Université de New York

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Université de New York
Image illustrative de l'article Université de New York
Devise Perstare et præstare
(« Persévérer et exceller »)
Nom original New York University
Informations
Fondation 1831
Fondateur Albert Gallatin
Type Université privée
Régime linguistique Anglais
Dotation 1,5 milliard de $
Localisation
Coordonnées 40° 43′ 48″ N 73° 59′ 42″ O / 40.73, -73.995 ()40° 43′ 48″ Nord 73° 59′ 42″ Ouest / 40.73, -73.995 ()  
Ville New York
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Drapeau de l'État de New York New York
Campus 6 (à Manhattan)
Direction
Président John Sexton
Chiffres clés
Personnel 15 2861
Étudiants 40 8702
Undergraduates 20 965
Postgraduates 19 905
Divers
Affiliation AAU
Site web www.nyu.edu/

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Université de New York

L'université de New York (en anglais : New York University : NYU, anciennement University of the City of New York) est une université privée américaine située à New York. Son campus principal est situé dans le quartier de Greenwich Village dans le borough de Manhattan. Fondée en 1831 par l’homme politique américain Albert Gallatin et un groupe de New-Yorkais, elle est devenue la plus grande université privée à but non lucratif du pays, avec un nombre total d’étudiants supérieur à 40 0002. Elle regroupe quinze établissements (Schools, Colleges et Divisions) répartis sur six campus à travers Manhattan.

Histoiremodifier | modifier le code

Les originesmodifier | modifier le code

Un groupe d’éminents résidents de la ville de New York – des négociants, des banquiers et des commerçants – fondèrent l’université de New York le 18 avril 1831. Ces New-Yorkais pensaient que la ville avait besoin d’une université conçue pour accueillir de jeunes hommes sur la seule base du mérite et non sur le droit d'aînesse ou la classe sociale. Albert Gallatin, secrétaire au Trésor sous la présidence de Thomas Jefferson, a décrit ses intentions dans une lettre adressée à l’un de ses amis  :

« Il m’apparaît impossible de préserver nos institutions démocratiques et le droit au suffrage universel à moins que nous puissions élever le niveau d’éducation générale et l’esprit des classes laborieuses à un niveau proche de ceux qui sont nés sous de meilleurs auspices3. »

Selon les fondateurs, les programmes d’études classiques offerts dans les universités coloniales américaines devaient être combinés avec des enseignements plus modernes et plus pratiques. Les éducateurs de Paris, Vienne et Londres commençaient juste à prendre en considération une nouvelle forme d’enseignement supérieur, où les étudiants se concentraient non seulement sur les études classiques et la religion, mais également sur les langues vivantes, la philosophie, l’histoire, l’économie politique, les mathématiques et les sciences physiques. De cette manière, on pouvait former des étudiants aux métiers de négociants, banquiers, avocats, médecins, architectes ou ingénieurs. Il s’agirait alors d’un établissement non confessionnel, à la différence de beaucoup d’universités de l’époque. De telles innovations feraient de l’université de New York une université pionnière en la matière.

L’université de New York rendrait ainsi l’éducation accessible à tous les jeunes selon leur mérite, pour un coût raisonnable, et avec un système de financements privés basé sur la vente d’actions. En créant ainsi une société par actions, l’université se prémunissait contre toute pression de la part de groupes ou d’institutions religieuses sur sa gestion.

Le développement de l’universitémodifier | modifier le code

Emplacement du campus de Washington Square Park, au sud de Manhattan, et de University Heights, à l’ouest du Bronx.

Le 21 avril 1831, le nouvel établissement reçut sa charte et fut constitué sous le nom d’« université de la ville de New York » (University of the City of New York en anglais) par l’État de New York, mais ce n’est qu’en 1896 qu’elle fut renommée officiellement. En 1832, l’université tint ses premiers cours dans des salles de location sur quatre étages du Clinton Hall, à proximité de la mairie. En 1835, l’École de droit, la première école professionnelle de l’université, ouvrit ses portes.

Le Clinton Hall, situé dans un quartier commerçant bruyant et agité, est resté le seul bâtiment de l’université pendant plusieurs années, le temps pour les administrateurs de trouver des structures permanentes et plus adaptées. Ils cherchèrent notamment à s’implanter dans le quartier de Greenwich Village. Ils achetèrent finalement le terrain situé à l’est de Washington Square Park et les travaux débutèrent en 1833 par le Old University Building. Il s’agissait d’une grande structure de style néogothique qui pouvait héberger tous les services de l’école. L’université ne prit possession des lieux que deux années plus tard, s’installant ainsi dans un quartier avec lequel elle entretiendra parfois des relations tendues.

L’université poursuivit sa croissance jusqu’à l’acquisition d’un terrain à University Heights dans le Bronx. En effet, la surpopulation de l’ancien campus était devenue critique et les administrateurs souhaitaient suivre le développement de la ville plus au nord. L’université de New York s’installa dans le Bronx en 1894, sous l’impulsion du président de l’université Henry MacCracken. Le campus de University Heights était plus spacieux que le précédent et accueillait la plupart des services administratifs de l’université ainsi que le College of Arts and Science et la School of Engineering (école d’ingénieur). Après cet important transfert, le campus de Washington Square déclina. Il ne restait plus que l’école de droit, jusqu’à ce que le Washington Square College s’installât en 1914. Ce département deviendra plus tard l’antenne des Arts et Sciences dans le centre de la ville. En 1900 fut fondée une école de premier cycle de commerce et des finances, la future Leonard N. Stern School of Business. Cet établissement assurait une formation professionnelle sur le monde des affaires. Une extension sur Long Island vit également le jour en 1935 avant de devenir finalement l’université Hofstra4.

Une tentative pour assurer l’égalité d’entrée à l’université échoua en 1871, lorsque l’inscription devint gratuite pour les meilleurs étudiants. Les anciens élèves, des protestants des classes aisées, voyaient cette mesure d’un mauvais œil, car cela faisait de l’université une œuvre de charité qui n’était dès lors plus assez convenable pour leurs enfants. Cette mesure fut donc rapidement abandonnée. L’université ne fut ouverte aux femmes qu’en 1888 pour les études de 2e et 3e cycles, en 1890 pour l’enseignement et le droit, et en 1914 pour les 1ers cycles au Washington Square College. Ce n’est qu’en 1959 que les femmes furent finalement autorisées à s’inscrire dans les cursus du College of Arts and Science, sur le campus de University Heights5.

Le bâtiment principal de l’université, le Silver Center, sur Washington Square Park en 1900.

Au début des années 1920, l’université de New York attira les meilleurs étudiants juifs qui étaient refusés dans d’autres établissements  : en effet, les universités de la Ivy League avaient institué des « quotas de juifs » qui stigmatisaient spécifiquement les immigrants juifs de première génération vivant à New York. Malgré une tentative d’instaurer elle aussi de tels quotas, une grande partie des étudiants de l’université de New York étaient juifs. À la fin des années 1960 et au début des années 1970, la crise financière grippa le fonctionnement de la ville de New York ainsi que plusieurs autres institutions, dont l’université6. Sentant augmenter les risques de banqueroute, le futur président de la NYU, James McNaughton Hester, négocia la vente du campus de University Heights à l’université de la Ville de New York (CUNY) en 1973. Ce campus perdait de l’argent ce qui rendait la gestion de deux campus très difficile. Selon le chancelier, Sidney Borowitz  :

« Il y avait tellement de pression de la part des anciens élèves pour conserver le campus que seule la menace d’une perte financière importante pouvait motiver la mise en vente du campus. Sans un deuxième campus, l’université de New York n’aurait jamais pu prospérer à ce point7. »

Après la revente du campus de University Heights, l’université fusionna avec le Washington Square College. La perte la plus significative de la NYU au cours de cette période fut le départ de la School of Engineering qui intégra l’université Polytechnique de Brooklyn8.

Au milieu des années 1980, elle devint de plus en plus populaire auprès des étudiants, et cela même en dehors de New York. Pour faire face à la demande en logement et en salles de classe, l’université dut acheter de vieux immeubles de bureaux, des hôtels et même des nightclubs9. Au cours de cette décennie, sous la direction de John Brademas10, la NYU lança une campagne de fond pour récolter 1 milliard de dollars pour mettre aux normes les installations11. En 2003, le président John Sexton lança une autre campagne de 2,5 milliards de dollars pour financer des travaux et des aides financières12.

L’université de New York est aujourd’hui l’un des plus importants propriétaires immobiliers de la ville de New York. Cependant, le retour sur investissements est resté faible ces dernières années13.

Organisation de l’universitémodifier | modifier le code

L’université de New York est un établissement qui dispense des enseignements dans plusieurs disciplines : arts, sciences, droit, médecine, commerce… Avec ses 15 facultés, elle requiert une gestion administrative importante pour organiser ses activités d’enseignement et de recherche.

Fonctionnementmodifier | modifier le code

Bâtiment de l’université de New York, au niveau du campus du Washington Square Park. On y voit les drapeaux violets de l’établissement, ainsi que la torche qui la symbolise.

L’organisation interne de l’université a été définie dès 1831, dans la charte accordée par l’État de New York. Ainsi, même si cette dernière a été amendée à plusieurs reprises, le fonctionnement de l’administration a été conservé depuis sa création.

L’université est gouvernée par un conseil d'administration composé de 50 personnes, dont 80 % en sont des anciens étudiants. Il se réunit plusieurs fois par an pour déterminer la politique de l’université et désigner ceux qui vont la conduire. Ce sont donc eux qui désignent le comité exécutif, parmi lequel on trouve le président de l’université (actuellement John Sexton). Entre les réunions du conseil, le comité exécutif a toute autorité pour mener à bien les décisions du conseil. Le président est élu parmi les membres du conseil d’administration. Son rôle est de superviser et diriger toutes les activités de l’université. Il est également chargé de la conduite de la politique éducative.

Chaque faculté est menée par un doyen chargé de sa gestion administrative et de l’application des politiques de l’université. C’est notamment lui qui supervise le travail des membres de la faculté et qui fait des recommandations au chancelier pour les promotions et les nominations des titulaires. Il est par ailleurs du ressort de chaque faculté de déterminer les modalités d’admission dans leurs écoles, les cours dispensés, ainsi que les niveaux requis pour l’obtention des diplômes.

L’université de New York dispose également d’un organe délibératif se réunissant tous les mois : le conseil d’université (University Senate). Sur recommandations des différentes commissions, il délibère sur la politique, la structure et les procédures de l’université. Il s’occupe également des politiques budgétaires et de ressources humaines. Le conseil d’université est également une force de propositions auprès du président. Il a en outre le pouvoir d’agir sur les affaires éducatives et de réguler ce qui affecte l’ensemble de la communauté universitaire. Il se compose au maximum de 80 membres répartis comme suit : 35 représentants du personnel, 15 doyens, 22 représentants étudiants et 8 cadres du comité exécutif. La représentation de chaque faculté y est fonction de sa taille. Le travail de réflexion du conseil d’université s’organise autour d’un système de commissions, telles que celles sur les affaires académiques, sur les affaires publiques, sur le budget ou encore sur la gouvernance de l’université.

Enseignementmodifier | modifier le code

Vanderbilt Hall, l'école de droit de l'université de New York, au sud-ouest de Washington Square Village.

Sur les 40 870 étudiants que comptait l'université de New York en 2006, près de 13 942 ont été diplômés au cours de l'année. Avec plus de 2 500 cours dispensés, l'université décerne ainsi près de 25 diplômes différents14. Les deux principaux diplômes décernés sont le master et le bachelor, qui représentent respectivement 5 773 et 5 713 remises chaque année15. L'université accorde, en outre, 967 diplômes professionnels (tels que les doctorats en médecine, en droit et en chirurgie dentaire), 750 diplôme d'associate (équivalent au DEUG) et de 364 doctorats, ainsi que d'autres diplômes ou certificats universitaires mineurs15.

L'université de New York bénéficie, par ailleurs, d'un nombre important de professeurs (6 755, dont 3 363 temps-pleins1 conduisant à un ratio enseignants/étudiants de 1:11) ce qui lui permet d'avoir 82 % des classes composées de moins de 30 étudiants. De fait, les étudiants ont ainsi une relation plus personnalisée avec leurs enseignants, que ce soit pendant les cours ou pendant des projets personnels de recherche. En 2005-2006, le corps enseignant se composait de 3 363 personnes, dont près d'un tiers appartenait à la seule école de médecine. Parmi eux, seuls 1 388 bénéficient du système de tenure16. Depuis ses origines en 1831, de nombreux spécialistes ont enseigné à l'université de New York, dont plusieurs titulaires du Prix Nobel, du Prix Pulitzer ou de membres de la National Academy of Sciences américaine.

La détermination à recruter des professeurs éminents a été l'une des raisons principales du prestige grandissant de l'université. L'université de New York s'est souvent lancée dans des surenchères pour attirer les meilleurs enseignants et améliorer ainsi considérablement l'environnement académique. Elle a beaucoup insisté sur son niveau d'enseignement et sur ses capacités de recherche17. On peut notamment remarquer que l'université s'est développée jusqu'à se rendre presque insolvable pour devenir l'une des meilleures universités américaines en termes de recherche. Au lieu de consolider son capital, l'université a investi dans la construction de nouveaux équipements, dans le recrutement de professeurs ou dans des aides pour les étudiants talentueux.

Financementsmodifier | modifier le code

Comme énoncé précédemment, depuis ses origines, l'université de New York a toujours cherché à conserver son indépendance vis-à-vis des différents groupes de pression. Cela est tout à fait significatif avec la sécurisation de ses investissements financiers. On observe ainsi qu'une grande proportion de sa dotation est investie sous forme d'obligations (près de 86 %), laissant ainsi une place minime aux actions (9 %), plus risquées18. Cette stratégie d'investissement est assez inhabituelle pour une université dont la dotation dépasse le milliard de dollars. Ce positionnement explique en grande partie le faible taux de retour sur investissements de l'université (6,8 %), là où Stanford atteint 23 %19.

Du reste, l'université de New York reste très discrète (voire secrète) sur ses financements et sur la manière dont ses fonds sont utilisés20. Cependant, un groupe indépendant a divulgué les chiffres du budget de 2005. On y apprend notamment que, sur un budget de 2,3 milliards de dollars, près de 40 % des revenus de l'université proviennent des frais d'inscription des étudiants. Ceci permet de comprendre pourquoi le coût annuel moyen des études par personne culmine à 45 300 $21.

Les autres principales sources de revenus sont celles provenant de ses entreprises et des redevances liées aux brevets déposés (17 % du budget), les revenus associés aux soins hospitaliers du Health Center (17 %) et enfin les diverses subventions (12 %). En ce qui concerne les dépenses, près de 40 % sont utilisées au titre des enseignements et des programmes académiques. La part allouée à la recherche ($ 210 millions) est équivalente aux dépenses liées au secteur médical ou aux autres dépenses de ses entreprises auxiliaires22.

L'entrée de la Stern School of Business, financée par un don de $30 millions de Leonard Stern.

Par ailleurs, depuis 2001, l'université de New York a lancé une campagne ambitieuse de levée de fonds. Cette campagne prévoit en effet de récolter 2,5 milliards de dollars en 7 ans (soit 1 million par jour environ). Cette somme permettra, entre autres choses, le développement de l'université avec l'acquisition d'espaces affectés aux enseignements, l'extension des programmes d'aides financières aux étudiants, ainsi que l'augmentation des budgets des facultés pour favoriser les investissements23.

En outre, l'université est parfois l'heureuse bénéficiaire d'une généreuse donation par le biais de fondations dont les noms ont souvent marqué l'université de leur empreinte. Parmi les plus importants mécènes de l'université de New York, on peut citer Harold Acton qui fit don du campus de la Pietra, d'argent et d'œuvres d'art (pour un montant total estimé entre 250 et 500 millions de dollars)24, Shelby White ($200 millions)25,26, Julius Silver ($150 millions)27,28, Jan Vilcek ($105 millions)29, ou encore des donateurs réguliers comme Laurence Tisch30 ou Joel Smilow31. Cependant, des dons aussi importants n'arrivent que rarement (même si les dons de 1 à 5 millions sont de plus en plus fréquents) et les legs et donations ne représentent que 3 % des revenus de l'université22.

Les bâtiments et les centres de recherche sont généralement nommés en l'honneur des plus généreux mécènes de l'université. Il arrive donc que certains donateurs réguliers prêtent leur nom à plusieurs structures de l'université. Parmi ceux-là, on peut nommer la famille Tisch (Tisch School of the Arts, Tisch Hospital, Tisch Hall)32, la fondation Kimmel (Kimmel Center for University Life, Kimmel Center for Stem Cell Biology)33,34 ou encore la fondation Skirball (Skirball Center for the Performing Arts, Skirball Department of Hebrew and Judaic Studies)35. Ouvert en 1993, le Skirball Institute of Biomolecular Medicine est chargé de travailler sur le cancer et le SIDA. C'est un projet de $75 millions, cofinancé par divers mécènes, dont les plus importants sont les Tisch et la fondation Skirball36. L'université de New York a, par ailleurs, récemment inauguré le Joan and Joel Smilow Research Center, un centre à la pointe de la technologie en recherche biomédicale. Il s'agit d'un projet de $160 millions, financé collectivement par Joel Smilow, Jan Vilcek, Vivendi Universal et une dizaine d'autres mécènes37,38. On peut cependant remarquer que certaines personnes n'ont pas apporté de financement, partiel ou total, au bâtiment qui porte leur nom. Ces bâtiments ont, en effet, été nommé à titre honorifique en mémoire de personnalités qui ont marqué l'université par leur dévouement et leurs recherches, contribuant ainsi à son rayonnement. C'est le cas notamment du Courant Institute of Mathematical Sciences et du Rusk Institute of Rehabilitation Medicine.

Recherchemodifier | modifier le code

Comme pour pratiquement toutes les universités américaines, la recherche universitaire est un élément déterminant de la politique et du prestige de l'Université de New York. Elle permet en effet de maintenir un haut niveau académique et d'anticiper des changements technologiques. La NYU fait partie des plus importantes institutions de recherche du pays, au sein de l'Association of American Universities. Parmi ses domaines de prédilection, on peut surtout citer la recherche biomédicale dans les domaines de la génomique, de l'étude de la biologie du développement, de l'immunologie, mais aussi dans l'étude des réponses au bioterrorisme et aux catastrophes, l'étude du climat (évolution, technologies émergentes, impacts socio-économiques…) et enfin des mathématiques avec le prestigieux Courant Institute of Mathematical Sciences.

Sur l'année fiscale 2004-2005, l'université a dépensé près de 470 millions de dollars (si on cumule les dépenses de la NYU et de l'école de médecine du Mont Sinai) pour la recherche. Ces investissements leur ont permis de déposer 21 brevets d'invention et 48 brevets d'application, de négocier l'octroi de 34 licences à des tiers et de créer 3 startups39. Avec tous ces brevets et licences, l'université a pu dégager plus de $150 millions, faisant ainsi apparaître une nette augmentation par rapport à l'année 2003-2004 qui avait généré plus de $110 millions. Elle a ainsi été classée seconde par l'Association of University Technology Managers en termes de revenus de recherche derrière l'université Emory. Dans les faits, l'université de New York est en fait troisième juste derrière l'université Columbia ($160 millions), cette dernière n'ayant pas rendu publics ses chiffres avant la publication de l'enquête40.

L'importance du budget consacré à la recherche en fait un élément moteur pour l'université et sa renommée. Une partie de cette renommée passe par la publication dans des revues scientifiques pour annoncer les résultats ou découvertes obtenues au sein des différents laboratoires. L'université de New York se classe ainsi au 82e rang mondial en termes de nombres de publications (23 057), et au 55e rang mondial en termes de nombre de citations (385 852)41. Elle publie surtout en médecine clinique (7 438 publications et 114 872 citations), et plus généralement dans toutes les disciplines médicales (neuroscience, psychiatrie et psychologie, biologie moléculaire, génétique, biologie et biochimie). En biologie moléculaire et génétique, elle est notamment classée au 34e rang avec une production de 1507 articles, et au 36e rang avec 60510 citations. Elle est également très active dans le domaine des sciences sociales, avec 1960 publications, ce qui la classe au 23e rang mondial41.

Cette recherche est financée en grande partie par des subventions fédérales et de l'État de New York. En 2005, ces aides représentaient respectivement 287 et 3 millions de dollars pour la réalisation de programmes de recherche42,43. Parmi les plus importants subsides de 2005, on compte notamment le NIH qui a accordé près de 400 subventions pour un montant total de $174 millions (la NYU est le 20e plus gros bénéficiaire du NIH)44. Au rang des projets développés récemment au sein de la Medical School, on trouve un centre de recherche sur les cellules souches financé par la Fondation Kimmel à hauteur de $10 millions. Un autre contributeur important est sans conteste le Département de la Sécurité intérieure qui a financé le Center for Catastrophe Preparedness and Response. Il s'agit d'un centre interdisciplinaire pour la préparation et l'optimisation des secours d'urgence en cas de catastrophe naturelle, sanitaire ou terroriste (notamment en milieu urbain)45.

Réputation académiquemodifier | modifier le code

Il existe de nombreux indicateurs pour chiffrer la réussite d'une politique universitaire en termes d'enseignement, de recherche et de qualité de vie. De fait, les différents classements d'universités américaines prennent en compte certains de ces indicateurs pour établir leur classement annuels. Parmi les facteurs pris en compte, on trouve notamment : la réputation de l'université vue par les universitaires, le pourcentage de rétention des étudiants (i.e. le pourcentage d'étudiants qui suivent un programme jusqu'à son terme), les ressources financières, la sélectivité, la « qualité » des enseignements, etc.

Selon Kaplan Inc., l'université de New York fait partie des « Nouvelles Ivy », étant donné son prestige, la qualité de son enseignement et son attractivité qui sont équivalentes voire supérieures aux établissements de l'Ivy League46. En effet, la NYU a accueilli 23 Prix Nobel, 9 récipiendaires de la National Medal of Science, 12 Prix Pulitzer, 19 personnes oscarisées, ainsi que plusieurs détenteurs d'Emmy Award, de Grammy Award et de Tony Award.

Selon les trois plus importants systèmes d'évaluation des universités, l'université de New York est classée :

  • 34e sur 248 dans le classement des universités nationales américaines, réalisé par U.S. News and World Report47 ;
  • 29e sur 500 dans le classement des meilleures universités mondiales, selon l'université Jiao Tong de Shanghai48 ;
  • 43e sur 200 dans le classement des meilleures universités mondiales, selon le Times Higher Education Suplement - QS World University Rankings49.

En ce qui concerne les programmes et les disciplines, l'université se place au 11e rang pour les sciences sociales dans le classement des 100 meilleures universités de l'Université de Shanghai50. Elle est classée première en italien, en finance, en mathématiques et en théâtre aux États-Unis par la Faculty Scholarly Productivity Index, qui se base sur le nombre de publications, de bourses accordées, ainsi que sur les récompenses de 104 programmes universitaires, dans dix sujets différents51.

L'entrée de la School of Law, quatrième école de droit du pays selon l'U.S. News and World Report.

Le cursus de premier cycle de la Stern School of Business se trouve parmi les cinq meilleurs programmes de MBA aux États-Unis et parmi les 15 meilleurs au monde52,53,54,55,56. La School of Law est la quatrième école de droit américaine selon l'U.S. News and World Report57. L'école se distingue particulièrement dans le domaine de la fiscalité, du droit international et de la jurisprudence (philosophie des lois). Elle est connue notamment pour avoir accueilli de futurs conseillers auprès des juges de la Cour suprême des États-Unis. Bien qu'aucun ancien élève n'ait jamais été nommé comme juge de cette cour, plusieurs d'entre eux ont exercé la fonction de juge à la Cour internationale de justice58,59.

Le département de philosophie de l'université est classé premier sur 50 universités anglophones60. Le département d'économie arrive 10e sur 200 départements dans le monde61. La Steinhardt School of Culture, Education and Human Development possède l'un des 15 meilleurs programmes américains62. Plusieurs spécialités de la Wagner Graduate School of Public Service font également partie du top 10 américain63. Le Courant Institute of Mathematical Sciences est le premier en mathématiques appliquées du pays64. Il est également connu pour ses recherches en mathématiques pures, avec notamment les équations aux dérivées partielles des Professeurs Peter Lax et Sathamangalam R. Srinivasa Varadhan (qui ont remporté le prix Abel, respectivement en 2005 et 2007 pour leurs recherches dans ce domaine), ainsi qu'en mathématiques appliquées à la bio-informatique.

Les cursusmodifier | modifier le code

Admissionsmodifier | modifier le code

L'université de New York possède un effectif important d'étudiants, dont le nombre dépasse les 40 000 et qui viennent de plus de 130 pays différents65. Seuls 10 % des étudiants de première année sont originaires de la ville de New York, 20 % arrivent d'un des trois États voisins (Connecticut, New Jersey et New York). Près de 65 % des étudiants de premier cycle sortent d'un lycée public.

L'université recrute principalement dans les lycées du nord-est des États-Unis, en premier lieu dans ceux de New York : Stuyvesant High School, Bronx High School of Science, et Brooklyn Technical High School notamment. Parmi toutes les universités privées des États-Unis, c'est elle qui recueille le plus grand nombre de candidatures en premier cycle. Depuis le début des années 1990, ce nombre a presque triplé, alors que dans le même temps, le taux d'acceptation des dossiers a chuté de plus de la moitié. Par exemple, en 1991, la NYU a reçu près de 10 000 candidatures dont 65 % furent acceptées66. Alors qu'en 2007, l'effectif passe à plus de 34 000 pour un taux de seulement 32 %67. Cependant, le taux d'acceptation était bien plus faible auparavant, comme en 2003 où il n'était que de 26,2 %67. Du fait de cette augmentation du nombre de candidatures, l'université a dû considérablement relever le niveau de ses critères d'admission68,69.

L'université de New York se place parmi les 15 premières universités américaines pour le nombre d'étudiants ayant une bourse de mérite en première année70. Pour la quatrième année consécutive, elle est également classée première par la Princeton Review dans le classement des « établissements de rêve » (arrivant en premier choix lorsqu'il est fait abstraction du prix et de la sélectivité de l'université) parmi les lycéens de dernière année71.

Facultés et centres de recherchemodifier | modifier le code

L'université de New York comprend près de 15 colleges, schools ou instituts :

Certains établissements ont été fermés ou ont été intégrés à d'autres institutions :

  • Daniel Guggenheim School of Aeronautics 1927 - 1973
  • School of Engineering 1894 - 1973 (intégré au Polytechnic Institute of New York)
  • Washington Square College (intégré au College of Arts and Science)
  • University College (intégré au College of Arts and Science)
  • New York College of Veterinary Surgeons 1857 - 1922
  • College Hofstra Memorial of New York University 1935 - 1963 (désormais université Hofstra)72

Les campus et leurs installationsmodifier | modifier le code

La plupart des bâtiments de l'université de New York sont situés à l'intérieur d'une zone bordée au sud par Houston Street, à l'est par Broadway, au nord par la 14e Rue et à l'ouest par la Sixième Avenue73.

Le campus de Washington Squaremodifier | modifier le code

Les maisons historiques de NYU du campus autour de Washington Square Village.

Depuis la fin des années 1970, le centre de gravité de l'université de New York se trouve autour du campus de Washington Square. Chaque année, les cérémonies de remise de diplômes du campus de Washington Square Village se tiennent au sein du parc. D'autres événements de moindre importance ont aussi lieu à cet endroit. Ce quartier est l'un des plus dynamiques de la ville. Après avoir été un lieu important de la vie artistique et intellectuelle de New York, Greenwich Village est aujourd'hui reconnu comme l'un des secteurs les plus élégants de Manhattan.

Parmi les équipements universitaires les plus notables de Washington Square, on trouve la bibliothèque Elmer Holmes Bobst, conçue par Philip Johnson et Richard Foster, qui ont également dessiné plusieurs autres bâtiments tels que le Tisch Hall, le Meyer Hall et le Hagop Kevorkian Center. On retrouve également des bâtiments historiques comme le Silver Center (autrefois connu sous le nom de « bâtiment principal »), le Brown Building (autrefois appelé le « Ash Building », lieu d'un tragique incendie), le Judson Hall qui héberge le King Juan Carlos I of Spain Center74, le Vanderbilt Hall (une rangée de maisons au nord de Washington Square), le Kaufman Management Center et le Torch Club (un centre regroupant la restauration et des activités associatives pour les étudiants, le corps enseignant et l'administration). À un bloc plus au sud de Washington Square, on trouve « le village de Washington Square ». Il s'agit d'une zone où se situent les résidences des étudiants et des enseignants, principalement dans la Silver Tower où est exposé un agrandissement du Bust of Sylvette, sculpture de Picasso réalisée en 1934.

Dans les années 1990, la NYU est devenue une « université à deux squares » en s'établissant également à Union Square, situé à une dizaine de minutes à pied de Washington Square. C'est un quartier où se trouvent de nombreux restaurants, salons et bars.

L'arche de Washington Squaremodifier | modifier le code

Bien que relevant du domaine public, l'arche de Washington Square est le symbole non officiel de l'université de New York. L'arche a été dessinée par Stanford White en 1889 pour célébrer le centième anniversaire de l'inauguration de New York par George Washington. À l'origine, elle était faite de bois et de papier mâché. Les travaux pour la reconstruire en béton et en marbre se sont étalés de 1890 à 1895. Aujourd'hui, les étudiants de l'université défilent sous l'arche, lors de la cérémonie de remise des diplômes. L'arche a été l'objet d'une rénovation entre 2002 et 2004, pour un budget de 2,7 millions de dollars75.

La bibliothèque Bobstmodifier | modifier le code

Article détaillé : Elmer Holmes Bobst Library.

La bibliothèque Elmer Holmes Bobst est la plus importante des huit bibliothèques de l'université. Le bâtiment de 12 étages, abritant plus de 3,3 millions de livres, se situe à l'angle sud-est du Washington Square Park. Elle tire son nom de son bienfaiteur, Elmer Holmes Bobst, qui donna 11,5 millions de dollars pour sa construction, achevée en 1973.

Développements récentsmodifier | modifier le code

Au cours des dernières années, l'université a développé beaucoup de nouveaux équipements sur le campus de Washington Square :

Le Kimmel Center for University Life
Ce centre, ouvert aux étudiants, au corps enseignant, aux anciens élèves et aux personnels, constitue un lieu de rassemblement autour de grands événements, de cérémonies et de représentations artistiques de toute sorte. Nommé en l'honneur de ses bienfaiteurs, Helen et Martin Kimmel, le centre accueille également le Skirball Center for the Performing Arts, le Rosenthal Pavilion, le Eisner & Lubin Auditorium et le Loeb Student Center. Le centre Kimmel est connu notamment parce qu'il illumine Washington Square de nuit.
Le Furman Hall
Ce hall est nommé en l'honneur de l'ancien étudiant de la School of Law, Jay Furman. Il se compose de classes, de salles de réunions, du programme clinique de l'école de droit, des bureaux des enseignants et du personnel administratif. Il s'agit d'un bâtiment de près de 15 800 m², conçu par le cabinet Kohn Pederson Fox Associates PC. L'université a travaillé en concertation avec la communauté de Greenwich Village pour intégrer le nouveau bâtiment à l'architecture environnante, car le projet nécessitait la destruction de deux anciens immeubles. D'ailleurs, des éléments de ces deux bâtiments ont été intégrés à la nouvelle façade, ainsi que des éléments de la Poe House dans laquelle vécut le poète Edgar Allan Poe76.
Le complexe pour les sciences de la vie, un incubateur pour les start-up de biotechnologie
En 2005, l'université a annoncé le développement d'un nouveau projet pour un complexe consacré aux sciences de la vie, sur Waverly Place à côté du hôpital Bellevue. Les équipements accueilleront des laboratoires et des espaces académiques. Le nouveau complexe sera créé à partir de la rénovation de trois bâtiments déjà existants77.
Le Joan and Joel Smilow Research Center
Le Medical Center de NYU sur la Première Avenue s'est agrandi pour créer le Joan and Joel Smilow Research Center. La construction du building de 13 étages s'est déroulée de 2004 à 2006, le long de l'East River. Ce bâtiment regroupe une quarantaine de laboratoires de niveau mondial dans différents champs de la recherche biomédicale. Il s'agit de la plus importante extension du NYU Medical Center depuis le Skirball Building dans les années 1980. Ce centre sera directement couplé au complexe pour les sciences de la vie.
La résidence universitaire de la 12e Rue est
En novembre 2005, l'université a annoncé son projet de construire un bâtiment de 26 étages et de 18 000 m² sur la 12e Rue. Cette résidence universitaire devra accueillir 700 étudiants de premier cycle et plusieurs autres équipements. Il s'agira alors du plus haut bâtiment du quartier de l'East Village78. Ce projet a provoqué la colère des riverains car il sera construit à l'emplacement de l'ancienne église Sainte-Anne79.

Clubs et théâtresmodifier | modifier le code

Une des entrées de la Tisch School of the Arts sur Broadway.

Le conservatoire de musique et la Tisch School of the Arts se produit régulièrement dans les théâtres ainsi que dans d'autres équipements gérés par la NYU. Toutes les productions sont généralement ouvertes au public. Les plus grandes salles sont sans conteste le Skirball Center for the Performing Arts juste au sud de Washington Square et l'auditorium Eisner-Lubin du Kimmel Center. Récemment, John Kerry et Al Gore ont prononcé d'importants discours de politique étrangère dans le Skirball Center80,81. Il a également servi de cadre à l'enregistrement du dernier épisode de la saison 3 de la série The Apprentice. Le théâtre Frederick Loewe et le Provincetown Playhouse sur MacDougal Street sont également très connus pour avoir lancé, entre autres, la carrière d'Eugene O'Neill. Son pendant musical est la boîte de nuit The Bottom Line (au coin de la 4e Rue Ouest et de Mercer Street) où Bruce Springsteen a débuté. Malgré les objections, ce club a été évincé de l'université pour non-paiement de loyer, après avoir subi de lourdes pertes financières pendant plusieurs mois.

Les autres campusmodifier | modifier le code

Le campus principal de la Faculté de médecine de NYU est situé sur la Première Avenue au niveau de la 30e Rue, le long des berges de l'East River. Il accueille le Medical Center, le Tisch Hospital, les centres de recherches biomédicales (Skirball Center, et le tout nouveau Smilow Building) et le Rusk Institute of Rehabilitation Medicine, ou encore le Bellevue Hospital Center quelques blocs plus au sud. D'autres centres de l'université sont répartis à travers la ville, comme l'Hospital for Joint Diseases sur la Deuxième Avenue au niveau de la 12e Rue.

L'école des travailleurs sociaux, l'Ehrenkranz School of Social Work, gère le programme du campus du Manhattanville College dans le comté de Westchester et du St. Thomas Aquinas College dans le comté de Rockland. L'université possède également un établissement de recherche à Sterling Forest, près de Tuxedo. Ce complexe regroupe plusieurs instituts dont le Nelson Institute of Environmental Medicine. Le Midtown Center sur la 42e Rue Ouest et le Woolworth Building dans le quartier des affaires assurent les cursus de formation continue.

Les résidences universitairesmodifier | modifier le code

Un trolley traditionnel de NYU.

Avec ses 12 500 résidents, l'université de New York possède le septième plus gros service universitaire d'hébergement des États-Unis et le plus important si l'on ne considère que les établissements privés82. Une grande partie de ces résidences provient de la transformation d'appartements et de vieux hôtels. La plupart des résidences pour les étudiants de première année sont situées autour de Washington Square, alors que les étudiants des années supérieures sont logés autour de Union Square. Jusqu'en automne 2005, les chambres étaient attribuées par un système de loterie, où plus les étudiants profitaient longtemps des résidences, moins ils avaient de chances de se voir attribuer une autre chambre. Cependant, depuis 2006, les étudiants de deuxième année sont privilégiés dans l'octroi des chambres, en ayant le choix de leur résidence d'affectation. Cette décision a été prise afin de permettre aux promotions de deuxième année de rester ensemble dans la zone d'Union Square. Tous les étudiants de premier cycle sont assurés d'obtenir un logement lors de leur inscription à l'université. Celle-ci s'occupe également de son propre système de transport pour les étudiants, avec des bus et des trolleys.

Le service d'hébergement pour les étudiants de premier cycle possède vingt-deux bâtiments. Elles sont toutes dirigées par le Conseil Inter-Résidences (CIR), une association étudiante. Chaque résidence y élit des représentants qui se rencontrent en comités et votent lors de conseils. Le but de ce groupe est de coordonner des programmes destinés aux étudiants et de faire le lien avec l'administration de l'université.

Les Maisons internationalesmodifier | modifier le code

La Maison Française et Allemande de NYU

L'université possède plusieurs maisons internationales pour promouvoir l'étude des cultures et des langues étrangères. Elles possèdent leurs propres salles de classe, bibliothèques, bureaux et même parfois, leurs propres événements. Les maisons internationales de la NYU sont :

L'université est également l'un des membres fondateurs de la Ligue universitaire mondiale (League of World Universities).

Les campus à l'étrangermodifier | modifier le code

L'université de New York a développé un important programme d'études à l'étranger, auquel beaucoup d'étudiants participent. Contrairement à la plupart des universités, la NYU possède directement des complexes universitaires dans plusieurs pays. Le campus de NYU Florence, à la villa La Pietra (Italie), est le plus important avec ses 23 hectares. Il a été légué à l'université par Sir Harold Acton en 199483. L'université s'occupe ainsi des étudiants de premier cycle qui partent pour une année à Florence, Londres, Paris, Prague, Berlin, Accra, Madrid, Tel Aviv ou Shanghai. Elle possède également plusieurs programmes à Singapour84.

En 2010 dans le cadre d'un développement à l'international d'un réseau d'universités sœurs initié par John Sexton en 2006, a été inauguré à Abou Dabi le campus de la NYU-Émirats arabes unis, financé très largement par les autorités locales et ouvert actuellement à environ 200 étudiants (avec un objectif de 2200 étudiants undergraduates par an dans 10 ans) qui recevront les mêmes diplômes que ceux obtenus à New York85. Cette stratégie de développement à l'international de la « marque » NYU s'oriente clairement vers l'Asie avec l'ouverture prévue en 2013 de la NYU-Shanghai (cocréé par l'Université de New York et l'École normale supérieure de l'Est de la Chine).

À partir du premier semestre 2014, l'École de droit de NYU ouvrira trois campus d'études a l'étranger sous la banniere « NYU Law Abroad » : Buenos Aires, Paris et Shanghai86.

Environnement culturelmodifier | modifier le code

Washington Square Village a longtemps été le centre de la vie culturelle de New York. Les artistes de la Hudson River School, la première grande école de peinture américaine, s'y installèrent au début du XIXe siècle. Samuel Morse et Daniel Huntington étaient locataires dans l'ancien bâtiment de l'université. L'université louait en effet des studios et des espaces résidentiels au sein des bâtiments universitaires. Edgar Allan Poe, Mark Twain, Herman Melville et Walt Whitman contribuèrent au dynamisme artistique en ayant des interactions significatives avec la vie culturelle et académique de l'université.

Dans les années 1870, les sculpteurs Augustus Saint-Gaudens et Daniel Chester French vécurent et travaillèrent à proximité du square. À partir des années 1920, la zone entourant Washington Square était connue dans tout le pays pour être un foyer d'anticonformisme artistique et moral87. Parmi les résidents célèbres de cette époque, on trouve notamment Eugene O'Neill, John Sloan ou encore Maurice Prendergast. Dans les années 1930, les expressionnistes abstraits Jackson Pollock et Willem de Kooning, ainsi que les réalistes Edward Hopper et Thomas Benton avaient leur studio dans le Village. Dans les années 1960, Washington Square et le Village sont devenus l'un des berceaux de la génération « beat and folk » quand Allen Ginsberg et Bob Dylan y ont vécu.

Les fraternités étaient très populaires à la fin du XIXe siècle. Les premières fraternités avaient une vocation sociale. Elles cherchèrent par la suite à attirer de nouveaux membres en proposant des activités sportives, professionnelles et intellectuelles88. Le premier annuaire de l'université fut réalisé par les fraternités et les « sociétés secrètes »89. Aujourd'hui, les clubs ont des intérêts variés, de l'héritage culturel au commerce, de la politique aux études victoriennes. Malgré cela, l'intérêt pour ces fraternités va en décroissant depuis plusieurs décennies.

Le Jack H. Skirball Center for the Performing Arts constitue une extension importante pour la vie culturelle de la NYU et de Washington Square. Il s'agit d'un théâtre professionnel de 860 places qui a ouvert en octobre 200390. Y furent notamment produits Playboy of the Western World de l'Abbey Theater de Dublin, la première mondiale de Mabou Mines Red Beads, une série de concerts du World Music Institute ainsi que des compagnies de danse, dont Lar Lubovitch et Bill T. Jones.

Le sport universitairemodifier | modifier le code

Article détaillé : New York University Violets.
Une équipe de hockey sur glace de la NYU

Les équipes de sports de l'université de New York s'appellent les Fighting Violets (littéralement les « violettes combattantes »), en référence aux couleurs de l'université, le violet et le blanc. Ces couleurs ont été choisies en raison des violettes qui poussaient sous les arbres de Washington Square Park91. La mascotte de l'université est un lynx, nommé Violet Bobcat92.

Presque toutes les équipes de sport participent de nos jours à la troisième division de la NCAA et de la University Athletic Association, à l'exception de l'équipe masculine de volley-ball qui évolue en première division de la Eastern Collegiate Volleyball Association. L'équipe d'escrime participe également à la première division ; elle est considérée comme l'une des meilleures équipes américaines dans cette discipline.

Le Coles Sports and Recreation Center est considéré comme le centre des activités sportives et de loisirs de l'université. Ce centre propose de nombreux équipements comme des salles de musculation, des courts de squash et de tennis, une piscine de 25 mètres, des terrains de basket et une piste de course.

Vie étudiantemodifier | modifier le code

La localisation de l'université au centre de Greenwich Village, un vivier d'artistes, d'écrivains, d'intellectuels et de musiciens, donne aux études une perspective sans égal. Le campus est une succession de bâtiments et de structures disséminés dans le Village, faisant de lui un modèle d'intégration urbaine. Les admissions ne se basent pas sur la situation financière des étudiants et plus de 50 % d'entre eux reçoivent une bourse. L'ensemble du corps étudiant présente une grande variété en ce qui concerne l'origine ethnique, culturelle, politique et religieuse. Ils habitent en majorité dans des résidences universitaires situées dans Greenwich Village, formant ainsi une sorte d'enclave à l'intérieur de la ville93.

En 2004, l'université de New York a inauguré son tout nouveau Centre Kimmel pour la vie étudiante, au sud de Washington Square. Il se compose d'un centre pour les arts du spectacle de 1 022 sièges (le Skirball Center for Performing Arts), d'un espace pour la vie associative et de salons pour les étudiants94.

Organisations étudiantesmodifier | modifier le code

L'université encourage elle-même les étudiants à créer leurs propres activités. Notamment, la possibilité de créer un club à partir de quatre adhérents est devenue une mode qui permet à chacun de se retrouver autour de mêmes activités94. Mis à part les équipes sportives, les fraternités, les sororités et les clubs qui traitent de certains enseignements, les organisations les plus visibles concernent les loisirs, les arts et la culture. On y retrouve notamment un quotidien (le Washington Square News), un magazine humoristique (The Plague), des revues littéraires (le Washington Square Review et The Minetta Review), ainsi que des entreprises de production tenues par des étudiants (New York University Program Board et l'Inter-Residence Hall Council).

Pendant la période où l'université était centrée autour du campus de University Heights, un fossé grandissant s'est formé avec les étudiants des campus de Manhattan. On peut par exemple citer la Philomathean Society qui a officié entre 1832 et 1888 et s'est reconstituée sous la forme de l'Andiron Club. Parmi les règles du club, on peut notamment trouver la « Règle n°11 : N'avoir aucune relation ou n'avoir que des manifestations occasionnelles et formelles à l'égard des écoles du centre ». L'Eucleian Society, rivale de la précédente, a été fondée en 1832 et semble avoir été dissoute, puis reformée, à plusieurs reprises. Les « Chevaliers de la Lampe » étaient une organisation sociale fondée en 1914 à l'école de commerce. Cette organisation se réunissait à chaque pleine lune et avait le ver à soie pour mascotte88.

Fraternitésmodifier | modifier le code

Les fraternités, s'inspirant de la Grèce, sont apparues sur le campus dès 1837 avec l'arrivée de Psi Upsilon. Depuis, elles se sont multipliées pour atteindre le nombre de 25 fraternités et sororités.

Quatre conseils différents gèrent la vie des fraternités au sein de l'université : le Conseil Inter-fraternités (Interfraternity Council - IFC) qui s'occupe de quatorze d'entre elles, le Conseil Panhellénique (Panhellenic Council - PhC) en gère sept, et quatre autres sont sous l'autorité du Conseil Multiculturel Grec (Multicultural Greek Council - MGC). Ces trois conseils sont eux-mêmes regroupés au sein d'un seul et même organe : le Conseil Inter-Grecs (Inter-Greek Council).

Les fraternités de l'université ont une histoire et un succès incomparable sur plusieurs campus urbains. Zeta Psi et Alpha Epsilon Pi ont été fondées toutes les deux à l'université de New York, respectivement en 1847 et en 1913. Le chapitre de l'université concernant Delta Phi, fondée en 1841, est la fraternité active qui a la plus grande longévité au monde, sans aucune interruption. La branche locale de la fraternité Delta Kappa Epsilon est la plus importante au sein du mouvement DKE, en 2006. Quant à la branche locale de Pi Kappa Alpha, il s'agit de la fraternité la plus importante du campus par le nombre d'adhérents.

Réseau d'anciens élèvesmodifier | modifier le code

L'université de New York a le grand avantage d'avoir un solide réseau d'anciens élèves95. En tant que plus grande université privée du pays, elle bénéficie du plus important réseau du monde avec près de 350 000 anciens élèves à la fin 2004, dont au moins 17 000 vivent à l'étranger. Cependant, au sein de l'AAU, l'université enregistre le plus faible taux de dons par ses anciens élèves. En effet, seuls 11 % d'entre eux font une donation chaque année, ce qui est très faible comparé aux 35 % de Columbia ou aux 61 % de Princeton96. Ce taux est parfois considéré comme un indicateur pour évaluer le niveau de satisfaction des anciens élèves. Si cette interprétation est parfois contestée97, il n'en reste pas moins qu'elle a un impact non négligeable sur la capacité de l'université à lever des fonds. En effet, plus elle est soutenue par ses anciens élèves, plus les grandes entreprises sont susceptibles de faire des dons96.

Depuis 2002, l'université a décidé d'accroître son soutien en faveur des anciens élèves afin d'y remédier. Elle a ainsi mis en place plusieurs mesures parmi lesquelles la diffusion d'un magazine spécifique (diffusé à 170 000 exemplaires), l'organisation de rassemblements et une politique de proximité à travers le pays. Cette politique commence à porter ses fruits puisque les dons ont augmenté de 42 % entre 2002 et 200598. Le service chargé des anciens élèves supervise ainsi de nombreuses activités, telles que les réunions de promotion, des réunions locales, des voyages organisés et un service pour l'emploi. Les anciens élèves prennent conscience qu'il est important de continuer de soutenir l'université pour augmenter la valeur de leur formation. Ils sont ainsi encouragés à faire des donations afin de maintenir un niveau élevé d'exigence, et donc de renommée.

Quelques traditions étudiantesmodifier | modifier le code

  • La première semaine de l'année : depuis 1900, les nouveaux étudiants sont accueillis par une série de cérémonies d'initiation. Sur le campus de University Heights, dans le Bronx, les étudiants de dernière année emmenaient quelques étudiants de première année à un abreuvoir du début du XIXe siècle. Leur tête était plongée dans ce qui était connu sous le nom de « fontaine du savoir ». Cette pratique s'est perpétuée jusque dans les années 1970. De nos jours, ils se « rafraichissent » volontairement dans Washington Square Park au cours de la première semaine de l'année, sous la supervision des plus âgés.
  • La première semaine de cours, une « lutte sans merci » oppose les étudiants de première année à ceux de deuxième année de l'école de commerce (la Stern School of Business).
  • La « fête de la pomme » (Apple Fest) en octobre, avec tout le folklore country, y compris les bottes de foin, les potirons, le cidre, les jeux, les concours, les prix, l'artisanat, la musique et un bon nombre de pommes. Elle rappelle une fête rurale qui avait lieu depuis longtemps sur le campus semi-rural de University Heights.
  • Le « diner de la récolte » (Harvest Dinner) en novembre : ce banquet se déroule chaque automne pour les étudiants de dernier cycle, auquel participe un éminent orateur. Il s'agit d'une autre fête rurale.
  • La « fête de l'hiver » (Winter Fest) en février : elle a lieu dans Washington Square et célèbre cette période fraîche de l'année avec des lumières, un étal de nourriture, de la musique, des jeux et des activités.
  • Le « bal de la violette » (Violet Ball) en mars : un bal étudiant qui a lieu chaque année au printemps dans l'atrium du Bobst.
  • La « fête de la fraise » (Strawberry Fest) en avril : tradition qui remonte à plusieurs décennies au cours de laquelle se réunissent les étudiants, les enseignants et les personnels de l'université pour célébrer la santé, la communauté et les fraises. Cette foire de rue inclut des jeux de carnaval et le plus long sablé aux fraises.
  • La fête du sorbet (Sherbet Fest) pendant le jour de révision, au printemps : le jour précédant les derniers examens, la fraternité Delta Kappa Epsilon réunit des étudiants afin de manger du sorbet frais et savoureux, sur Schwartz Plaza. Elle se produit juste au moment du printemps où la chaleur commence à s'installer.
  • Le « petit-déjeuner de minuit » (Midnight Breakfast) : un rituel de période d'examen où un repas est offert gratuitement à minuit (au Weinstein et au Palladium). Il consiste en un petit-déjeuner qui aide à faire face aux longues nuits passées à étudier.

L'université et la villemodifier | modifier le code

En tant que sixième plus gros employeur de la ville de New York99, l'université est un acteur prépondérant au sein de la communauté urbaine, que ce soit au niveau politique ou au niveau de l'urbanisme.

L'université a ainsi récemment annoncé son soutien au projet PlaNYC 2030, initié par le maire de New York, Michael Bloomberg. Ce projet vise à réduire de 30 % les émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2030 dans la ville. Pour cela le projet prévoit d'agir sur cinq grands domaines : les terrains, l'eau, l'air, l'énergie et les transports100. L'université de New York s'est ainsi engagée à poursuivre les mêmes objectifs de réduction, notamment par une politique de rénovation énergétique101. En octobre 2006, le vice-président exécutif de l'université a présenté son projet, le Green Action Plan, pour faire des économies d'énergie et réduire l'empreinte environnementale de l'université. Ce plan prévoit l'implication des étudiants, des enseignants et du personnel notamment par des fonds et des programmes en faveur du développement durable102. L'un des actes les plus significatifs en ce domaine date d'octobre 2006. L'université a en effet annoncé l'achat de 118 millions de kilowatt-heure d'énergie éolienne, ce qui représente sa consommation énergétique annuelle. Selon l'agence américaine de protection de l'environnement, il s'agit de la plus importante transaction en la matière, effectuée par une université américaine et la 11e plus importante du pays, toutes institutions confondues103,104.

L'université de New York n'hésite pas non plus à investir dans les espaces publics de Greenwich Village. Ainsi, en reconnaissance de l'importance de Washington Square Park, qui est utilisé chaque année depuis 30 ans comme lieu de cérémonies, l'université a fait un don de 300 000 dollars en faveur du fond pour l'Arche, ainsi qu'un million de dollars supplémentaire afin d'accroître l'effort de rénovation du parc tout entier.

Enfin, l'université s'implique également très fortement auprès de la communauté locale. Elle dispose notamment du plus important programme du pays contre l'illettrisme (aide à l'apprentissage de la lecture et des nombres), avec près de 900 tuteurs dans 96 écoles de la ville99. Par ailleurs, 3 000 étudiants s'impliquent chaque année dans des actions civiques (aide aux personnes diminuées, collectes, soutien scolaire, etc.), plusieurs membres du personnel interviennent en tant que conseillers auprès de la mairie ou d'autres organismes, les étudiants et le personnel de la Steinhardt School et de la School of Social Work mènent régulièrement des campagnes d'aides à la population locale105,106. Il existe également un programme de philanthropie pour les employés de l'université, le NYU Community Fund (« fond communautaire »), qui a permis l'octroi de 72 subventions à des organisations locales99. Ainsi, même si elle doit faire face à d'importants défis en termes éducatifs et scientifiques, l'université fait partie intégrante d'un environnement et d'un écosystème urbain.

L'université dans les œuvres de fictionmodifier | modifier le code

L'université de New York est souvent représentée ou utilisée comme décor dans des films ou dans des nouvelles :

  • Dans la série Will et Grace, Will Truman a fait ses études à la School of Law. Les bureaux d'aménagement d'intérieur de Grace Adler sont situés dans le Puck Building, qui héberge en réalité la Wagner School.
  • Dans la série Friends, Ross Geller devient professeur à l'université de New York dans la saison 6.
  • Dans la série Seinfeld, Jerry Seinfeld est interviewé par un étudiant du journal de l'université de New York, qui croit à tort qu'il est gay (saison 4 - épisode 56 - En être ou ne pas en être). Cosmo Kramer loue les services de Darren, un interne de l'université, pour l'aider à diriger l'entreprise Kramerica Industries (saison 9 - épisode 156 - La Voix).
  • Dans la série Cosby Show, Theo Huxtable est diplômé de l'université dans le dernier épisode de la série.
  • Dans American Pie, Finch étudie à la NYU après être sorti du lycée.
  • Le film Loser se déroule au sein de l'université.
  • Dans la nouvelle d'Henry James, Washington Square, l'action se déroule autour de l'université. Plusieurs adaptations à la télé et au cinéma ont été réalisées (1949, 1975 et 1996).
  • Les films Rose of Washington Square (1939) et 13 Washington Square (1928), réalisés par Melville W. Brown, se déroulent autour du campus de l'université.
  • Dans Family Man, Nicolas Cage a étudié à l'université et a suivi une carrière dans la banque d'investissement.
  • Dans la comédie musicale de Jonathan Larson Rent, l'un des personnages (Tom Collins) est professeur à l'université et un autre (Mark Cohen) y a fait des études de cinéma, en premier cycle.
  • La série Felicity de la Warner Bros a pour cadre l'université de New York.
  • Le vieux campus de University Heights dans le Bronx est utilisé comme décor dans quelques scènes des films Le Sourire de Mona Lisa (2003), Coup de foudre à Manhattan (2002), Un homme d'exception (2001), Thomas Crown (1999) et Le choix de Sophie (1982).
  • Dans la série Gossip Girl, Blair Waldorf, Georgina Sparks, Daniel Humphrey et Vanessa Abrams sont des étudiants de l'Université de New York.

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. a et b (en) Détails de la composition du personnel de l’université pour l’année 2006-2007, NYU Office of Institutional Research and Program Evaluation
  2. a et b (en) Détails des inscriptions à l’université pour l’année 2006-2007, NYU Office of Institutional Research and Program Evaluation
  3. (en) John Torrey, On the Trail of John Torrey #20, Part 1 : John Torrey and the University of the City of New York, vol. 119, No 1, Bulletin of the Torrey Botanical Club,‎ janvier 1992, p. 77-87
  4. (en) Hofstra University, The Columbia Encyclopedia, sixième édition.
  5. (en) 175 facts avout NYU
  6. (en) History of New York City (1946-1977) English wikipedia
  7. Chancellor, Speeches, mai 1972-mars 1977, The Papers of Chancellor/Executive Vice President Sidney Borowitz, Box 5, Folder 10, New York University Libraries.
  8. (en) Timeline of University History 1831-2006 NYU
  9. (en) William H. Honan, "A Decade and a Billion Dollars Put New York U. in First Rank", New York Times,‎ 20 mars 1995 (lire en ligne)
  10. (en) Laura Turegano, "Fundraising Beyond U.S. Borders - NYU: A Success Story", onPhilantrophy,‎ 13 décembre 2001 (lire en ligne)
  11. (en) Kenneth R. Weiss, "NYU Earns Respect", Los Angeles Times,‎ 22 mars 2000 (lire en ligne)
  12. (en) "NYU Kicks Off $2.5 Billion Campaign for NYU" NYU Alumni Newsletter
  13. (en) NYU Endowment NYU Exposed, GSOC (UAW)
  14. (en) Introduction to New York University, Academic Bulletin, NYU College of Dentistry.
  15. a et b (en) Degrees Conferred 2006-2007, NYU Office of Institutional Research and Program Evaluation.
  16. (en) Full-time faculty demographics, NYU Office of Institutional Research and Program Evaluation.
  17. (en) Joanna Walters, "Populist manifesto", The Guardian,‎ 6 mai 2003 (lire en ligne)
  18. (en) David F. Swensen, Pioneering Portfolio Management: An Unconventional Approach to Institutional Investment, Free Press,‎ 15 mai 2000 (ISBN 0-6848-6443-6)
  19. (en) NYU Endowment, NYU Exposed
  20. (en) Rachel P. Kreiter, Memo to students: NYU is not a for-profit organization, New York, Washington Square News,‎ 20 février 2007 (lire en ligne)
  21. (en) Tuition, Fees, and Expenses 2007-2008, NYU Office of Financial Aid
  22. a et b (en) NYU Finances, NYU Exposed
  23. (en) Site officiel de la campagne de levée de fonds
  24. (en) Elizabeth Solomont, Two Gifts Totaling $130 Million Are Announced by CUNY, Yeshiva, New York Sun,‎ 14 septembre 2006 (lire en ligne)
  25. (en) Institute for the Study of the Ancient World to Be Created at NYU With $200 Million Gift, New York University Press Release,‎ 21 mars 2006 (lire en ligne)
  26. (en) Robin Pogrebin, $200 Million Gift Prompts a Debate Over Antiquities, The New York Times,‎ 1er avril 2006
  27. (en) Karen Arenson, N.Y.U. Gets $150 Million Gift to Help Lure Top Professors, The New York Times,‎ 5 février 2002
  28. (en) New York University Hails "Perfect Gift" That Will Transform Its Faculty of Arts and Science and the University, New York University Press Release,‎ 5 février 2002 (lire en ligne)
  29. (en) Richard Pérez-Peña, Research Scientist's $105 Million Is a Way to Give Back to N.Y.U., The New York Times,‎ 12 août 2005 (lire en ligne)
  30. Deux exemple des donations des Tisch : (en) Kathleen Teltsch, Tisch Family Gives $30 Million to N.Y.U., The New York Times,‎ 25 janvier 1989 (lire en ligne), (en) Thomas J. Lueck, N.Y.U. Opens Research Laboratory for AIDS, The New York Times,‎ 19 octobre 1993 (lire en ligne)
  31. (en) NYU Medical Center, The Man Who Made the Difference, vol. 7 no.2, News & Views,‎ 2006 (lire en ligne)
  32. (en) Kathleen Teltsch, Tisch Family Gives $30 Million to N.Y.U., The New York Times,‎ 25 janvier 1989 (lire en ligne)
  33. (en) 12-Level, $70 Million Complex to Be Built; New Student Center for N.Y.U., The New York Times,‎ 14 mars 1999 (lire en ligne)
  34. (en) NYU Office for university development and alumni relations, Helen and Martin Kimmel Create Center for Stem Cell Biology at School of Medicine, NYU Alumni Newsletter,‎ mars 2005 (lire en ligne)
  35. (en) David W. Dunlap, 865-Seat Skirball Center to Open on La Guardia Place; For Performing Arts at N.Y.U., a New Stage Is Set to Begin, The New York Times,‎ 14 septembre 2003 (lire en ligne)
  36. (en) Thomas J. Lueck, N.Y.U. Opens Research Laboratory for AIDS, The New York Times,‎ 19 octobre 1993 (lire en ligne)
  37. (en) Press Release : NYU School of Medicine and Hospitals Center, Office of communications and public affairs, New York University School of Medicine Breaks Ground for New Biomedical Research Center, HIV Infosource,‎ 31 octobre 2002 (lire en ligne)
  38. (en) Nadine Brozan, At N.Y.U. Medical School, by the F.D.R. Drive; A New 13-Story Tower For Biomedical Research, The New York Times,‎ 2 décembre 2001 (lire en ligne)
  39. (en) AUTM U.S. Licensing Survey, Association of University Technology Managers, FY 2005 Survey Summary
  40. (en) Goldie Blumenstyk, Many Universities Report Gains in Licensing Income, but Pace of Creating Start-Ups Seems to Lag, The Chronicle of Higher Education, 21 février 2007
  41. a et b Essential Science Indicators, ISI Web of Knowledge, consulté en août 2007.
  42. (en) NYU's analyses of Federal Budget Issues, NYU Office of Government and Community Affairs
  43. (en) State higher education funding, NYU Office of Government and Community Affairs
  44. (en) NIH Awards to Medical Schools by Rank, NIH, Fiscal Year 2005
  45. (en) Site officiel, Center for Catastrophe Preparedness and Response
  46. (en) Barbara Kantrowitz et Karen Springen, "America's 25 New Elite Ivies", Newsweek,‎ 21-28 août 2006 (lire en ligne)
  47. (en) America's Best Colleges, U.S. News and World Report, 2007
  48. (en) Top 500 World Universities
  49. (en) Top 200 Universities THES-QS World University Rankings 2006
  50. (en) Top 100 world universities in Social Science Academic Ranking of World Universities by broad subject fiels, 2007
  51. (en) Piper Fogg, "A New Standard for Measuring Doctoral Programs", vol. 53 (19), The Faculty,‎ 12 janvier 2007 (lire en ligne), A8
  52. (en) #10 U.S. News
  53. (en) #8 Financial Times 2007
  54. (en) #14 Business Week
  55. (en) #8 Economist
  56. (en) #2 by research contribution
  57. (en) Top Law Schools, U.S. News and World Report, America's Best Graduate Schools 2008
  58. (en) Notable NYU School of Law Alumni NYU School of Law, Office of Development and alumni relations
  59. (en) "NYU Law’s Owada named to International Court of Justice" NYU Today, 10 décembre 2002, Vol. 16 No. 4
  60. (en) The philosophical gourmet report 2006-2008
  61. (en) http://www.uoguelph.ca/~tstengos/eearank93.pdf
  62. (en) Top Education Schools, U.S. News and World Report, America's Best Graduate Schools 2008.
  63. (en) The NYU Wagner Education U.S. by U.S. News and World Report
  64. (en) Mathematics Specialties: Applied Math, U.S. News and World Report, America's Best Graduate Schools 2008.
  65. (en) University Facts, NYU
  66. (en) NYU Sends Acceptances to the Class of 2003 NYU Press Release, 10 avril 1999
  67. a et b (en) Amanda Coleman, Byron Cheung, "32 percent admitted to NYU this year", New York, Washington Square News,‎ 9 avril 2007 (lire en ligne)
  68. (en) What Is NYU Looking For? NYU Office of Undergraduate Admissions
  69. (en) Admission Policies Minnesota Office of Higher Education
  70. (en) Annual report of 2006 National Merit Scholarship Program
  71. (en) James M. O'Neill, "NYU Tops Harvard for Fourth Year as 'Dream School' for Students", New York, Bloomberg,‎ 28 mars 2007 (lire en ligne)
  72. (en) Cynthia Blair, "1935: Hofstra University Founded", Newsday (lire en ligne), It happened on Long Island !
  73. également appelée « Avenue des Amériques »
  74. (en) Le King Juan Carlos Center à la NYU
  75. (en) "Washington Square Arch : a triumph The Daily Plant, New York City Department of Parks and Recreation
  76. (en) Albert Amateau, "N.Y.U. opens new building for law school", vol. 73 (37), New York, The Villager,‎ 14-20 janvier 2004 (lire en ligne)
  77. (en) Lincoln Anderson, "N.Y.U. to use Waverly buildings for its new life sciences center", vol. 74 (28), New York, The Villager,‎ 17-22 novembre 2004 (lire en ligne)
  78. (en) Liz Skalka, "New dorm coming in 2009: 26-story residence hall to be built on 12th Street", New York, Washington Square News,‎ 8 novembre 2005 (lire en ligne)
  79. (en) Kristen Lombardi, "Not Subject to Review: As NYU plans towering dorm for 12th Street, East Village neighbors cry foul", New York, The Village Voice,‎ 7 mars 2006 (lire en ligne)
  80. (en) Discours de John Kerry en septembre 2004 à la NYU
  81. (en) Discours d'Al Gore à la NYU
  82. (en) Top Ten Residence Hall Systems University of Michigan, Housing Fact Sheet
  83. (en) NYU marks years of successful restoration at La Pietra NYU Today, 5 septembre 2002, Vol. 16 No. 1
  84. (en) Tamar Lewin, « Universities Rush to Set Up Outposts Abroad », The New York Times,‎ 10-02-2008 (consulté en 10-02-2008)
  85. (en) N.Y.U. in the U.A.E. dans The New York Times du 15 avril 2011.
  86. http://www.law.nyu.edu/global/globalopportunities/nyulawabroad
  87. François Weil, Histoire de New York, Paris, Fayard, 2005 (ISBN 2213618569), p.257
  88. a et b (en) Window into the past : leisure NYU in Retrospect
  89. (en) The Lyre, 1887 175 facts about NYU
  90. Skirball Center for the Performing Arts
  91. (en) History of the Bobcat NYU Mascots
  92. New York University
  93. (en) On-Campus Housing Department of Residence Services
  94. a et b (en) New Club Development Program NYU Office of Student Activities
  95. (en) Alumni Links NYU Alumni Newsletter
  96. a et b (en) The Fund for NYU
  97. (en) Rachel P. Kreiter, Marketing strategy won't bring NYU my alumni dollars, NYU News,‎ 16 avril 2007 (lire en ligne)
  98. (en) Debra LaMorte, The Campaign for NYU: On Track for Record Fundraising Effort, vol. 19 No.3, NYU Today,‎ 24 octobre 2005 (lire en ligne)
  99. a, b et c (en) "This year, and the year ahead, Mémo du président de la NYU, John Sexton, 20 avril 2005, Office of the Provost.
  100. (en) Site du PlaNYC 2030, projet de Bloomberg pour réduire la pollution à New York.
  101. (en) [1]
  102. (en) Green Action Plan, NYU Green, Release of Annual Report.
  103. (en) "Campus Greening: New York University, New York, New York", Worldwatch Institute.
  104. (en) New York University Buys 118,000,000 kWh of Wind Power!
  105. (en) About Us, NYU School of Social Work.
  106. (en) About NYU Steinhardt, Our Links to the City, NYU Steinhardt School.

Bibliographiemodifier | modifier le code

  • Joan Dim, The Miracle on Washington Square, Lanham, MD: Lexington Books, 2000.
  • Tom Frusciano, Marilyn Pettit, New York University and the City, an Illustrated History, New Brunswick, NJ: Rutgers University Press, 1997.
  • Abrahm L. Gitlow, NYU's Stern School of Business: A Centennial Retrospective, New York, NY: NYU Press, 1995.
  • Luther S. Harris, Around Washington Square : An Illustrated History of Greenwich Village,Baltimore, MD, Johns Hopkins University Press, 2003.
  • Theodore F. Jones, New York University, 1832 - 1932, London, H. Milford, Oxford University Press, 1933.
  • Naphtali Lewis, Greek papyri in the collection of New York University, Leiden, E.J. Brill, 1968.
  • Herbert A. Tonne (ed.), "Early Leaders in Business Education at New York University, National Business Education Association, Reston, Va., 1981.
  • David M. Potash, The Graduate School of Arts and Sciences at New York University: A History, New York: NYU Arts and Sciences Publications, 1991.

Liens externesmodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 11 août 2007 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.








Creative Commons License