , Disney annonce l'achat de Lucasfilm et l'ensemble de ses filiales (ILM et LucasArts) pour 4,05 milliards d'USD226,227. Le 21 décembre 2012, Disney annonce avoir finalisé l'acquisition de Lucasfilm pour 4,06 milliards d'USD228. Le 27 décembre 2012, Disney souscrit un emprunt en bonds de 3 milliards de $229. Le 15 janvier 2013, Disney annonce le lancement pour juin 2013 de Disney Infinity pour contrer Skylanders de Activision Blizzard, permettant une connexion entre Disney Toys et Disney Interactive Studios230. Le 12 février 2013, Disney émets un emprunt de 800 millions d'USD à taux flottant, premier depuis 2007231. Le 1er juillet 2013, le comité de direction de Disney prolonge le contrat de Robert Iger comme CEO et président jusqu'au 30 juin 2016232. Le 12 juillet 2013, Disney, NBCUniversal et Fox stoppent le processus de vente de Hulu et annoncent un investissement de 750 millions d'USD233. Le 13 septembre 2013, Disney annonce son intention de racheter en 2014 ses actions pour une somme entre 6 et 8 milliards d'USD234. Le 24 septembre 2013, Bob Iger envisage que Disney devienne un fournisseur de contenu pour Netflix, Google ou Amazon235. Le 9 octobre 2013, Disney stoppe l'émission de certificats papiers pour ses actions en bourse au profit de version numérique mais propose aux collectionneurs des certificats d'acquisitions236. Le 24 octobre 2013, Disney EMEA annonce une réorganisation des contrats européens avec les agences de publicités, contrats détenus depuis 2010 par Carat pour le cinéma et depuis 2008 par ZenithOptimedia pour Disneyland Paris237. Le 28 octobre 2013, Disney, maison mère de Marvel et Lucasfilm, mets un terme aux machines à sous arborant des personnages Marvel Comics ou Star Wars238. Il faut relier cela à des projets changement de la législation de l'état de Floride au sujet des casinos239. Le 12 novembre 2013, Walt Disney Studios annonce qu'il a d'ors et déjà battu son record de 2010 en dépassant les 3,791 milliards d'USD de recettes au box-office grâce à ses labels Marvel, Disney et Pixar240. Le 20 novembre 2013, OMD filiale de Omnicom Group annonce reprendre le contrat publicitaire de la division cinématographique de Disney estimé à 800 millions d'USD203. Le 23 décembre 2013, Jack Dorsey, fondateur de Twitter, est nommé au comité de direction de Disney à la place de Judy Estrin241,242. Le 24 mars 2014, Disney acquiert pour 500 millions de dollars le studio de chaînes YouTube Maker Studios243,244,245.

Organisation de la sociétémodifier | modifier le code

Entrée du siège social de Disney à Burbank.

La Walt Disney Company est un groupe international diversifié dont le siège social est à Burbank en Californie et qui se décompose en quatre segments : la production cinématographique (studios), les médias, les parcs-lieux de loisirs et les produits de consommation.

Certains des noms des différentes filiales de la société sont liés à l'histoire des frères Walt et Roy Disney : Hyperion est la rue qui hébergea les premiers grands studios, Buena Vista est la rue qui héberge encore le siège de la société et Lyric Street est une rue où ils construisirent leur maison respective dans les années 1940246.

L'entreprise est internationale depuis les années 1930. Il est possible d'étudier la présence de la société Disney en se focalisant sur un seul pays, par exemple la France, l'Italie, ou la Russie.

En 2007, Disney a décidé de se réorganiser autour de trois marques principales : ABC, Disney et ESPN. Les nouvelles identités ont été instituées dès le début de l'année247.

Studios et divertissementmodifier | modifier le code

La division des studios et du divertissement, nommée Walt Disney Studios Entertainment (ex Buena Vista Entertainment) se compose de différentes sociétés de cinéma, de musique et de théâtre.

El Capitan Theatre, salle de cinéma détenue par Disney depuis 1991 et servant pour les premières à Hollywood.

Le Walt Disney Motion Pictures Group regroupe les studios de cinéma avec Walt Disney Pictures (pour les longs métrages), Touchstone Pictures, Hollywood Pictures. Walt Disney Pictures est subdivisé en Walt Disney Animation Studios, Pixar Animation Studios et Disneynature. Le groupe possède ainsi un important catalogue de films dont la distribution est assurée par Walt Disney Studios Entertainment. Le groupe comprenait les studios Miramax Films et sa division Dimension Films mais Dimension a été revendu en 2005 puis Miramax en 2010. Cette division comporte aussi Marvel Studios et Lucasfilms

Le Disney Music Group est la division musicale. Il comprend les labels Walt Disney Records, Mammoth Records, Lyric Street Records et Hollywood Records.

Le Buena Vista Theatrical Group est la division « théâtre et spectacles ». Il comprend Walt Disney Theatrical Productions qui produit des comédies musicales principalement à Broadway et Walt Disney Creative Entertainment qui gère les spectacles des parcs Disney mais qui dépend aussi d'une autre filiale, Walt Disney Imagineering.

Le Buena Vista Publishing Group regroupe les intérêts de Disney dans l'édition des livres. Toutefois, Disney Publishing Worldwide est rattachée à Disney Consumer Products. La diffusion des productions est assurée au travers de Buena Vista Home Entertainment et de Buena Vista International. Ainsi les ventes de DVD de Disney et des autres studios sont associées à cette division et non à celle des produits de consommation.

La branche Disney Live Family Entertainment assure la production de Disney on Ice et Disney Live.

Certains historiques ont été le plus possible regroupés sur certaines pages :

Médias et réseauxmodifier | modifier le code

Article connexe : Disney Media Networks.

La division Disney Media Networks regroupe tout ce qui est lié à la communication et aux médias. La Walt Disney Company a regroupé en 2004 ses nombreuses filiales de télévision, réseaux câblés et radio en une importante division, le Disney-ABC Television Group248 qui gère la production, la diffusion et les revenus des programmes de télévision et de radio des différentes filiales de Disney. Disney a aussi fusionné le 6 février 2007 les différentes entités de promotion et de publicité dans le domaine des médias en un seul groupe, le Disney Media Advertising Sales and Marketing Group, cela regroupe la télévision, internet, la radio et la presse249.

La branche de télévision câblée développe et gère les abonnements des réseaux câblés des différentes filiales de Disney. Le groupe ABC Television Network possède 225 stations aux États-Unis d'American Broadcasting Company, dont ABC News, société de production de contenu informatif pour la télévision, la radio et internet, ABC Kids qui gère les programmes jeunesses d'ABC, ABC Daytime qui gère les programmations de la journée, ABC Entertainment, ABC Family. Disney a aussi diversifié son offre à l'international avec par exemple ABC1 une chaîne généraliste lancée en 2004 en Angleterre (fermée en 2007)250.

La syndication et la production télévisée comprennent Walt Disney Television International, Disney-ABC Domestic Television (ex Buena Vista Television, pour les États-Unis), Buena Vista International Television (programmes diffusés sur 1300 chaînes de 240 pays), ABC Television Studio (ex Touchstone Television), Walt Disney Television (aussi nommé Disney Channel Worldwide) comprenant Disney Channel (25 chaînes), Toon Disney (9 chaînes), Playhouse Disney (8 chaînes), Disney Cinemagic, Jetix, Hungama et Walt Disney Television Animation qui assure la production de dessins animés Disney pour la télévision. Disney possédait 25 % de GMTV, producteur britannique d'émissions pour ITV251, jusqu'au 28 novembre 2009 quand ITV a racheté la part de Disney pour 22 millions de £252.

Parmi les autres intérêts télévisuels du groupe, on peut noter que Disney détient 80 % d'ESPN, un réseau de télévision consacré aux sports, à la suite du rachat d'ABC en 1996. Les chaînes détenues de manière plus ou moins importante sont SOAPnet et A&E Television Networks comprenant Lifetime Entertainment. Disney a revendu ses parts dans E! Entertainment à Comcast fin novembre 2006.

Depuis 2011-2012, Disney détient aussi 49 % de la société russe UTH Russia (deux chaînes de télévision) et plus de 90 % de la société indienne UTV Software Communications qui comprend un studio de production et de distribution cinématographique, un groupe de télévision, plusieurs studios de jeux vidéo et des sites webs.

Le groupe Disney détient aussi plusieurs réseaux radiophoniques. Historiquement trois réseaux existent :

  • le réseau ABC Radio est le fondement du groupe de télévision créé en 1945. Mais Disney a revendu le réseau à Citadel Communications en 2006253. À la suite de cette transaction, les actionnaires de Disney détiennent 57 % de la nouvelle société253 Le groupe assure désormais la gestion de la licence d'ABC Radio ;
  • ESPN possède son propre réseau depuis 1992, nommé ESPN Radio ;
  • le réseau Radio Disney, créé en 1996, a été associé au réseau d'ABC peu après son rachat puis au groupe Disney Media Networks à partir de juillet 2006.

La filiale presse comprend la maison d'édition de Disney Hyperion books et Disney Publishing Worldwide mais ce dernier est rattaché aux produits de consommation.

Parcs à thèmes et lieux de séjoursmodifier | modifier le code

Article connexe : Walt Disney Parks and Resorts.
Spaceship Earth, point de repère du parc EPCOT au Walt Disney World Resort.

La division Walt Disney Parks and Resorts gère les parcs à thèmes et regroupe, aux États-Unis, les complexes de parcs et hôtels de Disneyland Resort et Walt Disney World Resort ainsi que les ESPN Zone.

Disney possède aussi un tiers du capital d'Euro Disney SCA, propriétaire et gérant du complexe Disneyland Paris, ouvert depuis 1992, et près de la moitié de Hong Kong International Theme Parks, propriétaire et gérant du Hong Kong Disneyland Resort, qui a ouvert en septembre 2005. Le complexe de parcs et hôtels de Tokyo Disney Resort est sous franchise auprès d'Oriental Land Company qui racheta en 2002 les Disney Store japonaises.

Cette division comprend aussi Disney Cruise Line, une compagnie de croisière, Disney Vacation Club, une société de partage d'appartement/villa, et Walt Disney Imagineering, une société qui gère la création des parcs et lieux de loisirs. Disney a récemment lancé aux États-Unis un service de voyages organisés.

Entre 1992 et 2005, c'est de cette division dont dépendait la société Anaheim Sports, regroupant les intérêts de Disney dans l'équipe de hockey sur glace Ducks d'Anaheim et l'équipe de baseball des Anaheim Angels.

Après la vente par Disney des Disney Store à The Children's Place (société de vente de vêtements pour enfants), la boutique Disney Store de la cinquième Avenue à New York est passée sous le contrôle de la division des parcs.

De plus, Disney propose depuis le début des années 1990 un programme de mariage au cœur des parcs à thèmes, Disney's Fairy Tale Weddings.

Produits de consommationmodifier | modifier le code

Article connexe : Disney Consumer Products.
La World of Disney NYC, ancienne Disney Store de la Cinquième Avenue, désormais fermée.

Cette division appelée Disney Consumer Products regroupe les droits sur les produits dérivés ainsi que la boutique Disney en ligne rebaptisée Disney Direct associé à la VPC, Disney Catalog. Les produits sont aussi bien des vêtements que du matériel informatique en passant par les jouets, les livres (Disney Publishing Worldwide) ou les jeux vidéo (Disney Interactive). Mais les supports de média (DVD, CD et autres) sont associés à la division Buena Vista Entertainment.

La société Disney Entreprises, souvent vue dans les « copyrights » (droits de propriété), est une branche de cette division : la majorité des productions de Disney est protégée à la fois par la propriété artistique et par la propriété intellectuelle (les productions étant également déposées en tant que marques commerciales254). Le bureau des marques commerciales et brevets américains recense plus de 524 marques commerciales pour le terme « Disney »255. Les Disney Store sont une filiale présente en Amérique du Nord et en Europe. Les bénéfices des « Disney Store » japonaises sont placés dans cette division depuis 2001. Ceux des États-Unis étaient placés dans cette division entre 2004 et 2008 en raison de leurs ventes à The Children's Place.

Cette division gère aussi les catalogues de licences de Baby Einstein, des Muppets, Jetix et depuis fin 2009 de Marvel Entertainment256. Depuis 2011, la division doit être le point de contact unique pour les distributeurs pour tous les produits de la société, films et jeux vidéo compris209.

Médias interactifsmodifier | modifier le code

Article connexe : Disney Interactive Media Group.

En 2008, Disney a décidé de relancer une cinquième division regroupant les jeux vidéo et l'activité Internet, le Disney Interactive Media Group (DIMG). Elle regroupe le Walt Disney Internet Group (WDIG) et le Disney Interactive Studios, la filiale de production de jeux vidéo issue de Walt Disney Studios Entertainment257.

Une première tentative avait existé, entre 1997 en 2000, avec une division spécialisée dans internet, le Walt Disney Internet Group seul. Cette entité, issue d'Infoseek, regroupe toutes les filiales internet de Disney dont les sites oscar.com et nba.com. Elle comprend aussi les produits de téléphonie dont Disney Mobile et Mobile ESPN. WDIG était associé, entre 2001 et 2008, à Disney Media Networks. Avant son intégration à DIMG, le Disney Interactive Studios dépendait de Disney Consumer Products.

Autres intérêtsmodifier | modifier le code

Disney possède, depuis la fin des années 1970, une dizaine d'avions de lignes qu'elle loue actuellement à Delta Air Lines. La faillite de cette dernière, annoncée en septembre 2005, a coûté indirectement près de 100 millions de dollars à Disney. Ce type d'investissement était courant dans les années 1970 à 1980. Disney a indiqué dans les notes du rapport Form 10-Q (en) du 9 janvier 2005258 que son investissement dans la location d'avion s'élève, au 1er janvier 2005, à 157 millions d'USD répartis à hauteur de 103 millions chez Delta Air Lines et de 54 millions chez FedEx.

La Walt Disney Company possédait ses propres établissements bancaires de type coopérative de crédit : la Partners Federal Credit Union, créé en 1968 pour Disneyland Resort en Californie, et la Vista Federal Credit Union, créé en 1960 pour les autres employés et le reste des États-Unis. Les deux sociétés ont fusionné en 2007 sous le nom Partners FCU. ABC possède son propre établissement, l'American Broadcast Employees Federal Credit Union (ABE FCU) créé en 1967259. Disney possède aussi une société de capital risque nommée Steamboat Ventures.

La société a créé en Floride une réserve naturelle : la Disney Wilderness Preserve, de plus de 45 km2.

En 1989, la société fonde une filiale baptisée Disney Worldwide Services pour superviser ses activités de lobby. Les dépenses trimestrielles de lobbyisme sont régulièrement publiées dans la presse :

  • quatrième trimestre 2008 : 1,51 million d'USD260
  • premier trimestre 2009 : 1,33 million d'USD261
  • second trimestre 2009 : 1,26 million d'USD262
  • troisième trimestre 2009 : 1,24 million d'USD260
  • quatrième trimestre 2009 : 1,09 million d'USD260
  • premier trimestre 2010 : 1,25 million d'USD261
  • second trimestre 2010 : 0,78 million d'USD262
  • troisième trimestre 2010 : 0,93 million d'USD263
  • premier trimestre 2011 : 1,4 million d'USD264
  • second trimestre 2011 : 0,73 million d'USD265
  • troisième trimestre 2011, 0,6 million d'USD263

Au premier trimestre 2010, une partie du lobbying a consisté à soutenir un projet d'accès Internet haut débit à l'échelle nationale262.

Données économiquesmodifier | modifier le code

Actionnaires de Disneymodifier | modifier le code

La Walt Disney Company est majoritairement détenue par :

  • des investisseurs institutionnels266 (pourcentage au 31 mars 2007) comme FMR Corporation (FIDELITY MANAGEMENT & RESEARCH), State Street Corporation, Barclays Global Investors UK Holdings Ltd, The Vanguard Group, Legg Mason Inc, Southeastern Asset Management Inc., State Farm Mutual Automobile Insurance Co, Jennison Associates Llc, Wellington Management Company (1,73 %) ou AXA ;
  • des fonds de pensions américains267 au capital de la société sont le California Public Employees’ Retirement System (CalPERS), le New York State Common Retirement Fund, l'American Federation of State, County and Municipal Employees Pension Funds (AFSCME) ou l'Illinois State Board of Investment ;
  • des fonds d'investissements comme Waddell & Reed, Inc (6 %) ou le Wells Fargo Advantage Funds (6 %) sont présents au capital.

Depuis janvier 2006, Steve Jobs, fondateur et PDG d'Apple, possède 3,7 milliards de dollars en actions, soit plus de 2 %, à la suite du rachat de son autre société, Pixar, et devient ainsi la première personne privée détentrice d'actions. Avec la mort de Steve Jobs, ses actions dans Disney et Apple ont été transférées à un fonds présidé par sa veuve, Laurene Powell Jobs, fonds nommé Steven P. Jobs Trust268. Laurene Powell Jobs annonce le 24 novembre 2011 qu'elle détient 138 millions d'actions de Disney, soit 4,6 milliards d'USD ou 7,7 % de Disney mais n'a pas l'intention d'influencer la direction de Disney268.

Le deuxième actionnaire individuel est Michael Eisner qui possède 14 millions d'actions (1,7 %). La Kingdom Holding Company, la holding du Prince Alwaleed, possède depuis 2000 une participation évaluée alors à 50 millions d'USD.

Actionnaires institutionnels
Nom Nb actions (%)
au 31 mars 2008266
 % au 31 mars 2007
FMR Corporation (FIDELITY MANAGEMENT & RESEARCH) 93 232 403 (4,89) 4,26
Barclays Global Investors UK Holdings Ltd 75 942 047 (3,99) 3,16
State Street Corporation 71 607 117 (3,76) 3,49
The Vanguard Group 56 376 953 (2,96) 2,78
Southeastern Asset Management Inc. 48 351 734 (2,54) 2,53
State Farm Mutual Automobile Insurance Co 42 206 018 (2,22) 2,13
Clearbridge Advisors, LLC 36 843 294 (1,93)
Wellington Management Company - 1,73
Bank of New York Mellon Corporation 30 630 311 (1,61)
Jennison Associates Llc 27 200 267 (1,43) 1,79
AXA 27 083 012 (1,42) 1,71

Parmi les responsables de Disney, certains sont aussi d'importants actionnaires266 :

  • Robert Iger, PDG, 322 800 actions ;
  • Thomas Staggs, responsable financier, 232 535 actions ;
  • George J. Mitchell, président du directoire jusqu'à janvier 2007, 82 028 actions ;
  • Judith Estrin, membre du directoire, 37 501 actions ;
  • John E. Pepper, Jr., président du directoire depuis janvier 2007, 35 406 actions.

Résultats financiersmodifier | modifier le code

Chiffre d'affaires (1970 à 1989)modifier | modifier le code

Chiffre d'affaires annuel de la Walt Disney Company (1970 à 1989)
(En millions d'USD)269,270
1970 1971 1972 1973 1974 1975 1976 1977 1978 1979
167,1 175,6 329,4 385 429,8 520 583,8 629,8 741,1 796,7
1980 1981 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989
914,5 1 005,00 1 030,20 1 307,30 1 655,90 2 015,40 2 165,80 2 876,80 3 438 4 594

Chiffre d'affaires par division (1988 à aujourd'hui)modifier | modifier le code

Chiffre d'affaires annuel de la Walt Disney Company par division (1988 à aujourd'hui)
(En millions d'USD)
Année Walt Disney Studios EntertainmentCA 1 Disney Consumer ProductsCA 2 Walt Disney
Parks and Resorts
Disney Media NetworksCA 3 Walt Disney Internet GroupCA 4 / Disney Interactive Media GroupCA 5 Total
1988271 1 149 247 2 042     3 438
1989271 1 588 411 2 595     4 594
1990271 2 250 574 3 020     5 843
1991272 2 593 724 2 794     6 111
1992272 3 115 1 081 3 306     7 502
1993272 3 673,4 1 415,1 3 440,7     8 529,2
1994273,274,275 4 793 1 798,2 3 463,6 359   10 413,8
1995273,274,275 6 001,5 2 150 3 959,8 414   12 525,3
1996274,276 10 095CA 2 4 502 4 142CA 6   18 739
1997277 6 981 3 782 5 014 6 522 174 22 473
1998277 6 849 3 193 5 532 7 142 260 22 976
1999277 6 548 3 030 6 106 7 512 206 23 402
2000278 5 994 2 602 6 803 9 615 368 25 402
2001279 7 004 2 590 6 009 9 569   25 790
2002279 6 465 2 440 6 691 9 733   25 360
2003280 7 364 2 344 6 412 10 941   27 061
2004280 7 713 2 511 8 750 11 778   30 752
2005281 7 587 2 127 9 023 13 207   31 944
2006281 7 529 2 193 9 925 14 368   34 285
2007282 7 491 2 347 10 626 15 046   35 510
2008283 7 348 2 415 11 504 15 857 719 37 843
2009284 6 136 2 425 10 667 16 209 712 36 149
2010285 6 701 2 678 10 761 17 162 761 38 063
2011286 6 351 3 049 11 797 18 714 982 40 893
2012287 5 825 3 252 12 920 19 436 845 42 278
2013288 5 979 3 555 14 087 20 356 1 064 45 041
  1. aussi nommé Films
  2. a et b Intégré à Creative Content en 1996
  3. nommé Broadcasting de 1994 à 1996
  4. Walt Disney Internet Group, uniquement de 1997 à 2000, par la suite la division est intégrée à Disney Media Networks
  5. Disney Interactive Media Group, a été créé en 2008 en regroupant WDIG et Disney Interactive Studios
  6. SÀ la suite du rachat d'ABC

Résultats nets (1941 à 1989)modifier | modifier le code

Résultat net annuel de la Walt Disney Company (1941 à 1989)
(En millions d'USD)269,289
1940 1941 1942 1943 1944 1945 1946 1947 1948 1949
  -0,8 -0,2 0,4 0,5 0,4 0,2 0,3 -0,1 -0,1
1950 1951 1952 1953 1954 1955 1956 1957 1958 1959
0,7 0,4 0,5 0,5 0,7 1,4 2,6 3,6 3,9 3,4
1960 1961 1962 1963 1964 1965 1966 1967 1968 1969
-1,3 4,5 6,6 7 7 11 12,4 11,3 13,1 15,8
1970 1971 1972 1973 1974 1975 1976 1977 1978 1979
22 26,7 40,2 47,7 48,5 61,7 74,5 81,9 98,3 113,7
1980 1981 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989
135,1 121,4 100,0 93,1 97,8 173,5 247,3 444,7 522 703

Résultats nets par division (1984 à aujourd'hui)modifier | modifier le code

Résultat net annuel de la Walt Disney Company par division (1984 à aujourd'hui)
(En millions d'USD)
Année Walt Disney Studios EntertainmentRN 1 Disney Consumer ProductsRN 2 Walt Disney
Parks and Resorts
Disney Media NetworksRN 3 Walt Disney Internet GroupRN 4 / Disney Interactive Media GroupRN 5 Total
1984 approx. 100290 250291     97,8270
1985270   173,5
1986270   247,3
1987270   444,7
1988271 186 134 565     522
1989271 257 187 785     703
1990271 313 223 889     854
1991272 318,1 229,8 546,6     1 094,5
1992272 508,3 283 644     1 435 3
1993272 622,2 355,4 746,9     1 724,5
1994273,274 779,1 425,5 684,1 77   1 965,7
1995273,274 998,4 510,5 860,8 76   2 445,7
1996274 1 598RN 2 990 747 (-300)RN 6 3 035
1997277 1 079 893 1 136 1 699 -56 4 312
1998277 769 801 1 288 1 746 -94 3 231
1999277 116 607 1 446 1 611 -93 3 231
2000278 110 455 1 620 2 298 -402 4 081
2001279 260 401 1 586 1 758   4 214
2002279 273 394 1 169 986   2 826
2003280 620 384 957 1 213   3 174
2004280 662 534 1 123 2 169   4 488
2005281 207 543 1 178 3 209   5 137
2006281 729 618 1 534 3 610   6 491
2007282 1 201 631 1 710 4 285   7 827
2008283 1 086 778 1 897 4 942 -258 8 445
2009284 175 609 1 418 4 765 -295 6 672
2010285 693 677 1 318 5 132 -234 7 586
2011286 618 816 1 553 6 146 -308 8 825
2012287 722 937 1 902 6 619 -216 9 964
2013288 1 112 661 2 220 6 818 -87 10 724
  1. aussi nommé Films
  2. a et b Intégré à Creative Content en 1996
  3. Broadcasting de 1994 à 1996
  4. Walt Disney Internet Group, uniquement de 1997 à 2000, par la suite la division est intégrée à Disney Media Networks
  5. Disney Interactive Media Group, a été créé en 2008 en regroupant WDIG et Disney Interactive Studios
  6. Non lié à WDIG, Disney annonce une dépréciation de 300 millions d'USD à la suite d'une modification comptable en raison d'un amortissement de propriété

Direction de Walt Disney Companymodifier | modifier le code

Direction actuellemodifier | modifier le code

Direction générale actuelle
Conseil d'administration292 
Susan Arnold, John E. Bryson, John S. Chen, Judith L. Estrin, Robert Iger, Fred H. Langhammer, Aylwin B. Lewis, Monica C. Lozano, Robert W. Matschullat, John E. Pepper Jr., Sheryl Sandberg, Orin C. Smith.
Responsables actuels des filiales

Historique des directeursmodifier | modifier le code


PDGs de Disney
Présidents du directoire de Disney (non exécutifs)
Présidents directeurs exécutifs de Disney

Membres célèbres du directoiremodifier | modifier le code

Analyse de la sociétémodifier | modifier le code

La Walt Disney Company est, à l'heure actuelle, le seul studio de cinéma « indépendant » puisque les autres groupes dépendent de conglomérats plus ou moins variés (Sony ou General Electric). C'est aussi le seul à ne pas avoir changé de propriétaire en dehors de l'arrivée, en 1984, de Michael Eisner et de groupes financiers. Mais son histoire a été mouvementée et le reste encore.

Il est possible de scinder l'histoire et l'analyse de Disney en deux grandes parties : celle de Walt Disney Productions (1929-1984), marquée par la présence puis l'absence de Walt Disney, puis, à partir de 1984, celle de The Walt Disney Company un groupe de média. Toutefois le sujet de cet article est l'entreprise Disney et non ses productions. Pour l'animation, l'article maître est Walt Disney Pictures.

Une longue histoire de hauts et de basmodifier | modifier le code

L'entreprise connue sous le nom Walt Disney Productions a traversé de nombreuses périodes de hauts et de bas depuis sa création en 1929. Toutefois son activité, à l'origine liée au monde de l'animation, ne s'est diversifié qu'avec les années 1950 et l'apparition de la télévision.

Durant les années 1930, le studio est confronté à de nombreux problèmes économiques et ne fait que vivoter malgré les éloges des critiques. Le maître mot de Walt Disney est alors de dépenser tout ce qu'il peut pour atteindre les sommets de ce nouvel art, malgré la présence de son frère Roy Oliver qui le tempère un peu. Les développements techniques ou artistiques ont fortement dégradé les résultats de la société. La fin des années 1930 est toutefois plus heureuse avec des revenus générés par les grosses productions de longs métrages d'animation mais la Seconde Guerre mondiale stoppe le mouvement.

Les années 1940 sont marquées par des résultats très faibles et une production estampillée par la propagande américaine296. Quelques bénéfices sont obtenus en réduisant les coûts et en mêlant l'animation et les acteurs en prise de vue réelle. La fin des années 1940, avec l'arrêt du conflit mondial, permet à la société de retrouver la croissance. Les productions de longs métrages exclusivement en animation reprennent tandis que le studio ajoute les films en prise de vue réelle à son catalogue ainsi que les documentaires animaliers. On peut aussi noter l'internalisation de la gestion des licences et leurs développements.

Le début des années 1950 est marqué par d'autres diversifications, la première est la production télévisuelle puis les parcs d'attractions, activités permises par le soutien financier des autres productions. La société produit alors de nombreux films et émissions de télévision tandis le parc d'attraction est un succès. Toutefois la présence de Walt Disney, éternel innovateur, reste un moteur du développement de la société mais aussi un important centre de coûts.

Dans les années 1960, il y a peu de changement à la dynamique lancée durant la décennie précédente jusqu'au décès en 1966 de Walt Disney. La fin des années 1960 se fait plus ou moins en roue libre, les projets initiés par Walt se poursuivent sans la présence du mentor. La mort, en 1971, de Roy Oliver Disney marque un nouveau coup de frein alors que la plupart des projets sont achevés ou en voie d'achèvement. Parmi les projets de l'époque en dehors des films, on doit noter celui d'un énorme complexe de loisir en Floride incluant un projet de communauté urbaine, EPCOT.

Les années 1970 sont celles d'un studio endormi, certains auteurs le considérant comme sans direction, le maître mot étant « Qu'aurait fait Walt? »297, et le studio gagnant de l'argent par de nombreuses rééditions297. Toutefois quelques projets sont d'envergure mais liés aux activités existantes, tels qu'un second parc de Walt Disney World Resort et ne voient le jour qu'au début des années 1980.

Un groupe de médiasmodifier | modifier le code

Le début des années 1980 voit l'apparition de deux nouveaux parcs, des avancées technologiques dans l'animation et le cinéma avec l'usage de l'informatique298,299.

À partir du milieu des années 1980 et surtout grâce à Michael Eisner la société est devenue un groupe de médias au sens large. La politique du charismatique Michael Eisner a été fortement appréciée par les milieux financiers jusqu'aux problèmes financiers d'Euro Disney SCA et ceux de ABC au milieu des années 1990. Cette période est marquée par le développement de nombreuses marques filiales et quelques importantes acquisitions dont la plus emblématique est celle du réseau ABC en 1996. Parmi les marques créées figurent les Disney Store et la chaîne Disney Channel, un troisième concept de parc d'attraction, la production de séries télévisées d'animation72, la création de nombreuses productions à l'international.

Le début des années 1990 est marqué par un nouvel âge d'or pour l'animation et la diversification du public visé par les films300. Mais durant la seconde partie de la décennie, de nouveaux problèmes surviennent avec par exemple certains investissements qui se révèlent difficiles à « digérer ». La société s'est engagée dans l'industrie numérique et Internet mais à la différence des sociétés du secteur exception faite de Google et Apple, Disney n'a pas une politique de retour sur dividende vis-à-vis de ses actionnaires qui peut faire croire que la société n'a pas les reins solides301. Disney a plusieurs fois laissé le prix de ses actions monter pour ensuite diviser les actions comme en 1986 (ratio 4 pour 1), en 1992 (4:1) et en 1988 (3:1) et préfère avoir des dividendes annuels faibles de l'ordre de 0,40 USD par action301.

À partir de 2001 les résultats de la société sont devenus fragiles et ont nécessité la revente de nombreuses filiales du groupe dont les emblématiques Disney Store (sauf en Europe) ou les équipes sportives. Ces résultats sont affectés par les déficits d'Euro Disney SCA et la dépendance d'ABC aux succès de ses émissions. De plus, la crise du tourisme provoquée par les attentats du 11 septembre 2001 a réduit la fréquentation des parcs Disney qui, habituellement, génère un tiers des revenus de l'entreprise. Par contre, la marque ESPN produit une bonne partie du chiffre d'affaires et des bénéfices de la division médias et réseaux comblant souvent le déficit d'ABC. Ces difficultés conduisent à la destitution du PDG Eisner en juin 2004, lors du congrès annuel des actionnaires.

Depuis le départ de Michael Eisner, la société se veut plus entreprenante : elle s'est lancée dans la téléphonie mobile en tant qu'opérateur de réseau mobile virtuel et se développe activement en Chine et en Inde. Le succès des films Pirates des Caraïbes et ceux des séries diffusées sur ABC (Lost : Les Disparus, Grey's Anatomy) a permis de redresser en partie la société qui peut, dès lors, se concentrer sur les problèmes des parcs d'attraction.

Robert Iger a lancé, peu après sa prise de poste, un important programme de réorganisation de la société avec, entre autres, un centrage sur trois marques principales (Disney, ABC, ESPN), des développements plus importants dans les pays où la présence de Disney est faible (Chine, Inde, Russie). Cette diversité permet selon certains analystes de compenser la dette du groupe estimée en 2011 à 12 milliards d'USD301.

Début 2012, la politique de réorganisation semble avoir réussi principalement dans le secteur de la télévision, comme l'atteste un article de Ron Grover et Lisa Richwine du 10 février302. Les auteurs expliquent qu'après plusieurs années d'accalmie, le groupe de chaînes Disney Channel est devenu à l'instar d'ESPN, un pilier de la croissance de Disney surtout à l'international302. Grâce à plusieurs acquisitions, dont UTV en Inde et UTH en Russie, Disney Channel est passé de 54 millions de téléspectateurs dans 20 pays en 2007 à 357 millions de foyers dans 167 pays en 2012302. Le nombre de chaînes Disney Channel à l'international a ainsi été multiplié par cinq302. Mais cette croissance n'est pas finie car Disney prévoit déjà d'ajouter les foyers hispaniques avec un contrat avec Univision303. De plus le marché chinois pour le moment fermé devrait aussi s'ouvrir car l'un des partenaires de Disney pour le parc Shanghai Disneyland n'est autre que la société Shanghai Radio, Film and Television Development302.

La scission en 2012 de News Corporation; faisant suite à celles de Viacom en 2005, de Time Warner en 2009 (séparé de Time Warner Cable et AOL) et de NBCUniversal codétenu depuis 2011 par GE et Comcast, fait de Disney le dernier conglomérat de média de masse d'un seul tentant304. En 2013, Walt Disney Company est classée « entreprise préférée dans le monde » selon une étude d'APCO Wordwide réalisée auprès d'un échantillon de 70 000 consommateurs à travers 15 pays305.

Croissance par acquisitionsmodifier | modifier le code

Depuis les années 1990, la société possède les ressources financières lui permettant de croître en externe par l'acquisition d'entreprises en plus des développements internes.

Les achats, suivis parfois de revente ou de fermeture, sont nombreux et peuvent être répartis selon la taille de l'entreprise rachetée (petite ou grosse) et selon son domaine (contenu ou technologie). Les acquisitions majeures sont principalement orientées dans la création ou la gestion de contenu tandis que les moins importantes sont plus variées.

Principales acquisitions

Une autre acquisition est celle de la société indienne UTV Software Communications, entamée entre 2006 avec une première participation (détail) et 2012 date à laquelle Disney détient plus de 99 %309.

Acquisitions dans les nouveaux médiasmodifier | modifier le code

Dans les années 2000, le secteur dans lequel Disney réalise le plus d'acquisitions est celui des nouveaux médias avec d'un côté Internet, de l'autre les jeux vidéo, les deux regroupés au sein du Disney Interactive Media Group. La plupart sont des achats de l'ordre de la douzaine à la vingtaine de millions de dollars. Voici quelques-uns des rachats :

Licence de groupe : nouvelle stratégie lancée en 2002modifier | modifier le code

L'année 2007 confirme, avec la sortie de Spectrobes326, la nouvelle stratégie de la société Disney engagée en 2002 : la création de licence de groupe. Ce principe est assez simple, une branche du groupe lance un produit qui, s'il fonctionne bien, sera réutilisé par les autres branches (ou divisions) pour créer de nombreux produits dérivés.

Avant 2002, ce système était surtout cantonné dans un seul sens, de la division créative (studios et divertissement dont, traditionnellement, le cinéma) vers les parcs à thèmes et les produits de consommations.

En 2003, avec la sortie des films Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl et Le Manoir hanté et les 999 Fantômes, qui sont d'abord des attractions des parcs Disney, Disney se lance pour la première fois dans un sens différent.

En 2006, avec High School Musical, c'est la division télévision qui fait profiter de son succès la division cinéma, toute proche, mais aussi les parcs à thèmes, avec plusieurs parades et, comme toujours, les produits de consommation. Spectrobes marquerait pour la première fois une influence de la branche jeu vidéo, dépendant de la division « produits de consommation » sur les autres divisions de la société Disney, avec la sortie possible de livres (BD et mangas en raison de l'aspect japonais du jeu), de séries télévisées et des traditionnels vêtements, jouets, etc.

Les implantations en dehors des États-Unismodifier | modifier le code

La société Disney ne s'est pas installée de la même manière partout dans le monde mais les filiales sont chapeautées par Walt Disney International. Voici quelques exemples :

Inde, nouveau laboratoire du groupemodifier | modifier le code

Les premiers « laboratoires » du groupe furent la Californie et la Floride avec, pour le premier, le lancement, depuis 1987, de nombreux concepts dont les Disney Store (1987), les Ducks d'Anaheim (1993), les Club Disney (1997) et, pour le second, autour de Walt Disney World Resort, les projets Disney Vacation Club (1991), Disney Cruise Line (1995), World of Disney (1998) et DisneyQuest (1999).

En 2000, la législation en Inde a été assouplie grâce à l'abrogation du Foreign Exchange Management Act, principalement à l'égard des entreprises étrangères qui peuvent dorénavant créer des joint-ventures dans le pays327. Depuis 2002, les garanties sur la propriété intellectuelle sont renforcées328 et, depuis 2004, les entreprises étrangères peuvent créer des franchises329. Disney a profité de ces opportunités pour investir massivement dans ce pays. En 2013, Andy Bird déclare que le projet de Disney en Inde, à la suite du rachat dUTV n'est plus de créer une filiale indienne de la Walt Disney Company mais une société indienne Disney330.

Les premières actions sont la création de plusieurs chaînes rattachées à Walt Disney Television ou ABC dès décembre 2004. Andy Bird, récemment nommé président de Walt Disney International, est chargé de superviser les prises d'intérêts en Inde331. C'est sous sa direction que le 25 novembre 2006, Disney achète une chaîne de télévision indienne pour la jeunesse : Hungama TV332.

La division « produits de consommation », Disney Consumer Products (DCP), a poursuivi l'offensive en introduisant, le 3 juin 2006, une nouvelle gamme de produits, des vêtements en jeans pour la famille, Disney Jeans333, à travers l'ouverture de 20 boutiques spécialisées en Inde.

En mars 2007, DCP a ouvert sa première boutique Disney Artist en Inde334,335. Ce nouveau concept est associé à l'entité Disney Stationery, spécialisée dans les produits dérivés liés à la papeterie.

En juillet 2007, Disney Consumer Products lance des produits non-licenciés par des partenaires avec une gamme de soins de la personne (shampoing et gel douche d'abord, autres produits ensuite)336. La société change donc de méthode, au lieu de fournir une licence à un gros fabricant comme Unilever ou Procter & Gamble et ne toucher que des royalties, Disney se lance dans la production directe dans l'optique de gagner les plus importantes parts des revenues. En 2006, les chiffres pour la division des produits de consommation étaient de 4 milliards de dollars de royalties pour des ventes estimées à plus de 26 milliards de dollars.

Disney se lance aussi, en mai 2008, dans la joaillerie avec une entreprise indienne, le Popley Group337. Le 3 octobre 2008, Disney annonce la production en Inde de quatre films mais comme studio indépendant et non plus des coproductions avec des studios locaux338.

D'après la publication officielle de la répartition des actionnaires d'UTV au 31 mars 2009, Disney possède 59,94 % du capital339. Le 15 avril 2009, DPW annonce le lancement d'une publication de bandes dessinées Disney en Inde à la fois en anglais et en hindi, distribuée par l'éditeur local Junior Diamond340. Le 23 août 2012, le gouvernement indien autorise Disney à investir 180 millions d'USD en Inde341. Le 15 janvier 2013, Disney annonce développer aux États-Unis son concept testé en Inde depuis un an par sa filiale indienne de maisons ou appartements thématisés Disney342.

Pour le moment, aucun parc à thèmes n'est envisagé mais, après celui de Shanghai prévu pour 2015, l'Inde pourrait être une étape obligée.

Implication dans l'architecturemodifier | modifier le code

Article détaillé : Disney et l'architecture.

Depuis les années 1930, Walt Disney et ses équipes sont influencés par l'architecture343. Mais c'est surtout au début des années 1940, avec les studios de Burbank, que la société entre dans le monde de l'architecture. Le nouveau studio a été pensé comme un campus et non comme une usine. Cela en fit un exemple pour d'autres sociétés.

En 1955, avec Disneyland, Walt Disney et ses Imagineers créent une nouvelle forme d'architecture qui remémore les histoires ancrées dans la mémoire collective.

Ensuite, en 1964-65, avec la Foire internationale de New York et, surtout, en 1982, avec EPCOT, apparaît l'architecture imposante des grands pavillons d'expositions consacrées à la technologie. EPCOT propose également des pavillons représentant les cultures de différents pays.

En dehors des parcs, Disney a fait construire différents bâtiments (bureaux et hôtels) en faisant régulièrement appel à des cabinets d'architectes renommés. Leurs œuvres sont souvent citées comme référence. Ainsi, le Walt Disney Concert Hall et le Disney Village conçus par Frank Gehry, côtoient, à Paris, les hôtels dessinés par Robert A. M. Stern ou par Michael Graves. Walt Disney Imagineering a réalisé la rénovation en 1991 du restaurant panoramique de l'aéroport international de Los Angeles (LAX), renommé The Encounter Restaurant et inauguré en décembre344. Disney a aussi installé ses bureaux dans de nombreux lieux. De 1983 à 2013, Disney louait plusieurs milliers de mètres carré au 157 Columbus Avenue à New York, immeuble construit la même année que le début du bail, juste de l'autre coté de la 67e rue du siège d'American Broadcasting Company345,346. Disney occupait la totalité des 69 000 pieds carré (6 410 m2) des 5 premiers étages de l'immeuble de 32 étages, le reste étant des logements346. Les employés de Disney ont été regroupés dans des locaux enivronnants détenus par Disney346.

Présence dans la philatéliemodifier | modifier le code

Le timbre commémoratif de 1968 avec Walt Disney.

Le premier timbre officiel émis par une poste et faisant référence à Disney est un timbre commémoratif de 6 cents émis aux États-Unis le 11 septembre 1968347. Il représente Walt Disney avec une file d'enfants sortant d'une silhouette du château de la Belle au bois dormant de Disneyland situé sur le bord d'une sphère347. Le portrait a été réalisé par Paul Wenzel tandis que les enfants et le château ont été réalisés par Bob Moore347. La présentation de ce timbre a été faite lors d'une cérémonie à Marceline, Missouri.

Plusieurs séries de timbres ont, par la suite, été émises par de nombreux petits États :

  • le premier est la République de Saint-Marin, en 1971, avec un jeu de dix timbres347, un reprenant le portrait de Wenzel et les autres représentant des personnages de bandes dessinées de l'école italienne ;
  • plusieurs émirats du golfe Persique émettent, au début des années 1970, des séries de timbres non autorisées qui ont été interdites par des procédures judiciaires347 ;
  • en 1979, Disney autorise l'Intergovernmental Philatelic Corp, basée à New York, à émettre des timbres avec les personnages de Disney pour des petits pays347, puis des plus grands pays.

Les timbres Disney sont, depuis, des objets de collections, de catalogues et de bourses d'échanges spéciales347.

Ainsi, en 2006, la franchise Disney Fairies donne l'occasion à la poste du Japon d'émettre un jeu de 10 timbres de 80 yens chacun.

Autres activités de la sociétémodifier | modifier le code

La société Disney est à l'origine de ce qui est appelé aux États-Unis, le Mickey Act348, une prolongation de la durée des droits d'auteur afin d'éviter que Mickey, alors âgé de 70 ans, ne rentre dans le domaine public cinq ans plus tard et que Disney n'en perde les droits. Cette décision est en contradiction avec le fait qu'une grande partie des œuvres des studios Disney a utilisé, et souvent déformé, des contes ou romans déjà existants et passés dans le domaine public. Disney possède officiellement un service de lobbying basé à Washington depuis 1990349. Exemple d'activité, au travers de Troy D. Dow, vice-président de Disney Government Relations350, l'organe de lobbying de Disney, sis à Washington, la société Disney est membre de la commission Section 108, un groupe d'étude créé à l'été 2006 à la demande de la Bibliothèque du Congrès pour étudier l'impact des technologies numériques sur les droits d'auteurs351.

Disney est impliqué dans l'art au travers de CalArts, l'université californienne que Walt Disney avait aidé à fonder en 1961352, et qui succède au Chouinard Art Institute dont sont issus nombre d'artistes du studio.

En 1984, sur l'initiative de Michael Eisner, Disney a acheté par l'entremise de sa filiale Walt Disney World Company la collection d'art africain de Paul Tishman, promoteur immobilier de New York. Ce dernier a en grande partie construit le domaine de Walt Disney World Resort. Le 3 octobre 2005, la Walt Disney Company a fait don de 525 (premiers) objets au Musée national d'art africain du Smithsonian Institute. Le reste des 8 500 objets, qui composent la collection Walt Disney-Tishman, est livré avant février 2007353.

Disney est aussi impliqué dans des œuvres de préservation de la nature avec plusieurs projets. En avril 1993, la société crée en Floride, le Disney Wilderness Preserve354. Le 3 novembre 2009, Disney a annoncé offrir 7 millions d'USD pour la préservation de la forêt dont quatre pour la Tayna and Kisimba-Ikobo Community Reserves, dans la République démocratique du Congo, et pour l'Alto Mayo, au Pérou355. Le 20 mars 2013, Disney achète 3,5 millions d'USD de crédit-carbone pour protéger la forêt de l'Alto Mayo356.

Critiques et conflitsmodifier | modifier le code

La société Disney, en raison de ses productions ou ses activités, a provoqué des actions militantes de la part d'activistes à travers le monde mais aussi l'ouverture de plusieurs procédures judiciaires.

De 1991 à septembre 2009, la famille de Stephen Slesinger était en procès contre Disney à propos des royalties de Winnie l'ourson184. À la mort de Stephen Slesinger en 1953, sa femme avait signé un accord de licences avec Disney. L'une des accusations était la fourniture par Disney de rapports tronqués aux Slesinger. Un des points était que Disney payait les droits d'adaptation en animation mais pas ceux des produits dérivés. Ces données auraient créé un préjudice de 2 milliards d'USD pour la famille Slesinger. Au bout de 18 années de procédures, un juge de Los Angeles a déclaré que Disney n'avait commis aucune infraction à l'accord signé ni aucune retenue sur les royalties184.

En 1995, un groupe de lobby nommé American Life League a accusé plusieurs films de Disney dont Le Roi lion, La Petite Sirène et Aladdin de contenir des messages subliminaux et des images à caractères sexuels357,358. Pour Le Roi lion, l'allégation a été contredite par Tom Sito, animateur et auteur sur le film, qui expliqua que les lettres écrites dans la poussière étaient S.F.X et que c'était un easter egg du département animation, sans intention de provoquer la controverse359.

La société a aussi été accusée de maltraitance envers les animaux par des groupes de protection des animaux principalement à cause des soins et des procédures mis en place pour les animaux sauvages du parc Disney's Animal Kingdom360 et pour l'utilisation de chiots non sevrés dans Les 101 Dalmatiens (1996). Les groupes de protection des animaux ont aussi critiqué l'effet induit par le film d'augmentation de la demande de chiots par un public non préparé à l'adoption d'animaux, dont la plupart a ensuite abandonné l'animal361

Des groupes religieux ont déclaré être contre la diffusion de productions qu'ils considèrent comme offensantes avec par exemple :

  • les protestations véhémentes de la Ligue catholique américaine à l'encontre de la sortie de certains films de Miramax dont Prêtre (1994) et Dogma (1999)362. La société Disney a repoussé la date de sortie du film Dogma en raison des controverses entourant le film et a, pour cela, vendu les droits de distribution à la société Lions Gate Film ;
  • cette même ligue, associée aux Assemblées de Dieu et d'autres groupes conservateurs, a aussi condamné par des actions à l'encontre de Disney et de ses associés publicitaires, l'émission sur ABC Nothing Sacred au sujet d'un prêtre jésuite, un livre pour enfants intitulé Growing Up Gay (grandir homosexuel) publié par Hypérion, les célébrations annuelles Gay et lesbienne organisées dans les parcs Disney362,363,364.

La Convention baptiste du Sud et l’American Family Association ont voté le boycott de Disney afin de s'opposer aux offres de prestations de partenariat domestique faites à des employés gays et de montrer leur opposition à la série Ellen d'ABC, dans laquelle le personnage d'Ellen DeGeneres fait son coming-out. Disney a ignoré les deux boycotts qui ont été retirés en 2005365,366.

Un rapport de développement environnemental pour une zone de Great Guana Cay dans les Îles Abacos critique Disney pour la mauvaise gestion d'une parcelle de 90 acres (0,36 km2) que Disney a partiellement développé pour un projet d'étape de croisière sous le nom de Treasure Island mais qui a ensuite été abandonné. Le rapport émis par l'Université de Miami et le College of the Bahamas dénonce Disney pour avoir laissé du matériel dangereux, des transformateurs électriques et des réservoirs d'essence et aussi d'avoir apporté des espèces de plantes et d'insectes étrangers qui ont perturbé la faune et la flore locales367.

La société a été accusée de violation des droits de l'homme à propos des conditions de travail dans les usines de produits dérivés principalement en Asie368,369.

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. (en) Walt Disney Company, « Form 8K reflecting the segment reporting of the Interactive Media Group »,‎ 4 février 2009 (consulté le 26 janvier 2010), p. 24
  2. (en) The Walt Disney Company, « Annual report of the Walt Disney Company »,‎ janvier 2010 (consulté le 27 juin 2010), p. 21
  3. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 137
  4. (en) « MPAA Members' Complaint in MPAA v. Hughes »
  5. a, b, c et d (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 593
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 1997 - Disney Through the Decades »,‎ 17 février 1998 (consulté le 22 janvier 2010), p. 2
  7. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 312
  8. (en) Pat Williams and Jim Denney, How to Be Like Walt, p. 30
  9. (en) Steven Watts, Walt in Wonderland, p. 53
  10. a et b (en) Dave Smith and Steven Clack, Walt Disney : 100 ans de magie, p. 16
  11. (en) Michael Barrier, The Animated Man: A Life of Walt Disney, p. 53
  12. (en) Amy Davis, Good Girls and Wicked Witches, p. 74
  13. (en) Leonard Mosley, Disney's World - A Biography by Leonard Mosley pp. 126 à 129
  14. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 433
  15. (en) Russel Merritt and J. B. Kaufman, Walt Disney's Silly Symphonies, p. 5
  16. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 520
  17. (en) Russel Merritt & J.B. Kaufman, Walt Disney's Silly Symphonies, p. 31
  18. (fr) Sébastien Roffat, Disney et la France, p. 41
  19. (en) Russel Merritt and J. B. Kaufman, Walt Disney's Silly Symphonies, p. 31
  20. (en) Flora O'Brien, Walt Disney's Donald Duck : 50 years of happy frustation, p. 14
  21. a et b (en) Russel Merritt and J. B. Kaufman, Walt Disney's Silly Symphonies, p. 36
  22. (en) Leonard Mosley, Disney's World - A Biography by Leonard Mosley, p. 136
  23. (en) « A century of history - Between the wars »
  24. (en) Christopher Finch, The Art Of Walt Disney, p. 65.
  25. a, b et c (en) Leonard Mosley, Disney's World - A Biography by Leonard Mosley pp. 151-153
  26. (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 32.
  27. (en) Bob Thomas, Disney's Art of Animation, p. 76.
  28. (en) Charles Salomon, The Disney That Never Was p. 7
  29. a et b (it) « La magia Disney in Italia » (consulté le 2 février 2010)
  30. (en) Bob Thomas, Walt Disney, an american original, p. 145
  31. (en) William E. Garity sur l’Internet Movie Database
  32. Hewlett Packard Museum, « Model 200B audio oscillator, 1939 », Hewlett Packard (consulté le 22 janvier 2010)
  33. (en) Bob Thomas, Disney's Art of Animation, p. 94.
  34. a et b (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 524
  35. (en) Richard Holliss & Brian Sibley, The Disney Studio Story, p. 39.
  36. a, b, c et d (en) Richard Holliss & Brian Sibley, The Disney Studio Story, p. 60.
  37. (en) Franklin Thomas, Ollie Johnston, Walt Disney's Bambi, p. 186
  38. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 514-515
  39. (en) Michael Barrier, The Animated Man: A Life of Walt Disney, p. 205.
  40. (en) Pat Williams & Jim Denney, How to Be Like Walt, p. 156
  41. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 59
  42. a, b et c Tim Hollis and Greg Ehrbar, Mouse Tracks : The Story of Walt Disney Records, p. 8
  43. (en) Neal Gabler, The Triumph of American Imagination, p. 503
  44. (en) J. P. Telotte, The Mouse Machine: Disney and Technology, p. 99
  45. (en) The Imagineers, The Magic Kingdom At Walt Disney World: An Imagineer's-Eye Tour, p. 6
  46. a et b (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 80
  47. a, b, c, d, e, f et g (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 24
  48. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 363
  49. a et b (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 400
  50. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 235
  51. a et b (en) Michael Barrier, The Animated Man: A Life of Walt Disney, p. 271.
  52. (en) Jeff Kurtti, Since the World began
  53. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 592
  54. a et b (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 143
  55. a et b (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 591
  56. (en) Aviad E. Raz, Riding the Black Ship, p. 27
  57. a et b (en) Bill Cotter, The Wonderful World of Disney Television - A Complete History, p. 291
  58. (en) « Feld Entertainment - History »
  59. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 1997 - Disney Through the Decades »,‎ 17 février 1998 (consulté le 22 janvier 2010), p. 3
  60. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 187
  61. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 561
  62. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 145
  63. Pour le principe voir dans le film Pretty Woman
  64. a, b, c et d (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 35
  65. a, b, c et d (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 146
  66. a et b (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 478
  67. (en) « The Walt Disney-Tishman African Art Collection »
  68. (en) Dave Smith & Steven Clack, Walt Disney : The first 100 years, p. 143
  69. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 149
  70. (en) « Childcraft Bought By Walt Disney »
  71. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 100
  72. a et b (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 594
  73. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 168
  74. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 280
  75. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 142
  76. (en) Dave Smith & Steven Clack, Walt Disney : The first 100 years, p. 161
  77. a, b, c, d, e, f et g (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 1997 - Disney Through the Decades »,‎ 17 février 1998 (consulté le 22 janvier 2010), p. 4
  78. a et b (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 153
  79. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 376
  80. (en) « Disney/Miramax split is official »
  81. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 307
  82. (en) « Ken P's Today in History »
  83. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 147
  84. (de) Pressezentrum SUPER RTL - Daten & Fakten
  85. a et b (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 84
  86. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 26
  87. « Pinky Dinky Doo - Production Bios »,‎ 26 février 2006 (consulté le 27 janvier 2010), p. 1
  88. « Last Minute Book Reports »,‎ 2 octobre 2000 (consulté le 27 janvier 2010)
  89. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 170
  90. a et b (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 1997 - Disney Through the Decades »,‎ 17 février 1998 (consulté le 22 janvier 2010), p. 5
  91. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 439
  92. a, b, c et d (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 1997 - Disney Through the Decades »,‎ 17 février 1998 (consulté le 22 janvier 2010), p. 6
  93. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 104-105
  94. (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 2001 - Chronology »,‎ 5 janvier 2002 (consulté le 24 janvier 2010), p. 35
  95. a, b et c (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 1998 - Key Dates »,‎ 12 mars 1999 (consulté le 22 janvier 2010), p. 3
  96. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 339
  97. a, b, c et d (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 1999 - year in Review »,‎ 5 janvier 2000 (consulté le 22 janvier 2010), p. 5
  98. Disney Reorganizes Buena Vista, Hyperion Publishing
  99. a et b (en) « Disney buys out rest of Soccernet »
  100. (en) « Inktomi to Acquire Ultraseek Corporation »
  101. (en) « News Corp. and Haim Saban Reach Agreement to Sell Fox Family Worldwide to Disney for USD5.3 Billion », saban,‎ July 23, 2001 (consulté le 19 février 2009)
  102. a et b (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 2001 - Chronology »,‎ 5 janvier 2002 (consulté le 24 janvier 2010), p. 31
  103. (en) Walt Disney Company, « The Walt Disney Company's Fact Book 2003 » p. 72
  104. (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 2002 - History »,‎ 30 janvier 2003 (consulté le 24 janvier 2010), p. 64
  105. (en) « Omnicom, Disney in USD1 billion ad deal »
  106. (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 2003 - History »,‎ 28 janvier 2004 (consulté le 24 janvier 2010), p. 68
  107. (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 2003 - Key Dates »,‎ 28 janvier 2004 (consulté le 24 janvier 2010), p. 63
  108. (en) « Anaheim Angels Owner Arte Moreno Nominated for Election to Little League Foundation »,‎ 22 septembre 2004
  109. (en) « Arturo Moreno and the Anaheim Angels »,‎ 20 octobre 2009
  110. Disney launches MovieBeam, a datacast pay-per-view
  111. Disney Debuts MovieBeam Service
  112. All Smiles at the Mouse House
  113. Mouse Hunting
  114. a, b, c, d et e (en) Walt Disney Company, « Disney's Annual Report 2006 » (), p. 77 Notes 3
  115. (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 2004 - Key Dates »,‎ 4 février 2005 (consulté le 24 janvier 2010), p. 50
  116. (en) Matt Brady, « Disney Buys CrossGen Confirmed - Abadazad Plans Named », Newsarama,‎ 2004 (consulté le 7 juin 2007)
  117. (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 2005 - Key Dates »,‎ 29 juin 2006 (consulté le 25 janvier 2010), p. 54
  118. (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 2005 - Key Dates »,‎ 29 juin 2006 (consulté le 25 janvier 2010), p. 37
  119. Disney Adds to iTunes Podcasts
  120. (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 2005 - Key Dates »,‎ 29 juin 2006 (consulté le 25 janvier 2010), p. 18
  121. (en) « News Corp. and Haim Saban Reach Agreement to Sell Fox Family Worldwide to Disney for USD5.3 Billion »,‎ 23 juillet 2001 (consulté le 19 février 2009)
  122. (en) « Disney, Baby Einstein Launch New Preschool Brand »
  123. (en) « Disney Publishing to launch new book; USD1 mn marketing campaign in the offing »
  124. (en) « Calypso signs Disney partnership deal »
  125. (en) « Home Depot now offers series of Disney-themed interior doors »
  126. EMI Music signs license agreement for EMEA with Disney's Buena Vista Music Group
  127. Disney, Verizon in Fiber Deal
  128. Disney, ABC & Apple Bring TV to iTunes
  129. (en) « Disney Buys Living Mobile »
  130. (en) « Disney to buy Pixar? », MacWorld
  131. Reuters: Italy's Mondo TV rises on Disney buyout report Consulté le 23 novembre 2005
  132. (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 2005 - Key Dates »,‎ 29 juin 2006 (consulté le 25 janvier 2010), p. 39
  133. a et b (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 2006 - Key Dates »,‎ 5 mars 2007 (consulté le 26 janvier 2010), p. 12
  134. a et b (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 2006 - Key Dates »,‎ 5 mars 2007 (consulté le 28 janvier 2010), p. 30
  135. (fr) Les actionnaires de la société Pixar approuvent le rachat par Disney - La Presse canadienne, 7 mai 2006
  136. a, b et c (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 2006 - Key Dates »,‎ 5 mars 2007 (consulté le 26 janvier 2010), p. 15
  137. (en) Slashdot, « Disney Trades Person for Intellectual Property »
  138. Marina Jigalova-Ozkan Named Managing Director, The Walt Disney Company (Russia)
  139. Walt Disney to Invest in Russia's Cartoons
  140. (en) « Disney to Acquire Pixar », Pixar (consulté le 13 août 2009)
  141. « Disney Ato launch Disney Jeans, Fashion brand for kids », sur Televisionpoint.com,‎ 1er juin 2006 (consulté le 24 janvier 2010)
  142. (en) « Disney/Tesco: becoming animated over fruit »
  143. a, b et c (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 2006 - Key Dates »,‎ 5 mars 2007 (consulté le 26 janvier 2010), p. 13
  144. (zh) 上海迪士尼正等待审批
  145. (en) Geoffrey A. Fowler, « Disney to Acquire India TV Channel Geared to Children », sur Walt Street Journal,‎ 25 juillet 2006 (consulté le 27 janvier 2010)
  146. (en) « Comcast, Disney conclude programming deal »
  147. (en) « Crocs to Launch Disney by Crocs Footwear Line Globally »
  148. (en) « Disney buys into European live sports market »
  149. (en) « ESPN to acquire NASN »
  150. (en) « Disney's Mobile ESPN Service Relaunches With Verizon Wireless »
  151. (en) « Disney Merges Kids, Family-Targeted Ad Sales Teams »
  152. (en) « Disney renames Buena Vista Games »
  153. (en) « Buena Vista Games devient Disney Interactive Studios »
  154. (en) « Disney Buys Chinese Mobile Content Provider Enorbus; For Around USD20 Million »
  155. (en) Disney to Drop Buena Vista Brand Name, People Say
  156. Disney site music to parents' ears?
  157. ESPN acquires Cricinfo
  158. (en) « Walt Disney : acquiert Club Penguin pour 350 MUSD - Boursier.com »
  159. (en) « Disney-MGM Studios will change its name in 2008 »
  160. (en) « Walt Disney's ESPN buys Scrum.com »
  161. Disney to End Cellphone Service
  162. Disney Expands Resort Business on Oceanfront Property in Hawaii
  163. (en) « Disney Garden Launches Healthy, Character-Themed Food Choices That Put Fruits and Vegetables on Center Stage »
  164. Disney tente l'aventure de la téléphonie mobile au Japon
  165. Disney reportedly to lift stake in India's UTV Software, take management control
  166. (en) « Disney buys iParenting »
  167. ESPN, 4 Chinese groups invest in 11 percent of NBA China
  168. Walt Disney Unit Agrees To Buy 20% Stake In Vocento's Net TV
  169. Walt Disney unit invests 203 mln usd in India's UTV; ups stake to 32.1 pct
  170. (en) « Disney to take over Disney Stores from Children's Place »
  171. (en) Disney's games and internet divisions merging. "Joystiq", 2008
  172. (en) « Disney sells Movies.com to Comcast's Fandango »
  173. (en) Die Welt, « The Walt Disney Company to Acquire Outstanding Shares of Jetix Europe »
  174. (en) Animation Magazine, « Disney Acquiring Jetix Europe »
  175. Walt Disney forme une société commune dans la TV avec Media-One en Russie
  176. (en) « AP Sources: DreamWorks, Disney talk distribution »
  177. (en) « Spielberg Deal With Disney for 6 Years, 30 Films, FT Reports », Bloomberg
  178. a et b (en) Russian anti-monopoly body blocks Walt Disney JV
  179. (en) « Jetix Terminates Its Stock Exchange Listing »
  180. (en) Staci D. Kramer, « It's Official: Disney Joins News Corp., NBCU In Hulu; Deal Includes Some Cable Nets », The Whasington Post, paidContent.org,‎ 30 avril 2009 (lire en ligne)
  181. Disney's ESPN wins English soccer UK TV rights
  182. (en) Across U.S., ESPN Aims to Be the Home Team
  183. a et b (en) « Disney to acquire Marvel Entertainment for USD4B », The Walt Disney Company (consulté le 31 août 2009)
  184. a, b et c Disney wins Winnie the Pooh copyright case
  185. Disney Invests In Saving Forests
  186. Two Executives Switch Jobs
  187. Sheryl Sandberg Nominated To Disney Board
  188. a et b (en) « Marvel Stockholders Approve Disney Merger »
  189. (en) « Disney expands relationship with POW! Entertainment »
  190. (en) « Disney buys stake in Stan Lee venture »
  191. UTV Investor Call Transcript 3Q-FY2010
  192. Shareholding Pattern March 31, 2010
  193. Disney shuts doors on Miramax
  194. « N.Y. Times: Disney looking to sell Miramax label, library », sur bizjournals.com,‎ 2 février 2010 (consulté le 11 mars 2010)
  195. Transfer of Subsidiary
  196. Disney keeps ABC options open, including spin-off
  197. Saban Reacquires ‘Power Rangers’, Moves Show to Nickelodeon
  198. Disney (Walt) Co. (The) : échec négos Weinstein sur rachat Miramax
  199. a et b The Walt Disney Company To Acquire Leading Social Game Developer Playdom
  200. Disney Announces Sale Of Miramax Films To Filmyard Holdings Llc
  201. Disney completes $663M sale of Miramax
  202. Disney Acquires Social Network For Kids Togetherville
  203. a et b Disney Moves $800 Million in Media Business to OMD
  204. Walt Disney Company Africa Releases For Spring
  205. Walt Disney Plans to Buy Out UTV Software Holders, Delist Firm
  206. Walt Disney proposes to take UTV Software private
  207. Walt Disney Agrees to Buy UTV Software From Founders
  208. Disney sells $350 million in bonds to investers searching for security
  209. a et b Disney Reorganizes Its Retail Sales System
  210. a et b Walt Disney acquires all of Indiagames in $80-100 mn deal
  211. Disney seeks successor as CEO set to leave in 2015
  212. Disney:Iger quittera le groupe en 2015
  213. Disney Sells $1.6 Billion in Bonds
  214. Walt Disney proposal to acquire UTV Software approved
  215. Disney completes acquisition of India’s UTV
  216. Disney buys Screwvala, Unilazer and Unilazer stake in UTV
  217. Disney to delist UTV shares at Rs 1,100
  218. Rich Ross: Disney is searching for a successor -- right?
  219. Disney studio chief quits after 'John Carter' bomb
  220. Hulu's owners said to be buying Providence Equity's stake
  221. Disney Research invents amazing new touch sensing tech
  222. Promoting Nutrition, Disney to Restrict Junk-Food Ads
  223. « Disney's Next Blockbuster Could Be an Acquisition »
  224. Walt Disney Co. Considers Buyout of Struggling Disneyland Paris
  225. Disney to back Euro Disney, stake talk "unfounded"
  226. a et b (en) Disney to acquire Lucasfilm ltd
  227. a et b Disney rachète Lucasfilm pour 4 milliards de dollars
  228. Disney completes Lucasfilm acquisition
  229. Ddeborah Crowe, « Disney Sells $3 Billion in Bonds », sur Los Angeles Business Journal,‎ 27 décembre 2012 (consulté le 20 décembre 2012)
  230. Disney Bringing Rival To Activision’s ‘Skylanders’ Franchise With 'Disney Infinity' In June
  231. Disney Sells $800 Million of Floating-Rate Debt
  232. Disney Board Hangs Tight To Bob Iger, Extends CEO Tenure Through June 2016
  233. Fox, NBC, Disney To Keep Ownership of Hulu
  234. Disney Repurchasing $8 Billion of Stock as Spending Slows
  235. Disney Plans to Make Content for Google, Netflix or Amazon
  236. Disney Stops Issuing Stock Certificates in Collector Blow
  237. Disney calls review of EMEA media business
  238. Disney discontinues Star Wars and Marvel slot machines
  239. Gambling Debate Entangles Disney in Florida
  240. Disney Sets New Global Box Office Record
  241. Disney Appoints Twitter’s Jack Dorsey to Board
  242. Twitter’s Dorsey joins Disney board
  243. Disney to buy YouTube network Maker Studios for $500 million, Ronald Grover, Reuters, 24 mars 2014
  244. Vidéos en ligne : Disney rachète Maker Studios pour 500 millions de dollars
  245. Disney achète Maker Studios
  246. (en) « Disney Factbook 2005 - Fast Facts » (), p. 40
  247. (en) « Disney-ABC Television Group Renames Television Studio »
  248. (en) « Disney-ABC Television Group Fact Sheet »
  249. (en) « Disney Merges Kids, Family-Targeted Ad Sales Teams »
  250. (en) « Disney Closes ABC1 in the United Kingdom », NETCOT.com,‎ 8 septembre 2007 (consulté le 15 janvier 2010)
  251. (en) « ITV completes purchase of GMTV stake »
  252. (en) « ITV buys Disney's 25% in GMTV for £22million »
  253. a et b (en) « Disney shareholders to get less from radio deal »
  254. (en) « Disney's Art Of Animation Patented On May 21, 1940 »
  255. (en) « Trademark Electronic Search System (TESS) »
  256. Fiscal Year 2011 - Second Quarter
  257. (en) « Disney Merging WDIG Group With Games Unit; Forming Disney Interactive Media Group »,‎ 2008
  258. (en) « Notes To Condensed Consolidated Financial Statements »
  259. About ABE
  260. a, b et c Disney spent $1.09 million on lobbying in 4Q
  261. a et b Disney spent $1.25 million lobbying US govt in 1Q
  262. a, b et c Disney spent $780,000 lobbying in 2Q
  263. a et b http://www.cbsnews.com/8301-505250_162-57331980/disney-spent-$600000-lobbying-in-3q/
  264. Disney spent $1.4M lobbying in 1Q
  265. Disney spent $730K lobbying government in 2Q
  266. a, b et c (en) « Major Holders for WALT DISNEY-DISNEY »
  267. (en) « Pension Funds Urge Disney Shareholders to Vote for Resolution Seeking Access to the Proxy »,‎ décembre 2004
  268. a et b Jobs’s 7.7% Disney Stake Transfers to Trust Led by Widow Laurene
  269. a et b (en) Janet Wasko, Understanding Disney, p. 31., Tableau 3.1
  270. a, b, c, d et e (en) Janet Wasko, Understanding Disney, p. 32., Tableau 3.2
  271. a, b, c, d, e et f Helen Peck, Chartered Institute of Marketing, Martin Christopher, Adrian Payne, Moira Clark, Relationship marketing: strategy and implementation, Butterworth-Heinemann,‎ 1999, 509 p. (ISBN 0750636262), p. 543
  272. a, b, c, d, e et f (en) « SEC Info - Disney Enterprises Inc - 10-K - For 9/30/93 »
  273. a, b, c et d (en) « Disney Annual Report 1995 - Financial Highlights »
  274. a, b, c, d, e et f (en) « Disney Annual Report 1996 - Management's Discussion and Analysis of Financial Condition and Results of Operations »
  275. a et b (en) « Disney Enterprises Inc · 10-K · For 9/30/95 »
  276. (en) « Walt Disney Co · 10-K405 · For 9/30/96 »
  277. a, b, c, d, e et f (en) « Disney Annual Report 1999 - Management's Discussion and Analysis of Financial Condition and Results of Operations »
  278. a et b (en) « Disney Annual Report 2000 »
  279. a, b, c et d (en) « Disney Annual Report 2002 »
  280. a, b, c et d (en) « Disney Annual Report 2004 »
  281. a, b, c et d (en) « Disney Annual Report 2006 - Financial Highlights »
  282. a et b (en) « Disney Annual Report 2007 - Financial Highlights »
  283. a et b (en) « Disney Factbook 2008 - Financial Information » (), p. 50
  284. a et b (en) « Disney 2009 Annual Report - Business Segment Results » (), p. 31
  285. a et b (en) « Disney 2010 Fourth Quarter » (), p. 2
  286. a et b (en) « Disney 2011 Fourth Quarter » (), p. 2
  287. a et b (en) « Disney Reports Q4, Full-year Earnings for FY2012 » (), p. 2
  288. a et b (en) « Disney Annual Report 2013, Business Segment Results » (), p. 30
  289. (en) Janet Wasko, Understanding Disney, p. 26., Tableau 2.1
  290. (en) Michael Eisner, Tony Schwartz, Work in progress, p. 241
  291. (en) Michael Eisner, Tony Schwartz, Work in progress, p. 227
  292. The Walt Disney Company and Affiliated Companies - Board of Directors
  293. (en) Neal Gabler, The Triumph of American Imagination, p. 434
  294. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 64
  295. (en) « Facebook COO Nominated to Disney Board »
  296. (en) Leonard Maltin, The Disney Films: 3rd Edition, p. 60
  297. a et b (en) Danny Miller, What Would Walt Do?: An Insider's Story About the Design and Construction of Walt Disney World, Laval, iUniverse.com,‎ 2001, 124 p. (ISBN 0595172032)
  298. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 29
  299. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 572
  300. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 267
  301. a, b et c (en) Disney Needs To Rethink Dividend Policy
  302. a, b, c, d et e (en) « The Disney Channel: more than just a pretty face », Reuters
  303. (en) « Disney Expands TV Ties to Indian, Hispanic Audiences », BrandChannel.com
  304. News Corp Split May Make Disney Last Media Tycoon
  305. Classement : les 20 entreprises préférées dans le monde Challenges, 28 octobre 2013
  306. (en) « Disney/Miramax split is official »
  307. (en) « News Corp. and Haim Saban Reach Agreement to Sell Fox Family Worldwide to Disney for USD5.3 Billion »,‎ July 23, 2001 (consulté le 19 février 2009)
  308. (fr) La Presse canadienne, « Les actionnaires de la société Pixar approuvent le rachat par Disney »,‎ 7 mai 2006
  309. (en) « Disney Annual Report 2012 » p. 78-79
  310. (en) « Buena Vista Games Strengthens Internal Development by Acquiring Propaganda and Establishing a New Vancouver Development Studio »
  311. (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 2005 - Key Dates »,‎ 29 juin 2006 (consulté le 25 janvier 2010), p. 17
  312. (en) « Disney s'offre Minds Eye Production »
  313. (en) « Disney acquiert Junction Point Studios »
  314. (en) « Disney buys Warren Spector »
  315. (en) « Disney Interactive Studios Agrees To Acquire China-Based Video Game Software Developer Gamestar »
  316. (fr) « Disney se paye Wideload Games »
  317. Disney Buys iPhone Game Studio Tapulous
  318. (fr) « Walt Disney : acquiert Club Penguin pour 350 MUSD »
  319. a et b (en) « Disney Buying Storytelling Social Net FanLib; DigiSynd in Process »
  320. (en) « Disney Looking to Acquire Fanlib, DigiSynd »
  321. (en) « Disney Buys Chinese Mobile Content Provider Enorbus; For Around USD20 Million »
  322. (en) « Disney buys 'green' newsletter Ideal Bite »
  323. (en) « Disney buys iParenting »
  324. (en) « Kaboose News Release »
  325. (en) « Disney Acquires Kerpoof's Kid-Friendly Creative Suite »
  326. (fr) « Spectrobes, nouvelle licence Disney »
  327. (en) « Foreign exchange management act »
  328. (en) « Investing in India - A Ready Reckoner »
  329. (en) « International Franchisors - India - The Time Is Right »
  330. (en) « Disney's focus in India on media and entertainment: Andy Bird », sur hindustantimes.com,‎ 13 mars 2013 (consulté le 4 avril 2013)
  331. (en) « Corporate profiles - Andy Bird », Disney Corporate (consulté le 14 mai 2008)
  332. (en) « Disney to Acquire India TV Channel Geared to Children », Walt Street Journal,‎ 25 november 2006
  333. (en) « Disney to launch Disney Jeans, Fashion brand for kids »
  334. (en) « First Disney franchise store opens in India »
  335. (en) « Disney retail chain to make debut in Delhi »
  336. (en) « Walt Disney to prance into personal care space »
  337. (en) « Disney launches jewellery with Popley Group »
  338. (en) « Walt Disney Co goes solo in India »
  339. (en) « Shareholding Pattern March 31, 2009 »
  340. (en) « Disney launches comic books in India »
  341. Go-ahead for Disney as India courts foreign investment
  342. Disney India 'theme home' business might get replicated in global markets
  343. Karal Ann Marling, The Architecture of Reassurance: Designing the Disney Theme Parks, Flammarion, 1998. (ISBN 2-08013-639-9)
  344. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 335
  345. (en) Brodsky to Renovate 157 Columbus Avenue Following Disney Departure
  346. a, b et c (en) Brodsky looks for happy ending following Disney Co. departure
  347. a, b, c, d, e, f et g (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 521
  348. (en) « FindLaw's Writ - Sprigman: The Mouse That Ate The Public Domain »
  349. Disney In Washington: The Mouse That Roars
  350. Section 108 - Troy D. Dow biography
  351. About the Section 108 Study Group
  352. (en) « About CalArts - CalArts History »
  353. (fr) « Une nouvelle collection exceptionnelle d'art africain pour la Smithsonian »
  354. (en) « Disney Worldwide Outreach - Disney Wilderness Preserve »
  355. (en) « Disney Invests In Saving Forests »
  356. Disney invests in Peru to prevent deforestation
  357. Ronald E. Ostman, « Disney and Its Conservative Critics: Images versus Realities », Journal of Popular Film and Television, vol. 24, no 2,‎ 1996, p. 82
  358. (en) Leef Leef Smith, « Disney's Loin King? Group Sees Dirt in the Dust », The Washington Post,‎ 1er septembre 1995 (consulté le 30 août 2008)
  359. (en) Mark Pinsky, The Gospel According to Disney, p. 247
  360. (en) Tammerlin Drummond, « Caution: Live Animals », TIME,‎ 20 avril 1998 (consulté le 30 août 2008)
  361. (en) Marsha Walton, « 'Nemo' fans net fish warning », CNN.com,‎ 30 juin 2003 (consulté le 30 août 2008)
  362. a et b (en) Catalyst Online, « 75 Organizations Asked To Join Showtime Boycott », Catholic League,‎ 29 mai 2001 (consulté le 29 août 2008)
  363. (en) Catalyst, « Disney Boycott Expands », Catholic League,‎ octobre 1996 (consulté le 29 août 2008)
  364. (en) Catalyst Online, « Petitions and Boycott Stir Disney », Catholic League,‎ octobre 1997 (consulté le 29 août 2008)
  365. (en) Gay.com, « Christian group calls off Disney boycott », PlanetOut Inc.,‎ 24 mai 2005 (consulté le 29 août 2008)
  366. (en) Gay.com, « Southern Baptists drop Disney boycott », PlanetOut Inc.,‎ 22 juin 2005 (consulté le 29 août 2008)
  367. (en) K. Sullivan-Sealey, Cushion, N., Semon, K., Constantine, S., « Environmental Management Program for Baker’s Bay Club. Great Guana Cay, Abaco, Bahamas » [PDF], Université de Miami,‎ 2005 (consulté le 30 août 2008)
  368. (en) Staff writer, « Disney's duds are tops in sweatshop labour, Oxfam », CBC.com,‎ 20 juin 2006 (consulté le 30 août 2008)
  369. (en) « Beware of Mickey: Disney's Sweatshop in South China », Centre for Research on Multinational Corporations,‎ 10 février 2007 (consulté le 30 août 2008)

Annexesmodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographiemodifier | modifier le code

  • (en) Richard Schickel, The Disney Version: The Life, Times, Art and Commerce of Walt Disney, Ivan R. Dee - Elephant paperback,‎ 1997 (réimpr. 1968, 1985, 1997), 384 p. détail des éditions (ISBN 1566631580)
  • (en) Bob Thomas, Walt Disney, an american original, New York, Hyperion,‎ 1994, broché, 380 p. détail de l’édition (ISBN 0-7868-6027-8)
  • John Taylor, Storming the Magic Kingdom: Wall Street, the raiders, and the battle for Disney, 1987, (ISBN 0394546407), (ISBN 0345354079)
  • Bob Thomas, Building a Company: Roy O. Disney and the Creation of an Entertainment Empire, 1998, (ISBN 0786862009)
  • Kim Masters, The Keys to the Kingdom: How Michael Eisner Lost His Grip, 2000, (ISBN 0688174493)
  • Alan Bryman, Disneyization of Society, 2004, (ISBN 0761967656)
  • (en) James B. Stewart, Disney War, New York, Simon & Schuste,‎ 2005, broché, 592 p. détail de l’édition (ISBN 0684809931)
  • (en) Tim Hollis, Greg Ehrbar, Mouse Tracks : The Story of Walt Disney Records,‎ 2006 détail de l’édition
  • (en) David Koenig, Mouse Tales - A Behind-the-ears look at Disneyland, Bonaventure Press,‎ 1994 détail de l’édition
  • (en) Katherine & Richard Greene, Inside the Dream : The personal Story of Walt Disney, Disney Editions,‎ 1er octobre 2001, relié, 192 p. (ISBN 0-7868-5350-6)

Articles connexesmodifier | modifier le code

Liens externesmodifier | modifier le code

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 14 février 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.







Creative Commons License