Université de Strasbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne l'Université de Strasbourg. Pour les pages sur les trois universités créées en 1970 et réunifiées, voir université Strasbourg I, université Strasbourg II et université Strasbourg III.
Université de Strasbourg
Université de Strasbourg
Université de Strasbourg
Informations
Fondation (fondation historique : 1538)
Fondateur Johannes Sturm
Type Université publique (EPSCP)
Budget 484 500 000 € (2013)u 1
Localisation
Coordonnées 48° 34′ 49″ N 7° 45′ 52″ E / 48.580277777778, 7.7644444444444 ()48° 34′ 49″ Nord 7° 45′ 52″ Est / 48.580277777778, 7.7644444444444 ()  
Ville Strasbourg
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Campus Strasbourg
- Campus Central
- Campus Médecine
- Cronenbourg
- Campus d'Illkirch
- Campus Meinau
Haguenau
Sélestat
Wissembourg
Colmar
Direction
Président Alain Beretz
Chiffres clés
Personnel 2 060u 2 IATOS pour l'année 2012
Enseignants-chercheurs 2 672u 2 enseignants et enseignants-chercheurs pour l'année 2012
Étudiants 43 053u 2 au 15 janvier 2012
Doctorants 2 657u 2 pour l'année 2011
Divers
Affiliation Université du Rhin supérieur (Eucor), LERU, réseau d'Utrecht
Site web www.unistra.fr
Le Palais universitaire de Strasbourg, place de l'Université
Le Palais universitaire en 1900, vu du quai Koch

L’Université de Strasbourg (abrégée en Unistra ou UDSn 1) est une université française située à Strasbourg en Alsace. Son origine remonte à la création du Gymnase Jean-Sturm en 1538. Le Gymnase fut promu au rang d’Académie en 1566, sous l’Empereur Maximilien II, puis devint université en 1621, sous l'Empereur Ferdinand II. L'université passa sous le contrôle du Royaume de France en 1681 en même temps que la ville de Strasbourgo 1. Elle connut dès lors une histoire riche, marquée par la Révolution française, l'annexion de l'Alsace-Lorraine puis le retour à la France. Durant la Seconde Guerre mondiale elle dut se replier sur Clermont-Ferrand, de nombreux étudiants et professeurs qui rejoignirent la Résistance ainsi que des étudiants Juifs et étrangers furent arrêtés et déportés. C'est pour ces raisons que l'université est la seule université française à s'être vue décerner la Médaille de la Résistancep 1. Au lendemain de la guerre elle revint à Strasbourg puis fut scindée, en 1971, en trois universités spécialisées (université Strasbourg I, université Strasbourg II et université Strasbourg III) après les événements de Mai 68. L'université est officiellement réunifiée le .

C'est une université multidisciplinaire qui compte près de 43 053 étudiants (dont 20,5 % d’étudiants étrangers), 2 672 enseignants et enseignants-chercheurs , 38 composantes (unités de formation et de recherche, facultés, écoles, instituts) et 76 unités de rechercheu 2. Ce qui fait d'elle la première université française en termes d'étudiants et d'enseignantsp 2. Elle fait partie des premières universités françaises à accéder à l'autonomie au et est aussi l'une des premières à se doter d'une fondation, la fondation Université de Strasbourg1. Elle est membre de plusieurs réseaux universitaires en Europe tel que l'Université du Rhin supérieur (Eucor), un réseau regroupant les universités de Bâle, Fribourg-en-Brisgau, Karlsruhe et Mulhouse, ou encore la ligue européenne des universités de recherche, regroupant de prestigieuses universités européennes et dont elle est l'un des membres fondateur. Elle fut parmi les trois premiers lauréats des initiatives d’excellence (IDEX) en 2011i 1. Parmi les anciens étudiants et enseignants que compte l'université, 18 ont obtenu un prix Nobel et un enseignant a obtenu la médaille Fieldsu 3.

Sommaire

Historiquemodifier | modifier le code

L'université sous l'ancien régimemodifier | modifier le code

La Réforme et la création du Gymnasemodifier | modifier le code

Johannes Sturm le fondateur du Gymnase.
Portrait par Jacob van der Heyden d'après Tobias Stimmer.

Son origine remonte à l’époque de la Réforme protestante, celle-ci gagna Strasbourg au XVIe siècle et la ville libre d’empire fut alors convertie au protestantisme. L'adoption de la Réforme en 1525 puis du protestantisme en 1532, entraina la sécularisation des biens de l'Église catholique ainsi qu'une réforme de l'enseignement par les autorités de la ville libre. L'appel de Luther réclamant l'« ouverture d'écoles latines et grecques » ainsi que la disponibilité des biens sécularisés pousse le gouvernement strasbourgeois, appelé « Magistrat »n 2 à ouvrir trois écoles en 1528o 1. Les deux premières étaient dédiées à l'enseignement secondaire, l'une était située au sein de l'Église Saint-Pierre-le-Vieux, la seconde dans un vieux couvent des Carmélites. Enfin la dernière, dédiée à l'enseignement supérieur et située dans un ancien couvent des Dominicains, abordait dans ses hautes classes les études littéraires et théologiques. Les écoles étaient indépendante l'une de l'autre et très vite cette organisation de l'enseignement fut remise en cause, étant jugée imparfaite par le Magistrato 2. Celui-ci par le biais du Stettmeister Jacques Sturm (premier magistrat de la ville libre) et de Martin Bucer, tous deux réformateurs protestants, fait appel à son homonyme Johannes Sturm, enseignant au Collège de France pour mener à bien l’ouverture d'une « Haute École » par la fusion des établissements existantu 4,2. Arrivé à Strasbourg en janvier 1536, Johannes Sturm visita les écoles de la ville et fit des observations sur lesquelles il bâtit le plan et le programme d'étude du futur du futur établissement. Pour cela il se servit comme modèle du Gymnase de Liège où il avait été élevéo 3.

Le Gymnase (Gymnasium en allemand) fut alors créé le et Johannes Sturm en devint le recteuro 2. C'était à la fois un établissement secondaire et une Faculté des Arts dans laquelle on étudiait les humanités gréco-latines, la théologie protestante les sciences et la philosophie. Ainsi Jean Calvin, après son séjour à Strasbourg où il fut enseignant au Gymnase, s'inspira des méthodes de Sturm dans son académie Genevoise2. Le Gymnase fut organisé en deux grandes sections. La première comportait d'abord neuf puis dix classes (une par année d'étude), elle accueillait les enfants à partir de l'âge de six ans et correspondant à l'enseignement primaire et secondaire. La division supérieure, accueillait les étudiants durant quatre ans et été consacrée à l'enseignement supérieur. En division supérieur, étaient enseignés la philosophie, les « langues anciennes », l'histoire et les sciences (dont la médecine) pour terminer soit par la théologie protestante, soit par l'étude du droit, désigné par « jurisprudence »o 4. L'allemand qui était devenue avec la réforme de Luther une langue religieuse servait de langue d'enseignement dans les huis premières années d'études. Le latin qui fut longtemps la seule langue d'enseignement reprenait son rôle dans les dernières années. Le Gymnase était contrôlé par le Magistratn 2, une commission de trois membres assurait sa surveillance, formé par un « Chancelier », choisi parmi les anciens Stettmeistres et deux « Scholarques », dont l'un était choisis parmi les anciens Ammeisters, et le second désigné parmi les membres libres du Conseil des Treizeo 5,o 4.

La transformation du Gymnasemodifier | modifier le code

Le Gymnase connut rapidement un vif succès, la réputation de l'établissement et de ses nouvelles méthodes pédagogiques ainsi que de son recteur qualifié de « nouveau Cicéron » s’étendit dès lors à travers toute l’Europe3. Ce succès attira de nombreux étudiants, « un grand nombre de jeunes gens étrangers à l'Alsace» vinrent étudier à Strasbourg. L'établissement compta même plus d'élèves que l'université de Bâle. Mais très vite le Gymnase trouva ses limites, les élèves des divisions supérieurs ne pouvant prendre leurs grades. Les étudiants qui désiraient les obtenir devaient se présenter devant une université, généralement située dans une cité voisine, non loin de Strasbourg. La plupart des étudiants se rendaient à Bâle ou Tübingen et y passaient souvent une année, afin de se préparer aux épreuves universitaires. Très vite beaucoup d'étudiants émigrèrent vers d'autres universitéso 6. Le dans un rapport remis au Magistratn 2, Johannes Sturm va proposer pour pallier ce problème qu'une promotion publique des élèves de troisième année soit faite chaque année à Pâques s'ils continuaient en seconde année. « Ceux qui persévéreraient ainsi deux ans dans l'étude de la dialectique et de la rhétorique, qui seraient aptes à discuter avec science et habileté, seraient honorés par grâce spéciale du grade de bachelier ». En plus de cette proposition, Sturm milita pour que le Magistrat de la ville demande l'érection du Gymnase en Université auprès de l’Empereur Maximilien II. Mais le gouvernement de la ville se limita à demander l'érection d'une Académie, seulement doté d'une Faculté de philosophie « pleine et entière ». Lors de la diète d'Augsbourg de 1566 une requête de la ville fut présentée à l'empereur, qui signa, le des lettres patentes élevant le Gymnase au rang d'Académie. Lui conférant ainsi tous les privilèges associéso 7.

L'Académie protestante eut dès lors le droit de former des bacheliers et des licenciés (maîtres ès Arts) et Sturm en fut nommé recteur à vie, pour le récompenser des services qu'il avait rendus à la Ville. Dès lors deux établissements se côtoyaient, le premier accueillant les enseignements primaires et secondaires et le second, l'Académie protestante, accueillant au l'enseignement supérieur. La direction de l'établissement resta aux mains des « Scholarques » de la ville, son inspection et sa surveillance furent confiées à trois inspecteurs nommés Visitatores. Un Conseil académique (Conventus academicus) réunissant les professeurs, les « Scholarques » et les « Visiteurs » se tenait chaque mois. L'étudiant admis à l'Académie suit pendant quatre ans les cours de la Faculté de philosophie (Facultas philosophica) qui ne se limitaient pas à la philosophie, on y étudiait également les sciences et les lettreso 6. Il obtenait à la fin de sa troisième année, le grade de Bachelier en philosophie (Prima Laurea ou Baccalaureatus philosophicum), puis à la fin de sa quatrième année celui de docteur en philosophie (Secundo Laurea, Magister artium liberalium ou Doctoratus philosophicum) qui lui permettait de choisir les cours de la Faculté de droit, de la Faculté de médecine ou de la Faculté de théologie. Les cours en faculté duraient deux ans et étaient soutenus par une thèse donnant lieu au grade de Bachelier ou Magister. Les grades de licencié ou de docteur n'étant conférés que par les universités, les étudiants des facultés de droit, médecine et théologie devaient les obtenir dans une université étrangère, celles de Bâle accueillant un grand nombre des candidatso 8. La transformation du Gymnase en Académie lui permit de disposer de quatre facultés, même si une seule avait le privilège de distribuer les grades supérieurs. En plus de cette transformation, l'Académie devint propriétaire, à sa création en 1566 de la Bibliothèque du Séminaire Protestant. Celle-ci avait été créée en 1531 par le Stettmeister, Jacques Sturm et financée par la ville. Elle fut par la suite alimentée par de nombreux legs dont une partie de la bibliothèque personnelle de Johannes Sturmo 9,o 10.

L'université sous le Saint-Empire romain germaniquemodifier | modifier le code

Le , Sturm fut relevé de ses fonctions, après avoir permis à l'Académie de rayonner en Europeo 11. En effet Strasbourg accueillait grâce à lui de nombreux étudiants européens. Cependant les mêmes problèmes qui virent la création de l'Académie poussèrent à demander la création d'une université. La Faculté de philosophie, seule réelle faculté de l'Académie, était de fait la seule à pouvoir conférer les grades. Les étudiants en médecine, théologie et droit quittaient donc l'Académie pour recevoir leurs grades dans une université. Le Magistratn 2 de la ville ne voyait pas d'un bon œil la constitution d'une université juridiquement distincte et dont le contrôle par la ville n'était pas « entier ». Il changea malgré tout d'avis, voyant dans l'afflux d'étudiants, une source de revenus pour la bourgeoisie de la ville. Une demande fut donc faite à l'empereur Rodolphe II lors de la Diète de Ratisbonne en 1594. Ce dernier accepta que seuls les professeurs de droits et de médecines (en plus des professeurs de philosophie) puisse conférer les grades supérieurs, mais partisan de la Contre-Réforme il ne donna pas ce privilège aux professeurs de théologie. Dans le but de ne pas heurter leurs collègues, les professeurs de droit et de médecine décidèrent de ne pas user de ce privilègeo 12.

En 1596, la visite de l'archiduc Matthias à Strasbourg permit d'appuyer à nouveau la demande, et en 1597 l'arrivée d'un commissaire impérial envoyé pour inspecter l'Académie fut l'occasion d'une nouvelle requête. L'empereur accepta d'accorder le même privilège aux théologiens à condition que les étudiants de la discipline jurent « d'observer la paix religieuse » de 1555. Ce à quoi furent opposés les professeurs. Les conflits entre protestants et catholiques n'aidèrent pas la ville à obtenir gain de cause. Il fallut attendre 1621 et l'accord entre la ville de Strasbourg et Ferdinand II, par lequel la ville renonce à participer à la Guerre de Trente Ans qui venait d'éclater trois ans plus tôt, en échange de quoi elle obtint une université complèteo 12. Elle put dès lors former des docteurs et le Gymnase donna alors naissance à deux établissements distincts : une université et un établissement secondaire conservant le nom de Gymnaseo 1. Le , l'Université est solennellement inaugurée et son administration fut confiée à un Conseil académique composé d'un Chancelier, de deux « Scholarques » nommés à vie, de deux Assesseurs choisis pour deux ans, du Recteur, de quatre doyens désignés pour six mois et des professeurs titulaireso 11.

Deux ans avant son élévation au rang d'université, en 1619, est inauguré un jardin botanique par des professeurs en médecine, l'enseignement de la botanique servant aux préparations pharmaceutiques. Ce premier jardin se situait dans le quartier strasbourgeois de la Krutenau u 5. La Bibliothèque du Séminaire Protestant rattachée à l'Académie et qui depuis avait acquis et reçu de nombreux ouvrages et bibliothèques personnelles, devient la Bibliothèque de l'Universitéo 10. Le développement de l'université se poursuit, ainsi Johann Albrecht Sebiz devient le premier titulaire de la chaire d’anatomie et de botanique, créé en 1652 au sein de la faculté de médecine. La ville de Strasbourg, sous son impulsion dote la faculté d'un théâtre anatomique, en 1670. Le théâtre était situé pour des raisons pratiquent, dans la chapelle sécularisée Saint-Erhard, adjacente à l'Hôpital Civil, ce dernier fournissant les cadavreso 13. La fin du XVIIe siècle verra aussi la création du premier observatoire astronomique de l'université, qui s'installe au sommet de la Porte de l'Hôpitalo 9.

L'université sous le Royaume de Francemodifier | modifier le code

À la suite des traités de Westphalie (1648), l'Alsace fut peu à peu intégrée au royaume de France et en 1681 les troupes du Roi Soleil s'emparèrent de Strasbourg ; l’université devint alors française. L’annexion n’eut pas trop d’impacts sur le fonctionnement et l’organisation de l’université, ainsi Louis XIV dans l’article 4 de la capitulation de la ville permit à l’université de conserver ses « privilèges et sa constitution ». C'est dans ce même acte qu'il imposa, tout comme au Magistrat, la présence d'un représentant du roi au sein de l'administration de l'universitéo 14. De plus dans, des lettres patentes du , Louis XIV décide de mettre en place un « prêteur royal », il explique ce choix en disant être « informé de la réputation que l'Université établie dans la ville de Strasbourg s'est acquise depuis un très long temps » et en voulant « prendre le même soin de ladite Université que des autres de son royaume afin de la rendre d'autant plus florissante ». Ce sera le seul changement important apporté par le roi. Le prêteur eut pour mission, conjointement avec le Magistratn 2, de « s'employer au rétablissement et maintien des droits », de veiller et contrôler les « privilèges et immunités » et d'administrer les biens et revenus de l’universitéo 14.

Sous l'Ancien Régime, la question de la religion importait plus que celle de la langue et les Alsaciens étaient considérés comme des « sujets allemands du roi ». Les tensions liées à l'annexion de la ville résultèrent donc de la préoccupation du roi à faire revenir la population strasbourgeoise au catholicisme, celui-ci cherchant à « empêcher d'accroître l'hérésie de Luther en Alsaceu 4 ». C'est dans ce but qu'il créa, en 1685, un collège jésuite devant concurrencer le gymnase protestant. Ces actions entrainèrent la venue d'une population catholique, qui fut peu à peu amenée à demander les mêmes droits à siéger au Magistrat, alors exclusivement composé de réformés. Louis XIV, partisan de la Contre-Réforme imposa donc au Magistrat d'accueillir des membres catholiques, ce dernier fut alors partagé égalitairement entre les deux confessionso 15. Le roi continua son action en décidant, en 1701 de fusionner le collège jésuite strasbourgeois avec un collège jésuite de la région, situé à Molsheim. Ce dernier qui avait été érigé, en 1617 en université par une Bulle pontificale du Pape Paul V devint la seconde université confessionnelle de la villeo 16. L'université catholique qui était seulement formée de deux facultés, l'une formant aux arts libéraux et l’autre à la théologie catholique ne connut pas la réussite de son aîné. C'est une des raisons qui poussa les catholiques, en 1751 à demander que « l'alternative entre les deux religions soit à l'avenir observée » au sein de l'université luthérienne, comme elle l'était au Magistrat. Cette demande n'aboutit pas, les protestants défendirent leurs droits en se basant entre autres sur les traités de Westphalie et l'acte de capitulation de 1681o 15.

En dépit de ces tensions et d'un nombre limité de professeur pour l'époque, l'université et ses quatre facultés connut un important développement au XVIIIe siècleo 9. En 1728 Jean-Jacques Fried créa une école d'accouchement destinée aux élèves de la faculté de médecine. Un cabinet d'histoire naturelle est lui constitué à partir de 1768 par Jean Hermann, professeur entre autres d'histoire naturelle médicale à la faculté de médecine et directeur du jardin botanique de l'université. En plus de ses collections comprenant plus de 1 000 animaux « naturalisés », ainsi qu'un herbier, Hermann constituera une bibliothèque de plus de 12 000 volumeso 17. Jean-Daniel Schoepflin l'un des précurseurs de la méthode historique moderne, enseignera l'histoire et l'éloquence latine à l'université. À sa mort en 1771, il légua une importante collection d'ouvrages à la bibliothèque de l'université. Le français ayant été introduit il y'a moins d'un siècle, les cours étaient majoritairement dispensés en allemand et bien sûr toujours en latin. C'est pourquoi l'université accueillait encore des étudiants germanophones éminents. Tel que Metternich ou Goethe qui y étudia le droit entre 1770 et 1771 après que son père eut jugé qu'il passait trop de temps à Leipzig dans l'Auerbachs Keller, une fameuse taverne de la ville. Ce dernier eut, entre autres comme professeurs, Schoepflin en histoire et le juriste et homme politique alsacien, Christophe-Guillaume Koch. Les élèves étrangers étaient attiré par le cosmopolitisme de l'université où en plus de parler le français et l'allemand, était aussi enseigné l'anglais depuis 1760. Ainsi peu avant les évènements révolutionnaires elle accueille encore de nombreux étudiants de toute l'Europe et de toutes confessions. Et de 1785 à 1787 « 125 étudiants appartenant à des contrées éloignées » passèrentre entre ses murs, dont « 23 Anglais et Écossais, 2 Espagnols, 17 Allemands, Flamands et Autrichiens, 3 Italiens, 11 Danois et Suédois, 5 Polonais et Courlandais, 44 Russes et Livoniens »o 18. Entre 1789 et 1790 beaucoup d'étudiant quittèrent la ville, à la suite des évènements révolutionnaires, le chiffre des inscriptions chuta de 182 étudiants à 83o 19.

Lors de la Révolution française, les institutions de l'Ancien Régime étaient mal vues et l'université catholique fut rapidement fermée. Grâce à deux décrets de la Convention nationale, l'université luthérienne a pu espérer pendant un temps être maintenueo 20. Mais en 1793 elle fut supprimée alors que les enseignements secondaires du Gymnase furent eux définitivement maintenus. L'année suivante, grâce à François Ehrmann, député alsacien à la Convention nationale et « aux mérites » de la faculté de médecineo 21 de l'ancienne université, la ville de Strasbourg obtint l'ouverture d'une des trois « écoles spéciales de santé » créées par le décret du 16 frimaire an III ()o 22. Jean Hermann, professeur à l'ancienne faculté y fut nommé au poste de « professeur de botanique et de matière médicale »o 17. La ville accueillera aussi l'une des écoles centrales qui furent créées par les révolutionnaires (loi du 3 brumaire an IV) dans le but de remplacer l'enseignement des collèges et universitéso 19.

L'université au XIXe sièclemodifier | modifier le code

Les facultés françaisesmodifier | modifier le code

Sous le Consulat, les écoles centrales sont supprimées par la loi du loi du 11 floréal an X (1er mai 1802) et remplacées, pour les plus importantes, par des lycéeso 23. Strasbourg se retrouve sans son université, mais celle-ci n'avait pas complètement disparu. En effet une Académie protestante avait perduré durant la Révolution, devenant en 1803, le « Séminaire protestant » grâce à la reconnaissance officielle du protestantisme par le concordato 24. Cette même année, le Premier Consul transforme les écoles de santé en « École de médecine » et crée trois « Écoles de pharmacie » dans les trois villes accueillant déjà une école de médecine à Paris, Montpellier et donc Strasbourg. L'implantation des deux écoles avait un but essentiellement politique et militaire, l'armée napoléonienne avait en effet souffert lors des différentes campagnes du typhus, de la peste et du paludisme, elle devait trouver à Strasbourg, ville frontière des soins adaptéso 25. Un an plus tard, en 1804, la ville obtint l'une des douze écoles de droit et le maire de Strasbourg et frère de Jean Hermann, Jean-Jacques Hermann est nommé doyen de l'écoleo 19. Les anciens professeurs de l'université enseignaient toujours dans les différentes écoles de la ville dont celles de médecine, pharmacie et droit. Christophe-Guillaume Koch recteur de l'ancienne université en 1787 retourna à l'enseignement au sein de l'école de droit après avoir été membre de l'Assemblée nationale, sous la révolution et du Tribunato 26. La plupart des professeurs restaient membres du « Séminaire protestant » héritier de l'université où l'on enseignait toujours la théologie protestanteo 24.

L'Universitén 3 renait sous une forme centralisée, au cours du Premier Empire. Le décret du 17 mars 1808 fixe le l'organisation de l'Université, le texte prévoit qu'elle soit chargée de l'ensemble de l'enseignement, du primaire au supérieur. Les écoles de droit et de médecine sont érigées en facultés auxquelles on joignit les facultés des lettres et des sciences, puis une faculté de théologie protestante, issue du séminaire. Strasbourg est alors dotée d'une académie complète qui s'organise sur les départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin. Cette organisation héritée du régime napoléonien va perdurer sans changements majeurs malgré la chute de l'empereur. Parallèlement, le Gymnase, qui de nos jours est connu sous le nom de Gymnase Jean-Sturm, devient un lycée en 1828. L'université de Strasbourg va connaître une nouvelle période de prospérité. Elle accueille une nouvelle fois d'éminents étudiants et professeurs, ainsi le chirurgien Jean Lobstein qui y obtint la première chaire d'anatomie pathologique créée en France, fut à l'origine de la découverte de la maladie des os de verre, aussi appelée syndrome de Lobstein. Sa fonction l'amènera à gérer les collections du théâtre anatomique exposées au publique. Celles-ci seront fortement augmentées après la Révolution pour peu à peu former l'actuel musée anatomique. C'est aussi à cette époque que le médecin et révolutionnaire allemand Georg Buchner commença ses études en 1831 (et les termina après avoir fui de Hesse-Darmstadt, à la suite de la saisie du Hessischen Landboten), que Louis Pasteur titulaire de la chaire de chimie à la faculté des sciences, travailla, de 1848 à 1854, sur plusieurs de ses découvertes. Cette chaire qui fut ensuite donnée, en 1855 à Charles Frédéric Gerhardt, deux ans après avoir réussi la première synthèse de la molécule de base de l'aspirine, va contribuer au développement de l'excellence de la chimie alsacienneu 4,o 27.

Après la Révolution, sous Napoléon et sous la Restauration, les sciences (où la France d'ailleurs excellait alors) étaient entièrement enseignées en français, mais il subsistait l'influence de l'Alsace et par là de l'Allemagne en théologie et en sciences humaines. L'université rayonnait alors sur une partie de l'Europe de par ses influences françaises et germaniques. C'est durant le Second Empire que par décret impérial de Napoléon III fut instaurée l'école impériale du Service de santé militaire de Strasbourg, le . Elle fut dès sa création associée à la faculté de médecine qui offrit d'enseigner aux jeunes soldats. C'est à la tête de cette école que fut nommé un des plus célèbres chirurgiens de l'époque, Charles-Emmanuel Sédillotp 3, précurseur de l'asepsie opératoire et inventeur du mot microbe. En 1864, elle devint l'école impériale du service de santé militaire et forma jusqu'à la guerre de 1870, 1 054 médecins et 90 pharmaciens (formés à partir de 1864). En particulier Alphonse Laveran qui découvrit à Constantine l'hématozoaire du paludisme et fut en 1907 le premier Prix Nobel de physiologie ou médecine français. La guerre contre la Prusse qui est déclarée le va mettre fin à l'enseignement de l'école et plus globalement des facultés strasbourgeoises.

L'université impériale allemande : la Kaiser-Wilhelms-Universitätmodifier | modifier le code

Les conséquences de la Guerre de 1870modifier | modifier le code
Guillaume Ier d'Allemagne dans la aula du Palais universitaire en 1886

En 1871, après la défaite de la France face à la coalition menée par la Prusse furent signés les traités de Versailles puis de Francfort qui confirmaient l’annexion de l’Alsace-Lorraine : Strasbourg redevint allemande. L’université en fut très affectée, une grande partie de l'élite de la région, que ce fût dans l'éducation, les affaires ou l'administration, quitta alors l'Alsace pour s’exiler en Franceo 28. Entre décembre 1871 et janvier 1872, Paul Lobstein, professeur de dogmatique à la faculté de théologie protestante puis doyen en 1921, prend la plume et ressent le besoin de coucher sur papier son examen de conscience au moment où l'Alsace connaît un des tourments les plus importants de son histoire. Dans l'esquisse biographique qui lui est consacrée, Un Alsacien Idéal, il écrit : « L'annexion de L’Alsace est plus qu'un crime, c'est un sacrilège ; voilà pourquoi nous ressentons une blessure poignante qui saignera toujours et dont la brûlure nous fera toujours souffrir. (…) Voilà donc l'Alsacien, condamné par sa conscience à toujours souffrir, toujours être obligé par sa conscience à toujours protester.»o 29. La guerre fut difficilement vécue par les strasbourgeois, en effet, le siège de la ville causa d’importants dégâts dans la citéo 30. L’église du Temple Neuf fut détruite alors qu’elle abritait une bibliothèque exceptionnelle rassemblant plus de 300 000 volumes, dont au moins 3 446 manuscrits. Deux collections s'y distinguaient : la bibliothèque du séminaire protestant, qui fut celle de l'université protestante et dont l'origine remontait au Gymnase, d'une part et la bibliothèque municipale créée au XVIIIe siècle à partir de l'achat de la bibliothèque privée de l'historien strasbourgeois Jean-Daniel Schoepflin par la ville d'autre part.

Dès le début de la guerre et bien avant l'annexion de Strasbourg au nouveau Reich en , de nombreux intellectuels et politique allemands espéraient installer une grande université allemande dans la ville. En , une délégation fut pour cela envoyé à l'université de Bonn (la plus jeune université allemande de l'époque) afin de préparer l'installation de la nouvelle université strasbourgeoise. En , c'est le Reichstag, qui craignant le transfert des facultés vers Nancy se saisit du dossier de la futur université. Deux projets émergèrent à cette époque, le premier émanant des professeurs français, ceux-ci voulait laisser le contrôle de la nouvelle université aux alsaciens pour que celle-ci réponde aux besoins des alsaciens et le second émanant des autorités allemandes qui désiraient construire un outil de la germanisation de l'Alsace-Lorraine et un bastion de la culture allemande4. En réaction le gouvernement français vota, en 1872, une loi constituant une nouvelle université dans la ville de Nancy, basée sur les facultés strasbourgeoises. Celles-ci furent officiellement transférées (faculté de médecine) ou réunies aux facultés déjà existantes (faculté de droit, des lettres et des sciences), la majorité des enseignants strasbourgeois acceptèrent leur transfert à Nancy, refusant de devenir allemandso 31,5. Le projet d'une nouvelle université allemande à Strasbourg fut arbitré par le chancelier Otto von Bismarck qui décida de ne pas suivre le projet proposé par les intellectuels et politiques allemand. Il confia la création et l'organisation de la nouvelle université à l'homme politique et ancien ministre des Affaires Étrangères du Grand-duché de Bade, Franz von Roggenbach. Ce catholique était en outre un « ardent partisan du Kulturkampf et un fin connaisseur du milieu alsacien »6,o 32.

La reconstruction de l'universitémodifier | modifier le code
Franz von Roggenbach (1825–1907), l'artisan de la Kaiser-Wilhelms-Universität

Dès son couronnement comme Empereur d'Allemagne (en 1871), Guillaume Ier lança un programme ambitieux pour la reconstruction de Strasbourg. Voulant faire de la ville située à la frontière de son nouvel empire, une vitrine du savoir-faire allemand. De grandes transformations affectèrent donc la ville et l'université. Franz von Roggenbach fut l'artisan de la reconstruction de l'université. Il veut alors bâtir une université modèle, capable de concurrencer ses consœurs allemandes. Cette université modèle devant acculturer la population alsacienne par le hauto 33. Mais son projet est jugé trop ambitieux par Bismarck, ce dernier arbitre alors en faveur d’un projet plus modeste et laisse la liberté à von Roggenbach de la création des différentes chaires et le choix des professeurs de la nouvelle université. L’université fut rapidement refondée sous, le nom de Kaiser-Wilhelms-Universität et inaugurée par l'empereur les 1er et au Palais des Rohan»6,o 28. Son installation dans le palais est provisoire, elle partage alors ses locaux avec la nouvelle bibliothèque qui prit le nom de Kaiserliche Universitäts und Landesbibliothek zu Strassburg(KULBS) (aujourd'hui bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg) par une déclaration officielle du 19 juin 1872. Le choc qui fut provoqué par la destruction de la bibliothèque protestante amena Karl August Barack, d'abord bibliothécaire des princes de Fürstenberg puis premier administrateur de la bibliothèque recréée, à lancer un appel aux dons dès le 30 octobre 1870 pour constituer de nouvelles collections. Cet appel eut un grand retentissement, les dons parvenant de tout l'Empire allemand et même d’au-delà : à elles seules les archives de l'État prussien à Königsberg fournirent 70 000 doublets à la bibliothèque. Le résultat fut qu'en 1873 la bibliothèque comptait déjà plus de 200 000 volumes et qu'elle fut pendant longtemps une des plus importantes bibliothèques universitaires et même la première mondiale entre 1909 et 1918. Aujourd’hui elle est la seconde bibliothèque de France après la BNF et possède l’une des plus grandes et des plus riches collections d’ouvrages en langue allemandeo 34.

Les années qui suivirent la création de ces établissements vit fleurir à Strasbourg un nouveau quartier, la Neustadt appelé aussi quartier allemand. Celui-ci allait accueillir les nouveaux bâtiments de l’université. Le Kollegiengebäude (Palais Universitaire), construit entre 1879 et 1884 sous la direction de l'architecte Otto Warth, fut inauguré par l'empereur Guillaume Ier en 1884. Il constituait le pôle majeur de la nouvelle université strasbourgeoise ; dans son prolongement furent construits les huit bâtiments des instituts de la faculté des sciences (ainsi que le jardin botanique de l'université, l'observatoire astronomique et le musée zoologique). D’autres bâtiments furent construits dans la ville : le bâtiment de la faculté de médecine (derrière l'hôpital civil) et en 1895 le bâtiment de la Kaiserliche Universitäts und Landesbibliothek zu Strassburg situé place de la République (alors Kaiserplatz).

Le développement de l'université impérialemodifier | modifier le code
Tenue d'étudiant de l'université allemande, fin du XIXe siècle (Musée historique de Strasbourg)

La période allemande de l’université vit venir de grands professeurs et chercheurs dans la capitale du nouveau Reichsland Elsass-Lothringen ; après Gerhardt et ses travaux sur l'aspirine, ce fut Joseph von Mering qui synthétisa en 1893 une substance baptisée acétaminophène commercialisée bien plus tard sous le nom de paracétamol3. C'est aussi à Strasbourg qu'enseigna Wilhelm Conrad Röntgen qui reçut plus tard le prix Nobel de physique pour sa découverte des rayons X et que Ferdinand Braun passa 25 années de sa vie en étant directeur de l'« Institut de physique de Strasbourg », créé en 1895 puis Rektor (recteur) de l'université et cela jusqu'au début de la Première Guerre mondiale. Il y développa en 1897 un tube cathodique particulier, dit « tube de Braun ». Son invention mena rapidement au développement de l'oscilloscope qui plus tard permit de réaliser les tubes cathodiques des téléviseurs, puis des premiers écrans d'ordinateurs. En 1898, il se lança dans la transmission sans fil en travaillant et améliorant la portée des dispositifs radio conçus par Guglielmo Marconi. Pour ces travaux sur la télégraphie sans fil, il fut colauréat avec ce dernier du prix Nobel de physique en 19093. La période allemande fut donc faste pour l'université, plusieurs disciplines qui font encore aujourd'hui sa réputation s'y développèrent comme la sismologie. C'est grâce au physicien allemand Ernst von Rebeur-Paschwitz arrivé à Strasbourg en 1892 que fut implantée une des premières stations sismiques modernes au monde. Ce dernier fabriqua à Potsdam en 1889 un appareil destiné à mesurer les vibrations qui enregistra des signaux correspondant à deux séismes, l'un au Japon et l'autre au Baloutchistan : ce fut la première fois que l'on enregistrait des séismes aussi éloignés et dont l'homme ne puisse en ressentir les effets. La station, créée en 1899 par vote du Reichstag (avec un budget de 30 000 marks) pris le nom de Kaiserliche Haupstation für Erdbebenforschung (Station séismologique centrale de l'empire allemand) et devint vite un centre mondial de la sismologie moderne accueillant les premiers congrès internationaux de sismologieu 6.

Le retour à la Francemodifier | modifier le code

L'université sous la Troisième Républiquemodifier | modifier le code

L'université rendue à la France en 1919

Après la Première Guerre mondiale, le Traité de Versailles, qui restituait l’Alsace et Strasbourg à la France, rendait aussi l’université à l’enseignement supérieur français. Le , l’université de Strasbourg fut solennellement inaugurée par le président de la République française Raymond Poincaré. L’université toujours installée dans le Palais Universitaire connut une nouvelle fois de nombreux changements : les Allemands et Alsaciens germanophiles furent expulsés, une grande partie du personnel de l’université allemande fut touchée par cette politique. Parallèlement en vue d’une francisation rapide de la région, l'enseignement se fit dès lors exclusivement en français. En outre, le retour de l'Alsace dans une république française devenue laïque eut aussi pour effet d'engager une réflexion sur le maintien des formations de théologie de l’université. Celles-ci étaient dispensées par les deux facultés de théologie protestante et catholique puisque l’Alsace n’avait pas été soumise à la loi de séparation des Églises et de l'État du 9 décembre 1905, étant allemande à cette époque. Les deux établissements furent cités dans la loi organique de 1919 qui reconstituait l'université redevenue française ; malgré cela il fallut attendre leur reconnaissance sous l'impulsion de Raymond Poincaré par un décret paru le . Ce décret reconnaissait officiellement le caractère public de ces deux instituts en leurs conférant un statut dérogatoire7,u 7. Ce fut dans le but de créer un contrepoids laïc à l’enseignement théologique que fut alors fondée, en 1919, une chaire d'histoire des religions au sein de l'Institut d'histoire des religionsu 8 dépendant de la Faculté des Lettres. C'est Prosper Alfaric, historien et spécialiste du christianisme, qui fut le premier titulaire de la chaire. C'est aussi à cette période que se constitua autour des grands historiens Lucien Febvre et Marc Bloch l’École des Annales dont l'origine était liée à la publication de la revue des annales d’histoire économique et sociale en 1929.

L'université durant l'occupationmodifier | modifier le code

Voir aussi l'article sur l'université allemande d'occupation, la Reichsuniversität Straßburg
La plaque à la mémoire des morts, tués par l'ennemi, déportés, fusillés, assassinés de l'université, durant la Seconde Guerre mondiale, apposée à l'entrée du Palais Universitaire et le diplôme de la Médaille de la Résistance obtenu en 1947.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, la déclaration de guerre de 1939 fit que Strasbourg fut déclarée zone militaire par l'État-major français puis avec l'avancée des troupes allemandes, « ville ouverte ». Le , une grande partie de la population dut évacuer la ville. L'université française fut alors déplacée et due se réfugier, en 48 heures à Clermont-Ferrand qui n'était à l’époque qu'une petite ville étudiante possédant seulement deux facultés et deux écoles. La ville accueillit donc les 1 200 étudiants, les 175 enseignants, et l’administration de l’université strasbourgeoise. À la suite de la défaite française, l'armistice du 22 juin 1940 coupa en deux le pays. Les nazis occupèrent la zone Nord et le régime de Vichy fut mis en place dans la zone Sud où se situait Clermont-Ferrand. La ville de Strasbourg fut, quant à elle, incorporée au Troisième Reich et les nazis y créèrent la Reichsuniversität Straßburgi 2.

Dès 1941, l’université française 8 vit naître différents mouvements de Résistance, mêlant étudiants et professeurs venant de Strasbourg et de Clermont-Ferrand tel que « Combat Étudiant » fondé par Jean-Paul Cauchi, un étudiant en histoire venu de Strasbourg9. À partir de 1942 et de l’occupation militaire de la zone sud par les allemands, la plupart des mouvements s’unirent au sein des Mouvements unis de la Résistance. L'occupation militaire permit aux allemands de lancer des opérations destinées à fragiliser l'université française repliée à Clermont-Ferrand car les nazis dont en premier lieu le Reichsführer-SS Heinrich Himmler voulaient dans l'intérêt de la nation allemande fermer l'université française et rapatrier 500 alsaciens considérés comme « allemands de souche », à Strasbourg. Ils menèrent ainsi plusieurs rafles dans les locaux universitaires et résidences étudiantes sous couvert de lutte contre la résistance10, dont la fameuse rafle du 25 novembre 1943, au cours de laquelle près de 1 200 personnes seront interpellées et 130 personnes déportées vers les camps, dont une trentaine seulement reviendront.

Dans le même temps, la Reichsuniversität Straßburg accueillit de nombreux savants allemands dont Carl Friedrich von Weizsäcker mais c’est surtout August Hirt, médecin allemand, membre des SS et de l'Institut d'anthropologie raciale Ahnenerbe dont on se souviendra pour avoir causé la mort d’une centaine de juifs dans le cadre de recherches pseudo-scientifique11.

C'est au cours de l’année 1944 que les deux villes furent libérées, Clermont-Ferrand le 27 août et Strasbourg le 22 novembre. Avec la retraite des troupes allemandes, l'université allemande fut transférée à Tübingen et dissoute par la suite tandis que l'université française revenait à Strasbourg. Au bout du compte, les populations universitaires de Clermont-Ferrand et de Strasbourg furent très affectées par la guerre, elles comptèrent à la fin de la guerre 139 disparus. De cette période trouble, l'intellectuel et résistant Louis Aragon publia en 1944 dans son recueil La Diane française un poème intitulé La Chanson de l'Université de Strasbourg décrivant la lutte des populations universitaires strasbourgeoise et clermontoise face à l'occupant Nazi12,p 1.

L'université après-guerremodifier | modifier le code

États généraux des universités autonomes de Strasbourg les 8, 9 et 10 juin 1968. Affiche représentant le Général de Gaulle, lors des évènements de Mai 68, issue des collections Les images d'Alsace de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

Les années d'après-guerre furent synonymes de reconstruction et d'un fort accroissement de la population étudiante, comme dans le reste de la France. Le nombre d'étudiants passa de 5 440 en 1956 à 16 221 en 1966u 4. C'est pour répondre à cet accroissement important que l'université entreprit de nouveaux travaux et agrandit le campus historique vers l'Est. C'est dans le nouveau quartier strasbourgeois de l'Esplanade que fut créé le campus Central de Strasbourg, dans le prolongement des bâtiments de l'université construits par les Allemands tel que le Palais Universitaire ou l'observatoire astronomique. De nombreux bâtiments sortirent alors de terre, comme le bâtiment de la faculté de droit mais aussi celui de l'École nationale supérieure de chimie avec la tour de Chimie dominant le campus de l’Esplanade. Un autre campus fut inauguré dans le quartier de Cronenbourg, le , en présence de Louis Joxe, ministre de l’Éducation nationale, et Pierre Pflimlin, maire de Strasbourg. Le campus de Cronenbourg fut destiné dans un premier temps uniquement à la recherche, accueillant dès sa création plusieurs centres de recherches du CNRS dont le Centre de recherches nucléairesu 9. Par ailleurs, à la suite de la création des instituts universitaires de technologie par le ministre de l'Éducation nationale (IUT) Christian Fouchet en 1966, l'université inaugura l'année suivante son premier IUT (plus tard baptisé IUT Robert Schuman) comprenant alors deux départements : Chimie et Relations Publiques Documentationu 10.

Dans les années suivantes s'engagea un processus qui mena à la révolte étudiante de mai 68. Ainsi, des étudiants de l'internationale situationniste, profitant du désintérêt des étudiants pour leurs structures associatives, accédèrent au bureau de l'association locale AFGES. Ils écrivirent et publièrent à 10 000 exemplaires la brochure De la Misère en milieu étudiant considérée sous ses aspects social, économique, sexuel et intellectuel. Les structures traditionnelles de l'université furent dès lors remises en question. À la suite de la loi Faure du 10 octobre 1968, le statut et l’organisation des universités furent fortement modifiés et la loi conduisit en 1971u 4 à la scission de l'université en trois nouvelles institutions : l'université Strasbourg I, l'université Strasbourg II et l'université Strasbourg III.

Les trois universitésmodifier | modifier le code

Voir aussi les articles sur les anciennes universités, Université Strasbourg I, Université Strasbourg II et Université Strasbourg III
Ancien logo de l'université Marc-Bloch

La scission donna alors naissance à trois universités distinctes, chacune spécialisée dans un domaine d'enseignement bien précis. L'université Strasbourg I devient l'université des sciences et de la santéu 4, l'université Strasbourg II devient celle des sciences humaines tandis l'université Strasbourg III se spécialisa dans les domaines juridique, politique, social et technologique. Ce découpage ne fut pas exclusif : des formations de l'un des domaines d'une des trois universités pouvaient se retrouver placées dans une université dont ce n'est pas le domaine spécifique. Par exemple, l'université Strasbourg III se dota d'un IUT, l'institut universitaire de technologie Robert-Schuman, spécialisé dans le domaine des sciences. Les années suivantes virent la naissance d’une quatrième université alsacienne en partie issue des universités de Strasbourg : l’université de Haute-Alsace fut créée en 1975 dans les villes haut-rhinoises de Colmar et Mulhouse à partir de deux écoles d’ingénieurs et de deux collèges universitaires (scientifique et littéraire), ces deux derniers dépendant des universités strasbourgeoisesi 3. Par la suite, chacune des universités adopta le nom d'une personnalité représentant son domaine d'enseignement et ayant fréquenté Strasbourg en tant qu'étudiant ou enseignant. L'université Strasbourg I, sous l'impulsion de son premier président, Guy Ourisson devint l'université Louis Pasteur (ULP)u 4, du nom du scientifique français qui a découvert le vaccin contre la rage à Strasbourg. Puis, le , ce fut l'université Strasbourg III qui, par décision unanime de son conseil d'administration, prit le nom d'université Robert Schuman (URS), du nom de l'un des Pères de l'Europe ayant étudié à Strasbourg. Enfin, après une polémique de quatre années due notamment à la publication de tracts antisémites13, c'est l'université Strasbourg II qui, par un vote de son conseil d’administration, prit le nom d'université Marc Bloch (UMB) le u 4 de l'historien et résistant français Marc Bloch, fondateur de l'École des Annales et mort sous l'Occupation.

Les trois universités restèrent très liées durant leurs quarante ans d’existences ; durant les années 1980, un processus de rapprochement s’engagea. Elles se rapprochèrent peu à peu des quatre universités de la région du Rhin supérieur, régions comprenant l’Alsace et les régions frontalières de Bâle et du Bade-Wurtemberg. Ce processus de rapprochement donna naissance en 1989 à la Université du Rhin supérieur (Eucor), comprenant alors les universités de Bâle, de Fribourg-en-Brisgau, de Karlsruhe, de Haute-Alsace et celles de Strasbourg. Une des premières actions communes fut la création d'une école trinationale, l'École supérieure de biotechnologie Strasbourg à partir d'une école créée par l'ULP en 1982 et rassemblant une partie des universités du réseau. Mais ce rapprochement des universités strasbourgeoises fut surtout marqué par la création en 1991 du Pôle universitaire européen de Strasbourgu 4,p 4, regroupant les trois universités associées aux trois collectivités locales (la région Alsace, le département du Bas-Rhin et la communauté urbaine de Strasbourg) dans un Groupement d’intérêt public (GIP). Le Pôle fut chargé de l’entretien des campus et de l’accueil des étudiants, en particulier des étrangers. Il hébergea également un observatoire régional de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle des étudiants.

Cette période fut aussi marquée par le Prix Nobel de chimie reçu en 1987 par Jean-Marie Lehn, spécialiste de la chimie supramoléculaire et professeur à l'ULP, par l’extension des campus et par l’augmentation constante du nombre d’étudiants. Ces extensions se produisirent en grande partie hors du campus Central : le parc d'Innovation Technologique, créé dans les années 1980 dans la ville d'Illkirch-Graffenstaden membre de la communauté urbaine de Strasbourg (CUS) accueillit un nouveau campus, le Campus d'Illkirch, où en 1989 l’école supérieure de biotechnologie Strasbourg installa ses nouveaux locaux. Le campus de Cronenbourg, jusque là destiné à la recherche, accueillit ses premiers étudiants en 1998 avec l’installation de l’école européenne de chimie, polymères et matériaux puis plus tard de l'IUT Louis-Pasteuru 9.

L'université aujourd'huimodifier | modifier le code

L'université uniquemodifier | modifier le code

Plaque commémorant la réunification en 2009

L’université de Strasbourg est créée le par décreti 4, mais l'université n'est réellement réunifiée que depuis le , date à laquelle les trois anciennes universités disparaissent. En même temps que sa réunification, elle devient une des 18 premières universités à appliquer la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (loi no 2007-1199 du 10 août 2007, dites LRU)i 5. C'est pour ces raisons qu'elle a dû établir ses nouveaux statuts le 4 novembre 2008, puis élire le premier président de l'université réunifiée, Alain Beretz le . L'objectif de cette fusion a été de créer une université pluridisciplinaire, l'université comportant à sa création de formations couvrant tous les domaines universitaires, comme le montre son offre de formation qui s'organise en cinq grands domaines : Arts, lettres, langues ; Droit, économie, gestion et sciences politiques et sociales ; Sciences humaines et sociales ; Sciences, technologies ; Santé. Ces différentes formations où sont regroupés, unités de recherche, instituts et écoles permettent de créer de véritables synergies malgré des champs d'études éloignés. Un second objectif de la fusion est, pour l'université, d'avoir une plus grande visibilité à l'international, notamment dans les classements internationaux. Comme le prévoit la LRU, les universités peuvent se doter de fondations, dans le but de renforcer leur autonomie financière, c'est donc en grande partie pour cette raison que la fondation Université de Strasbourg a vu le jour dès 2008, un arrêté du 28 octobre 2008 de la rectrice de l’académie de Strasbourg accordant l’autorisation administrative de création de la fondationu 11.

Dans le but de renforcer le projet de fusion et d'obtenir des fonds supplémentaires pour la création d'un campus plus homogène, les trois anciennes universités ont décidé de créer un dossier commun dans le cadre de l'opération campus pour laquelle elles ont été sélectionnées le avec cinq autres universitési 6. Le projet strasbourgeois qui devait concerner l'ensemble des campusu 12 a été restreint au seul campus historique de l'Esplanade. Il s'inscrit globalement dans la réorganisation du campus central liée à la fusion des trois anciennes universités et repose sur une dotation en capital de l'État de 375 millions d'euros (ce sont les intérêts de cette dotation qui financeront les travaux), à cette somme s'ajoute une contribution des collectivités locales (Communauté urbaine de Strasbourg, région Alsace et département du Bas-Rhin)p 5.

L'inauguration officielle s'est déroulée le en présence de la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse et du premier président de l'université, Alain Beretz, au Palais Universitaire. La consolidation de l'université unique devrait se prolonger jusqu’en 2012p 5.

Les projets de l'université uniquemodifier | modifier le code

Le nouveau Patio, siège de l'administration de l’université, inauguré par Valérie Pécresse, le .
À droite, l'ancien Patio des années 1960. À gauche, le nouveau Patio (2010).

Dans le but de présenter la version finalisée du plan Campus strasbourgeois, Valérie Pécresse s'est rendue une nouvelle fois à l'université de Strasbourg, le . Elle a par ailleurs inauguré le nouveau Patio (extension d'un bâtiment existant, le Patio) accueillant la direction et les services administratifs de l'université, autrefois répartis entre les trois anciennes universités à travers le campus Centralp 5.

Le plan campus strasbourgeois prévoit de modifier complètement la physionomie de l'actuelle campus de l'Esplanade, par la construction d'au moins 5 nouveaux bâtiments, la rénovation d'au moins une quinzaine d'autres bâtiments et l'aménagement des campus vert, par la plantation d'espaces arborés et la végétalisation de vastes zones d'asphaltes. La conduite du plan devrait prendre dix ans, la réception des derniers bâtiments devant se faire vers 2020. Il est prévu la construction : d'une maison de la Vie étudiante, proposant de nombreux services (centralisation d'inscriptions aux transports, bibliothèques etc.) dans laquelle on trouvera également une bibliothèque; d'un hôtel des chercheurs et faculty club; d'une résidence du personnel et chercheurs; d'un nouveau complexe sportif; d'un pavillon des arts et des sciences (présentant, des expositions d'étudiants, des collections scientifiques etc.); ou encore d'une maison de l'accueil international, qui devrait voir le jour dans le nouveau quartier strasbourgeois du bassin Austerlitz. Les autres réalisations du plan campus concernent des rénovations et des mises aux nomes, concernant notamment la faculté de droit, le Patio, la cité universitaire Paul Appell, la tour de chimie (reconvertie en logements), le jardin botanique et les bâtiments de zoologie et géologie. Mais aussi des extensions ou réorganisations de bâtiments existants, comme l'INSA de Strasbourg, l'Institut de biologie moléculaire et cellulaire (création d'un insectarium) et l'institut de sciences et d'ingénierie supramoléculaires (ISIS). À l’occasion de la présentation du plan, les acteurs régionaux réunis autour de Valérie Pécresse se sont engagés à soutenir celui-ci, leurs aides devraient atteindre 75 à 100 millions d’euros (en plus des 375 millions du plan campus), la région Alsace s’engageant à hauteur de 25 millions d’eurosp 6.

D'autres projets sont portés par l'université. C'est pour soutenir certains projets, que sa fondation lance, le une campagne de levée de fonds, sous le patronage de Jean-Claude Juncker, président de l'Eurogroupe et Premier ministre du Luxembourg et d’Henri Lachmann, président du conseil de surveillance de Schneider Electric. Elle espère ainsi récolter 20 millions d’euros en 5 ans. Cette campagne, la première pour une universitép 7, vise à renforcer l’excellence en recherche de l’université, développer son interdisciplinarité, l’ouvrir à tous et valoriser son patrimoine historique. Avant même le lancement de la campagne, la fondation a déjà reçu près de 5 M€ de promesses de dons de plusieurs grandes entreprises françaises dont le groupe AXA, les laboratoires Pierre Fabre et les sociétés Exane et Nobel Biocare. À cela s'ajoute plus d'1 M€ de promesses de la part de banques et de sociétés implantées en Alsaceu 13,p 8. En outre l'université se porte candidate avec ses partenaires locaux au Grand emprunt, elle demande plus de 1,5 Mds€ sur les 21,9 Mds€ qui seront destinés à l’enseignement supérieur et à la recherche. Les projets sont développés en cinq grands programmes : l'initiative d'excellence, les Instituts Hospitalo-Universitaires, la santé et les biotechnologies, la valorisation et les laboratoires d'excellence. Ces partenaires sont nombreux, outre la région Alsace, la ville de Strasbourg et la CUS, on peut citer le pôle de compétitivité Alsace Biovalley, les Hôpitaux universitaires de Strasbourg (HUS), l'Institut de recherche contre les cancers de l'appareil digestif (Ircad) et de nombreuses entreprises locales14,p 9.

Rattachement de l'Université de Haute-Alsacemodifier | modifier le code

Les conseils d'administration de l'université de Strasbourg et de l'université de Haute-Alsace (UHA) ont voté au cours de l'année 2012, le rattachement de cette dernière à l'université de Strasbourg au . Dans le but de créer, progressivement, une université unique en Alsace, à laquelle seront en plus rattachés, l'INSA de Strasbourg, l'École nationale supérieure d'architecture de Strasbourg et la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourgu 14.

Composantesmodifier | modifier le code

UFR, écoles et institutsmodifier | modifier le code

L’université de Strasbourg comporte 38 composantes d'enseignements : unité de formation et de recherche, école de commerce, écoles d'ingénieurs, Institut d'études politiques etc. qui sont réparties en 5 grands domaines de formation et 9 collégiums qui sont des organes statutaire mis en place par l'université, ils assurent la coordination entre la présidence de l'université et les composantesu 15.

Domaine Arts, Lettres et Languesmodifier | modifier le code

Le domaine Arts, Lettres, et Langues compte 5 composantesu 16:

  • la faculté des arts (arts du spectacle, arts visuels et musique),
  • l’UFR des langues et sciences humaines appliquées,
  • l’UFR des langues vivantes,
  • l’UFR des lettres,
  • l'institut international d'études françaises (IIEF)

Domaine Droit, économie, gestion et sciences politiques et socialesmodifier | modifier le code

Le domaine Domaine Droit, économie, gestion et sciences politiques et sociales compte neuf composantesu 17:

Domaine Sciences humaines et socialesmodifier | modifier le code

Le domaine Sciences humaines et sociales compte 10 composantesu 18:

Domaine Sciences, technologiesmodifier | modifier le code

Le domaine Sciences, technologies compte 12 composantesu 19:

L'Institut Le-Bel

Domaine santémodifier | modifier le code

Le domaine santé compte 3 composantesu 20

Composantes communes et associéesmodifier | modifier le code

L'université de Strasbourg possède plusieurs services centraux qui sont communs à toutes les composantes. Ceux-ci travaillent directement avec les composantes telles que le service commun de documentation qui gère les bibliothèques des différentes composantes, ou encore la fondation qui sert d'appui financier aux projets lancés par l'université et ses composantes.

Bibliothèquesmodifier | modifier le code

Pôle européen de gestion et d'économie abritant la bibliothèque du même nom, dépendant du Service Commun de Documentation de l'université

Les bibliothèques de l'université sont regroupées au sein du Service Commun de Documentation (SCD). Sa mission principale est de gérer et mettre en œuvre la politique documentaire de l'université par l'acquisition de nouveaux documents, la gestion des collections existantes, tout en coordonnant les moyens correspondants à ces missions. Elle doit aussi communiquer sur ses actions (acquisitions, gestions des collections etc.), celles de ses usagers (étudiants, enseignant-chercheur, doctorants) produisant et diffusant de l'information scientifique et technique et participer, à l'intention de ceux-ci, aux activités d'animation culturelle, scientifique et technique de l'université. De plus elle a aussi pour mission de coopérer avec les bibliothèques (publiques ou privées) qui partagent les mêmes objectifs qu'elle, notamment par la participation à des catalogues collectifs et de former les usagers à la recherche documentaire et aux nouvelles techniques d'accès à l'information scientifique et techniqueu 21,u 22. Outre ce réseau commun de documentation, l'UDS entretient des liens étroits avec la bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (BNU), étant à sa création la bibliothèque principale de l'université et qui depuis le 8 septembre 2010 lui est rattachée par décret no 2010-1069i 7. La BNU est aujourd'hui la deuxième bibliothèque de France en nombre d'ouvrages et coopère étroitement avec le SCD de l'université, une de ses missions étant, en autres, la valorisation des travaux menés à l'UDS.

Le service commun de documentation (SCD)modifier | modifier le code

Le Service commun de la documentation (SCD) de l'université de Strasbourg regroupe près de 165 personnes. Il gère directement 27 bibliothèques, dites intégrées et regroupe 41 bibliothèques gérées par les composantes, dites associéesu 21. L'ensemble de ces bibliothèques gère une collection dite papier de plus d'1,2 millions d'ouvrages, de 231 000 mémoires et thèses, de 14 160 périodiques, de 50 000 cartes, de 7 300 partitions et de de 12 000 documents multimédias (cédéroms, CD audio, cassettes vidéos etc.). Et une collection électronique répartie sur trois domaines : Sciences et techniques comprenant 27 bases de données et 13 811 périodiques en ligne ; Sciences de l’Homme et de la société comprenant 37 bases de données et 2 401 périodiques électroniques ; Sciences juridiques, politiques et de gestion comprenant 30 bases de données et 11 075 périodiques en ligneu 23.

Le SCD est présent sur les différents campus strasbourgeois, c’est l’un des premiers services fusionnés, issu des trois services de la documentation des trois anciennes universités. Le processus de fusion de ces services a débuté en 2006, avant l’université elle-même, dès le , les trois universités créent un Service Interétablissements de Coopération Documentaire (SICD), (dans le cadre d’un projet commun du Contrat Quadriennal 2005-2008) qui au devient le Service Commun de la documentation de la nouvelle université regroupant donc les trois anciennes universités mais aussi l'École supérieure du professorat et de l'éducation d'Alsace, intégrée à l’université. Le SCD est organisé en quatre départements thématiques : Lettres et sciences humaines, Santé, Sciences et techniques, Sciences juridiques, économiques et de gestion et quatre départements transversaux : Services au public, Collections, Système d'information documentaire, Patrimoine auxquels s'ajoutent un département du pilotage.

Le maillage des différentes bibliothèques privilégie la proximité avec les unités de formation, ceci permettant une spécialisation des collections suivant l'emplacement, le réseau offre ainsi plus de 4 500 places assises et de larges plages d'ouvertures, avec des bibliothèques ouvertes de 9h à 22hu 24. Ces bibliothèques accueillent librement toute la communauté universitaire de Strasbourg (université et autres écoles supérieures), ainsi que les étudiants et enseignants des universités du réseau Eucor, du personnel du CNRS, de l'INSERM, de l'INRA et des Hôpitaux universitaires de Strasbourg, les usagers de la BNUS et les publics non universitaires, sous conditionsu 25.

La bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourgmodifier | modifier le code

La bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg est créée après l'annexion de l'Alsace-Lorraine par l'Allemagne sous le nom de Kaiserliche Universtäts und Landesbibliothek zu Strassburg. Elle était donc dès sa création la principale bibliothèque de la nouvelle université allemande et est rattachée à l'université de Strasbourg par décreti 7. Ce décret précise que le conseil d'administration de la bibliothèque est composé de 29 membres, du président de l'université en tant que membre de droit et de six membres désignés par le conseil d'administration de l'université dont quatre faisant partie du collège des enseignants-chercheurs et des chercheurs et deux autres étant issus du collèges des étudiantsn 5.

Le Centre de culture numériquemodifier | modifier le code

Atelier de découverte Wikipédia StrasWeb à l‘espace de formation du Centre de culture numérique.

Situé dans le bâtiment Atrium, le Centre de culture numérique (ou CCN) a été inauguré en mars 2012 par le président de l'Université de Strasbourgp 10. Il regroupe plusieurs espaces destinés à promouvoir l'usage du numérique. On compte notamment, un espace partagé de travail, un espace de formation ou encore des amphithéâtres, avec des évènements organisés régulièrement16,p 11.

UTV, la web-télévision de l'Université de Strasbourgmodifier | modifier le code

UTV est la web-télévision de l'Université de Strasbourg. Elle est développée au sein du département Production Audiovisuelle et Diffusion (PAD) de la Direction des Usages du Numérique (DUN)17.

Les Presses universitaires de Strasbourgmodifier | modifier le code

Les Presses Universitaires de Strasbourg (PUS) sont la plus ancienne maison d'édition universitaire française, crée en 1920 par des professeurs de l'université de Strasbourg. Siégeant au Palais Universitaire, elles constituent, par convention, l'organe de publication propre de l'université mais aussi celles de l'université de Haute-Alsacep 12,u 26.

La Fondation Université de Strasbourgmodifier | modifier le code

Logo de la fondation

L'université de Strasbourg s'est dotée dès sa création, comme le permet la loi relative aux libertés et responsabilités des universités d'une fondation : la Fondation Université de Strasbourg. C'est par un arrêté du 28 octobre 2008 que la rectrice de l’académie de Strasbourg a accordé l’autorisation administrative de création de la fondationu 11. Les universités ont la possibilité de choisir entre deux types de fondation, la fondation universitaire et la fondation partenariale. C'est ce dernier type qui a été choisi par l'université de Strasbourg, celle-ci ayant pour but de développer l'autonomie financière de l'université par la conduite et le soutien d'un certain nombre de projets. Ainsi 13 projets prioritaires ont été définis et sont particulièrement accompagnés par la fondation, ils s'orientent autour de quatre axes principaux :

  • pérenniser l'excellence de la recherche,
  • développer l'interdisciplinarité,
  • ouvrir l'université de Strasbourg,
  • valoriser le patrimoine culturelu 27.

Ces projets sont financés en grande partie par des dons qui permettent aux particuliers et aux entreprises d'être acteur du développement de l'université mais aussi de réduire leur imposition. C'est dans le but de mieux coordonner les donations que la fondation, associée à la fondation pour la Recherche en Chimie, lance le une campagne de levée de fonds, sous le patronage de Jean-Claude Juncker, président de l'Eurogroupe et Premier ministre du Luxembourg et d’Henri Lachmann, président du conseil de surveillance de Schneider Electric. Elle espère ainsi récolter 20 million d’euros en 5 ans.

Le Jardin des sciencesmodifier | modifier le code

L'université possède plusieurs musées universitaires et collections scientifiques qui témoignent de ses activités d’enseignement et de recherche regroupés au sein du Jardin des sciences de l'université de Strasbourgu 28. Ces composantes sont ouvertes et accessibles à tous les publics, elles participent à la mission diffusion de la connaissance que l'université a développée au cours de son histoire.

Le jardin botaniquemodifier | modifier le code
L'institut de botanique situé dans le jardin botanique.

Le jardin botanique de l'université de Strasbourg sous sa forme actuelle a été créé par les Allemands après la guerre de 1870, sa construction s'inscrit dans celle des nouveaux bâtiments de l'université impériale allemande. L'actuel jardin est inauguré le mais son origine date du XVIIe siècle, la faculté de Médecine de l'Académie protestante voulant disposer à l'époque d'un jardin botanique. Ce premier jardin est inauguré en 1619 dans le quartier de la Krutenau, il est alors le deuxième jardin botanique créé en France après celui de Montpellier qui lui date de 1593. Le premier inventaire du Jardin, édité par le botaniste Marcus Mappus, recensera, en 1670, 1600 espèces. Sous la Révolution française, de nombreux jardins botaniques sont démantelés car leurs collections de plantes exotiques sont jugées trop aristocratiques par les révolutionnaires. Jean Hermann, alors directeur du jardin, va lui sacrifier toute sa fortune personnelle et le sauvera de la destruction, tout comme une partie des statues de la Cathédrale de Strasbourg qu'il enterra dans le jardin. Ce jardin perdura, mais lors de la reconstruction de l'université par les Allemands il est déplacé dans le nouveau quartier allemand, la Neustadt et placé dans le prolongement arrière du Palais Universitaire. Ce nouveau jardin est placé sous la direction du botaniste allemand Anton de Bary et des serres monumentales y sont installées. Lors du retour à la France, le jardin est conservé mais le , un orage de grêle abîme les grandes serres, qui sont détruites en 1963. Seule la serre de Bary échappe à la démolition (elle a été depuis classée monument historique), dès lors, de nouvelles constructions contemporaines voient le jour, l’Institut de Botanique et les locaux actuels (serre froide et serre chaude) sont construits en 1967u 29.

Aujourd'hui le jardin botanique est un musée vivant de l'université et est classé monument historiquei 8. Il a comme fonction principale, depuis sa création d'être un lieu de recherche et de servir à la valorisation de collections botaniques exceptionnelles, la gestion de ce dernier étant assurée par la faculté des sciences de la vie. On y trouve plus de 6 000 espèces de plantes sur une surface de 3,5 hectares. Même si la plupart de ses collections se trouvent à Strasbourg d’autres ont été installées au jardin botanique du Col de Saverne car elles nécessitent des conditions de culture particulières. Ce dernier ayant une altitude d'environ 300 mètres, a été créé en 1931 par le pharmacien Émile Walter, l'université en assure la cogestion depuis 1965u 30,u 31.

Le musée de sismologie et de magnétisme terrestremodifier | modifier le code

Le musée de sismologie et de magnétisme terrestre se situe dans l'ancienne station sismologique de l'université. Cette station créée en 1899 sous le nom de Kaiserliche Haupstation für Erdbebenforschung (Station sismologique centrale de l'empire allemand) est aujourd'hui fermée, Strasbourg étant trop « bruyante » pour qu'un sismomètre soit efficace. On y trouve une collection de sismomètres qui témoigne de l'excellence strasbourgeoise dans le domaine de la sismologieu 32.

Le musée zoologiquemodifier | modifier le code

Le musée zoologique présente les collections du cabinet de zoologie, botanique et minéralogie du médecin et naturaliste Jean Hermann (1738-1800) qui vouait une passion pour les sciences naturelles. Ce dernier est nommé professeur de médecine en 1769, il occupera par la suite plusieurs positions au sein de l’université dont la chaire de botanique et matière médicale à l’ouverture de l’École de Santé, en 1794. À sa mort la Ville de Strasbourg rachète la collection. La garde et l’entretien des collections sont confiés à Louis Hammer qui devint en 1811 le premier titulaire de la chaire d’histoire naturelle au sein de la faculté des sciences de l’Université impériale. Louis Georges Duvernoy, élève et collaborateur de Georges Cuvier fut nommé en 1927 à la chaire d’histoire naturelle de l'université. Il va permettre l'accroissement des collections, notamment celles concernant la zoologie. À partir de 1837, sous la direction de Dominique Auguste Lereboullet, puis sous celle de Wilhelm Philipp Schimper en 1867, la collection connaitra un rapide essor, aidés par le dynamisme de l'« Association Strasbourgeoise des Amis de l’Histoire Naturelle » fondée en 1851. À la suite de l'annexion allemande, les collections rejoignent leur bâtiment actuel, sur le Boulevard de la Victoire, à Strasbourg. Ainsi le Musée Zoologique voit institutionnellement le jour en 1882, dirigé par Ludwig Heinrich Philipp Döderlein, dans les nouveaux bâtiments de l’université allemande. Le musée fait aujourd’hui partie des musées de la Ville de Strasbourg, ses collections étant conservées et gérées par l’université u 33.

Le planétariummodifier | modifier le code
Article détaillé : Planétarium de Strasbourg.

Le planétarium de Strasbourg est créé en 1981, par l'observatoire astronomique de Strasbourg et fait partie d'un site astronomique professionnel. Le but de planétarium est de faire découvrir l'observatoire au grand public et plus spécialement la grande coupole où se situe la troisième lunette astronomique de France ainsi que la Crypte aux étoiles, un lieu de découverte consacré à l'astronomie, où sont exposés de nombreux instruments scientifiquesu 34.

Les collections scientifiquesmodifier | modifier le code

Établissements rattachés et contrat de sitemodifier | modifier le code

Un contrat de site regroupant les établissements d'enseignement supérieur alsaciens est en cours d'élaboration pour la période allant de 2013 à 2017. Il a pour but de réunir autour de l'université strasbourgeoise plusieurs établissement de la région que sont la bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, l'INSA de Strasbourg et l'Université de Haute-Alsace18

Établissements rattachésmodifier | modifier le code

Deux établissements sont rattachés à l'université, l'école nationale du génie de l'eau et de l'environnement de Strasbourg qui était rattachée depuis 2007 à l'université Louis-Pasteuri 9 et l'école nationale supérieure d'architecture de Strasbourg qui appartient au réseau des vingt écoles nationales supérieures d’architecture du ministère de la Culture et de la Communication. Cette dernière cohabilite plusieurs diplômes avec l'université ainsi que l'INSA de Strasbourg et fait parties avec d'autres écoles de l'université, du réseau Alsace Techu 35.

Fonctionnementmodifier | modifier le code

Gouvernancemodifier | modifier le code

Voir aussi l'article sur la gouvernance des universités françaises
Alain Beretz, président

L'université de Strasbourg est un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPSCP)n 6, dirigé par un président élu à la majorité absolue des membres élus du conseil d'administration, à bulletins secrets. Son mandat correspond à celui du conseil d’administration et des autres conseils soit quatre ans, il est renouvelable une seule fois. L'actuel président de l'université de Strasbourg est Alain Beretz, professeur de pharmacologie élu le et réélu le pour un second mandat. Il est à la tête de la direction de l'université et est assisté dans l'exercice de ses fonctions des vice-présidents, du bureau (composé du président, des vice-présidents, du secrétaire général, du directeur de cabinet et de l’agent comptable) et du bureau élargi composé du bureau est des responsables de collégiumsu 36,u 37.

Les trois conseils centraux de l'université sont :

  • Le conseil d'administration (CA) qui est l'organe délibératif de l'université, il est élu pour une durée de 4 ans comme tous les organes de l'université, ses compétences sont de définir la politique de l'université et de voter le budget. Chaque collège (enseignant-chercheur, BIATOSS et étudiants) élit ses représentants au sein du CA qui est composé de 31 membres, comme suit : 14 représentants des enseignants-chercheurs et personnels assimilés, 8 personnalités extérieure (elles sont choisies par le président de l'université sur avis du CA et ont uniquement un pouvoir consultatif), 5 représentants des étudiants, 3 représentants des BIATOSS (personnel de l'université) et le président de l’universitéu 38.
  • Le conseil scientifique (CS), qui comprend 40 membres, comme suit : 20 professeurs ou HDR 8 docteurs 4 représentants du personnel BIATOSS 4 représentants des doctorants (formation initiale et continue) et 4 personnalités extérieures. Il est consulté par le CA sur l'orientation de la politique de recherche et le budget recherche.
  • Le conseil des études et de la vie universitaire (CEVU), lui aussi composé 40 membres comme suit : 16 enseignants chercheurs et enseignants, 16 étudiants, 4 représentants du personnel BIATOSS et 4 personnalités extérieures. De la même manière que le CS, il est consulté par le CA sur les domaines suivant : orientations des enseignements, organisation des formations et sur les activités culturelles, sportives, sociales ou associatives offertes aux étudiants.

Les autres organes légaux sont le comité technique paritaire (CTP), la commission paritaire d'établissement (CPE) ainsi que les comités de sélection, la commission consultative paritaire à l’égard du personnel contractuel (CPCC) et le comité d'hygiène et de sécurité (CHS)u 37.

D'autres organes interviennent en appui, ils sont dits statutaires car inscrits dans les statuts de l'université. Ainsi l'université a choisi de créer un nouvel échelon dans son organisation, en mettant en place 9 collégiums fédérant chacun des composantes suivant les domaines de formation. L'université les définis comme un organe de coordination entre la Présidence et les composantes. Il (le collégium) donne ses avis sur les dossiers relatifs à l’offre de formation, aux programmes de recherche et aux moyens associés. Il anime et renforce le lien entre la formation et la recherche, et suscite l’émergence de formations et de thématiques innovantes fondées sur la complémentarité des disciplines. À ce titre, il veille au développement de programmes disciplinaires ou pluridisciplinaires avec d’autres collégiumsu 15.

Deux autres organes statutaires ont aussi étaient mis en place, le collège des écoles doctorales qui a pour mission principale d'animer et de coordonner les activités des écoles doctorales de l’université et d’en mutualiser les actions, ainsi que le congrès qui réunit les trois conseils (CA, CS et CEVU) et peut être consulté chaque fois que le Président l’estime utile à son initiative ou à la demande de la moitié au moins de ses membres, il se réunit au moins une fois par à l’occasion de la présentation du rapport d’activité de la présidence, du débat d’orientations budgétaires et lors de la préparation du projet d’établissementu 37.

Budgetmodifier | modifier le code

Voir aussi l'article sur le budget des universités françaises

Enseignement et recherchemodifier | modifier le code

Formationmodifier | modifier le code

L’université de Strasbourg couvre l’ensemble des principaux champs disciplinaires de l’enseignement supérieur et offre des formations de niveau Bac +2 jusqu'au niveau du doctoratu 2 :

De plus elle a accueilli 8 511 stagiaires en formation continue en 2009.

L'université de Strasbourg propose aussi des formations par apprentissage en partenariat avec le Centre de formation d'apprentis universitaire d'Alsace.

Recherchemodifier | modifier le code

Les unités de recherchemodifier | modifier le code

L'université regroupe 1 391 enseignants-chercheurs, 1 661 personnes des établissement public à caractère scientifique et technologique dont 635 chercheurs du CNRS, de l'INSERM et de l'INRA et 1 027 ingénieurs, techniciens, administratifs (ITA) dans ses unités de recherche, en 2012u 2. Ceux-ci travaillent dans 76 unités de recherche couvrant l’ensemble des secteurs disciplinaires de l’enseignement supérieur dont 55 % sont associés à un établissement public à caractère scientifique et technologique (EPST) principalement le CNRS, l'INSERM, et l'INRAu 2, ces unités de recherches sont réparties suivant quatre secteurs de recherche :

  • secteur Droit, économie et gestion,
  • secteur Lettres, sciences humaines et sociales,
  • secteur Sciences et technologies,
  • secteur Santéu 39.

La fusion des universités a ainsi permis de créer une université multidisciplinaire couvrant tous les champs disciplinaires, qui était auparavant répartis suivant les domaine de prédilection des anciennes universités strasbourgeoises. Plusieurs de ces unités de recherche sont des pôles d'excellence dans leur domaine comme le droit européen, la biologie, les biotechnologies, les médicaments, la chimie, la physique des matériaux, les sciences de l'espace ou encore les sciences humaines et sociales au travers, notamment, des activités de la Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (Misha).

La formation doctoralemodifier | modifier le code

L'université, qui a délivré 452 diplômes de doctorat en 2012, abrite 2 583 doctorants (dont 46 % d'étrangers) et comprend 10 écoles doctoralesu 2. Ces dernières sont réunies au sein d’un Collège des écoles doctorales, un organe statutaire de l'université qui a pour mission principale d'animer et de coordonner les activités des écoles doctorales de l’université et d’en mutualiser les actionsu 37. En outre l'université de Strasbourg possède, depuis 1998 un Collège doctoral européen (CDE) abrité dans un bâtiment mêlant centre d'accueil, studios et salles de travail inauguré en 2008p 13. Ce dernier accompagne les promotions de doctorants préparant une thèse en cotutelle ou en codirection entre l'université de Strasbourg et une institution (université ou centre de recherche) d'un pays autre que la Franceu 40.

Relations internationalesmodifier | modifier le code

Partenariats internationauxmodifier | modifier le code

Voir aussi les articles sur les différents réseaux universitaires, Université du Rhin supérieur, LERU et réseau d'Utrecht
Logo du réseau EUCOR

L'université de Strasbourg est membre de plusieurs réseaux européen axés sur la recherche, l'échange d'étudiants ou encore la mise en place de diplômes communs. On peut ainsi citer trois réseaux principaux qui sont :

Mobilité étudiantemodifier | modifier le code

L'université propose de nombreux programmes pour ses étudiants et doctorants voulant étudier à l'étranger et accueille par ailleurs de nombreux étudiants étrangers. En moyenne 20 % des étudiants d'une année universitaire sont étrangers, faisant d’elle une université très ouverte à l’internationale. C'est pourquoi, elle a fait de la mobilité l'une de ses priorités, l’inscrivant dans son projet d’établissement 2009/2012 et possède pour cela une Direction des Relations Internationales placée sous la responsabilité politique d’une vice-présidence Relations internationalesu 41.

Programmes pour les étudiants de l'universitémodifier | modifier le code

Comme toutes les universités européenne les étudiants strasbourgeois ont la possibilité d’effectuer une partie de leurs études dans une université européenne (faisant partie des 30 pays de l'Espace économique européen auxquels participent le Suisse et la Turquie) grâce au programme ERASMUS, qui permet d’obtenir des aides, financières et administratives. En plus de ce programme l'université est membre de nombreux réseau universitaires et a conclu des accords avec de nombreuses universités, sur les cinq continents. Elle comptabilise actuellement 1 313 accords d'échange avec 563 établissements partenaires dans 61 paysu 42. Des échanges d'étudiants, de doctorants et d'enseignants-chercheurs sont aussi prévues dans le cadre de l'Université du Rhin supérieur, du d'Utrecht et de la ligue européenne des universités de recherche dont l'université est membre. Hors Europe, elle est membre de plusieurs programmes, les principaux sont : en Australie le programme AEN Network, regroupant 7 universités ; aux États-Unis, le programme MAUI Network, regroupant 14 universités ; au Canada le programme CREPUQ, regroupant 10 universités ; au Japon où elle est membre de programmes avec 7 universités, dont l'université de Tokyo, de Tohoku, d'Ōsaka, de Nagoya, de Kyūshū, de Kyōto et d'Hokkaidou 43.

Accueil des étudiants étrangersmodifier | modifier le code

L'université accueille de nombreux étudiants étrangers dans le cadre, d'ERASMUS, de conventions d'échanges mais aussi hors convention d'échanges. Elle propose aux étudiants étrangers des formations de Français langue étrangère (FLE) pour améliorer leur niveau en langue française, avec notamment un stage intensif de pré-rentréeu 44 et dispose de formations entièrement dispensés en langue anglaiseu 45.

Scientométriemodifier | modifier le code

L'université de Strasbourg a été classée entre la 101e et 150e place mondiale au classement effectué par la Jiao Tong University (Shanghai) en 2009 et 201019 Selon ce classement, elle est classée, en 2010 à la 4-5e place des universités française à égalité avec l'université Paris Diderot-Paris 7, étant ainsi la première université française de province. Elle est particulièrement bien classée dans le domaine de la chimie où elle est située à la 14e mondiale (1re université française dans ce domaine)19, mais aussi dans celui des mathématiques à la 77-100e place19. En 2013, le classement de Shanghai la situe à la 97e place des meilleures universités mondiales.

Implantationsmodifier | modifier le code

L'université est majoritairement implantée à Strasbourg, son campus principal est situé au cœur de la ville, dans le quartier de l'Esplanade. Trois campus accueillant de nombreuses composantes et centres de recherches se situent dans la ville : le campus Médecine et le campus de Cronenbourg et dans la communauté urbaine de Strasbourg (CUS) : le campus d'Illkirch. En outre, on retrouve de façon plus éparse, trois composantes de l'université (le site principal l'ESPE, le Service Formation Continue et le pôle ingénierie de l'UFR de Physique et Ingénierie) et une résidence étudiante dans le quartier strasbourgeois de la Meinau ainsi que plusieurs résidences étudiantes dans les quartiers de Neudorf, de la Robertsau et dans la ville de Schiltigheim (CUS)u 46. On retrouve également des composantes hors de l'agglomération strasbourgeoise, au nord de celle-ci, dans la ville d'Haguenau se situe l'institut universitaire de technologie de Haguenau. En outre l'IUFM d'Alsace possède en plus de son site principal à Strasbourg plusieurs antennes en Alsace, à Sélestat dans le Bas-Rhin, à Guebwiller et Colmar dans le Haut-Rhinu 47.

Campus Centralmodifier | modifier le code

Voir aussi l'article sur le Campus Central de Strasbourg

Le campus Central est le principal campus de l'université, situé au cœur de la ville de Strasbourg, dans le quartier de l'Esplanade. Le campus s'est développé à partir des bâtiments de l'université allemande, construits à la suite de l'annexion de l'Alsace-Lorraine dont le Palais Universitaire, de style néo-renaissance constitue un symbole fort de la présence allemande dans la ville. Les Allemands construiront plusieurs autres bâtiments comme l'observatoire astronomique, le musée zoologique ou encore le jardin botanique. La création du campus Central dans les années 1960 se fera dans le prolongement du campus existant en s'integrant dans les plans du nouveau quartier de l'Esplanade aménagé selon les plans de l'architecte-urbaniste Charles-Gustave Stoskopf. De nombreux bâtiments vont voir le jour, la tour de chimie, le bâtiment de la faculté de droit de Strasbourg, l'Institut Le Bel, etc. Dans le cadre de l'opération campus pour lequel l'université de Strasbourg a été sélectionnée le 29 mai 2008, c'est le campus historique de l'Esplanade qui est concerné par l'opérationi 6.

Il est desservi par les lignes de bus de la CTS 2, 15 et 30 et par les lignes C, E et F du Tramway de Strasbourg aux arrêts : Université, Observatoire, Esplanade, Rome, Palerme et Cité Administrative.

Campus de Cronenbourgmodifier | modifier le code

Voir aussi l'article sur le Campus de Cronenbourg

Situé dans le quartier de Cronenbourg et sur la commune de Schiltigheim (ouest de Strasbourg), le campus de Cronenbourg accueille l'institut universitaire de technologie Louis Pasteur, l'école européenne de chimie, polymères et matériaux, l'Institut Charles-Sadron (ICS), l'institut de physique et chimie des matériaux de Strasbourg (IPCMS), la délégation Alsace du CNRS ainsi que des laboratoires et divers autres instituts. On y trouve aussi un restaurant universitaire et un centre d'accueil pour chercheursu 48.

Il est desservi par les lignes de bus 19, 50 et 70 de la CTS.

Campus d'Illkirchmodifier | modifier le code

Voir aussi l'article sur le Campus d'Illkirch

Situé dans la ville d'Illkirch-Graffenstaden (sud de Strasbourg), le campus d'Illkirch accueille la faculté de pharmacie, l'Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire (IGBMC), l'institut universitaire de technologie Robert-Schuman, l’école nationale supérieure de physique de Strasbourg (ENSPS), un restaurant universitaire, une résidence universitaire et la bibliothèque de pharmacieu 48. On y trouve aussi l'International Space University (ISU) et le conservatoire national des arts et métiers de la région Alsace ne dépendant pas de l'université de Strasbourg.

Il est desservi par les lignes de bus 2 et 63 de la CTS et par la ligne A du tramway de Strasbourg, à l'arrêt : Campus d'Illkirch.

Campus médecinemodifier | modifier le code

Voir aussi l'article sur le Campus Médecine

Sur le site historique de l'Hôpital Civil, proche du centre ville de Strasbourg, le campus Médecine accueille la faculté de médecine, la faculté de chirurgie dentaire et divers instituts spécialisés dans le secteur de la médecine. Ceux-ci sont gérés conjointement par l'université de Strasbourg et par les Hôpitaux universitaires de Strasbourg.

La CTS le desert par les lignes de bus 15 et 10, par la Navette Hôpital Civil et par les lignes A,D, B et F du tramway de Strasbourg.

Vie étudiantemodifier | modifier le code

Le service de la vie universitaire (SVU)modifier | modifier le code

L'université possède un service de la vie universitaire (SVU)u 49 qui est né de la fusion de plusieurs services d'accueil étudiants et de promotions et de développement de la vie étudiante issus des anciennes universités. Le service agit suivant trois grandes missions, une mission accueil, une mission vie étudiante et une mission handicap et participe à l'animation des campus strasbourgeois en partenariat avec d'autres services universitaires, des associations et plus globalement toute la communauté universitaire.

  • Ses actions dans le cadre de sa mission d'accueilu 49 sont l'édition d'un guide étudiant : le Guide Ulysse, l'édition de l'agenda de l'université remis à tous les étudiants, la création d'un espace d'accueil pour la rentrée étudiante : l'Agora de l'étudiant, la tenue d'un point accueil étudiants au sein de l'institut Le Bel (sur le campus central) ou encore la tenue du bureau qui délivre Mon Pass Campus Alsace (la carte d'étudiant de l'université).
  • Ses actions dans le cadre de sa mission vie étudianteu 49sont la mise en place d'actions sur la sensibilisation de l'étudiant à son statut de citoyen, la gestion d'un diplôme universitaire Engagement Étudiant (DU2E), la gestion d'une Commission d'Aide aux Projets Étudiants (CAPE), la mise en place d'aides aux étudiants en difficulté ou encore le soutien aux projets culturels.
  • Ses actions dans le cadre de sa mission handicapu 49 prennent plusieurs formes, le service apporte une aide humaine spécifique (aide à la prise de notes, soutien pédagogique etc.), une aide technique et technologique (aménagement des postes informatiques, carte multiservices etc.) et une aide relationnelle (mise en place de relais-handicap dans chaque composante, assistance d'un secrétaire lors des épreuves écrites etc.)

Vie associativemodifier | modifier le code

L'université compte près de 141 associations étudiantesu 50 parmi lesquelles on trouve des associations de filière, des syndicats étudiants ou encore des associations de projet.

Évolution démographiquemodifier | modifier le code

Voir aussi les chiffres pour les université de Strasbourg I, de Strasbourg II, et de Strasbourg III
Évolution démographique de la population universitaire
1872 1877 1913 1919 1920 1921 1922 1923
213o 35 707o 35 2 037o 35 1 510o 35 2 415o 36 2 488o 37 2 819o 38 2 813o 39
1924 1925 1928 1929 1930 1931 1932 1933
2 729o 40 2 748o 41 2 876o 42 3 019o 42 2 979o 43 3 627o 44 3 465o 45 3 249o 46
1934 1935 1956 1966 2008 2009 2010 2011
3 097o 47 2 706o 47 5 440u 4 16 221u 4 41 150i 10 42 243i 11 42 441i 12 43 07620


Personnalités liéesmodifier | modifier le code

Les personnalités sont classées par année de naissance.

Étudiants puis enseignantsmodifier | modifier le code

Étudiantsmodifier | modifier le code

Enseignantsmodifier | modifier le code

  • Thomas Lauth (1758-1826), médecin, botaniste et professeur d'anatomie (fondateur du Musée d'anatomie de la Faculté de médecine de Strasbourg).
  • Jean Lobstein (1777-1835), chirurgien et pathologiste français, est associé au syndrome de Lobstein ou maladie des os de verre.
  • Eugène Koeberlé (1828-1915), chirugien français, pionnier de la chirurgie abdominale et promoteur de l’asepsie37.
  • Paul Lobstein (1850-1922), professeur de théologie protestante, doyen de la faculté de théologie.

Prix Nobelmodifier | modifier le code

Docteurs honoris causamodifier | modifier le code

De nombreuses personnalités, universitaires, politiques ou tout simplement d'anciens étudiants de l'université ont reçu le titre de docteur honoris causa de la part de l'université de Strasbourg (sous ses différents formes). Sont indiquées ci-dessous les fonctions occupées par celles-ci au moment de la réception du titre de docteur.

Notes et référencesmodifier | modifier le code

Notesmodifier | modifier le code

  1. UDS est également usité mais est « réservé » par l'Université de Savoie
  2. a, b, c, d et e La ville libre de Strasbourg était gouverné par le Magistrat, un ensemble formé de trois conseils, d'un Ammeister et de quatre Stettmeisters nobles, élus pour un an.
  3. Sous Napoléon l'Université assure tous les ordres d'enseignement ; la loi du 10 mai 1806, établit qu'il sera formé, sous le nom d'Université impériale, un corps chargé exclusivement de l'enseignement et de l'éducation publics dans tout l'Empire.
  4. a et b L'université de Strasbourg est la seule université publique à disposer de deux facultés de théologie, le régime concordataire s'appliquant toujours en Alsace-Moselle. Elle est ainsi, avec l'université de Metz, l'une des deux universités publiques à dispenser des formations de théologies.
  5. le décret précise qu'ils soient inscrits à la bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg
  6. l'université applique la loi relative aux libertés et responsabilités des universités depuis sa création en 2009.

Ouvragesmodifier | modifier le code

  1. a, b et c Schmidt 1842, p. 151-152
  2. a et b Lefort 1894, p. 2-3
  3. Lindenlaub 1879, p. 1-2
  4. a et b Lefort 1894, p. 3-4-5
  5. Lindenlaub 1879, p. 3-4
  6. a et b Lefort 1894, p. 6
  7. Lindenlaub 1879, p. 5-6
  8. Lefort 1894, p. 6-7
  9. a, b et c Lindenlaub 1879, p. 23
  10. a et b Reuss 1871, p. 151-152
  11. a et b Lefort 1894, p. 8
  12. a et b Lindenlaub 1879, p. 9-10
  13. Le Minor 2002
  14. a et b Lindenlaub 1879, p. 16-17
  15. a et b Lindenlaub 1879, p. 19 à 21
  16. Lindenlaub 1879, p. 22
  17. a et b Claude Viel, « Le cabinet d'histoire naturelle de Jean Hermann à Strasbourg », Revue d'histoire de la pharmacie, Paris, Société d'histoire de la pharmacie, vol. 77, no 280,‎ 1989, p. 30-33 (ISSN 1775-3864, lire en ligne)
  18. Lefort 1894, p. 16-19
  19. a, b et c Lindenlaub 1879, p. 28-29
  20. Université de Strasbourg 1792
  21. Jean-François Ehrmann, Opinion de Jean-François Ehrmann, député par le département du Pas-de-Calais, sur le rapport et projet de résolution pour les écoles spéciales de médecine, présentés au nom d'une commission spéciale par L. Vitet, le 17 ventòse an 6 : Séance du 16 germinal an 6. Corps législatif. Conseil des Cinq-Cents, Paris, Imprimerie nationale,‎ 1797, 16 p. (lire en ligne)
  22. Décret portant l'établissement des écoles de santé 16 frimaire an III
  23. Antoine Léon et Pierre Roche, Histoire de l'enseignement en France, Paris, Presses universitaires de France,‎ 2012, 10e éd., 128 p. (ISBN 9782130591795), p. 64
  24. a et b Schmidt 1842, p. 160-161 et 165
  25. Guy Dirheimer et Pierre Bachoffner, « La création de l'École de pharmacie de Strasbourg en 1803 », Revue d'histoire de la pharmacie, Paris, Société d'histoire de la pharmacie, vol. 91, no 339,‎ 2003, p. 439-452 (ISSN 1775-3864, lire en ligne)
  26. Académie de Strasbourg 1866, p. 22-23
  27. Le Minor et Sick 2003, p. 34-35
  28. a et b Lindenlaub 1879, p. 29 à 31
  29. Elisabeth Lobstein et Eduard Lobstein, Paul Lobstein : un Alsacien idéal, Libr. Istra,‎ 1926, 285 p.
  30. Le Minor et Sick 2003, p. 35-36
  31. Liard 1888-1894, p. 532
  32. Arthur Raffalovich et al., La Nouvelle revue, t. XII, Paris, La Nouvelle revue (1879-1940),‎ novembre-décembre 1909, 575 p. (ISSN 01847465, notice BnF no FRBNFbpt6k36086k, lire en ligne), « François Roggenbach et les rescrits de l'Empereur Frédéric III », p. 202-210
  33. Christophe 1988, p. 1176
  34. (en) Wenzel, Sarah G., National and University Library of Strasbourg. In : Stam, David H. (dir.). International Dictionary of Library histories. Vol 1. Londres : Fitzroy Dearborn Publishers, 2001, p. 460.
  35. a, b, c et d Travaux de l'Université de Strasbourg pendant l'année scolaire 1919-1920 1921, p. 7
  36. Travaux de l'Université de Strasbourg pendant l'année scolaire 1920-1921 : Rapports présentés par le conseil de l'université et MM. les doyens des facultés, Strasbourg, Imprimerie alsacienne,‎ 1922, 151 p., p. 11, consulté sur gallica.bnf.fr le 24 septembre 2010
  37. Travaux de l'Université de Strasbourg pendant l'année scolaire 1921-1922 : Rapports présentés par le conseil de l'université et MM. les doyens des facultés, Strasbourg, Imprimerie alsacienne,‎ 1923, 215 p., p. 8, consulté sur gallica.bnf.fr le 24 septembre 2010
  38. Travaux de l'Université de Strasbourg pendant l'année scolaire 1922-1923 : Rapports présentés par le conseil de l'université et MM. les doyens des facultés, Strasbourg, Imprimerie alsacienne,‎ 1924, 180 p., p. 11, consulté sur gallica.bnf.fr le 24 septembre 2010
  39. Travaux de l'Université de Strasbourg pendant l'année scolaire 1923-1924 : Rapports présentés par le conseil de l'université et MM. les doyens des facultés, Strasbourg, Imprimerie alsacienne,‎ 1925, 197 p., p. 4, consulté sur gallica.bnf.fr le 24 septembre 2010
  40. Travaux de l'Université de Strasbourg pendant l'année scolaire 1924-1925 : Rapports présentés par le conseil de l'université et MM. les doyens des facultés, Strasbourg, Imprimerie alsacienne,‎ 1926, 191 p., p. 4, consulté sur gallica.bnf.fr le 24 septembre 2010
  41. Travaux de l'Université de Strasbourg pendant l'année scolaire 1925-1926 : Rapports présentés par le conseil de l'université et MM. les doyens des facultés, Strasbourg, Imprimerie alsacienne,‎ 1927, 87 p., p. 4, consulté sur gallica.bnf.fr le 24 septembre 2010
  42. a et b Travaux de l'Université de Strasbourg pendant l'année scolaire 1929-1930 : Rapports présentés par le conseil de l'université et MM. les doyens des facultés, Strasbourg, Imprimerie des dernières nouvelles de Strasbourg,‎ 1931, 117 p., p. 10, consulté sur gallica.bnf.fr le 24 septembre 2010
  43. Travaux de l'Université de Strasbourg pendant l'année scolaire 1930-1931 : Rapports présentés par le conseil de l'université et MM. les doyens des facultés, Strasbourg, Imprimerie des dernières nouvelles de Strasbourg,‎ 1932, 116 p., p. 5, consulté sur gallica.bnf.fr le 24 septembre 2010
  44. Travaux de l'Université de Strasbourg pendant l'année scolaire 1931-1932 : Rapports présentés par le conseil de l'université et MM. les doyens des facultés, Strasbourg, Imprimerie des dernières nouvelles de Strasbourg,‎ 1933, 119 p., p. 8, consulté sur gallica.bnf.fr le 24 septembre 2010
  45. Travaux de l'Université de Strasbourg pendant l'année scolaire 1932-1933 : Rapports présentés par le conseil de l'université et MM. les doyens des facultés, Strasbourg, Imprimerie des dernières nouvelles de Strasbourg,‎ 1934, 124 p., p. 12, consulté sur gallica.bnf.fr le 24 septembre 2010
  46. Travaux de l'Université de Strasbourg pendant l'année scolaire 1933-1934 : Rapports présentés par le conseil de l'université et MM. les doyens des facultés, Strasbourg, Imprimerie des dernières nouvelles de Strasbourg,‎ 1935, 127 p., p. 9, consulté sur gallica.bnf.fr le 24 septembre 2010
  47. a et b Annales de l'université de Strasbourg : 1936, Strasbourg, Imprimerie des dernières nouvelles de Strasbourg,‎ 1937, 173 p., p. 18, consulté sur gallica.bnf.fr le 24 septembre 2010
  48. a et b Pariset 1917
  49. Travaux de l'Université de Strasbourg pendant l'année scolaire 1922-1923 : Rapports présentés par le conseil de l'université et par MM. les doyens des facultés, Strasbourg, Imprimerie des dernières nouvelles de Strasbourg,‎ 1924, 178 p., p. 11, consulté sur gallica.bnf.fr le 3 octobre 2010
  50. Travaux de l'Université de Strasbourg pendant l'année scolaire 1933-1934 : Rapports présentés par le conseil de l'université et MM. les doyens des facultés, Strasbourg, Imprimerie des dernières nouvelles de Strasbourg,‎ 1935, 127 p., p. 5, consulté sur gallica.bnf.fr le 3 octobre 2010
  51. Annales de l'université de Strasbourg 1936 , Strasbourg, Imprimerie des dernières nouvelles de Strasbourg,‎ 1937, 173 p., p. 5, consulté sur gallica.bnf.fr le 3 octobre 2010
  52. Promotion de M. le doyen Bernard Gagnebin au grade de docteur honoris causa de l'université de Strasbourg le 22 novembre 1970, in: Brochure-programme du Centre de philologie et littératures romanes, Université de Strasbourg, Strasbourg, 1971, fasc. 16, p. 111-119.

Sites de l'université et des institutionnelsmodifier | modifier le code

Site officiel de l'UDS et sites affiliés :

  1. Journal L'Actu de l'université de Strasbourg, édition du 11 janvier 2013, consulté sur le site www.lactu.unistra.fr, le 11/01/2013
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j L’université en chiffres (2012), site de l’Université de Strasbourg, consulté sur le site www.unistra.fr le 13 janvier 2013
  3. Plaquette de présentation du projet initiative d'excellence de l'UDS consulté sur le site http://www.unistra.fr le 2 mai 2011
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Histoire de l'Université de Strasbourg, sur le site www.unistra.fr. Consulté le 05 février 2013.
  5. L'Ancien Jardin botanique, sur le site du Jardin botanique de l'université de Strasbourg jardin-botanique.unistra.fr. Consulté le 12 février 2013
  6. Site du Musée de sismologie de l'UDS : la station séismologique de Strasbourg a 100 ans ! consulté sur le site http://science-ouverte.u-strasbg.fr, le 10 mai 2011.
  7. La faculté de théologie catholique, une histoire de plus de 100 ans consulté sur le site www.theocatho-strasbourg.fr le 12 septembre 2010
  8. Présentation de l'institut consulté sur le site www.unistra.fr le 12 septembre 2010
  9. a et b Les 50 ans du campus de Cronenbourg : présentation consulté sur le site www.alsace.cnrs.fr le 29 septembre 2010
  10. IUT Robert Schuman : 40 ans d'IUT consulté sur le site iutrs.unistra.fr le 29 septembre 2010
  11. a et b Bulletin officiel du 28 octobre 2008 portant sur la création de la fondation partenariale université de Strasbourg paru le 4 décembre 2008, consulté sur le site fondation.unistra.fr, le 15 septembre 2010
  12. Candidature de l'Université de Strasbourg : Fiches projet, mis en ligne en 2008, consulté sur le site demain.unistra.fr, le 18/08/2010
  13. Communiqué, la campagne de levée de fonds de l'université de Strasbourg : une première consulté sur le site fondation.unistra.fr, le 1er octobre 2010
  14. « Site institutionnel du rattachement de l'université de Haute-Alsace à l'UDS », sur www.unistra.fr (consulté le 13 janvier 2013)
  15. a et b Les collègiums, consulté sur le site www.unistra.fr, le 15 septembre 2010
  16. Arts, Lettres, et Langues, Université de Strasbourg, consulté sur www.unistra.fr le 1er juillet 2010
  17. Droit, économie, gestion et sciences politiques et sociales, Université de Strasbourg, consulté sur www.unistra.fr le 1er juillet 2010
  18. Domaine Sciences humaines et sociales, Université de Strasbourg, consulté sur www.unistra.fr le 1er juillet 2010
  19. Domaine Sciences, technologies, Université de Strasbourg, consulté sur www.unistra.fr le 1er juillet 2010
  20. Domaine santé, Université de Strasbourg, consulté sur www.unistra.fr le 1er juillet 2010
  21. a et b Les bibliothèques de l'UDS consulté sur le site www.unistra.fr, le 16 septembre 2010
  22. Les missions du SCD consulté sur le site www-sicd.u-strasbg.fr, le 16 septembre 2010
  23. Présentation des ressources documentaires consulté sur le site www-sicd.u-strasbg.fr, le 16 janvier 2012.
  24. Bibliothèque du PEGE, horaires d'ouvertures courants consulté sur le site www-sicd.u-strasbg.fr, le 16 septembre 2010
  25. Le réseau du SCD consulté sur le site www.unistra.fr, le 16 septembre 2010
  26. Site des Presses universitaires consulté sur le site www.pu-strasbourg.com, le 22 septembre 2010
  27. Les projets prioritaire de la fondation université de Strasbourg consulté sur le site fondation.unistra.fr, le 15 septembre 2010
  28. Site officiel du Jardin des sciences de l'UDS consulté sur le site http://science-ouverte.u-strasbg.fr, 6 mai 2011
  29. Histoire du jardin botanique de l'UDS consulté sur le site http://jardin-botanique.u-strasbg.fr, 5 octobre 2010
  30. Présentation du jardin botanique de l'UDS consulté sur le site http://jardin-botanique.u-strasbg.fr, 5 octobre 2010
  31. Présentation du jardin botanique sur le site de l'UDS consulté sur le site http://www.unistra.fr, 5 octobre 2010
  32. Site du Musée de sismologie de l'UDS : Où se trouve les sismomètres aujourd'hui ? consulté sur le site http://science-ouverte.u-strasbg.fr, le 10 mai 2011
  33. Les Collections de Zoologie de la Ville de Strasbourg, édition du 11 janvier 2013, consulté sur le site www.lactu.unistra.fr, le 11/01/2013
  34. Site officiel du planétarium de l'UDS consulté sur le site http://planetarium.u-strasbg.fr, 6 mai 2011
  35. École nationale supérieure d'architecture de Strasbourg, « Présentation de l´Ecole - Missions, services, et Instances » (consulté le 10 avril 2013)
  36. Présentation de la présidence de l'UDS et de son équipe consulté sur le site www.unistra.fr, le 15 septembre 2010
  37. a, b, c et d Les statuts de l'université de Strasbourg consulté sur le site www.unistra.fr, le 15 septembre 2010
  38. Le CA de l'UDS consulté sur le site www.unistra.fr, le 15 septembre 2010
  39. La recherche à l'UDS consulté sur le site sitemap.dna.fr, le 22 septembre 2010
  40. Présentation du collège doctoral européen consulté sur le site cde.unistra.fr, le 22 septembre 2010
  41. UDS : International consulté sur le site www.unistra.fr, le 5 octobre 2010
  42. Site de l'UDS présentant les accords d'échanges avec l'étranger consulté sur le site moveonline.u-strasbg.fr, le 5 octobre 2010
  43. Pour partir aux États-Unis (MAUI), en Australie (AEN), au Canada (CREPUQ) ou au Japon consulté sur le site www.unistra.fr, le 5 octobre 2010
  44. Venir étudier à Strasbourg consulté sur le site www.unistra.fr, le 5 octobre 2010
  45. Formations dispensées en anglais consulté sur le site www.unistra.fr, le 5 octobre 2010
  46. Plan des campus : sites de la Meinau, de Neudorf, de la Robertsau et de Schiltigheim consulté sur le site www.unistra.fr, le 22 septembre 2010
  47. Site de l'IUFM d'Alsace, sites et lieux de formation consulté sur le site www.alsace.iufm.fr, le 15 septembre 2010
  48. a et b Plan des campus, consulté sur le site www.unistra.fr, le 21/08/2010
  49. a, b, c et d Le service de la vie universitaire, consulté sur le site svu.unistra.fr, le 24/08/2010
  50. « Associations étudiantes », sur svu.unistra.fr (consulté le )
  51. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Université de Strasbourg, « Les noms illustres associés à l'université », sur www.unistra.fr (consulté le 13 janvier 2013)

Sites Institutionnels (ministères et sites affiliés) :

  1. [ARCHIVES] Communiqués : trois premières initiatives d'excellence sélectionnées dans le cadre de l'appel à projets Idex site du Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche.
  2. L'Association Expositions de Résistance Intérieure (AERI), « La Médaille de la Résistance, les attributions aux collectivités civiles : l'université de Strasbourg », sur www.museedelaresistanceenligne.org, L'AERI (consulté le 12 juillet 2013)
  3. AERES : rapport d'évaluation de l'université de Haute Alsace consulté sur le site www.aeres-evaluation.fr le 28 septembre 2010
  4. Décret no 2008-787 du 18 août 2008 portant création de l'université de Strasbourg Lire sur Légifrance
  5. Loi no 2007-1199 du 10 août 2007 relative aux libertés et responsabilités des universités Lire sur Légifrance
  6. a et b Opération campus : sélection des six premiers projets, consulté sur le site media.education.gouv.fr, le 18/08/2010
  7. a et b Décret no 92-45 du 15 janvier 1992 portant organisation de la bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, modifié par le Décret no 2010-1069 du 8 septembre 2010 Lire sur Légifrance
  8. « Classé Monuments historiques depuis 1992 », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 5 octobre 2010
  9. Décret 2007-1463 du 12 octobre 2007
  10. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  11. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2010, Imprimerie moderne de l’Est, p. 173, (ISBN 978-2-11-097819-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 17 septembre 2010
  12. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2011, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097810-3), consulté sur www.education.gouv.fr le 2 septembre 2011
  13. Remise des insignes de Docteur honoris causa de l'Université Robert Schuman à Strasbourg au Premier ministre Jean-Claude Juncker consulté sur le site www.gouvernement.lu, le 3 octobre 2010

Pressemodifier | modifier le code

  1. a et b Dernières Nouvelles d'Alsace, « 14 Juillet : le président Beretz sur les Champs-Élysées », sur www.dna.fr, Dernières Nouvelles d'Alsace,‎ 12 juillet 2013 (consulté le 12 juillet 2013)
  2. Le Parisien : l'UDS doit entrer dans le Top-100 mondial (Pécresse) consulté sur le site www.leparisien.fr, le 16 septembre 2010
  3. Charles Emmanuel Sedillot un médecin méconnu paru le 7 mars 2010, consulté sur le site www.lunion.presse.fr, le 23 septembre 2010
  4. Un « pôle universitaire européen » à Strasbourg Le Monde, le 20 juin 1989, consulté sur le site www.lemonde.fr le 29 septembre 2010
  5. a, b et c Inauguration du nouveau Patio par Valérie Pecresse Les Dernières Nouvelles d'Alsace, le 16 septembre 2010, consulté sur le site sitemap.dna.fr, le 30 septembre 2010
  6. Dix ans pour transformer les campus les Dernières Nouvelles d'Alsace du 16 septembre 2010
  7. L'UDS lance une campagne de levée de fonds privés pour financer la recherche Le Monde du 1er octobre 2010, consulté sur le site www.lemonde.fr, le 5 octobre 2010
  8. Levée de fonds par l'Université de Strasbourg, une "première" en France Le Parisien, le 1er octobre 2010, consulté sur le site www.leparisien.fr, le 1er octobre 2010
  9. Strasbourg bien placé pour bénéficier du grand emprunt l'Alsace du 2 octobre 2010, consulté sur le site www.lalsace.fr, le 5 octobre 2010
  10. Matthieu Grambert, « Inauguration du centre de culture numérique à l’université », sur rue89strasbourg.fr, Rue 89 Strasbourg,‎ 13 mars 2012 (consulté le 14 mars 2013)
  11. Arnaud Guiguitant, « Un campus à la pointe », sur 20minutes.fr, 20 minutes Strasbourg,‎ 16 mars 2012 (consulté le 14 mars 2013)
  12. Presses universitaires de Strasbourg : 90 ans Les Dernières Nouvelles d'Alsace, le 28 février 2010, consulté sur le site sitemap.dna.fr, le 22 septembre 2010
  13. La cathédrale du collège doctoral (édition abonnée) paru le lundi 1er octobre 2007, consulté sur le site sitemap.dna.fr, le 22 septembre 2010

Autres référencesmodifier | modifier le code

  1. Fiche : la LRU et l'autonomie financière, les fondations consulté sur le site www.ferc-sup.cgt.fr, le 17 septembre 2010
  2. a et b Histoire du Gymnase Jean Sturm, sur le site du Gymnase Jean-Sturm : www.jsturm.fr. Consulté le 05 février 2013.
  3. a, b et c Philippe Dollinger, « Maîtres célèbres et étudiants illustres de l'Université de Strasbourg », Saisons d'Alsace n°2 (1951) et Pierre Juillot (Internet)
  4. François Uberfill, « La Kaiser-Wilhelms-Universität ou l’Université impériale de Strasbourg (1872-1918) », dans Mireille BIRET et Monique KLIPFEL (dir.), L'Alsace entre 1870 et 1914, sur www.crdp-strasbourg.fr, Centre régional de documentation pédagogique de l'Académie de Strasbourg,‎ 13 juillet 2011 (consulté le 14 mars 2013)
  5. Sophie Armbruster, Julie Bedez, Myriam Lepage, Carine Sergent, « Histoire de l'université de Nancy, 1870 : l’héritage strasbourgeois », sur histoire.univ.nancy.free.fr (consulté le 14 mars 2013)
  6. a et b François Uberfill, « La Kaiser-Wilhelms-Universität ou l’Université impériale de Strasbourg (1872-1918) », dans Mireille BIRET et Monique KLIPFEL (dir.), L'Alsace entre 1870 et 1914, sur www.crdp-strasbourg.fr, Centre régional de documentation pédagogique de l'Académie de Strasbourg,‎ 13 juillet 2011 (consulté le 14 mars 2013)
  7. La faculté de théologie protestante, un peu d’histoire consulté sur le site www.premiumorange.com/theologie.protestante le 12 septembre 2010
  8. Histoire de la Résistance de l'université française de Strasbourg à Clermont-Ferrand
  9. Histoire de la résistance universitaire de l'université de Strasbourg à Clermont-Ferrand - Chapitre 1 consulté sur le site mapage.noos.fr/jibro/resistance-universitaire le 13 septembre 2010
  10. Histoire de la résistance universitaire de l'université de Strasbourg à Clermont-Ferrand - Chapitre 2 consulté sur le site mapage.noos.fr/jibro/resistance-universitaire le 13 septembre 2010
  11. Le Cercle Menachem Taffel - L'affaire du docteur Hirt consulté sur le site judaisme.sdv.fr le 13 septembre 2010
  12. Louis Aragon - La Diane française Louis Aragon online, le 15 avril 1997, consulté sur le site www.uni-muenster.de le 1er janvier 2011
  13. Institutions portant le nom de Marc Bloch, consulté sur le site www.marcbloch.fr le 27/08/2010
  14. Investissements d'Avenir (Grand Emprunt) consulté sur le site www.alsace-biovalley.com, le 5 octobre 2010
  15. Un IUFM peut en cacher un autre consulté sur le site www.afges.org, le 16 septembre 2010
  16. « Centre de culture numérique »,‎ 26 octobre 2012 (consulté le 5 mars 2013)
  17. http://utv.unistra.fr
  18. « Projet de site Alsace et projets des établissements », sur blog.educpros.fr (consulté le 10 avril 2013), p. 56
  19. a, b et c (en) University of Strasbourg, performance in Academic Ranking, consulté sur le site www.arwu.org, le 21/08/2010
  20. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2012, Imprimerie moderne de l’Est, p. 177, (ISBN 978-2-11-099368-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 30 août 2012
  21. (en) Emil Fischer Biography, 2013, Fondation Nobel. Consulté le 13 janvier 2013. in recognition of the extraordinary services he has rendered by his work on sugar and purine syntheses
  22. (en) Otto Loewi, 2013, Fondation Nobel. Consulté le 13 janvier 2013. for their discoveries relating to chemical transmission of nerve impulses
  23. (en) Louis Néel Biography, 2013, Fondation Nobel. Consulté le 13 janvier 2013. for fundamental work and discoveries concerning antiferromagnetism and ferrimagnetism which have led to important applications in solid state physics
  24. « Les liens du président Marzouki avec Strasbourg », Dernières Nouvelles d'Alsace, 17 juillet 2012. Sur le site des DNA : www.dna.fr. Consulté le 30 janvier 2013
  25. Biographie : Marescaux Jacques S, IRCAD. Sur le site www.ircad.fr. Consulté le 16 janvier 2013.
  26. L'ère Metternich (1815-1848), sur le site perso.numericable.fr/eric.alglave. Consulté le 14 janvier 2013.
  27. (en) Albrecht Kossel, 2013, Fondation Nobel. Consulté le 13 janvier 2013. in recognition of the contributions to our knowledge of cell chemistry made through his work on proteins, including the nucleic substances
  28. (en) Paul Ehrlichl, 2013, Fondation Nobel. Consulté le 13 janvier 2013. in recognition of their work on immunity
  29. (en) Pieter Zeeman, 2013, Fondation Nobel. Consulté le 13 janvier 2013. in recognition of the extraordinary service they rendered by their researches into the influence of magnetism upon radiation phenomena
  30. (en) The Nobel Prize in Physics 1914, 2010, Fondation Nobel. Consulté le 14 juin 2010. for his discovery of the diffraction of X-rays by crystals
  31. (en)Otto Meyerhof, 2013, Fondation Nobel. Consulté le 13 janvier 2013. for his discovery of the fixed relationship between the consumption of oxygen and the metabolism of lactic acid in the muscle
  32. Biographie d'Emmanuel Levinas. sos.philosophie.free.fr. Consulté le 14 janvier 2013.
  33. a et b André Elbogen. Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France sur le site www.ajpn.org. Consulté le 14 janvier 2013.
  34. (en) Alberto Fujimori, Encyclopædia Britannica. Consulté le 14 janvier 2013.
  35. (en)Coaching staff : Arsène Wenger. Consulté sur le site www.arsenal.com, le 14 janvier 2013
  36. étymologie du mot "microbe"
  37. « Koeberlé, pionnier de la chirurgie abdominale », Dernières nouvelles d'Alsace du 18 avril 2010. Consulté le 14 janvier 2013.
  38. (en) Heinrich Anton de Bary, Encyclopædia Britannica. Consulté le 16 janvier 2013.
  39. « Un nom, une rue : Eugène Boeckel, chirurgien strasbourgeois », Dernières Nouvelles d'Alsace du 5 décembre 2008. Consulté le 14 janvier 2013.
  40. (en)Adolf von Baeyer, 2013, Fondation Nobel. Consulté le 14 janvier 2013. in recognition of his services in the advancement of organic chemistry and the chemical industry, through his work on organic dyes and hydroaromatic compounds
  41. (en)Wilhelm von Waldeyer-Hartz, Max Planck Institute for the History of Science, Berlin. The Virtual Laboratory :Essays and Resources on the Experimentalization of Life. Consulté le 16 janvier 2013.
  42. (en)Wilhelm Conrad Röntgen, 2013, Fondation Nobel. Consulté le 14 janvier 2013. in recognition of the extraordinary services he has rendered by the discovery of the remarkable rays subsequently named after him
  43. Jean Alexandre BARRÉ, 2011. Sur le site georges.dolisi.free.fr. Consulté le 16 janvier 2013.
  44. (en)Hermann Staudinger, 2013, Fondation Nobel. Consulté le 14 janvier 2013. for his discoveries in the field of macromolecular chemistry
  45. (en) Richard von Mises, Encyclopædia Britannica. Consulté le 16 janvier 2013.
  46. (en) René Frédéric Thom, Encyclopædia Britannica. Consulté le 14 janvier 2013.
  47. Université de Strasbourg, « Communiqué de presse : L’Université de Strasbourg décerne trois titres de Docteur honoris causa », sur www.espacedatapresse.com, Espace data presse,‎ 22 mars 2013 (consulté le 17 avril 2013)

Voir aussimodifier | modifier le code

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographiemodifier | modifier le code

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Ouvrages et articles sur l'université de Strasbourg:
    • Université de Strasbourg, Adresse de l'Université protestante de Strasbourg au Comité d'instruction publique de l'Assemblée nationale, Strasbourg, La librairie académique (Strasbourg),‎ 1792, 32 p. (notice BnF no FRBNF372620321, lire en ligne)
    • Académie de Strasbourg, Rentrée des Facultés 1866, Strasbourg, Typographie d'Edouard Huder,‎ 1866, 104 p. (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • Rodolphe Reuss, « Lettre de Mr Rodolphe Reuss sur les bibliothèques publiques de Strasbourg : extrait de la Revue critique d'histoire et de littérature », Bibliothèque de l'école des chartes, Genève, Librairie Droz, vol. 32, no 32,‎ 1871, p. 151-178 (ISSN 1953-8138, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • M. TH. Lindenlaub, Université de Strasbourg : origines, historique, réorganisation et projets d'agrandissement, Paris, Hachette & Cie,‎ 1879, 50 p. (notice BnF no FRBNF30820931x, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • Joseph Lefort, L'Enseignement du droit à l'ancienne Université de Strasbourg, Toulouse, impr. de A. Chauvin et fils,‎ 1894, 19 p. (notice BnF no FRBNF30774290b, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • Georges Pariset, Le lieutenant Napoléon Bonaparte étudiant à Strasbourg par G. Pariset, Paris, Daupeley-Gouverneur,‎ 1917, 15 p. (notice BnF no FRBNF34030106w, lire en ligne)
    • Travaux de l'Université de Strasbourg pendant l'année scolaire 1919-1920 : Rapports présentés par le conseil de l'université et MM. les doyens des facultés, Strasbourg, Imprimerie alsacienne,‎ 1921, 158 p. (notice BnF no FRBNF328804494, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • Théodore Gerold, La Faculté de théologie et le Séminaire protestant de Strasbourg (1803-1872), Strasbourg, Istra,‎ 1923, 59 p. (notice BnF no FRBNF336359709, lire en ligne)
    • Travaux de l'Université de Strasbourg pendant l'année scolaire 1922-1923 : Rapports présentés par le conseil de l'université et par MM. les doyens des facultés, Strasbourg, Imprimerie alsacienne,‎ 1924, 178 p. (notice BnF no FRBNF328804494, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • Travaux de l'Université de Strasbourg pendant l'année scolaire 1933-1934 : Rapports présentés par le conseil de l'université et MM. les doyens des facultés, Strasbourg, Imprimerie des dernières nouvelles de Strasbourg,‎ 1935, 127 p. (notice BnF no FRBNF328804494, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • Annales de l'Université de Strasbourg 1936, Strasbourg, Imprimerie des dernières nouvelles de Strasbourg,‎ 1937, 173 p. (notice BnF no FRBNF328804494, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • (en) John E. Craig, Scholarship and nation building : The universities of Strasbourg and Alsatian society, 1870-1939, Chicago, University of Chicago Press,‎ 1984, 515 p. (ISBN 0226116700)
    • Charle Christophe, « John E. Craig, Scholarship and Nation Building. The University of Strasbourg and Alsactian Society, 1870-1939 (Compte rendu) », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, Paris, École des hautes études en sciences sociales, vol. 43, no 5,‎ 1988, p. 1175-1178 (ISSN 1953-8146, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • Jean-Marie Le Minor, Les sciences morphologiques médicales à Strasbourg du XVe au XXe siècle, Presses Universitaires de Strasbourg,‎ 2002, 536 p. (ISBN 978-2868202086)
    • Jean-Marie Le Minor, Franck Billmann, Henri Sick, Jean-Marie Vetter, Bertrand Ludes, Anatomie(s) & Pathologies, ID Editions,‎ 2009, 216 p. (ISBN 978-2-9156-2656-8)
    • Jean-Marie Le Minor et Henri Sick, « Autour du 350e anniversaire de la création de la chaire d'anatomie de la Faculté de Médecine de Strasbourg (1652-2002)  », Histoire des sciences médicales, vol. 37, no 1,‎ 2003 (lire en ligne)
  • Ouvrages sur l'éducation supérieur:
  • Ouvrages sur la ville de Strasbourg:
    • C. Schmidt, Notice sur la ville de Strasbourg, Schmidt & Grucker,‎ 1842, 302 p. (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexesmodifier | modifier le code

Liens externesmodifier | modifier le code








Creative Commons License